Read: Tablettes de Baha'u'llah


#=====================================================
# Source: WWW.RELIGARE.ORG
#=====================================================
Religion: baha'ie
Livre: Les Tablettes de Bahá'u'lláh
Edition: MEB, ISBN 2-87203-032-8
Note: "EXT" correspond dans les titres de chapitre à "EXTRAITS D'AUTRES TABLETTES"

;===================================================
Chapitre: LAWH-I-KARMIL (Tablette du Carmel)

Toute gloire soit à ce jour, jour où les fragrances de la miséricorde ont été répandues sur toutes choses créées, jour tant béni que les âges et les siècles passés ne pourront jamais espérer égaler, jour où la face de l'Ancien des jours s'est tournée vers son siège sacré.
Alors, on entendit les voix de toutes les créatures et, au-delà, celles du concours céleste proclamer: Hâte-toi, ô Carmel, car voici que la lumière de la face de Dieu, le Souverain du royaume des noms et le Façonneur des cieux, s'est levée sur toi.
Saisi de transports de joie et élevant haut la voix, il s'exclama: Puisse ma vie t'être offerte en sacrifice puisque tu as fixé ton regard sur moi, tu m'as comblé de ta bonté et tu as dirigé tes pas vers moi.
Ma séparation d'avec toi, ô toi, Source de vie éternelle, m'a presque consumé, et mon éloignement de ta présence a réduit mon âme en cendres.
Loué sois-tu pour m'avoir permis d'entendre ton appel, pour m'avoir honoré de tes pas et pour avoir ranimé mon âme par la fragrance vivifiante de ton jour et la voix stridente de ta Plume, voix que tu décrétas être le vibrant appel de ta trompette parmi ton peuple.
Et lorsque sonna l'heure qui devait rendre ton irrésistible foi manifeste, tu insufflas à ta Plume un souffle de ton Esprit, et ainsi la création tout entière fut ébranlée jusque dans ses fondements mêmes, dévoilant à l'humanité des mystères recelés dans les trésors de celui qui possède toutes les choses créées.
Aussitôt que sa voix eut atteint le lieu le plus exalté, nous répondîmes: Rends grâce à ton Seigneur, ô Carmel. Le feu de ta séparation d'avec moi te consumait rapidement lorsque l'océan de ma présence surgit devant ton visage, encourageant tes yeux et ceux de toute la création, remplissant d'allégresse toutes choses visibles et invisibles.
Réjouis-toi, car Dieu en ce jour a établi son trône sur toi, a fait de toi l'aurore de ses signes et la source des témoignages de sa révélation.
Heureux celui qui gravite autour de toi, qui proclame la révélation de ta gloire et relate combien la bonté du Seigneur ton Dieu t'a comblé.
Saisis le calice de l'immortalité au nom de ton Seigneur, le Très-Glorieux, et rends-Lui grâce, puisqu'Il a, en gage de sa miséricorde à ton égard, transformé ta peine en allégresse, ton chagrin en joie sereine.
En vérité, Il chérit ce lieu qui est devenu le siège de son trône, que ses pas ont marqué, qui a été honoré de sa présence, d'où Il éleva son appel et sur lequel Il répandit ses larmes.
Appelle Sion, ô Carmel, et annonce la joyeuse nouvelle: Celui qui était caché aux yeux des mortels est venu ! Sa souveraineté conquérante est manifeste; son universelle splendeur est révélée.
Prends garde d'hésiter ou de t'arrêter. Hâte-toi et fais le tour de la cité de Dieu qui est descendue du ciel, la céleste Kaaba, qu'ont entourée en adoration les élus de Dieu, les coeurs purs et l'assemblée des anges les plus exaltés.
Oh, combien j'ai hâte d'annoncer en chaque lieu de la terre et d'apporter à chacune de ses villes la bonne nouvelle de sa révélation - révélation qui a attiré le coeur du Sinaï et au nom de laquelle le Buisson ardent proclame: "C'est à Dieu, le Seigneur des seigneurs, qu'appartiennent les royaumes des cieux et de la terre."
En vérité, voici le jour où la terre et la mer se réjouissent de cette annonce, le jour pour lequel ont été accumulées ces choses que Dieu, dans sa bonté inconcevable à l'esprit ou au coeur du mortel, a réservées pour être révélées.
Bientôt Dieu conduira son arche vers toi et rendra manifeste le peuple de Bahá, mentionné dans le Livre des Noms.
Sanctifié soit le Seigneur de toute l'humanité; tous les atomes de la terre ont été façonnés pour vibrer à la mention de son nom, et la Langue de grandeur s'est animée pour révéler ce qui avait été enfoui dans sa connaissance et dissimulé dans le trésor de sa puissance.
Par la force de son nom, le Tout-Puissant, le Très-Haut, Il est, en vérité, le Souverain de tout ce qui existe dans les cieux et sur la terre.

;===================================================
Chapitre: LAWH-I-AQDAS (La Très Sainte Tablette)

Voici La Très Sainte Tablette envoyée du royaume sacré à celui qui a tourné son visage vers l'objet de l'adoration du monde, lui qui est venu des cieux de l'éternité investi d'une gloire transcendante.
Au nom du Seigneur, le Seigneur de grande gloire. Cette épître émanant de notre présence est destinée à celui que les voiles des noms n'ont pas réussi à éloigner de Dieu, le Créateur de la terre et du ciel, afin que ses yeux puissent se réjouir face à son Seigneur, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même.
Dis: O disciples du Fils ! Vous êtes-vous fermés à moi à cause de mon nom ? Pourquoi ne méditez-vous pas en vos coeurs ?
Jour et nuit vous avez appelé votre Seigneur, le Tout-Puissant, mais lorsqu'il vint des cieux de l'éternité dans sa grande gloire, vous vous êtes détournés de lui et êtes restés plongés dans l'insouciance.
Considérez ceux qui rejetèrent l'Esprit lorsqu'il vint à eux avec une autorité manifeste. O combien nombreux furent les pharisiens qui se retirèrent en son nom dans les synagogues, se lamentant d'être séparés de lui et, cependant, lorsque les portails de la réunion furent grands ouverts et que la lumière divine resplendit de la source du jour de beauté, ils refusèrent de croire en Dieu, le Suprême, le Puissant.
Ils ne purent atteindre sa présence, bien que la promesse de son avènement leur ait été faite dans le livre d'Isaïe ainsi que dans les livres des prophètes et des messagers.
Aucun d'entre eux ne tourna son visage vers l'aurore de la divine bonté hormis ceux qui étaient dépourvus de tout pouvoir parmi les hommes. Et cependant, aujourd'hui, chaque homme doté de pouvoir et investi de souveraineté s'enorgueillit de son nom.
De plus, rappelez-vous celui qui condamna Jésus à mort. Il était le plus instruit de son temps et de son pays, alors que celui qui n'était que pêcheur crut en lui. Prenez garde et soyez de ceux qui entendent l'avertissement.
De même, songez à ces moines, combien nombreux, qui à cette époque se sont enfermés dans leurs églises en invoquant l'Esprit, mais qui, lorsqu'il apparut à travers la puissance de la vérité, ne réussirent pas à s'approcher de lui et se retrouvèrent parmi les égarés. Heureux ceux qui les ont abandonnés et ont tourné leur visage vers lui, le Désir de tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre.
Ils lisent l'Evangile et cependant refusent de reconnaître le Seigneur très glorieux, bien qu'il soit venu par le pouvoir de son autorité exaltée, puissante et bienveillante. En vérité, nous sommes venu pour l'amour de vous et nous avons subi les infortunes du monde pour votre salut. Fuirez-vous celui qui a sacrifié sa vie pour que vous puissiez être ranimés ?
Craignez Dieu, ô disciples de l'Esprit, et ne marchez pas sur les traces de tous les théologiens qui se sont dangereusement égarés.
Croyez-vous qu'il recherche ses propres intérêts, alors qu'il a été de tout temps menacé par le glaive de ses ennemis; ou qu'il recherche les vanités de ce monde, alors qu'il a été emprisonné dans la plus désolée des villes ? Jugez équitablement et ne suivez pas les traces des injustes.
Ouvrez la porte de votre coeur. Celui qui est l'Esprit, en vérité, se trouve sur son seuil. Pourquoi alors restez-vous loin de lui dont le dessein est de vous entraîner vers un lieu resplendissant ?
Dis: En vérité, nous avons ouvert pour vous le portail du royaume. Nous fermerez-vous au visage les portes de vos maisons ? Ceci ne serait rien d'autre qu'une grave erreur.
En vérité, il est de nouveau descendu des cieux, comme il l'avait fait la première fois. Prenez garde de contester ce qu'il proclame, comme d'autres l'ont fait avant vous. Ainsi vous informe le Véridique, puissiez-vous seulement le percevoir.
Le Jourdain est relié au très grand océan, et le Fils, dans la vallée sacrée, s'écrie: Me voici, me voici, ô Seigneur, mon Dieu ! tandis que le Sinaï fait le tour de sa demeure et que le Buisson ardent proclame: Celui qui est le Désiré est venu dans sa majesté transcendante.
Dis: Voici ! Le Père est venu, et ce qui vous avait été promis dans le royaume s'est réalisé ! Ceci est la parole que le Fils taisait lorsqu'à ceux qui l'entouraient il dit: Vous ne pouvez la supporter maintenant.
Et lorsque le temps convenu se fut écoulé et que l'heure sonna, la parole resplendit à l'horizon de la volonté de Dieu. Prenez garde de l'ignorer, ô disciples du Fils. Tenez-vous y fermement. Elle est meilleure pour vous que tout ce que vous possédez. En vérité, il est proche de ceux qui font le bien. L'heure que Nous avions cachée aux peuples de la terre et aux anges élus est arrivée.
Dis: En vérité, il a témoigné pour moi et je témoigne pour lui. De fait, il n'avait en vue aucun autre que moi. De cela, chaque esprit juste et compréhensif rend témoignage.
Bien qu'assaillis d'afflictions innombrables, nous appelons les hommes à Dieu, le Seigneur des noms. Dis: Efforcez-vous d'atteindre ce qui vous a été promis dans les livres de Dieu et ne marchez pas sur le chemin de l'ignorant.
Mon corps a enduré l'emprisonnement pour que vous puissiez être libérés de votre propre esclavage. Tournez donc vos visages vers sa face et ne suivez pas les traces des oppresseurs hostiles.
Il a, en vérité, consenti à être cruellement humilié pour que vous puissiez atteindre la gloire, et cependant vous folâtrez dans la vallée de l'insouciance.
En vérité, pour votre salut, il vit dans la plus sinistre des demeures, alors que vous habitez dans vos palais.
Dis: N'aviez-vous pas prêté l'oreille à la voix du Crieur appelant à grands cris dans le désert du Bayán, vous apportant la bonne nouvelle de la venue de votre Seigneur, le Très-Miséricordieux ?
Voyez ! Il est venu à l'ombre protectrice du témoignage, porteur de preuves et de signes décisifs, et ceux qui croient réellement en lui considèrent sa présence comme l'incarnation du royaume de Dieu. Béni est l'homme qui se tourne vers lui, et malheur à celui qui le renie ou qui doute de lui.
Annonce aux prêtres: Voyez ! Celui qui est le souverain est arrivé. Sortez de derrière le voile au nom de votre Seigneur, Lui qui fait se courber l'échine de tous les hommes. Proclamez donc à l'humanité la bonne nouvelle de cette puissante et glorieuse révélation.
En vérité, celui qui est l'Esprit de vérité est venu vous guider vers toute la vérité. Il parle non pas de son propre chef, mais sur l'ordre de celui qui est l'Omniscient, le Très-Sage.
Dis: Voici celui qui a glorifié le Fils et exalté sa cause. O peuples de la terre, éloignez-vous de ce que vous possédez et prenez ce que lui, qui est le dépositaire de la confiance de Dieu, le Tout-Puissant, vous ordonne de prendre.
Purifiez vos oreilles et tournez votre coeur vers lui, pour que vous puissiez entendre l'appel le plus merveilleux qui se soit élevé du Sinaï, la demeure de votre Seigneur, le Très-Glorieux. Cela, en vérité, vous conduira vers le lieu d'où vous pourrez percevoir la splendeur de la lumière de sa face brillant au-dessus de ce lumineux horizon.
O rassemblement de prêtres ! Quittez vos clochers et sortez donc de vos églises. Il vous appartient en ce jour de proclamer bien haut, parmi les nations, le plus Grand Nom. Préférez-vous être silencieux alors que chaque pierre et chaque arbre s'écrie: Le Seigneur est venu dans sa grande gloire !
Heureux celui qui se hâte vers lui. En vérité, il est compté parmi ceux dont les noms seront inscrits pour l'éternité et qui seront cités par l'assemblée céleste. Ainsi en a décidé l'Esprit dans cette Tablette merveilleuse.
En vérité, il est de moi celui qui appelle les hommes en mon nom, et il manifestera ce qui est au-delà de la puissance de tout ce qui est sur la terre.
Suivez la voie du Seigneur et ne marchez pas sur les traces de ceux qui sont plongés dans l'insouciance.
Heureux celui qui, sommeillant, est ranimé par la brise de Dieu et se lève parmi les morts, dirigeant ses pas vers la voie du Seigneur. En vérité, un tel homme est considéré par Dieu, le Vrai, comme un joyau parmi les hommes et est du nombre des bienheureux.
Dis: A l'Est, la lumière de sa révélation a point; à l'Ouest les signes de son autorité suprême sont apparus. Méditez cela en vos coeurs, ô peuples, et ne soyez pas de ceux qui ont péniblement erré lorsque, sur l'ordre du Tout-Puissant, du Très-Loué, mon Souvenir est venu vers eux.
Laissez la brise de Dieu vous réveiller. Elle a en vérité soufflé sur le monde. Heureux celui qui en a découvert le parfum et qui est compté parmi ceux qui sont confiants.
O congrégation d'évêques ! Vous êtes les étoiles des cieux de ma connaissance. Ma miséricorde ne désire pas que vous retombiez sur terre. Cependant ma justice affirme: Ceci est ce que le Fils a annoncé. Et rien de ce qui est sorti de sa bouche irréprochable, véridique et digne de confiance ne peut être altéré.
En vérité, les cloches carillonnent mon nom et se lamentent sur moi, mais mon esprit est réjoui d'une évidente allégresse.
Le corps de l'Aimé se languit de la croix, et sa tête est avide d'épines sur la voie du Très-Miséricordieux. Le joug de l'oppresseur ne peut en aucune manière le détourner de son dessein.
Nous avons ordonné à toutes choses créées d'atteindre à la présence de ton Seigneur, le Roi de tous les noms. Béni soit l'homme qui a tourné son visage vers Dieu, le Seigneur du jour de l'expiation.
O assemblée de moines ! Si vous choisissez de me suivre, je vous ferai héritiers de mon royaume; et si vous agissez contre moi, dans ma longanimité, je l'endurerai patiemment, car je suis en vérité l'Indulgent, le Très-Miséricordieux.
O terre de Syrie ! Qu'est devenue ta droiture ? En vérité, tu as été ennoblie par les pas de ton Seigneur. As-tu perçu les doux parfums de la réunion céleste ou dois-tu être comptée parmi les insouciants ?
Bethléem est ranimée par la brise de Dieu. Nous entendons sa voix Nous dire: O très généreux Seigneur ! Où s'est établie ta grande gloire ? Les douces saveurs de ta présence m'ont vivifiée alors que, séparée de toi, je me languissais. Sois loué, car tu as dissipé les voiles et tu es venu revêtu de puissance dans une gloire évidente.
De derrière le tabernacle de majesté et de grandeur Nous Nous sommes adressés à elle: O Bethléem ! Cette lumière s'est levée à l'Est et s'est dirigée vers l'Ouest, jusqu'à ce qu'elle t'atteigne au crépuscule de sa vie.
Dis-moi donc: les fils reconnaissent-ils le Père et lui sont-ils reconnaissants, ou le renient-ils tout comme les hommes d'autrefois l'ont renié (Jésus) ? Ce à quoi elle répondit en criant: Tu es en vérité l'Omniscient, le Mieux-Informé.
En vérité, Nous regardons toutes les choses créées venir Nous porter témoignage. Certaines Nous connaissent et témoignent, alors que la plupart portent témoignage et cependant ne Nous connaissent pas.
Le mont Sinaï est réveillé par la joie de pouvoir contempler Notre face. Sa voix captivante s'est fait entendre pour glorifier son Seigneur, disant: O Seigneur ! Je perçois le parfum de ton vêtement. Il me semble que tu es tout proche, investi des signes de Dieu. Tu as ennobli ces régions de la trace de tes pas.
Grande est la béatitude de ton peuple, puisse-t-il seulement te connaître et respirer tes douces effluves; et malheur à ceux qui dorment d'un sommeil profond.
Heureux es-tu, toi qui as tourné ton visage vers ma face, car tu as déchiré les voiles, tu as brisé les idoles et reconnu ton Seigneur éternel.
Les peuples du Qur'án se sont levés contre Nous sans aucune preuve ou justification réelle, nous harcelant à chaque instant d'un tourment nouveau.
Ils croient à tort que ces tribulations peuvent faire échouer Notre dessein. Vain en réalité est ce qu'ils ont imaginé. En vérité, ton Seigneur est celui qui ordonne tout ce qu'il Lui plaît d'ordonner.
Je ne suis jamais passé à côté d'un arbre sans que mon coeur ne lui dise: O, puisses-tu être coupé en mon nom et puisse mon corps être crucifié sur toi !
Nous révélâmes ce passage dans une épître au Sháh, en guise d'avertissement aux disciples des religions. En vérité, ton Seigneur est l'Omniscient, le Très-Sage.
Que ce qu'ils ont fait ne t'afflige pas. Ils sont vraiment plus morts que vivants. Laisse-les parmi les morts et tourne ton visage vers celui qui donne vie au monde.
Prends garde que les paroles des insouciants ne t'affligent. Sois inébranlable dans la cause et enseigne aux hommes avec grande sagesse. C'est ce que t'enjoint le Souverain de la terre et des cieux. Il est en vérité le Tout-Puissant, le Très-Généreux.
Bientôt Dieu exaltera ton souvenir et de la plume de gloire inscrira ce que tu as prononcé par amour pour Lui. Il est en vérité le Protecteur de ceux qui font le bien.
Rappelle-moi au souvenir de celui qui s'appelle Murád et dis-lui: Béni sois-tu, ô Murád, car tu t'es détourné de ton propre désir et tu as suivi celui qui est le Désir de l'humanité tout entière.
Dis: Béni le dormeur qui est réveillé par ma brise. Béni l'inanimé qui est revivifié par mon souffle de vie. Béni l'oeil qui est consolé en contemplant ma beauté.
Béni le voyageur qui dirige ses pas vers le tabernacle de ma gloire et de ma majesté.
Béni celui qui est dans la détresse et qui cherche refuge sous l'ombre de mon dais. Béni celui qui, assoiffé, se dirige vers les eaux douces et limpides de ma tendre bonté.
Bénie l'âme insatiable qui rejette ses désirs égoïstes pour l'amour de moi et prend place à la table du banquet que j'ai envoyé des cieux de ma divine bonté à l'intention de mes élus.
Béni l'humilié qui se saisit de la corde de ma gloire, et le pauvre qui entre dans l'ombre du tabernacle de ma richesse.
Béni l'ignorant qui cherche la source de ma connaissance, et l'insouciant qui reste fidèle à mon souvenir.
Bénie l'âme qui, par mon souffle vivifiant, s'est animée et a trouvé l'entrée de mon royaume céleste. Béni l'homme que les douces saveurs de la réunion avec moi ont ému et rapproché de la Source de ma révélation.
Bénie l'oreille qui a entendu, la langue qui a témoigné; béni l'oeil qui a vu et reconnu le Seigneur Lui-même, dans sa grande gloire et sa grande majesté, investi de grandeur et d'autorité. Bénis ceux qui ont atteint à sa présence.
Béni l'homme qui a cherché la lumière qui émane de l'étoile du jour de ma parole.
Béni celui qui a paré sa tête du diadème de mon amour. Béni soit celui qui a entendu ma plainte et qui s'est levé pour m'aider parmi mon peuple. Béni soit celui qui a sacrifié sa vie dans mon sentier et qui a supporté de multiples épreuves pour l'amour de mon nom.
Béni soit l'homme qui, confiant en ma parole, s'est levé parmi les morts pour célébrer ma louange.
Béni soit celui que mes merveilleuses mélodies ont ravi et qui, par la puissance de mon autorité, a déchiré les voiles.
Béni soit celui qui est demeuré fidèle à mon alliance et que les choses du monde n'ont pas empêché d'atteindre ma cour de sainteté.
Béni soit l'homme qui s'est détaché de tout sauf de moi, qui a pris son essor dans l'atmosphère de mon amour, qui a été admis dans mon royaume, a contemplé mes domaines de gloire, a bu à longs traits aux eaux vivifiantes de ma bonté, s'est désaltéré à la rivière céleste de mon aimante providence, a pris connaissance de ma cause, a perçu ce que je cachais dans le trésor de mes paroles et a rayonné de l'horizon de la divine connaissance pour célébrer ma louange et ma gloire. En vérité, il est de moi. Que ma miséricorde, ma générosité empreinte d'amour, ma bonté et ma gloire reposent sur lui.

;===================================================
Chapitre: BISHARAT (Les Bonnes Nouvelles)

Voici l'appel du Très-Glorieux lancé de l'horizon suprême de la prison d'Akká. Il est l'Interprète, l'Omniscient, le Bien-Informé.
Dieu, le Vrai, atteste, et les révélateurs de ses noms et de ses attributs témoignent que notre seule intention en lançant l'appel et en proclamant sa sublime parole est de purifier l'oreille de la création tout entière des on-dit mensongers grâce aux eaux vivifiantes de la parole divine, et de lui permettre d'être en parfaite harmonie avec la sainte, la glorieuse, la sublime parole qui a jailli du dépositaire de la connaissance du Créateur des cieux, du Créateur des noms. Heureux ceux qui jugent avec équité.
O peuples de la terre ! La première bonne nouvelle que le Livre Mère a, dans sa très grande révélation, annoncée à tous les peuples du monde est que la loi sur la guerre sainte a été effacée du Livre.
Glorifié soit le Miséricordieux, le Seigneur d'abondantes grâces, par qui la porte de la bonté céleste a été grande ouverte à tous ceux qui sont au ciel et sur la terre.
La deuxième bonne nouvelle: Il est permis aux peuples et aux familles du monde de s'associer dans la joie et l'allégresse.
O peuples ! Rencontrez les disciples de toutes les religions dans un esprit d'amitié et de fraternité.
C'est ainsi qu'est apparu l'astre du jour de sa sanction et de son autorité au-dessus de l'horizon du décret de Dieu, le Seigneur des mondes.
La troisième bonne nouvelle concerne l'étude des langues. Ce décret a coulé autrefois de la plume du Très-Haut: Il appartient aux souverains du monde - puisse Dieu les assister - ou aux ministres de la terre de se consulter et d'adopter une des langues existantes ou une nouvelle qui serait enseignée aux enfants dans les écoles du monde entier; il en serait de même pour l'écriture. Ainsi la terre entière pourra être considérée comme un seul pays.
Heureux soit celui qui entend son appel et observe ce que Dieu, le Seigneur du trône puissant, lui ordonne.
La quatrième bonne nouvelle: Si l'un des rois, quel qu'il soit - puisse Dieu les aider -, se lève pour protéger et aider ce peuple opprimé; tous doivent rivaliser d'amour et de dévouement à son égard. Ceci incombe à chacun. Heureux soient ceux qui agissent dans ce sens.
La cinquième bonne nouvelle: Dans chaque pays où ils résident, les membres de ce peuple doivent se comporter envers le gouvernement de ce pays avec loyauté, honnêteté et fidélité. C'est ce qui a été révélé sur l'ordre de celui qui est l'Ordonnateur, l'Ancien des jours.
Il appartient et incombe à tous les peuples du monde, sans exception, d'apporter leur aide à cette cause importante venue des cieux de la volonté du Dieu éternel afin que, par bonheur, les eaux vivifiantes de la sagesse divine et les conseils et les exhortations célestes puissent étouffer les feux de l'animosité qui brûlent dans le coeur de certains peuples de la terre, et que la lumière de l'unité et de la concorde puisse briller et rayonner sur le monde.
Nous caressons l'espoir que, grâce aux efforts soutenus de ceux qui sont les messagers de la puissance de Dieu - exaltée soit sa gloire -, les armes de guerre à travers le monde puissent être converties en instruments de reconstruction, et que les luttes et les conflits puissent être rayés de la vie des hommes.
La sixième bonne nouvelle est l'établissement de la moindre paix dont les détails furent jadis révélés par notre Plume très exaltée. Grande est la béatitude de celui qui la défend et qui observe ce qui a été ordonné par Dieu, l'Omniscient, le Sage.
La septième bonne nouvelle: Le choix des vêtements, de la coupe de la barbe et de la toilette est laissé à la discrétion des hommes. Mais prenez garde, ô peuples, de ne pas devenir le jouet de l'ignorant.
La huitième bonne nouvelle: Les actes pieux des moines et des prêtres parmi les disciples de l'Esprit - que la paix de Dieu soit sur eux - sont rappelés en sa présence. En ce jour cependant, qu'ils abandonnent leur vie de solitude et dirigent leurs pas vers le monde ouvert, qu'ils oeuvrent pour leur profit et celui des autres.
Nous leur avons donné la permission de se marier afin qu'ils puissent mettre au monde un enfant qui fera mention de Dieu, le Seigneur des choses visibles et invisibles, le Seigneur du trône élevé.
La neuvième bonne nouvelle: Lorsque le pécheur se trouve être totalement détaché et libéré de tout excepté de Dieu, il devrait implorer son pardon et son absolution.
La confession publique des péchés et des transgressions n'est pas acceptable, car elle n'a jamais conduit et ne conduira jamais au pardon divin. En outre, une telle confession publique engendre l'humiliation et l'abaissement de la personne, et Dieu - exaltée soit sa gloire - ne souhaite pas l'humiliation de ses serviteurs. Il est en vérité le Compatissant, le Miséricordieux.
Le pécheur devrait, seul face à Dieu, implorer la grâce de l'Océan de miséricorde, demander le pardon des Cieux de la générosité et dire: O Dieu, mon Dieu ! Je t'implore par le sang de tes vrais adorateurs, tant ravis par ta douce parole qu'ils se sont hâtés vers le pinacle de la gloire, lieu du très glorieux martyre, et je te supplie, par les mystères qui sont enchâssés dans ta connaissance et par les perles précieusement gardées dans l'océan de ta bonté, de m'accorder ton pardon, ainsi qu'à mon père et à ma mère.
De ceux qui font preuve de miséricorde, tu es en vérité le plus miséricordieux. Il n'est point d'autre Dieu que toi, Celui qui toujours pardonne, le Très-Généreux.
O Seigneur ! Tu vois cette essence du péché se tourner vers l'océan de tes faveurs, le faible rechercher le royaume de ta divine puissance et le pauvre se tourner vers l'étoile du jour de ta richesse. Par ta miséricorde et par ta grâce, ne le désappointe pas ô Seigneur et ne l'exclus pas des révélations de ta bonté en tes jours, ne lui ferme pas la porte que tu as grande ouverte à tous ceux qui vivent dans tes cieux et sur ta terre.
Hélas ! hélas ! Mes péchés m'ont empêché d'approcher la cour de ta sainteté, et mes offenses m'ont obligé à errer loin du tabernacle de ta majesté. J'ai commis ce que tu m'avais interdit de faire et j'ai ignoré ce que tu m'avais ordonné d'observer.
Je te prie, par celui qui est le Seigneur souverain des noms, de consigner pour moi, par la plume de ta bonté, ce qui me permettra de m'approcher de toi et me lavera de mes péchés qui se dressent entre ton pardon, ton absolution et moi.
Tu es en vérité le Puissant, le Généreux. Il n'existe nul autre Dieu que toi, le Fort, le Gracieux.
La dixième bonne nouvelle: Comme un signe de la grâce de Dieu, le Révélateur de cette très grande nouvelle, Nous avons retiré des saintes Ecritures et des tablettes la loi prescrivant la destruction des livres.
La onzième bonne nouvelle Il est permis d'étudier les arts et les sciences pour autant que ces sciences soient utiles et contribuent au progrès et à l'évolution des peuples. Ainsi en a-t-il été décrété par celui qui est l'Ordonnateur, le Sage.
La douzième bonne nouvelle: Il est enjoint à chacun d'entre vous d'exercer une activité telle que l'artisanat, le commerce ou toute autre occupation similaire.
Nous avons gracieusement élevé votre engagement dans un tel travail au rang de culte rendu à Dieu, le Vrai.
Méditez en vos coeurs la bienveillance et la bonté de Dieu, et rendez-Lui grâce à l'aube et au crépuscule.
Ne dissipez pas votre temps dans l'oisiveté et l'indolence. Occupez-vous de ce qui sera profitable pour vous et pour les autres. Ainsi en a-t-il été décidé dans cette Tablette à l'horizon de laquelle apparaît, resplendissante, l'étoile du jour de la sagesse et de la parole.
Les plus méprisables des hommes pour Dieu sont ceux qui vivent dans l'oisiveté et qui mendient. Saisissez-vous de la corde des ressources matérielles, tout en mettant votre entière confiance en Dieu, le Dispensateur de toutes ressources.
L'artisanat ou le commerce en soi sont considérés par Dieu comme des actes d'adoration de la part de ceux qui les exercent; et ceci n'est rien d'autre qu'un signe de son infinie et universelle bonté.
La treizième bonne nouvelle: Les hommes de la Maison de justice de Dieu ont été chargés des affaires des peuples. Ils sont en vérité les mandataires de Dieu parmi ses serviteurs et les aubes de son autorité dans ses pays.
O peuple de Dieu ! Ce qui éduque le monde, c'est la justice, car elle est soutenue par deux piliers, la récompense et la punition. Ces deux piliers sont les sources de la vie de ce monde.
Puisque chaque jour voit surgir un nouveau problème et que chaque problème appelle une solution adéquate, de telles affaires devraient être remises entre les mains des ministres de la Maison de justice afin qu'ils puissent agir selon les besoins et les nécessités de l'époque. Ceux qui, pour l'amour de Dieu, se lèvent pour servir sa cause reçoivent l'inspiration divine du royaume invisible. Il appartient à chacun de leur obéir.
Toutes les affaires de l'Etat devraient être soumises à la Maison de justice, mais les actes de culte doivent être observés d'après ce que Dieu a révélé dans son Livre.
O peuple de Bahá ! Vous êtes le berceau de l'amour de Dieu, l'aube de sa bonté aimante. Ne souillez pas vos langues en blasphémant et en couvrant une âme d'injures, et gardez vos yeux de ce qui est indécent.
Montrez ce que vous possédez. Si cela est reçu favorablement, vous avez atteint votre but; si ce n'est pas le cas, il serait vain de protester.
Laissez cette âme à elle-même et tournez-vous vers le Seigneur, le Protecteur, Celui qui subsiste par Lui-même. Ne soyez pas cause de griefs, encore moins de discordes et de conflits.
Je chéris l'espoir que vous puissiez obtenir une vraie éducation à l'ombre de l'arbre de sa tendre miséricorde et que vous agissiez conformément à ce que Dieu désire. Vous êtes tous les feuilles d'un seul arbre, les gouttelettes d'un seul océan.
La quatorzième bonne nouvelle: Il n'est pas nécessaire d'entreprendre des voyages particuliers pour visiter les tombeaux des morts. Si des personnes riches et fortunées offrent le coût de tels voyages à la Maison de justice, cela sera agréable et bienvenu en la présence de Dieu. Heureux ceux qui observent ses préceptes.
La quinzième bonne nouvelle: Bien qu'une forme républicaine de gouvernement soit avantageuse pour tous les peuples du monde, la majesté de la royauté est un des signes de Dieu. Nous ne désirons pas que les pays du monde en restent dépourvus. Si les gens avisés combinent ces deux formes en une, grande sera leur récompense en la présence de Dieu.
Dans les religions précédentes, des décrets tels que la guerre sainte, la destruction des livres, l'interdiction de s'associer ou de sympathiser avec d'autres peuples ou de lire certains livres ont été promulgués et soutenus conformément aux exigences de l'époque;
cependant, dans cette puissante révélation, dans cette annonce capitale, les multiples dons et faveurs de Dieu ont couvert tous les hommes d'une ombre protectrice et, de l'horizon de la volonté du Seigneur éternel, son décret infaillible a prescrit tout ce que Nous avons énoncé dans les bonnes nouvelles.
Nous rendons grâce à Dieu - que son nom soit sanctifié et glorifié - pour tout ce qu'Il a gracieusement révélé en ce jour béni, glorieux et incomparable.
En effet, si chacun sur terre possédait une infinité de langues et devait continuellement rendre grâce à Dieu et magnifier son nom jusqu'à la fin de ce qui ne connaît pas de fin, ces actions de grâces ne seraient même pas suffisantes pour répondre valablement à une seule des faveurs que Nous avons mentionnées dans cette Tablette. De ceci atteste chaque homme de sagesse et de discernement, de compréhension et de connaissance.
Nous implorons instamment Dieu - exaltée soit sa gloire - d'aider les dirigeants et les souverains, qui sont les interprètes du pouvoir et les sources de la gloire, à mettre en vigueur ses lois et ses décrets. Il est en vérité l'Omnipotent, le Tout-Puissant, Celui qui a coutume de répondre à l'appel des hommes.

;===================================================
Chapitre: TARAZAT (Ornements)

En mon nom qui est bien au-dessus de tous les noms. Louange et gloire au Seigneur des noms et au Créateur des cieux Lui dont les flots de l'océan de la révélation ont déferlé devant les yeux des peuples du monde.
L'Astre du jour de sa cause brille à travers chaque voile et ce qu'Il affirme se situe au-delà de la négation. Ni le pouvoir de l'oppresseur ni la tyrannie du méchant n'ont pu contrarier son dessein. O combien glorieuse est sa souveraineté combien élevée son autorité !
Seigneur ! Bien que ses signes aient enveloppé le monde et que ses preuves et ses témoignages rayonnent aussi évidents que la lumière les ignorants semblent insouciants voire même rebelles. Si seulement ils s'étaient contentés de s'opposer. Mais de tout temps ils complotent pour abattre l'Arbre sacré.
Depuis l'aube de cette révélation les incarnations de l'égoïsme ont tenté en recourant à la cruauté et à l'oppression d'éteindre la lumière de la manifestation divine. Mais Dieu retenant leurs mains révéla sa lumière par son autorité souveraine et la protégea par le pouvoir de sa puissance jusqu'à ce que la terre et les cieux fussent illuminés de son éclat et de sa splendeur. Louange à Lui en toutes circonstances.
Gloire à toi ô Seigneur du monde et Désir des nations ô toi qui t'es manifesté dans le plus Grand Nom grâce auquel les perles de la sagesse et de la parole sont sorties des écrins de la grande mer de ta connaissance et les cieux de la divine révélation ont été rehaussés à l'apparition de la lumière du soleil de ta face.
Je te demande par cette parole par laquelle ta preuve a été rendue parfaite parmi tes créatures et ton témoignage a été complété parmi tes serviteurs de renforcer ton peuple dans ce qui fera rayonner la face de la cause en ton royaume, brandir l'étendard de ta puissance parmi tes serviteurs, et hisser la bannière de ta direction à travers tes territoires.
O mon Seigneur ! Tu les vois s'accrocher à la corde de ta grâce et saisir l'ourlet du manteau de ta bienfaisance. Ordonne pour eux ce qui pourra les rapprocher de toi et ce qui les détournera de tous sauf de toi.
Je te supplie ô toi Roi de l'existence et Protecteur des choses visibles et invisibles de faire de celui qui se lève pour servir ta cause une mer ondulant à ton désir une torche brûlant du feu de ta volonté.
En vérité tu es le Puissant que ni le pouvoir du monde ni la force des nations ne peuvent affaiblir. Il n'y a pas d'autre Dieu que toi l'Unique l'Incomparable le Protecteur Celui qui subsiste par Lui-même.
O toi qui as bu à longs traits le vin de ma parole au calice de ma connaissance ! Ces mots sublimes furent entendus aujourd'hui dans le bruissement de l'Arbre divin que le Seigneur des noms a planté de la main du pouvoir céleste dans le paradis suprême:
Le premier Taráz et la première effulgence apparue à l'horizon du Livre Mère est que l'homme devrait connaître son propre moi et reconnaître ce qui mène à la grandeur ou à la bassesse à la gloire ou à l'humiliation à la richesse ou à la pauvreté.
Dès qu'il a atteint son niveau de réalisation et de maturité l'homme a besoin de ressources et les richesses qu'il acquiert par son art ou par sa profession sont louables et méritoires aux yeux des hommes de sagesse particulièrement pour les serviteurs qui se consacrent à l'éducation du monde et à l'instruction de ses peuples.
Ils sont en vérité des échansons de l'eau vivifiante de la connaissance et des guides vers la route idéale. Ils dirigent les peuples du monde vers le droit chemin et les instruisent sur ce qui mène à la grandeur et à l'exaltation humaines.
Le droit chemin est celui qui guide l'homme vers l'aurore de la perception vers le levant de la vraie compréhension et qui l'emmène vers ce qui rejaillira en gloire en honneur et en grandeur.
Nous nourrissons l'espoir que la tendre bonté du Très-Sage de l'Omniscient puisse balayer la poussière aveuglante et renforcer le pouvoir de perception afin que les hommes puissent découvrir le dessein pour lequel ils ont été appelés à l'existence.
En ce jour tout ce qui permet de réduire la cécité et d'accroître la vision est digne de considération. Cette vision agit comme cause et guide vers la vraie connaissance. En réalité aux yeux des hommes de sagesse la finesse de la compréhension dépend de l'acuité de la vision.
Le peuple de Bahá doit se conformer en toutes circonstances à ce qui est convenable et honnête et encourager les hommes à faire de même.
Le deuxième Taráz est de rencontrer les disciples de toutes les religions dans un esprit d'amitié et de fraternité de proclamer ce que le porte-parole du Sinaï a proclamé et d'être équitable en toutes choses.
Ceux qui sont imprégnés de sincérité et de loyauté devraient s'associer à tous les peuples et à toutes les familles de la terre dans la joie et l'allégresse puisque cette association contribue et continuera de contribuer à l'unité et à l'harmonie ce qui à son tour mène au maintien de l'ordre dans le monde et à la régénération des nations.
Bénis soient ceux qui saisissent la corde de la gentillesse et de la compassion et sont exempts d'animosité et de haine.
Cet Opprimé exhorte les peuples de la terre à observer la tolérance et la justice qui sont deux lumières dans l'obscurité du monde et deux éducateurs pour l'édification de l'humanité. Heureux soient ceux qui y sont parvenus et malheur à l'insouciant.
Le troisième Taráz concerne le bon caractère. Un bon caractère est en vérité le meilleur manteau offert par Dieu aux hommes. Il en pare les temples de ses aimés.
Par ma vie ! La lumière qui émane d'un bon caractère surpasse la lumière qui émane du soleil et son éclat même. Celui qui y parvient est considéré comme un joyau parmi les hommes. La gloire et l'élévation du monde doivent nécessairement en dépendre.
Un bon caractère est un moyen par lequel les hommes sont guidés vers le droit chemin et menés à la grande nouvelle. Heureux soit celui qui est paré des saints attributs et du saint caractère du concours céleste.
Il vous appartient de fixer votre regard en toutes circonstances sur la justice et l'équité. Dans Les Paroles cachées ces mots sublimes ont été révélés par notre très auguste plume: O fils de l'esprit ! A mes yeux ce que j'aime par-dessus tout est la justice; ne t'en écarte pas si c'est moi que tu désires et ne la néglige pas afin que je puisse me fier à toi. Par elle tu pourras voir par tes propres yeux et non par ceux des autres et tu pourras comprendre par ton propre savoir et non par celui du prochain.
Pèse bien ceci: comment dois-tu être ? En vérité la justice est le don que je te fais le signe de ma tendre bonté. Fixe donc ton regard sur elle.
Ceux qui sont justes et équitables dans leur jugement occupent une position sublime et un rang élevé. La lumière de la piété et de la droiture émane resplendissante de leur âme. Nous espérons ardemment que les peuples de tous les pays du monde ne seront pas dépourvus des splendeurs de ces deux luminaires.
Le quatrième Taráz se rapporte à la loyauté. En vérité elle est la porte menant à la sécurité pour tous ceux qui vivent sur terre et un signe de gloire de la part du Très-Miséricordieux. Celui qui s'en approche a en fait partagé les trésors de la fortune et de la prospérité.
La loyauté est le plus grand portail menant à la quiétude et à la sécurité des peuples. En vérité c'est d'elle qu'a dépendu et que dépend la stabilité de chaque chose. Tous les domaines du pouvoir de la grandeur et de la richesse sont illuminés de sa lumière.
Il n'y a guère, ces paroles sublimes furent révélées par la Plume du Très-Haut: Nous te parlerons à présent de la loyauté et de sa place aux yeux de Dieu ton Seigneur le Seigneur du trône puissant.
Un jour parmi les jours nous nous rendîmes sur notre île verdoyante. A notre arrivée nous aperçûmes ses rivières ruisselantes ses arbres luxuriants et la lumière du soleil qui jouait parmi eux.
En tournant la tête à droite nous vîmes ce que la plume est impuissante à décrire pas plus qu'elle ne peut rendre compte de ce que l'oeil du Seigneur de l'humanité a vu en ce lieu très sanctifié ce lieu si sublime ce lieu béni et tant exalté.
Nous tournant ensuite vers la gauche nous contemplâmes une des beautés du paradis suprême dressée sur une colonne de lumière et proclamant: "O habitants de la terre et des cieux ! Voyez ma beauté mon éclat ma révélation mon rayonnement. Par Dieu le Vrai ! Je suis la Loyauté sa révélation et sa beauté.
Je récompenserai celui qui me sera fidèle qui reconnaîtra mon rang et ma position et se saisira de mon étendard.
Je suis le plus grand ornement du peuple de Bahá et le vêtement de gloire de tous ceux qui demeurent dans le royaume de la création. Je suis l'instrument suprême de la prospérité du monde et l'horizon de la certitude pour tous les êtres."
Ainsi t'avons-nous envoyé ce qui rapprochera les hommes du Seigneur de la création.
O peuple de Bahá ! La loyauté est en vérité la meilleure des parures pour vos temples et la plus glorieuse couronne pour vos têtes. Saisissez-la sur son ordre à Lui l'Ordonnateur le Bien-Informé.
Le cinquième Taráz concerne la protection et le maintien du rang des serviteurs de Dieu. Il ne faudrait point ignorer la vérité de toute chose mais plutôt faire ressortir ce qui est juste et vrai.
Le peuple de Bahá ne devrait refuser à aucune âme la récompense qui lui est due il devrait traiter les artisans avec déférence et contrairement aux peuples de jadis ne point souiller sa langue d'injures.
En ce jour le soleil du savoir-faire brille au-dessus de l'horizon de l'Occident et la rivière des arts coule vers la mer de cette contrée. Il faut parler avec équité et apprécier une telle faveur.
Par la vie de Dieu ! Le mot "équité" brille lumineux et resplendissant comme le soleil. Nous prions Dieu d'étendre avec grâce son rayonnement à chacun.
Il a en vérité le pouvoir sur toutes choses Lui qui a coutume de répondre aux prières de tous les hommes.
En ces jours la vérité et la sincérité sont les proies cruellement affligées du mensonge et la justice est tourmentée par le fléau de l'injustice.
Le brouillard de la corruption a enveloppé le monde entier à un point tel que dans quelque direction que ce soit nul ne peut rien voir si ce n'est des régiments de soldats rien entendre dans quelque pays que ce soit si ce n'est le choc des épées.
Nous supplions Dieu le Vrai de soutenir les défenseurs de son pouvoir dans leurs efforts pour réhabiliter le monde et apporter la tranquillité aux nations.
Le sixième Taráz: La connaissance est un des dons merveilleux de Dieu. Il incombe à chacun de l'acquérir.
Certains arts et moyens matériels aujourd'hui manifestes ont été acquis grâce à sa connaissance et à sa sagesse révélées dans des épîtres et des tablettes par sa Plume très exaltée - Plume qui recèle un trésor d'où les perles précieuses de la sagesse et de la parole ainsi que les arts et les métiers du monde sont amenés à la lumière. En ce jour les secrets de la terre sont dévoilés aux yeux des hommes.
Les pages des journaux qui paraissent sans interruption sont en fait le miroir du monde. Elles reflètent les actes et les occupations de tribus et de peuples divers. Elles les reflètent et les font aussi connaître. Elles sont un miroir doté de l'ouïe de la vue et de la parole. Ceci est un phénomène stupéfiant et puissant.
Il incombe cependant aux auteurs de ces pages de se garder des impulsions guidées par des passions et des désirs sataniques et de se parer du vêtement de la justice et de l'équité. Ils devraient autant que possible s'enquérir des situations et vérifier les faits pour ensuite les coucher sur le papier.
En ce qui concerne cet Opprimé la plupart des choses relatées dans les journaux sont dénuées de vérité.
L'honnêteté du discours et la loyauté en raison de leur rang et de leur position élevée sont considérées comme un soleil brillant au-dessus de l'horizon de la connaissance. Les vagues s'élevant de cet océan sont visibles aux yeux des peuples du monde et les effusions de la Plume de la sagesse et de la parole sont partout manifestes.
On dit dans la presse que ce serviteur s'est enfui du pays de Tá (Tihrán) et s'est rendu en Iráq. Par Dieu ! Cet Opprimé ne s'est jamais caché ne serait-ce qu'un seul instant. Au contraire en tout temps il est resté inébranlable et visible aux yeux de tous les hommes. Nous n'avons jamais battu en retraite et jamais nous ne chercherons à fuir.
En vérité ce sont les insensés qui fuient notre présence.
Nous avons quitté notre patrie accompagné de deux escortes montées représentant les deux gouvernements honorés de Perse et de Russie jusqu'à ce que nous arrivions en Iráq dans la plénitude de la gloire et de la puissance.
Louange à Dieu ! La cause dont cet Opprimé est le porte-parole est aussi élevée que les cieux, aussi resplendissante que le soleil. A ce stade il n'y a aucune place pour la dissimulation de même qu'il n'y a aucune raison d'être craintif ou silencieux.
Les mystères de la résurrection et les événements de la dernière heure sont tout à fait évidents mais les hommes sont enlisés dans l'insouciance et se sont laissés envelopper de voiles. Et lorsque les mers entreront en ébullition... Et que seront déroulées les Ecritures saintes.
Par la rectitude de Dieu ! L'aube s'est levée en vérité la lumière est apparue et la nuit s'est éloignée. Heureux ceux qui comprennent. Heureux ceux qui y atteignent.
Glorifié soit Dieu ! La Plume se demande ce qu'il convient d'écrire et la Langue ce qu'il convient de dire. Malgré des privations inouïes et après avoir enduré des années d'emprisonnement de captivité et d'épreuves douloureuses nous voyons maintenant que se sont interposés des voiles plus épais encore que ceux que nous avons déjà déchirés; ils obstruent la vision et obscurcissent la lumière de la compréhension.
Nous observons en outre que les nouvelles calomnies qui circulent à présent sont bien plus malveillantes que celles du passé.
O peuple du Bayán ! Craignez le Seigneur miséricordieux. Songez aux peuples de jadis. Que furent leurs actes et quel fruit en retirèrent-ils ? Tout ce qu'ils dirent ne fut qu'imposture et tout ce qu'ils entreprirent s'est avéré vain si ce n'est pour ceux que Dieu a gracieusement protégés de sa puissance.
Je le jure par la vie de celui qui est le Désir du monde ! Dût un homme méditer en son coeur qu'il se hâterait libre de tout attachement au monde vers la très grande Lumière, qu'il se laverait et se purifierait de la poussière des chimères et de la fumée d'une imagination vaine.
Qu'est-ce qui a pu inciter les peuples des temps passés à s'égarer et par qui ont-ils pu être fourvoyés ? Ils rejettent encore la vérité et se sont tournés vers leurs propres désirs égoïstes.
C'est par amour pour Dieu que la voix de cet Opprimé s'élève. Quiconque le désire laissez-le s'en approcher; et quiconque le désire s'en détourner. En vérité Dieu peut très bien se permettre de se dispenser de toutes choses que ce soit du passé ou du futur.
O peuple du Bayán ! Ce sont des hommes comme Hádí Dawlat-Abádí avec leur turban et leur bourdon qui ont été source d'opposition et d'entraves et qui ont chargé les hommes d'un si lourd fardeau de superstitions qu'aujourd'hui encore ils attendent l'apparition d'un personnage venu d'un endroit imaginaire. Soyez avertis ô hommes de compréhension.
O Hádí ! Prête l'oreille à la voix de ce loyal conseiller: dirige tes pas de la gauche vers la droite; en d'autres termes détourne-toi de l'imagination vaine pour te diriger vers la certitude. Ne fourvoie pas les hommes.
La lumière divine luit, sa cause est manifeste et ses signes universels. Tourne ton visage vers Dieu le Secours dans le péril Celui qui subsiste par Lui-même.
Renonce à ton autorité pour l'amour de Dieu et laisse les hommes à eux-mêmes. Tu ignores la vérité essentielle, tu n'en es pas informé.
O Hádí ! N'aie qu'un seul visage dans le sentier de Dieu. En compagnie des infidèles tu es infidèle et avec les pieux tu es pieux.
Pense à ces âmes qui ont offert leur vie et leurs biens en ce pays afin que peut-être tu puisses être prévenu et tiré de ta torpeur. Réfléchis: qui doit être préféré ? celui qui protège son corps sa vie ses biens ou celui qui abandonne tout cela sur le chemin de Dieu ? Juge avec équité et ne sois pas parmi les injustes.
Tiens-toi fermement à la justice et observe l'équité afin que par bonheur tu ne puisses pas pour des raisons égoïstes utiliser la religion comme un piège ni ignorer la vérité pour l'amour de l'or.
En effet ton injustice et l'injustice de ceux qui te ressemblent sont devenues tellement graves que la Plume de gloire s'est sentie poussée à faire de telles remarques. Crains Dieu.
Celui qui a annoncé sa révélation a déclaré: Il proclamera en toutes circonstances: "En vérité en vérité je suis Dieu il n'existe nul autre Dieu que moi le Secours dans le péril Celui qui subsiste par Lui-même."
O peuple du Bayán ! On vous a interdit de rencontrer les aimés de Dieu. Pourquoi cette interdiction a-t-elle été imposée et dans quel but ? Soyez justes je vous en conjure par Dieu et ne soyez pas parmi les insouciants. Pour ceux qui sont dotés d'intuition et devant la plus Grande Beauté, la raison de cette interdiction est connue et évidente; c'est pour que personne ne puisse connaître ses secrets et ses actes (ceux de Hádí).
O Hádí ! Tu n'as pas été en notre compagnie tu es dès lors ignorant de la cause.
N'agis pas selon tes idées vaines. Loin de celles-ci examine minutieusement les Ecritures de tes propres yeux et médite sur ce qui s'est passé. Aie pitié de toi-même et des serviteurs de Dieu et ne sois pas cause d'obstination comme le fut le peuple de jadis.
Le chemin est clair et la preuve est évidente. Change l'injustice en justice et l'iniquité en équité.
Nous nourrissons l'espoir que le souffle de l'inspiration divine puisse te rendre plus fort et que ton oreille spirituelle puisse entendre les mots bénis: Dis: Il est Dieu; alors laisse-les s'amuser à ergoter.
Tu as été là-bas (Chypre) et tu l'as vu (Mírzá Yahyá). Maintenant parle avec franchise. Ne falsifie pas les faits ni pour toi ni pour le peuple. Tu es à la fois ignorant et mal informé.
Prête l'oreille à la voix de cet Opprimé et hâte-toi vers l'océan de la connaissance divine afin qu'éventuellement tu puisses être paré de l'ornement de la compréhension et que tu puisses renoncer à tout sauf à Dieu.
Ecoute la voix de ce conseiller bienveillant qui lance son appel dévoilé et manifeste à la face des rois et de leurs sujets, et convoque chacun des peuples du monde devant celui qui est le Seigneur de l'éternité. Ceci est la parole à l'horizon de laquelle l'étoile du jour de la grâce infaillible brille resplendissante.
O Hádí ! Cet Opprimé libre de toute attache au monde a tenté de toutes ses forces d'éteindre le feu de l'animosité et de la haine qui dévore les coeurs des peuples de la terre.
Il appartient à chaque personne juste et honnête de remercier Dieu - exaltée soit sa gloire - et de se lever pour soutenir cette cause remarquable afin que le feu puisse se changer en lumière et la haine laisser place à la fraternité et à l'amour. Je le jure par la droiture de Dieu ! Ceci est le seul but de cet Opprimé.
Effectivement en proclamant cette cause capitale et en démontrant sa véracité nous avons enduré des souffrances des épreuves et des tribulations multiples.
Toi-même tu pourrais témoigner de ce que nous avons mentionné si seulement tu parlais avec équité. En vérité Dieu dit la vérité et montre la voie. Il est le Puissant le Gracieux.
Puisse Notre gloire reposer sur le peuple de Bahá que ni la tyrannie de l'oppresseur ni l'autorité de l'agresseur n'ont pu écarter de Dieu le Seigneur des mondes.

;===================================================
Chapitre: TAJALLIYAT (Effulgences)

Voici l'Epître de Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même. Il est celui qui entend de son royaume de gloire.
Dieu témoigne qu'il n'y a pas d'autre Dieu que Lui et que celui qui est apparu est le mystère caché, le symbole précieux, le plus grand livre pour tous les peuples, le ciel de bonté pour le monde entier. Il est le signe le plus puissant parmi les hommes et l'aube des plus augustes attributs dans le royaume de la création.
A travers lui est apparu ce qui avait été caché depuis des temps immémoriaux et voilé aux yeux des hommes. Il est celui dont la manifestation fut annoncée par les Ecrits célestes, en des temps anciens et plus récents.
Quiconque reconnaît croire en lui, en ses signes et en ses témoignages a en vérité reconnu ce que la Langue de grandeur annonçait avant la création de la terre et du ciel et la révélation du royaume des noms.
Par lui, l'océan de la connaissance a surgi parmi les hommes, et la rivière de la sagesse divine a jailli sur l'ordre de Dieu, le Seigneur des jours.
Heureux l'homme de discernement qui a reconnu et perçu la vérité, et celui doté d'une ouïe fine qui a entendu sa douce voix, et la main qui a reçu son Livre avec une résolution telle qu'elle est née de Dieu, le Seigneur de ce monde et du monde à venir, et le voyageur sincère qui s'est hâté vers son glorieux horizon, et l'homme rempli d'une force telle que ni la puissance écrasante des souverains ni le tumulte soulevé par les dirigeants religieux n'ont réussi à ébranler.
Et malheur à celui qui a rejeté la grâce de Dieu et sa bonté, qui a refusé sa tendre miséricorde et son autorité; un tel homme est, en vérité, compté parmi ceux qui, à travers l'éternité, ont répudié le témoignage de Dieu et sa preuve.
Grande en ce jour est la bénédiction de celui qui a rejeté les choses qui ont cours parmi les hommes et qui s'est accroché à ce que Dieu, le Seigneur des noms et le Façonneur de toutes choses créées, a ordonné, Lui qui est venu des cieux de l'éternité à travers le pouvoir du plus Grand Nom, investi d'une autorité si invincible que toutes les puissances de la terre ne peuvent Lui résister. De cela témoigne le Livre Mère appelant de son rang le plus sublime.
O Alí Akbar ! Nous avons à maintes reprises entendu ta voix, et les louanges de l'humanité tout entière ne pourront jamais rivaliser avec ce que nous t'avons répondu; ce qui permet aux sincères de goûter aux douces saveurs des mots du Très-Miséricordieux, et à ses vrais adorateurs de percevoir le doux parfum de la réunion céleste, aux assoiffés de découvrir le murmure de l'eau qui est en fait la Vie.
Béni l'homme qui y a atteint et qui a reconnu tout ce que diffuse en ce moment la Plume de Dieu, le Secours dans le péril, le Tout-Puissant, le Bienfaisant.
Nous attestons que tu as tourné ton visage vers Dieu et voyagé loin jusqu'à ce que tu parviennes en sa présence, et que tu prêtes l'oreille à la voix de cet Opprimé qui a été jeté en prison à cause des méfaits de ceux qui n'ont pas cru aux signes et aux témoignages de Dieu et qui ont nié cette grâce céleste par laquelle le monde entier a pu briller.
Bénis soient ton visage, car il s'est tourné vers lui, et ton oreille, car elle a entendu sa voix, et ta langue, car elle a célébré la louange de Dieu, le Seigneur des seigneurs.
Nous prions Dieu de t'aider, par sa grâce, à devenir un étendard pour la promotion de sa cause et de te permettre de t'approcher de Lui en tout temps et en toutes circonstances.
Nous nous souvenons des élus de Dieu et de ses aimés en ce pays, et nous leur donnons la joyeuse nouvelle de ce qui a été envoyé en leur honneur depuis le royaume de la parole de leur Seigneur, le Souverain suprême du jour du Jugement dernier. Mentionne-moi auprès d'eux et illumine-les de la gloire éclatante de ma parole. En vérité, ton Seigneur est le Gracieux, le Bienfaisant.
O toi qui magnifies ma louange ! Prête l'oreille à ce que les peuples de la tyrannie m'attribuent en mes jours. Certains disent: Il prétend à la divinité; d'autres disent: Il a inventé un mensonge contre Dieu; d'autres encore disent: Il est venu pour fomenter la sédition. Qu'ils sont vils et pitoyables. Voyez ! Ils sont en vérité esclaves de leurs vaines chimères.
Nous allons maintenant cesser d'utiliser la langue de l'éloquence. En vérité, ton Seigneur est le Puissant, l'Indépendant. Nous parlerons plutôt le persan afin que, par bonheur, le peuple de Perse dans sa totalité puisse prendre conscience des paroles du Seigneur miséricordieux et s'avancer pour découvrir la vérité.
La première Tajallí qui est descendue du Soleil de Vérité est la connaissance de Dieu - exaltée soit sa gloire. Et la connaissance du Roi des jours éternels ne peut en aucune façon être atteinte si ce n'est en reconnaissant celui qui est le porteur du plus Grand Nom.
Il est en vérité l'orateur sur le Sinaï qui, maintenant, est assis sur le trône de la révélation. Il est le mystère caché et le symbole précieux. Tous les livres de Dieu, anciens et plus récents, sont ornés de sa louange et de l'exaltation de sa gloire.
Par lui, l'étendard de la connaissance a été planté sur le monde, et le drapeau de l'unicité de Dieu a été déployé parmi tous les peuples. Atteindre à la divine Présence ne peut être réalisé qu'en accédant à sa présence.
Par sa puissance, tout ce qui a été voilé et caché depuis des temps immémoriaux est maintenant révélé. Il s'est manifesté par le pouvoir de la vérité, et il a prononcé une parole qui a frappé de stupeur tous ceux qui sont aux cieux et sur terre, hormis ceux que le Tout-Puissant fut heureux de dispenser.
La vraie croyance en Dieu et sa reconnaissance ne peuvent être complètes si ce n'est en acceptant ce qu'il a révélé et en observant tout ce qu'il a décrété et inscrit dans le Livre par la plume de gloire.
Ceux qui s'immergent dans l'océan de ses paroles devraient en tout temps avoir la plus grande considération pour les décrets et les interdits divinement révélés. En effet, ses ordonnances constituent la plus puissante des forteresses pour la protection du monde et la sauvegarde de ses peuples - une lumière pour ceux qui reconnaissent la vérité, et un feu pour ceux qui s'en détournent et la refusent.
La deuxième Tajallí est de rester inébranlable dans la cause de Dieu - exaltée soit sa gloire - et d'être ferme dans son amour. Et ceci ne s'obtient que par une pleine reconnaissance de Lui; et la reconnaissance complète ne peut être obtenue que par la foi en ces mots bénis: Il fait tout ce qu'Il veut.
Celui qui s'attache avec ténacité à ces mots sublimes et boit à longs traits aux eaux vivifiantes des paroles qu'ils contiennent sera imprégné d'une telle constance que tous les livres du monde ne pourront le détourner du Livre Mère. O combien glorieux est ce rang sublime, ce rang exalté, ce but ultime !
O Alí Akbar ! Vois comme la situation des incroyants est abjecte. Ils disent tous: En vérité, Il doit être loué dans ses actes et obéi dans ses commandements. Cependant si nous révélons quoi que ce soit qui, même dans une infime mesure, contrecarre leurs voies et leurs désirs égoïstes, ils le rejetteront avec dédain.
Dis: Personne ne peut jamais sonder les multiples exigences de la sagesse accomplie de Dieu. En vérité, dût-Il décréter que la terre est le ciel, nul n'aurait le droit de mettre en doute son autorité. C'est de cela qu'a témoigné le Point du Bayán dans tout ce qui lui fut envoyé, avec vérité, sur l'ordre de Dieu, Lui qui a provoqué l'apparition de l'Aurore.
La troisième Tajallí concerne les arts, les métiers et les sciences. La connaissance est comme des ailes pour la vie de l'homme et une échelle pour son ascension. Il incombe à chacun de l'acquérir.
Néanmoins, il faudrait acquérir la connaissance des sciences qui sont profitables aux peuples de la terre, mais non de celles qui commencent par des mots et finissent par des mots.
Grand en effet est le droit des hommes de science et des artisans sur les peuples du monde. Le Livre Mère en témoigne au jour de son retour. Heureux ceux qui possèdent une oreille attentive.
En vérité, la connaissance est un véritable trésor pour l'homme et une source de gloire, de bonté, de joie, d'exaltation, de courage et de bonheur pour lui. Ainsi a parlé la Langue de grandeur dans cette très grande prison.
La quatrième Tajallí concerne la Divinité, Dieu et ce qui s'y rapporte. Un homme d'intuition dût-il diriger son regard vers l'Arbre sacré, le béni, le manifeste, et vers ses fruits, qu'il en serait enrichi au point d'être indépendant de quiconque et de reconnaître sa foi en ce que le porte-parole du Sinaï a proclamé du trône de la révélation.
O Alí Akbar ! Informe les hommes des saints versets de ton Seigneur et fais-leur connaître son droit chemin, sa puissante annonce.
Dis: O peuples, si vous jugez avec justice et équité, vous témoignerez de la véracité de tout ce qui a pu couler de la Plume très exaltée.
Si vous appartenez au peuple du Bayán, le Bayán persan vous guidera correctement et vous apportera une preuve suffisante; et si vous appartenez au peuple du Qur'án, méditez sur la révélation du Sinaï et sur la voix du Buisson qui est parvenue au fils d'Imrán (Moïse).
Dieu bienveillant ! Il était prévu qu'au moment de la manifestation du seul vrai Dieu, la faculté de le reconnaître aurait été développée, mûrie et aurait atteint son sommet. Cependant, il apparaît clairement maintenant que, chez les incroyants, cette faculté est restée sous-développée et a, en fait, dégénéré.
O Alí ! Ce qu'ils acceptèrent du Buisson, ils refusent à présent de l'accepter de lui qui est l'Arbre du monde de l'existence.
Dis: O peuple du Bayán, ne parle pas d'après les voix de la passion et du désir égoïste. La plupart des peuples de la terre attestent la vérité de la parole bénie sortie du Buisson.
Par la droiture de Dieu ! Si ce n'était pour l'hymne de louanges entonné par celui qui annonça la divine révélation, cet Opprimé n'aurait jamais émis une parole qui eût pu semer la terreur dans le coeur des ignorants et les faire périr.
Insistant sur la glorification de celui que Dieu rendra manifeste - exaltée soit sa manifestation - le Báb au début du Bayán dit: Il est celui qui proclamera en toutes circonstances: "En vérité, en vérité, je suis Dieu, il n'y a pas d'autre Dieu que moi, le Seigneur de toutes choses créées. En vérité, tous sauf moi sont mes créatures. O mes créatures ! C'est moi seul que vous adorez."
De même, à une autre occasion, il dit, magnifiant le nom de celui qui allait être rendu manifeste: Je voudrais être le premier à l'adorer.
Il appartient maintenant à chacun de réfléchir sur la signification de "adorateur" et "adoré" pour que par bonheur les peuples de la terre puissent partager une goutte de l'océan de la connaissance divine et puissent être rendus capables de percevoir la grandeur de cette révélation.
En vérité, il est apparu et s'est délié la langue pour proclamer la vérité. Heureux celui qui reconnaît la vérité et malheur au rebelle et à l'obstiné.
O familles de la terre ! Prêtez l'oreille à la voix venue de l'Arbre divin qui couvre le monde de son ombre et ne soyez pas parmi les peuples de la tyrannie sur la terre - ces hommes qui ont rejeté la manifestation de Dieu et son autorité invincible, et qui ont renoncé à ses faveurs -, ils sont en vérité comptés parmi les peuples méprisables dans le livre de Dieu, le Seigneur de toute l'humanité.
La gloire qui s'est levée au-dessus de l'horizon de ma tendre miséricorde repose sur toi et sur tous ceux qui sont avec toi et qui prêtent l'oreille à tes paroles relatives à la cause de Dieu, le Tout-Puissant, le Très-Loué.

;===================================================
Chapitre: KALIMAT-I-FIRDAWSIYYIH (Paroles du Paradis)

Il est celui qui parle à travers la puissance de la vérité dans le royaume de la Parole. O vous incarnations de la justice et de l'équité et manifestations de l'intégrité et des bontés célestes ! En pleurs et en lamentations, cet Opprimé appelle et dit: O Dieu mon Dieu ! Pare la tête de tes aimés de la couronne du détachement et orne leur temple du vêtement de la droiture.
Il appartient au peuple de Bahá de rendre le Seigneur victorieux par le pouvoir de sa parole et d'encourager les hommes par la beauté de ses actes et de son caractère, puisque les actes ont plus d'influence que les mots.
O Haydar Alí ! Que la louange de Dieu et sa gloire soient sur toi.
Dis: L'honnêteté, la vertu, la sagesse et un saint caractère contribuent à l'exaltation de l'homme, alors que la malhonnêteté, l'imposture, l'ignorance et l'hypocrisie mènent à son humiliation.
Par ma vie ! La distinction de l'homme ne dépend pas de ses parures et de sa richesse, mais bien de son comportement vertueux et de sa véritable compréhension.
La plupart des gens en Perse sont plongés dans l'erreur et l'imagination vaine. Combien grande est la différence entre la condition de ces personnes et la situation des âmes vaillantes qui sont allées au-delà de la mer des noms et ont planté leurs tentes sur les rives de l'océan du détachement. En effet, seules quelques-unes de la génération actuelle ont déjà mérité d'écouter le roucoulement des colombes du paradis suprême. Peu de mes serviteurs sont réellement reconnaissants.
Les gens, pour la plupart, se complaisent dans la superstition. Ils considèrent qu'une seule goutte de la mer de l'illusion est préférable à un océan de certitude. En s'attachant à des noms, ils se privent de la réalité intérieure, et en s'accrochant à de vaines chimères, ils ne peuvent assister à l'aurore des signes célestes.
Dieu veuille que vous puissiez être gracieusement aidés, en toutes circonstances, pour briser les idoles de la superstition et déchirer les voiles de l'imagination des hommes. L'autorité est dans la main de Dieu, la Source de la révélation et de l'inspiration et le Seigneur du jour de la résurrection.
Nous avons entendu ce que la personne dont il est question a dit au sujet de certains enseignants de la foi. En fait, elle a dit la vérité.
Certaines personnes insouciantes sillonnent les pays au nom de Dieu, s'engageant activement à ruiner sa cause, et elles appellent cela promouvoir et enseigner la parole de Dieu, et cela, bien que les qualités des enseignants de la foi luisent comme des étoiles brillantes dans les cieux des divines tablettes.
Toute personne équitable témoigne et chaque homme d'intuition est bien conscient que le seul vrai Dieu - exaltée soit sa gloire - a sans cesse énoncé et expliqué ce qui élèvera la position et exaltera le rang des enfants des hommes.
Le peuple de Bahá, tel un cierge, brille de tout son éclat parmi les rassemblements, il s'attache à ce que Dieu a décidé. Ce rang dépasse tous les autres rangs.
Heureux celui qui se détourne des choses que possèdent les peuples du monde, se languissant de ce qui touche à Dieu, le souverain Seigneur de l'éternité.
Dis: O Dieu, mon Dieu ! Tu me vois décrivant des cercles autour de ta volonté, les yeux tournés vers l'horizon de ta bonté, attendant ardemment la révélation des splendeurs éclatantes du soleil de tes faveurs.
Je te supplie, ô Aimé de tout coeur compréhensif et Désir de ceux qui te sont proches, de faire en sorte que tes aimés puissent se détacher complètement de leurs propres inclinations, s'accrochant fermement à ce qui te plaît. Revêts-les, ô Seigneur, de la robe de l'équité et illumine-les des splendeurs de la lumière du détachement. Appelle alors à leur aide les armées de la sagesse et de la parole afin qu'ils puissent exalter ta parole parmi tes créatures et proclamer ta cause parmi tes serviteurs.
En vérité, tu as le pouvoir de faire ce que tu veux, et c'est entre tes mains que reposent les rênes de toutes choses. Il n'y a pas d'autre Dieu que toi, le Puissant, Celui qui toujours pardonne.
O toi qui as tourné ton regard vers ma face ! En ces jours eut lieu ce qui m'a plongé dans une profonde tristesse. Certains fauteurs de troubles qui professent l'allégeance à la cause de Dieu ont commis des actes tels que les membres de la sincérité, de l'honnêteté, de la justice et de l'équité ont tremblé.
Un individu connu, qui avait bénéficié de la bonté et de la faveur suprêmes, a perpétré des actes tels que Dieu en eut les larmes aux yeux. D'abord nous l'avertîmes et eûmes des paroles prémonitoires; ensuite, pendant un certain nombre d'années, nous gardâmes la chose secrète, pour qu'il pût, par chance, prendre conscience et se repentir. Mais tout cela en vain.
A la fin, il rassembla ses énergies pour vilipender la cause de Dieu aux yeux de tous les hommes. Il mit en pièces le voile de l'équité et n'eut aucune sympathie ni pour lui-même ni pour la cause de Dieu. Aujourd'hui cependant, les actes de certains individus ont entraîné des souffrances bien plus grandes que celles engendrées par les actes de leurs prédécesseurs.
Implore Dieu, le Vrai, pour qu'Il puisse, par sa grâce, permettre à l'inconscient de se rétracter et de se repentir. En vérité, Il est le Clément, le Bienfaisant, le Très-Généreux.
En ces jours, il incombe à chacun d'adhérer avec ténacité à l'unité et à la concorde et d'oeuvrer avec diligence à la promotion de la cause de Dieu, pour que, par bonheur, les âmes égarées puissent atteindre ce qui les mènera à une prospérité durable.
En résumé, les dissensions entre diverses sectes ont ouvert la voie à la faiblesse. Chaque secte a choisi une voie pour elle seule, et elle s'accroche à une certaine corde. En dépit d'un aveuglement et d'une ignorance manifestes, elles se targuent de posséder intuition et connaissance.
Parmi elles se trouvent des mystiques qui ont prêté allégeance à la foi de l'islám, dont certains s'adonnent à ce qui mène à l'oisiveté et à l'isolement. Je le jure par Dieu ! Ces pratiques abaissent le rang de l'homme et le font se gonfler d'orgueil.
L'homme doit porter des fruits. Selon les paroles de l'Esprit , un homme qui ne porte pas de fruits est comme un arbre stérile, et un arbre stérile n'est bon qu'à faire du feu.
Ce que ces personnes ont mentionné au sujet des rangs de l'Unité divine conduira, et non dans une moindre mesure, à l'oisiveté et aux vaines chimères.
Ces mortels ont de toute évidence rejeté les différences de rang et en sont venus à se considérer eux-mêmes comme Dieu, alors que Dieu est incommensurablement élevé au-dessus de toutes choses. Cependant, chaque être créé révèle les signes de Dieu, qui ne constituent que des émanations de Lui et non sa propre Entité.
Tous ces signes sont reflétés et peuvent être vus dans le livre de l'existence, et les manuscrits qui décrivent la forme et le dessin de l'univers sont en fait un très grand livre. Dans celui-ci, tout homme perspicace peut percevoir ce qui pourrait le mener au droit chemin et le rendrait capable d'atteindre la grande Annonce.
Considère les rayons du soleil dont la lumière a enveloppé le monde. Les rayons émanent du soleil et révèlent sa nature, mais ils ne sont pas le soleil lui-même. Tout ce qui peut être discerné sur la terre démontre largement le pouvoir de Dieu, sa connaissance et les effusions de sa bonté, alors que Lui est incommensurablement élevé au-dessus de toutes les créatures.
Le Christ dit: Tu as donné aux enfants ce dont l'érudit et le sage sont dépourvus. Le sage de Sabzivár a dit: Hélas ! Les oreilles attentives manquent, sinon les murmures du buisson du Sinaï pourraient être entendus de chaque arbre.
Dans une tablette destinée à un sage qui avait investigué le sens de la Réalité élémentaire, nous nous sommes adressé à lui en ces termes: Si cette parole est véritablement tienne, comment se fait-il que tu n'aies pas réussi à entendre l'appel lancé par l'Arbre de l'Homme des hauteurs les plus élevées du monde ?
Si tu as vraiment entendu l'appel mais que cependant, par crainte ou par désir de préserver ta vie, tu lui es resté insensible, tu es quelqu'un qui n'a jamais valu la peine d'être mentionné et qui ne la vaut toujours pas; si tu n'as pas entendu cet appel, alors tu es privé du sens de l'ouïe.
En bref, de tels hommes sont ceux dont les paroles constituent la fierté du monde, et les actes la honte des nations.
En vérité, nous avons fait sonner la trompette qui n'est autre que ma plume de gloire; et voilà que l'humanité s'est évanouie devant elle, hormis ceux qu'il a plu à Dieu de délivrer en signe de sa grâce. Il est le Seigneur de bonté, l'Ancien des jours.
Dis: O rassemblement de théologiens ! Censurerez-vous cette Plume que le royaume de la parole s'est préparé à écouter dès qu'elle a élevé sa voix stridente et dont le thème puissant et glorieux a rendu tout autre thème insignifiant ? Craignez Dieu et ne suivez pas vos vaines chimères et vos imaginations corrompues, mais suivez-le plutôt, lui qui est venu à vous investi d'une connaissance indéniable et d'une certitude inébranlable.
Glorifié soit Dieu ! Le trésor de l'homme est sa parole, et pourtant cet Opprimé a retenu sa langue, car les incrédules sont à l'affût; cependant, sa protection est accordée par Dieu, le Seigneur de tous les mondes.
En vérité, c'est en Lui que nous avons mis notre confiance et c'est à Lui que nous avons remis toutes choses. Pour nous et pour toutes les créatures, Il est celui qui suffit à tout. Il est celui qui, par sa permission et la puissance de son ordre, a fait resplendir l'astre du jour de la puissance souveraine au-dessus de l'horizon du monde. Heureux celui qui perçoit et reconnaît la vérité, et malheur au rebelle et à l'infidèle.
Cet Opprimé a invariablement fait preuve d'affection envers les sages. Par "les sages" il faut entendre les hommes dont la connaissance ne se limite pas à de simples mots et dont la vie a été fructueuse et a donné des résultats durables. Il incombe à chacun d'honorer ces âmes bénies.
Heureux sont ceux qui observent les préceptes de Dieu; heureux sont ceux qui ont reconnu la vérité; heureux sont ceux qui jugent équitablement en toutes choses et qui saisissent la corde de mon inviolable justice.
Le peuple de Perse s'est détourné de Lui, le Protecteur et le Secours. Il s'accroche aux vaines chimères de l'insensé et s'y empêtre. Il est si fermement attaché aux superstitions que nul ne peut l'en détacher, si ce n'est le bras puissant de Dieu - exaltée soit sa gloire.
Implore le Tout-Puissant afin qu'Il écarte des doigts de la puissance divine les voiles qui ont aveuglé les peuples et les ethnies diverses, afin qu'ils puissent atteindre à ce qui mène à la sécurité, au progrès et à l'évolution et qu'ils puissent se précipiter vers l'Ami incomparable.
La parole de Dieu que la Plume d'Abhá a révélée et inscrite sur la première feuille du Paradis le plus exalté est la suivante: En vérité je le dis, la crainte de Dieu a toujours été une défense sûre et une forteresse solide pour tous les peuples du monde. C'est la cause principale de la protection de l'humanité et l'instrument suprême de sa préservation.
Il existe en fait chez l'homme une faculté qui le détourne de tout ce qui est méprisable et indécent et l'en préserve; et cette faculté, c'est le sentiment de honte. Celui-ci cependant se limite à quelques-uns; tous ne l'ont pas possédé et ne le possèdent pas.
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée sur la deuxième feuille du Paradis le plus exalté est la suivante: La Plume du Très-Haut exhorte en ce moment les manifestations de l'autorité et les sources de pouvoir, c'est-à-dire les rois, les souverains, les présidents, les dirigeants, les théologiens et les sages, elle leur enjoint de soutenir la cause de la religion et d'y adhérer.
La religion est en vérité le principal instrument pour l'établissement de l'ordre dans le monde et de la tranquillité parmi ses peuples. L'affaiblissement des piliers de la religion a fortifié les insensés, les a enhardis et rendus plus arrogants. En vérité je le dis: Plus grand est le déclin de la religion, plus affligeante est l'obstination de l'impie. Ceci ne peut mener finalement qu'au chaos et à la confusion.
Ecoutez-moi, ô hommes d'intuition, et soyez prévenus, vous qui êtes dotés de discernement !
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée sur la troisième feuille du Paradis le plus exalté est la suivante: O fils de l'homme ! Si tes yeux sont tournés vers la miséricorde, abandonne les choses qui te profitent et attache-toi à ce qui profitera à l'humanité.
Et si tes yeux sont tournés vers la justice, choisis pour ton voisin ce que tu aurais choisi pour toi-même.
L'humilité exalte l'homme jusqu'aux cieux de la gloire et de la puissance, alors que l'orgueil l'abaisse jusqu'aux profondeurs de la misère et de la dégradation.
O peuple de Dieu ! Grand est le jour et puissant est l'appel ! Dans une de nos tablettes Nous avons révélé ces paroles exaltées: Si le monde de l'esprit devait être complètement transformé en sens de l'ouïe, il pourrait alors prétendre être digne d'écouter la voix qui appelle de l'horizon suprême; car sans cela, ces oreilles souillées par des histoires mensongères n'ont jamais été et ne sont toujours pas aptes à l'entendre. Heureux ceux qui écoutent, et malheur au rebelle.
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée dans la quatrième feuille du Paradis le plus exalté est la suivante: O peuple de Dieu ! Implore le Vrai - glorifié soit son nom - pour qu'Il puisse, par sa grâce, soustraire les manifestations de l'autorité et du pouvoir à l'influence de leur ego et de leurs désirs, et répandre sur elles la lumière de la justice et de la direction divine.
Sa Majesté Muhammad Sháh, malgré l'excellence de son rang, commit deux actes odieux. L'un fut d'ordonner le bannissement du seigneur des royaumes de grâce et de bonté, le Premier Point; et l'autre, le meurtre du prince de la cité de l'accomplissement politique et littéraire.
Les fautes des rois, comme leurs faveurs, peuvent être grandes. Un roi que la vaine gloire du pouvoir et de l'autorité ne détourne pas de la justice, que la luxure, les richesses, la gloire ou le commandement d'armées et de légions ne privent pas des splendeurs de l'astre du jour de l'équité, occupera un rang élevé et une position sublime dans le concours céleste. Il incombe à chacun de porter secours et de manifester de la bonté envers une âme si noble.
Heureux le roi qui tient fermement en mains les rênes de ses passions, maîtrise son courroux et préfère la justice et l'équité à l'injustice et à la tyrannie.
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée sur la cinquième feuille du Paradis le plus exalté est celle-ci: Par dessus tout, le plus grand des dons et la plus merveilleuse des grâces a toujours été et continuera d'être la sagesse. C'est la protectrice infaillible de l'homme. Elle l'aide et le fortifie.
La sagesse est l'émissaire de Dieu et le révélateur de son nom, l'Omniscient. Par elle, l'élévation de la position de l'homme devient manifeste et évidente.
Elle est l'omniscience et le premier maître à l'école de la vie. Elle est le guide et est investie d'une grande distinction. Grâce à son influence dans l'éducation, les êtres terrestres ont été imprégnés d'un esprit semblable à un diamant qui surpasse les cieux en éclat.
Dans la cité de la justice, elle est l'orateur sans pareil qui, en la neuvième année, illumina le monde de la joyeuse nouvelle de sa révélation.
Et ce fut cette source incomparable de sagesse qui, au début de la création du monde, gravit les marches du sens profond et, une fois intronisée par l'opération de la volonté divine sur la chaire de la parole, proclama deux mots. Le premier annonçait la promesse d'une récompense, tandis que le second formulait la lourde menace d'une punition.
La promesse fit se lever l'espoir, et la menace fit naître la peur. Ainsi fut fermement établie la base de l'ordre mondial sur ces deux principes géminés. Exalté soit le Seigneur de sagesse, le Possesseur d'une grande bonté.
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée dans la sixième feuille du Paradis le plus exalté est la suivante: La lumière des hommes est la justice. Ne laissez pas les vents contraires de l'oppression et de la tyrannie l'éteindre.
Le but de la justice est l'apparition de l'unité parmi les hommes. L'océan de la sagesse divine surgit dans cette parole exaltée alors que les livres du monde ne peuvent contenir sa signification profonde.
L'humanité serait-elle vêtue de cette parure qu'elle apercevrait l'astre du jour de la parole. Ce jour-là Dieu comblera chacun de son abondance , brillant avec éclat au-dessus de l'horizon du monde.
Appréciez la valeur de cette parole; c'est un noble fruit que l'arbre de la Plume de gloire a produit. Heureux l'homme qui y prête l'oreille et observe ces préceptes.
En vérité je le dis, tout ce qui est envoyé des cieux de la volonté de Dieu est un moyen pour établir l'ordre dans le monde et un instrument pour promouvoir l'unité et la fraternité parmi ses peuples. Ainsi a parlé, de sa plus grande prison, la langue de cet Opprimé.
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée dans la septième feuille du Paradis le plus exalté est celle-ci: O vous hommes de sagesse parmi les nations ! Fermez les yeux à l'aliénation, puis fixez votre regard sur l'unité. Adhérez avec ténacité à ce qui mènera au bien-être et à la tranquillité de toute l'humanité.
Cette étendue de terre n'est qu'une seule patrie et une seule demeure.
Il vous appartient d'abandonner toute vaine gloire, source d'aliénation, et de tourner vos coeurs vers tout ce qui garantit l'harmonie.
Aux yeux du peuple de Bahá, la gloire de l'homme se trouve dans son savoir, dans sa conduite intègre, dans son caractère louable, dans sa sagesse, et non dans sa nationalité ou son rang.
O peuples de la terre ! Appréciez la valeur de cette parole céleste. En vérité, elle peut être comparée à un bateau sur l'océan de la connaissance et à un luminaire rayonnant dans le royaume de la perception.
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée sur la huitième feuille du Paradis le plus exalté est la suivante: La première tâche des écoles est de former les enfants aux principes de la religion, afin que la promesse et la menace contenues dans les livres de Dieu puissent les détourner des choses interdites et les vêtir du manteau des commandements; mais ceci doit être fait dans une mesure telle qu'elle ne puisse pas nuire aux enfants en les menant à un fanatisme ignorant et au sectarisme.
Il incombe aux administrateurs de la Maison de justice de délibérer sur les choses qui n'ont pas été ouvertement révélées dans le Livre et de faire respecter ce qu'ils ont convenu. Dieu, en vérité, leur donnera l'inspiration de ce qu'Il veut et Il est, en vérité, le Pourvoyeur, l'Omniscient.
Nous avons autrefois ordonné que les gens ne parlent qu'en deux langues, mais il faudrait s'efforcer de réduire ce nombre à une seule langue, de même en ce qui concerne l'écriture, afin que les hommes ne se dissipent pas et ne perdent pas de temps à apprendre plusieurs langues. Ainsi la terre tout entière pourrait être considérée comme une seule cité et comme un seul pays.
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée dans la neuvième feuille du Paradis le plus exalté est celle-ci: La modération est souhaitable dans toutes les matières. Si une chose est portée à l'excès, elle s'avérera source de mal.
Voyez comme la civilisation occidentale a agité et alarmé les peuples du monde. Elle a mis au point une machine infernale qui s'est avérée être une arme de destruction si cruelle, que jamais auparavant personne n'avait vu ou entendu parler d'une chose semblable.
Se purifier de corruptions si profondément enracinées et écrasantes ne peut se réaliser que si les peuples du monde s'unissent pour poursuivre un objectif commun et embrassent une foi universelle. Prêtez l'oreille à l'appel de cet Opprimé et soyez de fermes partisans de la moindre paix.
Des choses étranges et étonnantes existent sur la terre, mais elles sont cachées à l'esprit et à la compréhension des hommes. Ces choses sont capables de changer toute l'atmosphère terrestre et leur contamination pourrait s'avérer mortelle.
Seigneur ! Nous avons observé une chose étonnante. La lumière ou une force semblable à elle est contrôlée par un opérateur et se déplace sur son ordre.
Incommensurablement exalté est le Seigneur du Pouvoir qui a mis à nu ce dont Il avait le dessein à travers la puissance de son invincible et grave commandement.
O peuple de Bahá ! Chacune des ordonnances que Nous avons révélées est une puissante forteresse pour la préservation du monde de l'existence. En vérité, cet Opprimé ne désire rien d'autre que votre sécurité et votre élévation.
Nous exhortons les hommes de la Maison de justice et Nous leur ordonnons de veiller à la protection et à la sauvegarde des hommes, des femmes et des enfants. Il leur incombe d'avoir la plus grande considération pour les intérêts des peuples en tout temps et en toutes circonstances.
Béni soit le dirigeant qui secourt le captif, le riche qui prend soin du pauvre, le juste qui garantit les droits de l'opprimé face à l'injustice, et heureux l'administrateur qui observe ce que l'Ordonnateur, l'Ancien des jours lui a ordonné.
O Haydar Alí ! Que ma gloire et ma louange soient sur toi. Mes conseils et mes avertissements ont fait le tour du monde. Mais au lieu d'apporter la joie et le bonheur, ils ont provoqué la douleur parce que certains de ceux qui disent m'aimer sont devenus arrogants et m'ont accablé de tribulations telles que ni les disciples des religions précédentes ni les théologiens de Perse ne m'en ont jamais infligées de semblables.
Nous avons dit: Mon emprisonnement ne me fait aucun mal, pas plus que ce qui m'est arrivé aux mains de mes ennemis. Ce qui m'afflige, c'est la conduite de mes aimés qui, bien qu'ils portent mon nom, commettent cependant ce qui fait se lamenter mon coeur et ma plume.
De telles paroles ont été révélées à maintes reprises, mais les insouciants n'ont pas réussi à en profiter puisqu'ils sont prisonniers de leurs propres passions néfastes et de leurs désirs corrompus.
Implore le seul vrai Dieu afin qu'Il permette à chacun de se repentir et de revenir à Lui. Aussi longtemps que la nature d'une personne l'entraînera vers des passions néfastes, le crime et le péché prévaudront.
Nous chérissons l'espoir que la main du pouvoir divin et l'effusion des bénédictions célestes puissent soutenir tous les hommes, les parant du vêtement du pardon et de la bonté et les gardant de ce qui pourrait nuire à sa cause parmi ses serviteurs. Il est en vérité le Puissant, le Tout-Puissant, Il est le Clément, le Miséricordieux.
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée dans la dixième feuille du Paradis le plus exalté est la suivante: O peuples de la terre ! Vivre retiré du monde ou pratiquer l'ascétisme n'est pas acceptable en la présence de Dieu.
Il appartient à ceux qui sont dotés d'intuition et de compréhension d'observer ce qui sera cause de joie et de rayonnement.
De telles pratiques sorties du sein des chimères ou issues du ventre de la superstition conviennent mal aux hommes de savoir. Jadis et récemment encore, certains ont habité les grottes des montagnes alors que d'autres ont, la nuit, rejoint les cimetières.
Dis: Prêtez l'oreille aux conseils de cet Opprimé. Abandonnez les choses qui ont cours parmi vous et adoptez ce que le fidèle conseiller vous a ordonné. Ne vous privez pas des bienfaits qui ont été créés par amour pour vous.
La charité est agréable et louable aux yeux de Dieu, elle est considérée comme une reine parmi les bonnes actions.
Considérez et rappelez-vous ce que le Très-Miséricordieux a révélé dans le Qur'án : A eux-mêmes, ils les préféreront, même si la pénurie existe chez eux. Ceux qui se préservent de la ladrerie de leur âme, ceux-là seront les bienheureux. Vue sous cette lumière, la sainte parole rapportée ci-dessus est, en vérité, l'astre du jour des paroles.
Béni est celui qui préfère son frère à lui-même. En vérité, un tel homme est mentionné, par la vertu de la volonté de Dieu, l'Omniscient, le Très-Sage, avec le peuple de Bahá qui demeure dans l'arche pourpre.
La parole de Dieu que la Plume suprême a rapportée dans la onzième feuille du paradis le plus exalté est celle-ci: Nous enjoignons à ceux qui sont les emblèmes de ses noms et de ses attributs d'adhérer désormais fermement à ce qui a été formulé dans cette plus grande révélation, de s'interdire d'être la cause de différends et, jusqu'à la fin qui ne connaît pas de fin, de garder les yeux dirigés vers l'aurore des paroles resplendissantes rapportées dans cette Tablette.
Le différend mène à l'effusion de sang et sème l'agitation parmi les peuples. Ecoutez la voix de cet Opprimé et ne vous en détournez pas.
Quiconque pèserait en son coeur ce qui, dans cette révélation, a jailli de la Plume de gloire serait convaincu que, dans tout ce que cet Opprimé a affirmé, il n'y avait nulle intention de sa part de s'attribuer un rang ou une position quelconques.
Le dessein était, pour être plus précis, d'attirer les âmes par le caractère sublime de ses paroles vers le sommet de la gloire transcendante et de les doter de la capacité de percevoir ce qui lavera et purifiera les peuples du monde de la lutte et de la dissension que les différences de religions provoquent. De cela, mon coeur, ma plume, mon être tout entier en sont témoins.
Dieu fasse que tous les hommes se tournent vers les trésors cachés dans leur être propre.
O peuple de Bahá ! La source des métiers, des sciences et des arts est la faculté de réflexion. Consens tout effort pour que, de cette mine idéale, jaillissent de telles perles de sagesse et d'éloquence qu'elles pourront promouvoir le bien-être et l'harmonie parmi tous les peuples de la terre.
En toutes circonstances, que ce soit dans l'adversité ou dans l'aisance, honoré ou tourmenté, cet Opprimé a ordonné aux hommes de faire preuve d'amour, d'affection, de compassion et d'harmonie.
Et cependant, dès que le moindre signe de progrès et d'évolution apparaît, ceux qui sont dissimulés derrière les voiles se montrent et lancent des calomnies plus blessantes que l'épée. Ils s'accrochent à des paroles erronées et répréhensibles et souffrent eux-mêmes d'être privés de l'océan des versets révélés par Dieu.
Sans ces voiles qui l'aveuglent, la Perse aurait été en deux années subjuguée par la puissance de la parole, la situation du gouvernement et du peuple aurait été améliorée, et le but suprême, dévoilé et révélé, serait apparu dans la plénitude de la gloire.
En résumé, parfois en termes explicites, parfois par allusion, Nous avions dit ce qui devait être dit.
Dès lors, une fois la Perse réhabilitée, les douces saveurs de la parole de Dieu se seraient répandues sur tous les pays, puisque ce qui a coulé de la Plume très exaltée conduit à la gloire, au progrès et à l'éducation de tous les peuples et de toutes les familles de la terre.
C'est en effet le remède souverain pour tous les maux, puissent-ils seulement le comprendre et le percevoir.
Récemment, les Afnán et Amín - que ma gloire et ma tendre bonté soient sur eux - accédèrent à notre présence et contemplèrent notre face; de même, Nabíl, le fils de Nabíl et le fils de Samandar - que la gloire de Dieu et sa tendre bonté reposent sur eux - furent présents et burent à la coupe de la réunion. Nous implorons Dieu qu'Il puisse, par sa grâce, leur destiner le bien de ce monde et de l'autre, et que l'effusion de ses bénédictions et de sa grâce puisse descendre sur eux des cieux de sa générosité et des nuages de sa tendre compassion.
En vérité, de ceux qui font preuve de miséricorde, Il est le plus miséricordieux, Il est le Gracieux, le Bienfaisant.
O Haydar Alí ! L'autre lettre que tu as envoyée par l'entremise de celui qui porte le titre de Júd (Bonté) est parvenue à notre cour sacrée. Que Dieu soit loué ! Elle était ornée de la lumière de l'unité divine et du détachement, et resplendissait du feu de l'amour et de l'affection.
Prie Dieu pour qu'Il puisse doter les yeux d'acuité et les illuminer d'une lumière nouvelle, afin que, par bonheur, ils soient capables de percevoir ce qui n'a pas de pair ni d'égal.
En ce jour, les versets du Livre Mère sont resplendissants et clairs comme le soleil. Ils ne peuvent en aucune manière être confondus avec aucune parole passée ou plus récente.
En vérité, cet Opprimé ne désire pas établir la vérité de sa propre cause avec des preuves fournies par d'autres. Il est celui qui embrasse toutes choses alors que tout autre que lui est circonscrit. O peuples, considérez ce qui a cours parmi vous et Nous considérerons ce qui Nous est propre.
Je le jure par Dieu ! Ni les louanges des peuples du monde, ni les possessions des familles de la terre ne valent la peine d'être mentionnées face au souvenir de son nom. En témoigne celui qui en toutes circonstances proclame: En vérité, Il est Dieu, le Souverain suprême du jour du Jugement dernier et le Seigneur du trône puissant.
Glorifié soit Dieu ! On se demande sur quelle preuve ou pour quelle raison les incrédules parmi le peuple du Bayán se sont détournés du Seigneur de l'existence. En vérité, le rang de cette révélation transcende le rang de tout ce qui a été manifesté par le passé ou sera rendu manifeste dans l'avenir.
Si le Point du Bayán était présent en ce jour et hésitait, Dieu l'en préserve, à reconnaître cette cause, alors, les très saintes paroles sorties de la source intarissable de son propre Bayán s'appliqueraient aussi à lui.
Il dit, et sa parole est vérité: Il est légitime pour celui que Dieu rendra manifeste de renier celui qui est le plus grand sur terre.
Dis: O vous qui êtes privés de compréhension ! Aujourd'hui, cet être très exalté proclame: En vérité, en vérité, je suis le premier à l'adorer. O combien superficielle est la capacité de connaissance des hommes, et faible leur faculté de perception. Notre Plume de gloire témoigne de leur pitoyable pauvreté et de la richesse de Dieu, le Seigneur de tous les mondes.
Loué et glorifié soit celui qui a appelé la création à l'existence. Il est la Vérité souveraine, Celui qui connaît les choses invisibles.
Le Livre Mère est révélé, et le Seigneur de bonté est établi sur le très saint siège de gloire.
L'Aurore est apparue et cependant les gens ne le comprennent pas. Les signes ont été annoncés alors que celui qui les a révélés est accablé de souffrances manifestes. J'ai de fait enduré ce qui a fait se lamenter le monde de l'existence.
Dis: O Yahyá (Azal), produis un seul verset si tu jouis vraiment d'une connaissance divinement inspirée. Ces paroles furent jadis prononcées par mon héraut qui, à cette heure, proclame: En vérité, en vérité, je suis le premier à l'adorer.
Sois juste, ô mon frère. Es-tu capable de t'exprimer lorsque tu es face à l'océan ondoyant de ma parole ? Peux-tu délier ta langue lorsque tu es confronté à la voix crissante de ma Plume ? As-tu un quelconque pouvoir face aux révélations de mon omnipotence ?
Juge équitablement, je t'en conjure par Dieu, et souviens-toi du temps où tu étais en présence de cet Opprimé et où nous te dictions les versets de Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même. Prends garde que la source de mensonges ne te détourne de la vérité manifeste.
O toi qui as fixé ton regard sur ma face ! Dis: O vous, insouciants ! Pour une gouttelette, vous vous êtes privés de l'océan des versets célestes, et pour l'amour d'un atome insignifiant, vous vous êtes fermés aux splendeurs de l'Astre du jour de vérité. Qui d'autre que Bahá a le pouvoir de parler face à l'humanité ? Jugez avec équité et ne soyez pas parmi les injustes.
Grâce à lui, les océans ont déferlé, les mystères ont été divulgués, les Arbres ont élevé leur voix s'exclamant: Les royaumes de la terre et des cieux sont à Dieu, le Révélateur des signes, la Source des témoignages clairs.
Lisez attentivement le Bayán persan révélé par celui qui annonçait cette révélation et examinez-le d'un oeil juste. En vérité, il vous guidera directement vers son chemin. En ce moment, il proclame ce que sa langue a jadis énoncé lorsqu'il était assis sur le trône de son nom très exalté.
Tu as mentionné les aimés dans ces régions. Que Dieu soit loué, chacun d'entre eux a eu l'honneur d'être rappelé au souvenir du Véritable - exaltée soit sa gloire -, et le nom de chacun coula de la Langue de grandeur dans le royaume de la parole.
Grands, en fait, sont leur béatitude et leur bonheur, car ils ont bu le vin choisi de la révélation et de l'inspiration de la main de leur Seigneur, le Compatissant, le Clément. Nous implorons Dieu de les aider à manifester une constance inflexible et à demander l'appui des légions de la sagesse et de la parole. Il est en vérité le Puissant, l'Omnipotent.
Transmets-leur mes salutations et apporte-leur la joyeuse nouvelle que l'Astre du jour de la reconnaissance s'est levé et a répandu ses rayons de l'horizon des faveurs bienfaisantes de leur Seigneur, le Toujours-Indulgent, le Très-Miséricordieux.
Tu as mentionné Husayn. Nous avons vêtu son temple de la robe de l'indulgence et orné son front de la couronne du pardon. Il lui appartient de se glorifier lui-même parmi les hommes de ce bienfait resplendissant, rayonnant et manifeste.
Dis: Ne sois pas découragé. Après la révélation de ce verset sacré, c'est comme si tu renaissais du sein de ta mère.
Dis: Tu es libéré du péché et de l'erreur. De sa très grande prison, par l'eau vivifiante de sa parole, en vérité, Dieu t'a purifié.
Nous le prions - qu'Il soit béni et exalté - de gracieusement te confirmer dans ta mission de louange et d'exaltation de sa gloire et de te soutenir par la puissance de son armée invisible. En vérité Il est le Tout-Puissant, l'Omnipotent.
Tu as mentionné le peuple de Tár. Nous avons tourné notre face vers les serviteurs de Dieu et leur avons conseillé avant toute chose de considérer ce que le Point du Bayán a déclaré au sujet de cette révélation - révélation qui a fait trembler tous les noms et tous les titres, s'écrouler les idoles des vaines chimères et qui, du royaume de gloire, a fait proclamer à la Langue de grandeur: Par les mérites de Dieu ! Le trésor caché, le mystère impénétrable, a été dévoilé aux yeux des hommes, amenant toutes choses à se réjouir, qu'elles soient du passé ou du futur.
Il a dit, et sa parole est vérité: De tous les hommages que j'ai rendus à celui qui doit venir après moi, en voici le plus grand: mon aveu écrit qu'aucune de mes paroles ne peut le décrire adéquatement, et qu'aucune référence à lui dans mon livre, le Bayán, ne peut rendre justice à sa cause.
En outre, Nous leur conseillons d'agir avec justice, équité, honnêteté, piété et d'observer tout ce qui exaltera parmi les hommes tant la parole de Dieu que leur propre rang.
En vérité, je suis celui qui exhorte avec justice. En porte témoignage celui dont la plume a fait surgir des rivières de miséricorde, et dont la parole a fait jaillir des sources d'eau vivifiante pour toutes les choses créées. Incommensurablement exaltée est cette grâce bienfaisante; immensément bénie est cette faveur resplendissante.
O peuple de Tár ! Prêtez l'oreille à l'appel de celui qui fait tout ce qu'il veut. En vérité, il vous rappelle ce qui vous rapprochera de Dieu, le Seigneur des mondes.
De sa prison d'Akká, il a tourné son visage vers vous et a révélé, pour l'amour de vous, ce qui immortalisera votre souvenir et votre nom dans le livre qui ne peut être effacé et qui ne peut être affecté par les doutes du rebelle. Rejetez les choses qui ont cours parmi les hommes et saisissez-vous de ce qui vous est ordonné par la volonté de l'Ordonnateur, l'Ancien des jours.
Voici le jour où l'Arbre divin s'exclame: O peuples ! Voyez mes fruits et mes feuilles, et tendez ensuite l'oreille à mon bruissement. Prenez garde que les doutes des hommes ne vous privent de la lumière de la certitude.
L'Océan de la parole s'exclame et dit: O vous, habitants de la terre ! Voyez mes eaux houleuses et les perles de sagesse et de parole que j'en ai fait sortir. Craignez Dieu et ne soyez pas parmi les insouciants.
En ce jour, une grande fête se déroule dans le royaume des cieux; car tout ce qui était promis dans les saintes Ecritures s'est accompli. Voici le jour de grande réjouissance. Il incombe à chacun de se hâter vers le parvis de sa proximité avec une joie, un bonheur, une exultation et un plaisir extrêmes et de se libérer du feu de l'éloignement.
O peuple de Tár ! Par le pouvoir tonifiant de mon nom, saisissez le calice de la connaissance, buvez alors tout votre soûl en dépit des personnes qui ont enfreint l'alliance de Dieu et son testament, rejeté ses preuves et ses témoignages manifestes, et mis en doute ses signes qui ont animé tout ce qui est dans les cieux et sur la terre.
Les incroyants parmi le peuple du Bayán sont semblables aux disciples de la secte shiite et marchent sur leurs traces. Laissez-les à leurs chimères et à leurs vaines imaginations. Ils sont, en vérité, comptés parmi les égarés dans le livre de Dieu, l'Omniscient, le Très-Sage.
En ces jours, de leur tribune, tous les théologiens shiites se sont mis à insulter et à dénoncer le Véridique. Dieu miséricordieux ! Dawlat-Abádí aussi les a suivis. Il est monté à la tribune et a exprimé des choses qui ont fait pleurer de douleur la Tablette et se lamenter la Plume. Méditez sur cette conduite et sur la conduite d'Ashraf - que ma gloire et ma tendre miséricorde soient sur lui - et considérez aussi ces aimés qui se hâtèrent vers leur martyre en mon nom et offrirent leur vie pour celui qui est le Désir du monde.
La cause est manifeste, elle rayonne aussi resplendissante que le soleil, mais les gens sont devenus des voiles pour eux-mêmes. Nous implorons Dieu de les aider par sa grâce à revenir à Lui. Il est en vérité le Clément, le Miséricordieux.
O peuple de Tár ! De ce lieu nous vous envoyons nos salutations, et nous supplions Dieu - qu'Il soit béni et exalté - de vous donner à boire le vin choisi de la constance des mains de sa faveur. En vérité, Il est le Seigneur de bonté, le Gracieux, le Loué.
Abandonnez à eux-mêmes les immatures du monde - ils sont mus par des désirs égoïstes et s'accrochent à ceux qui expriment de vaines chimères. En vérité, Il est votre Secours et votre Sauveur. Il est en vérité capable de faire tout ce qu'Il veut. Il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, l'Unique, l'Incomparable, le Puissant, le plus Grand.
Puisse la gloire de notre présence descendre sur ceux qui ont tourné leur visage vers l'Aurore de sa révélation et ont reconnu et accepté ce que la Langue de la parole a prononcé dans le royaume de la connaissance en ce jour béni, ce jour glorieux et incomparable.

;===================================================
Chapitre: LAWH-I-DUNYA (Tablette du monde)

En mon nom, appelant à haute voix du royaume de la parole. Louanges et grâces soient rendues au Seigneur de l'autorité manifeste qui a orné cette puissante prison par la présence de Leurs Excellences Alí Akbar et Amín , et l'a éclairée de la lumière de la certitude, de la constance et de l'assurance. Que la gloire de Dieu et la gloire de tous ceux qui sont aux cieux et sur terre soient sur eux.
Lumière et gloire, salut et louange aux Mains de sa cause par qui a resplendi la lumière de la fermeté, par qui a été établie la vérité que l'autorité de choisir appartient à Dieu, le Puissant, le Fort, l'Indépendant, par qui a surgi l'océan de bonté et a été diffusé le parfum des faveurs gracieuses de Dieu, le Seigneur de l'humanité.
Nous l'implorons - qu'Il soit exalté - de les défendre par la puissance de son armée, de les protéger par le pouvoir de son autorité et de les aider par sa force indomptable qui domine toutes créatures. La souveraineté appartient à Dieu, le Créateur des cieux et le Seigneur du royaume des noms.
La Grande Nouvelle proclame: O peuple de Perse ! Vous fûtes autrefois le symbole de la miséricorde et l'incarnation de l'affection et de la bonté. Les régions du monde étaient illuminées et embellies par le rayonnement de votre savoir et l'éclat de votre érudition. Comment se fait-il que vous vous soyez levés pour vous détruire et détruire vos amis de vos propres mains ?
O Afnán, ô toi qui es issu de mon ancienne souche ! Ma gloire et ma tendre bonté reposent sur toi.
Combien vaste est le tabernacle de la cause de Dieu ! Il recouvre tous les peuples et toutes les familles de la terre et rassemblera d'ici peu l'humanité tout entière sous son aile.
Le jour de ton service est à présent arrivé. D'innombrables tablettes témoignent des bienfaits qui t'ont été consentis. Lève-toi pour le triomphe de ma cause et, par le pouvoir de ta parole, soumets le coeur des hommes.
Tu dois proclamer ce qui assurera la paix et le bien-être du misérable et de l'opprimé. Mobilise toutes tes forces afin que par bonheur tu puisses libérer le prisonnier de ses chaînes et que tu lui permettes d'atteindre la vraie liberté.
Aujourd'hui la Justice se lamente sur son état, et l'Equité gémit sous le joug de l'oppression. Les épais nuages de la tyrannie ont assombri la face de la terre et enveloppé ses peuples.
Par le mouvement de notre plume de gloire Nous avons, sur l'ordre de l'Ordonnateur omnipotent, insufflé une vie nouvelle dans chaque corps humain et instillé dans chaque mot un pouvoir nouveau. Toutes les choses créées proclament les signes de cette régénération mondiale. Ceci est la plus grande, la plus réjouissante des nouvelles apportées à l'humanité par la plume de cet Opprimé.
Pourquoi avez-vous peur, ô mes bien-aimés ? Qui donc pourrait vous épouvanter ? Un peu d'humidité suffit pour dissoudre l'argile durcie dans laquelle cette génération pervertie est moulée. Le seul fait de vous rassembler est suffisant pour disperser les forces de ces gens creux et sans mérite.
La lutte et le conflit conviennent aux bêtes sauvages. Ce fut par la grâce de Dieu et à l'aide de paroles bienséantes et d'actions louables que les épées dégainées de la communauté bábíe furent remises au fourreau.
C'est, en effet, grâce au pouvoir des bonnes paroles que le vertueux a toujours réussi à s'assurer la maîtrise des prairies du coeur des hommes.
Dis: O vous, aimés ! Ne renoncez pas à la prudence. Inclinez votre coeur vers les conseils donnés par la Plume très exaltée et prenez garde que vos mains ou votre langue ne blessent quiconque parmi le genre humain.
Nous référant au pays de Tá (Tihrán), Nous avons révélé dans le Kitáb-i-Aqdas ce qui avertira l'humanité.
Ceux qui usent de la tyrannie dans le monde ont usurpé les droits des hommes et des familles de la terre et suivent avec empressement leurs inclinations égoïstes.
Le tyran du pays de Yá (Yazd) a commis ce qui fit verser des larmes de sang au concours céleste.
O toi qui as bu à longs traits le vin de ma parole et qui as fixé ton regard sur l'horizon de ma révélation ! Comme il est étrange que les Perses, qui n'avaient pas leur rival dans les sciences et les arts, se soient subitement retrouvés au plus bas niveau de la dégradation parmi les familles du monde.
O peuples ! En ce jour béni et glorieux, ne vous privez pas des effusions généreuses de bonté que le Seigneur de grâce infinie vous a prodiguées. En ce jour, des ondées de sagesse et de paroles tombent à verse des nuages de la divine miséricorde. Heureux sont ceux qui jugent sa cause avec équité, et malheur aux injustes.
Tout homme éclairé reconnaîtra volontiers que les conseils révélés par la plume de cet Opprimé constituent la puissance animatrice suprême pour l'évolution du monde et l'élévation de ses peuples.
Levez-vous, ô peuples, et, par le pouvoir de la puissance de Dieu, prenez la résolution d'être victorieux sur votre ego, afin qu'un jour peut-être la terre entière soit sanctifiée et libérée de sa servitude envers les dieux de ses vaines chimères - dieux qui ont infligé de telles pertes à leurs malheureux disciples et qui sont responsables de leur misère. Ces idoles constituent un obstacle qui freine l'homme dans ses efforts pour avancer dans la voie de la perfection.
Nous caressons l'espoir que la Main de la puissance divine vienne en aide à l'humanité et la délivre de son état de profonde humiliation.
Dans une des tablettes ces mots ont été révélés: O peuple de Dieu ! Ne vous occupez pas de vos propres soucis; que vos pensées soient fixées sur ce qui réhabilitera le destin de l'humanité et sanctifiera le coeur et l'âme des hommes. La meilleure façon d'y parvenir est de poser des actes purs et saints, de mener une vie vertueuse et d'avoir un comportement noble.
Des actes valeureux assureront le triomphe de cette cause, et un saint caractère renforcera sa puissance.
Attachez-vous à la droiture, ô peuple de Bahá ! Ceci, en vérité, est le commandement que cet Opprimé vous a donné et le choix premier de sa volonté incoercible pour chacun d'entre vous.
O amis ! Il vous appartient de rafraîchir et de raviver vos âmes par les gracieuses faveurs qui pleuvent sur vous en cet émouvant printemps divin.
L'Etoile du jour de sa grande gloire a posé ses rayons sur vous et les nuages de sa grâce sans limite vous couvrent de leur ombre. Combien élevée est la récompense de celui qui ne s'est pas privé d'une si grande bonté, et qui n'a pas manqué de reconnaître, en sa nouvelle parure, la beauté de son Bien-Aimé !
Veillez sur vous-mêmes, car le Malin est là, qui attend, prêt à vous prendre au piège. Prémunissez-vous contre ses artifices méchants et, guidés par la lumière du nom de Dieu, Celui qui voit tout, échappez-vous de l'obscurité qui vous entoure.
Laissez votre vision devenir universelle plutôt que confinée à votre propre ego.
Le Malin est celui qui empêche l'élévation et entrave le progrès spirituel des enfants des hommes.
Il incombe à chaque homme, en ce jour, de s'en tenir fermement à tout ce qui pourra promouvoir les intérêts et exalter le rang de toutes les nations et de tous les gouvernements équitables.
C'est par chacun des versets révélés par la Plume du Très-Haut que les portes de l'amour et de l'unité ont été déverrouillées et ouvertes toutes grandes à la face des hommes.
Nous avons naguère déclaré - et Notre parole est la vérité -: Fréquentez les disciples de toutes les religions dans un esprit d'amitié et de fraternité. La révélation de ces mots a annulé et aboli tout ce qui a pu mener les enfants des hommes à se fuir mutuellement et tout ce qui a causé des dissensions et des divisions parmi eux.
L'instrument le plus efficace pour l'éducation de la race humaine tout entière a été envoyé du ciel de la volonté de Dieu, afin d'ennoblir le monde de l'être et d'élever l'esprit et l'âme des hommes.
L'essence la plus élevée et l'expression la plus parfaite de tout ce que les peuples anciens ont, soit écrit, soit dit ont été envoyées, à travers cette très puissante révélation, du ciel de la volonté du Dieu éternel, du Possesseur de toutes choses.
Il a jadis révélé: L'amour de la patrie est un élément de la foi en Dieu. La Langue de grandeur a cependant proclamé au jour de sa manifestation: La gloire n'appartient pas à celui qui aime son pays, mais bien à celui qui aime le monde.
Par la puissance libérée par ces paroles exaltées, il a donné un nouvel élan et tracé une nouvelle voie à l'oiseau du coeur des hommes, et il a effacé du livre saint de Dieu toute trace de restriction et de limitation.
Cet Opprimé a interdit au peuple de Dieu de s'engager dans la voie de la discorde ou du conflit et les a exhortés à agir équitablement et à posséder un caractère louable.
Aujourd'hui, l'armée capable d'assurer la victoire de sa cause est composée de ceux qui ont une bonne conduite et un saint caractère. Bénis sont ceux qui les suivent fermement et malheur à ceux qui s'en détournent.
O peuple de Dieu ! Je vous exhorte à la courtoisie, car elle est par-dessus tout la reine des vertus. Heureux celui qui est illuminé par la lumière de la courtoisie et vêtu de la robe de l'intégrité.
Quiconque fait preuve de courtoisie a en réalité atteint un rang sublime. Il faut espérer que cet Opprimé et toute autre personne puissent être rendus capables de l'acquérir, de s'y tenir fermement, de la respecter et de nous la faire contempler. Ceci est un commandement irrévocable qui a coulé de la plume du plus Grand Nom.
Voici le jour où devraient être rendus manifestes les joyaux de la constance qui gisent cachés au plus profond de l'homme. O peuple de justice ! Soyez aussi brillants que la lumière et aussi étincelants que le feu qui brûla dans le buisson ardent.
L'éclat du feu de votre amour ne peut que réunir et unifier les peuples et les familles de la terre qui s'affrontent, alors que la fureur de la flamme de l'inimitié et de la haine ne peut qu'entraîner conflit et ruine. Nous implorons Dieu de protéger ses créatures des mauvais desseins de leurs ennemis. Il a en vérité pouvoir sur toutes choses.
Toute louange soit au seul vrai Dieu - exaltée soit sa gloire - puisqu'Il a, par la Plume du Très-Haut, déverrouillé la porte du coeur des hommes. Chaque verset révélé par cette Plume est un portail brillant et étincelant qui laisse percevoir les gloires d'une vie sainte et pieuse, d'actes purs et irréprochables.
Les appels et le message que Nous avons délivrés ne furent jamais destinés à atteindre ou à bénéficier à un seul pays ou à un seul peuple. L'humanité entière doit fermement adhérer à ce qui lui a été révélé et accordé. C'est alors, et alors seulement, qu'elle atteindra la vraie liberté.
La terre entière est illuminée de la gloire resplendissante de la révélation de Dieu.
En l'an soixante, celui qui fut le héraut de la lumière de la direction divine - puisse toute la création lui être offerte en sacrifice - se leva pour annoncer une nouvelle révélation de l'Esprit divin et fut suivi, vingt ans plus tard, par celui dont la venue fit du monde le bénéficiaire de cette gloire promise, de cette faveur merveilleuse.
Voyez comme la plupart des hommes ont reçu la faculté d'entendre la parole très exaltée de Dieu - parole dont doit dépendre la réunion et la résurrection spirituelle de tous les hommes.
Alors que nous étions dans la prison d'Akká, nous révélâmes dans le Livre pourpre ce qui conduit à l'évolution de l'humanité et à la reconstruction du monde.
Les paroles écrites dans ce Livre par la Plume du Seigneur de la création comprennent ce qui suit et qui constitue les principes fondamentaux devant régir l'administration des affaires des hommes:
Premièrement: il incombe aux ministres de la Maison de justice de promouvoir la moindre paix afin que les peuples de la terre puissent être délivrés du fardeau des dépenses exorbitantes. Ce principe est impératif et absolument essentiel, car les hostilités et les conflits sont les racines de l'affliction et du malheur.
Deuxièmement: les langues devraient être réduites à une seule langue commune, qui serait enseignée dans toutes les écoles du monde.
Troisièmement: il appartient à l'homme d'adhérer avec ténacité à ce qui favorisera la fraternité, la bonté et l'unité.
Quatrièmement: chacun, homme ou femme, devrait remettre à une personne de confiance une partie de ce qu'il ou elle gagne par son activité commerciale, agricole ou autre, pour la formation et l'éducation des enfants, à dépenser à cette fin au su des administrateurs de la Maison de justice.
Cinquièmement: une attention spéciale doit être accordée à l'agriculture. Bien qu'elle soit mentionnée en cinquième lieu, il ne fait aucun doute que cette parole précède les autres.
L'agriculture est fortement développée dans les pays étrangers mais, en Perse, elle a été jusqu'à présent gravement négligée. Il est à espérer que Sa Majesté le Sháh - puisse Dieu l'aider par sa grâce - dirigera son attention vers ce domaine vital et important.
Si les hommes observaient ce que la Plume du Très-Haut a révélé dans le Livre pourpre, ils pourraient alors fort bien se passer des règlements qui prévalent dans le monde.
Certaines exhortations ont coulé à maintes reprises de la Plume du Très-Haut afin que, par bonheur, les manifestations du pouvoir et les aurores de la puissance reçoivent, un jour ou l'autre, la capacité de les mettre en vigueur.
En fait, si l'on trouvait des chercheurs sincères, chaque émanation de la volonté persuasive et irrésistible de Dieu serait, au nom de son amour, révélée. Mais où trouver des chercheurs sérieux et des esprits curieux ? Où sont passés les équitables et les justes ?
Alors qu'il ne s'est pas passé un jour sans que le feu d'une nouvelle tyrannie ne flambe impétueusement ou sans que l'épée d'une nouvelle agression ne soit dégainée.
Dieu de grâce ! Les grands et les nobles en Perse se glorifient d'actes d'une telle sauvagerie que l'on est stupéfait d'en entendre le récit.
Jour et nuit cet Opprimé remercie et loue le Seigneur des hommes, car Nous constatons que les paroles de conseil et d'exhortation que Nous avons prononcées se sont avérées efficaces et que ce peuple a fait preuve d'un caractère et d'une conduite qui sont acceptables à Nos yeux.
Ceci est affirmé par l'événement qui a véritablement réjoui l'oeil du monde et qui n'est autre que l'intercession des amis auprès des hautes autorités en faveur de leurs ennemis.
En effet, c'est par ses bonnes actions que l'on prouve la vérité de ses paroles. Nous caressons l'espoir que les hommes pieux pourront illuminer le monde par la lumière rayonnante de leur conduite, et Nous implorons le Tout-Puissant - qu'Il soit glorifié et exalté - de permettre que chacun puisse en ce jour rester inébranlable dans son amour et ferme dans sa cause. Il est en effet le Protecteur de ceux qui Lui sont tout dévoués et qui observent ses préceptes.
O peuple de Dieu ! Innombrables sont les royaumes que notre Plume de gloire a révélés et multiples les yeux auxquels elle a apporté la vraie lumière.
Et pourtant, la plupart des gens en Perse continuent à être privés des bénéfices de ces conseils profitables et demeurent grandement dépourvus dans le domaine des sciences utiles et des arts.
Jadis, ces mots sublimes furent spécialement révélés par la Plume de gloire en l'honneur de l'un des fidèles, afin que par bonheur ceux qui se sont égarés embrassent la vérité et en viennent à connaître les subtilités de la loi de Dieu.
Les incroyants et les infidèles ont fixé leur esprit sur quatre choses: premièrement, répandre le sang; deuxièmement, brûler les livres; troisièmement, fuir les disciples d'autres religions; quatrièmement, exterminer les autres communautés et les autres groupes. Aujourd'hui cependant, par le renforcement de la grâce et de la puissance de la parole de Dieu, ces quatre barrières ont été détruites, ces injonctions précises ont été effacées de la Tablette et les dispositions brutales ont été changées en qualités spirituelles. Son dessein est exalté, son pouvoir glorifié, son autorité magnifiée !
Maintenant implorons Dieu - louée soit sa gloire - de bien guider, par sa grâce, les disciples de la secte shiite et de les purifier d'une conduite inconvenante. Des lèvres des adeptes de cette secte sortent sans cesse des imprécations immondes lorsqu'ils invoquent le mot "Mal'ún" (maudit), prononcé avec un "ayn" guttural, comme une délectation quotidienne.
O Dieu, mon Dieu ! Tu entends les soupirs de celui qui est ta lumière (Bahá), jour et nuit tu prêtes l'oreille à ses lamentations et tu sais qu'il ne désire rien pour lui mais qu'il cherche plutôt à sanctifier les âmes de tes serviteurs et à les délivrer du feu qui les assaille sans cesse.
O Seigneur ! Les mains de tes serviteurs élus sont levées vers les cieux de ta bonté, et celles de tes adorateurs fidèles vers les hauteurs sublimes de ta générosité. Ne les déçois pas, je t'en conjure, dans ce qu'ils attendent de l'océan de ta faveur, des cieux de ta grâce et de l'étoile du jour de ta bonté. Aide-les, ô Seigneur, à acquérir des vertus capables d'élever leur rang parmi les peuples du monde. En vérité tu es le Puissant, le Fort, le Très-Généreux.
O peuple de Dieu ! Prêtez l'oreille à ce qui, une fois respecté, assurera la liberté, le bien-être, la tranquillité, l'élévation et le progrès de tous les hommes.
Certaines lois et certains principes sont nécessaires et indispensables pour la Perse. Cependant il convient que ces mesures soient adoptées en conformité avec les opinions motivées de Sa Majesté - puisse Dieu l'aider par sa grâce -, des théologiens érudits et des dirigeants de haut rang.
Un lieu, soumis à leur approbation, devrait être fixé pour qu'ils puissent s'y rencontrer. Là, ils devraient saisir fermement la corde de la consultation et adopter, puis appliquer, ce qui mène à la sécurité, à la prospérité, à la richesse et à la tranquillité des peuples. En effet, si l'on adoptait toute autre mesure que celles-là, elle ne pourrait que produire chaos et confusion.
Selon les lois fondamentales que Nous avons jadis révélées dans le Kitáb-i-Aqdas et dans d'autres tablettes, toutes les affaires sont confiées aux soins de rois et de présidents équitables et à ceux des administrateurs de la Maison de justice.
Après avoir médité sur ce que Nous avons énoncé, chaque homme juste et éclairé percevra aisément, de tout son être, les splendeurs du soleil de justice qui en émanent.
Le système de gouvernement adopté par le peuple Britannique à Londres semble bon, car il est orné de la lumière de la royauté et de celle de la consultation populaire.
Dans la formulation des lois et des principes, une partie de celle-ci a été consacrée aux sanctions qui constituent un instrument efficace pour la sécurité et la protection des hommes.
Cependant, la peur des sanctions fait que les hommes ne renoncent qu'en apparence à commettre des actes vils et méprisables, alors que ce qui garde et retient l'homme extérieurement et intérieurement a été et est toujours la crainte de Dieu. C'est la vraie protectrice de l'homme, sa gardienne spirituelle. Il appartient à l'homme de s'accrocher fermement à ce qui mènera à l'apparition de cette suprême bonté.
Heureux celui qui prête l'oreille à ce que ma Plume de gloire a proclamé et observe ce qui lui est commandé par l'Ordonnateur, l'Ancien des jours. Ouvrez vos coeurs, ô peuple de Dieu, aux conseils de votre véritable, votre incomparable Ami.
La parole de Dieu peut être comparée à un jeune arbre dont les racines ont été plantées dans le coeur des hommes. Il vous appartient de favoriser sa croissance par les eaux vivifiantes de la sagesse, par des paroles saintes et sanctifiées, afin que ses racines puissent s'ancrer fermement et ses branches se déployer aussi haut que le ciel, et au-delà.
O vous qui vivez sur la terre ! Le trait distinctif qui marque le caractère prééminent de cette révélation suprême c'est que Nous avons, d'un côté, effacé des pages du livre saint de Dieu ce qui fut la cause de conflits, de malveillances et de troubles parmi les enfants des hommes et, d'un autre côté, que Nous avons formulé les conditions fondamentales pour atteindre l'harmonie, la compréhension, l'unité complète et durable. Heureux ceux qui observent mes ordonnances.
A maintes reprises, Nous avons admonesté nos aimés afin qu'ils évitent, et même qu'ils fuient, tout ce qui pouvait avoir des relents de discorde.
Le monde est en grande agitation et l'esprit de ses peuples est dans un état de confusion totale. Nous implorons le Tout-Puissant pour qu'Il puisse, par sa grâce, les illuminer de la gloire de sa justice et leur permettre de découvrir ce qui leur profitera en tout temps et en toutes circonstances. Il est en vérité le Possesseur de toutes choses, le Très-Haut.
Nous avons auparavant prononcé ces paroles sublimes: Que ceux qui prêtent allégeance à cet Opprimé soient comme un nuage de pluie dans les moments de charité et de bonté, et comme un feu dévorant lorsqu'ils jugulent leur vile et avide nature.
Dieu de grâce ! Une chose s'est récemment produite qui a provoqué un grand étonnement. On dit qu'une certaine personne se rendit au siège du trône impérial en Perse et réussit à gagner les bonnes grâces de certains nobles par une attitude doucereuse. Que cela est triste en fait, que cela est déplorable ! On se demande pourquoi ceux qui ont été les symboles de la gloire la plus haute doivent à présent s'abaisser à une honte infinie. Qu'est devenue leur grande résolution ? Où s'en est allé leur sens de la dignité et de l'honneur ?
Le soleil de la gloire et de la sagesse a brillé sans cesse au-dessus de l'horizon de la Perse, mais, de nos jours, il a plongé à un niveau si bas que certains dignitaires se sont laissé traiter comme des jouets entre les mains d'un fou.
La personne mentionnée ci-dessus a écrit de telles choses sur ces gens dans la presse égyptienne et dans l'Encyclopédie de Beyrouth que les personnes bien informées et les savants en furent étonnés. Il se rendit alors à Paris où il publia un journal appelé Urvatu'l-Vuthqá (Le Bras infaillible) et en envoya des exemplaires dans toutes les parties du monde. Il en envoya aussi un exemplaire à la prison d'Akká et, ce faisant, il voulut faire preuve d'affection et s'amender de ses actions passées. En bref, cet Opprimé garda le silence à son égard. Nous implorons Dieu, le Vrai, de le protéger et de répandre sur lui la lumière de la justice et de l'équité.
Il lui appartient de dire: O Dieu, mon Dieu ! Tu me vois debout devant la porte de ta clémence et de ta bonté, tournant mon regard vers l'horizon de tes faveurs bienfaisantes et de tes grâces multiples. Je te supplie, par tes doux accents et par la voix stridente de ta Plume, ô Seigneur de toute l'humanité, d'aider par ta grâce tes serviteurs, comme il sied à tes jours et à la gloire de ta manifestation et de ta majesté.
En vérité tu as le pouvoir de faire tout ce que tu veux. Tous ceux qui vivent dans les cieux et sur la terre témoignent de ton pouvoir et de ta puissance, de ta gloire et de ta bonté. Louange à toi ô Seigneur des mondes et Bien-Aimé du coeur de chaque homme doué de compréhension !
Tu vois, ô mon Dieu, l'essence de la pauvreté rechercher l'océan de ta richesse, et la substance de l'iniquité se languir des eaux de ton pardon et de ta tendre miséricorde. Tu accordes, ô mon Dieu, ce qui sied à ta grande gloire et à la sublimité de ta grâce infinie. Tu es en vérité le Bienfaisant, le Seigneur de la grâce abondante, l'Ordonnateur, le Très-Sage. Il n'y a pas d'autre Dieu que toi, le Tout-Puissant, l'Irrésistible, l'Omnipotent.
O peuple de Dieu ! En ce jour, chacun devrait fixer les yeux sur l'horizon de ces mots sacrés: Seul et sans aide, Il fait tout ce qui Lui plaît. Quiconque atteint ce rang a en vérité atteint la lumière de l'unité fondamentale de Dieu et en est illuminé, alors que tous les autres sont comptés dans le livre de Dieu parmi les disciples de chimères et d'idées creuses.
Tendez l'oreille à la voix de cet Opprimé et préservez l'intégrité de votre position. Il est hautement nécessaire et impératif que chacun observe ceci.
Dévoilé et à découvert, cet Opprimé a, de tout temps, proclamé à la face de tous les peuples du monde ce qui servira de clef pour ouvrir les portes des sciences, des arts, de la connaissance, du bien-être, de la prospérité et de la richesse.
Les injustices infligées par les oppresseurs n'ont pas réussi à faire taire la voix stridente de la Plume très exaltée, et les doutes du pervers ou de l'insoumis n'ont pu l'empêcher de révéler la parole très sublime.
Je prie instamment Dieu de protéger et de purifier le peuple de Bahá des chimères et des imaginations corrompues des disciples de la foi qui l'a précédée.
O peuple de Dieu ! Les hommes de savoir justes qui se consacrent à guider les autres et qui sont libérés et protégés des impulsions d'une nature vile et cupide sont, aux yeux de celui qui est le Désir du monde, les étoiles du firmament de la vraie connaissance. Il est essentiel de les traiter avec déférence. Ils sont en fait les sources d'eau vive, les étoiles brillantes, les fruits de l'Arbre sacré, les interprètes du pouvoir des cieux et les océans de la sagesse céleste. Heureux celui qui les suit. En vérité, une telle âme est comptée dans le livre de Dieu, le Seigneur du trône puissant, parmi celles pour lesquelles tout sera bien.
La gloire qui émane de Dieu, le Seigneur du trône céleste et de la terre, repose sur vous, ô peuple de Bahá, ô vous compagnons de l'arche pourpre, et sur ceux qui ont tendu l'oreille à vos douces voix et observé ce qui leur est ordonné dans cette puissante et merveilleuse Tablette.

;===================================================
Chapitre: ISHRAQAT (Splendeurs)

Voici l'Epître de Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même. Il est Dieu - exalté soit-Il - le Seigneur de sagesse et de parole. Louange à Dieu dont la majesté, le pouvoir et la beauté sont incomparables, dont la gloire, la puissance et la grandeur sont sans pareilles; Il est trop élevé pour que l'imagination humaine puisse le comprendre, ou pour qu'un pair ou un égal puisse Lui être assigné.
Il a clairement exposé son droit chemin avec des mots et des paroles de la plus grande éloquence. Il est en vérité le Possesseur de tout, le Suprême.
Lorsqu'Il envisagea d'appeler à l'existence la nouvelle création, Il envoya, de l'horizon de sa volonté, le Point manifeste et lumineux; ce Point traversa tous les signes et se manifesta sous toutes les formes jusqu'à atteindre le zénith, comme Dieu, le Seigneur de tous les hommes, l'avait ordonné.
Ce Point est le centre focal du cercle des Noms, il marque le point culminant des manifestations des Lettres dans le monde de la création. C'est à travers lui que sont apparus des signes du Mystère impénétrable, du Symbole orné, de celui qui est révélé dans le plus Grand Nom - un nom qui est mentionné dans la Tablette lumineuse et inscrit dans le saint, le sacré, l'immaculé Manuscrit.
Et lorsque le Point fut lié à la deuxième lettre qui apparaît au début du Mathání , il traversa les cieux de l'interprétation et de la parole. Alors la Lumière de Dieu rayonna, s'enflamma au coeur même du firmament du témoignage et produisit deux luminaires.
Glorifié soit le Miséricordieux auquel nulle allusion ne peut être faite, qu'aucune expression ne peut définir, qu'aucune affirmation ne peut révéler, qu'aucune évidence ne peut décrire. Il est en vérité l'Ordonnateur, le Très-Bon, tant au commencement qu'à la fin. Et Il leur fournit des protecteurs et des défenseurs parmi les armées du pouvoir et de la puissance. Il est en vérité le Secours dans le péril, le Puissant, le Libre.
Le préambule de cette Epître est maintenant révélé une seconde fois, tout comme le Mathání le fut.
Louange à Dieu qui a manifesté le Point et a dévoilé dès cet instant la connaissance de toutes choses, que ce soit du passé ou de l'avenir - un Point qu'Il a choisi pour être le héraut de son Nom et l'annonciateur de sa grande révélation qui a fait trembler les membres de l'humanité tout entière et rayonner la splendeur de sa lumière au-dessus de l'horizon du monde.
En vérité, voici le Point que Dieu a désigné pour être un océan de lumière pour les sincères parmi ses serviteurs et une flamme incandescente pour les rebelles et les impies parmi son peuple - ceux-là qui troquèrent le don de Dieu contre l'incrédulité, et la nourriture céleste contre l'hypocrisie et qui menèrent leurs associés en une misérable demeure. Ce sont eux qui se révoltèrent à travers le monde et qui violèrent son alliance le jour où l'Etre immortel monta sur son trône et où le Crieur éleva la voix du refuge de sécurité et de paix en la sainte vallée.
O disciples du Bayán ! Craignez le Très-clément. Voici celui qui a été glorifié par Muhammad, l'Apôtre de Dieu, et avant lui par l'Esprit , et encore avant lui par celui qui avait conversé avec Dieu.
Il est le Point du Bayán appelant devant le trône et disant: Par la justice de Dieu ! Vous avez été créés pour glorifier cette très grande nouvelle, cette voie parfaite qui gît enfouie dans l'âme des prophètes, qui fut gardée comme un trésor dans le coeur des élus de Dieu et inscrite par la Plume glorieuse de votre Seigneur, le Possesseur des noms.
Dis: Périssez en votre colère, ô esprits malins ! En vérité, celui à la connaissance de qui rien n'échappe est apparu. Celui qui a fait rayonner de joie la face de la connaissance divine est venu. Par lui, le royaume de la parole est embelli, tous les esprits réceptifs ont tourné leur visage vers le Seigneur des révélations, tous ceux qui étaient à genoux se sont levés et tous les indolents se sont précipités pour atteindre le Sinaï de la certitude.
Ceci est le jour dont Dieu a voulu qu'il soit une bénédiction pour les vertueux, un châtiment pour les méchants, un bienfait pour les fidèles et un déchaînement de son courroux pour les infidèles et les rebelles.
En vérité, il a été rendu manifeste, investi par Dieu d'une souveraineté invincible. Il a révélé ce qui ne peut être comparé à rien sur la terre ni dans les cieux.
Craignez le Très-Miséricordieux, ô peuple du Bayán, et ne commettez pas ce que les disciples du Qur'án ont commis - eux qui, jour et nuit, professaient leur croyance dans la foi de Dieu, et pourtant, lorsque le Seigneur de tous les hommes apparut, ils se détournèrent de lui et prononcèrent des phrases si cruelles contre lui que, le jour du retour, lui qui est le Livre Mère se lamenta amèrement sur son sort.
Souvenez-vous et méditez sur leurs actes et sur leurs paroles, sur leur rang et leurs mérites et sur les choses qu'ils ont provoquées lorsque celui qui conversait sur le Sinaï se délia la langue, lorsqu'une sonnerie de trompette retentit et fit se pâmer tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre à l'exception de ceux qui sont comptés parmi les lettres de l'affirmation.
O peuple du Bayán ! Abandonnez vos chimères et vos vaines imaginations, puis, avec les yeux de l'équité, regardez l'Aurore de sa révélation et considérez les choses qu'il a manifestées, les paroles qu'il a divinement révélées et les souffrances qu'il a endurées aux mains de ses ennemis.
Il est celui qui a volontairement accepté toutes les formes de tribulations pour proclamer sa cause et exalter sa parole. A une époque, il fut emprisonné au pays de Tá (Tihrán), à un autre moment, au pays de Mím (Mázindarán), puis de nouveau au pays de Tá, pour l'amour de la cause de Dieu, le Façonneur des cieux. Pour son amour de la cause de Dieu, le Tout-Puissant, le Bienfaisant, il y fut soumis aux chaînes et aux fers.
O peuple du Bayán ! Avez-vous oublié mes exhortations, révélées par ma plume et prononcées par ma langue ? Avez-vous troqué ma certitude contre vos chimères et ma voie contre vos désirs égoïstes ? Avez-vous rejeté les préceptes de Dieu et son Souvenir, et avez-vous renié ses lois et ses ordonnances ?
Craignez Dieu et abandonnez les vaines imaginations à leurs auteurs, laissez les superstitions à leurs inventeurs et les doutes à leurs créateurs. Avancez alors le visage rayonnant et le coeur pur vers l'horizon au-dessus duquel luit, resplendissant, l'astre du jour de la Certitude, sur l'ordre de Dieu, le Seigneur des révélations.
Louange à Dieu qui a fait de la très Grande Infaillibilité le bouclier du temple de sa cause dans le royaume de la création, et n'a assigné à aucune autre personne une part de ce rang élevé et sublime - un rang qui constitue un vêtement que les doigts du pouvoir transcendant ont tissé pour son auguste personne. Il ne sied à nul autre qu'à celui qui siège sur le trône puissant de "Celui qui fait ce qui Lui plaît".
Quiconque accepte et reconnaît ce qui est écrit en ce moment par la Plume de gloire est en fait considéré dans le Livre de Dieu, le Seigneur du début et de la fin, parmi les représentants de l'unité divine, ceux qui soutiennent le concept de l'unicité de Dieu.
Lorsque le flot des paroles parvint à ce point, les douces saveurs de la vraie connaissance se répandirent à l'étranger et le soleil de l'unité divine resplendit à l'horizon de sa sainte parole.
Béni soit celui que son appel a attiré vers le sommet de la gloire, qui s'est approché du but ultime, et qui a reconnu à travers la voix stridente de ma Plume de gloire ce que le Seigneur de ce monde et du prochain a voulu.
Quiconque ne réussit pas à boire à longs traits le vin choisi que Nous avons décacheté par la puissance de Notre nom, l'Irrésistible, sera incapable de discerner les splendeurs de la lumière de l'unité divine et de saisir le dessein fondamental qui sous-tend les Ecritures de Dieu, le Seigneur du ciel et de la terre, le Dirigeant souverain de ce monde et du monde à venir. Un tel homme sera compté parmi les infidèles dans le livre de Dieu, l'Omniscient, le Bien-Informé.
O toi honoré chercheur ! Nous témoignons que tu fis réellement preuve d'une inaltérable patience à l'époque où l'on empêchait la Plume de se mouvoir et où la Langue hésitait à expliquer le signe merveilleux, la très Grande Infaillibilité.
Tu as demandé à cet Opprimé de la dévoiler et de la découvrir pour toi, d'élucider son mystère et son caractère, son état et son rang, son excellence, sa sublimité et son exaltation.
Par la vie de Dieu ! Si Nous dévoilions les perles du Témoignage qui gisent enfouies dans les coquillages de l'océan de la connaissance et de l'assurance, ou si Nous laissions sortir de leur demeure les beautés du divin mystère, cachées dans les chambres de la Parole au paradis de la vraie compréhension, des troubles violents surgiraient de tous côtés parmi les dirigeants religieux et tu verrais le peuple de Dieu pris entre les crocs de loups pareils à ceux qui ont renié Dieu tant au commencement qu'à la fin.
C'est pourquoi Nous avons retenu Notre plume pendant un moment considérable, suivant en cela la sagesse divine, afin de protéger les fidèles de ceux qui ont échangé les grâces célestes contre l'incrédulité et qui ont choisi pour leur peuple la demeure de perdition.
O toi chercheur doué d'une intuition aiguë. Je le jure par celui qui a attiré le concours céleste par la puissance de sa parole la plus sublime ! En vérité, les oiseaux vivant dans les domaines de mon royaume et les colombes demeurant dans la roseraie de ma sagesse murmurent des mélodies et des chants tels que seul Dieu, le Seigneur des royaumes de la terre et du ciel, en perçoit le sens; et si ces mélodies devaient être révélées même dans une mesure plus petite que le chas d'une aiguille, les peuples de la tyrannie proféreraient des calomnies telles que personne parmi les générations précédentes n'en prononça jamais, et ils commettraient des actes tels que personne dans les âges et les siècles passés n'en commit jamais.
Ils ont rejeté la bonté de Dieu et ses preuves, ils ont répudié le témoignage de Dieu et ses signes. Ils se sont égarés et ont induit le peuple en erreur, et cependant ils ne le perçoivent pas.
Ils idolâtrent des chimères, mais ne le savent pas. Ils ont pris de vaines imaginations pour leurs seigneurs et ont négligé Dieu, et cependant ne le comprennent pas.
Ils ont abandonné le très grand Océan et se précipitent vers une mare, mais ne le réalisent pas. Ils suivent leurs propres chimères tout en s'éloignant de Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même.
Dis: Par la justice de Dieu ! Le Très-Miséricordieux est venu, investi de pouvoir et de souveraineté. Sa puissance a ébranlé les fondements des religions et suscité le chant mélodieux du Rossignol de la parole perché sur la plus haute branche de la vraie compréhension.
En vérité, celui qui était caché dans la connaissance de Dieu et qui est mentionné dans les saintes Ecritures est apparu.
Dis: Voici le jour où l'orateur du Sinaï est monté sur le trône de la révélation et où les hommes se sont trouvés devant le Seigneur des mondes.
Voici le jour où la terre a proclamé ses nouvelles et dévoilé ses trésors; où les océans ont produit leurs perles et l'Arbre divin ses fruits; où le soleil a rayonné et les lunes ont diffusé leur lumière; où les cieux ont révélé leurs étoiles, où l'heure a révélé ses signes et la résurrection sa terrible majesté; où les plumes se sont remises à écrire et où les esprits ont dévoilé leurs mystères.
Béni est l'homme qui le reconnaît et qui parvient à sa présence, et malheur à ceux qui le renient et s'en détournent. J'implore Dieu d'aider ses serviteurs à revenir à Lui. En vérité, Il est Celui qui pardonne, l'Indulgent, le Miséricordieux.
O toi qui as tourné ton visage vers le royaume des cieux et qui as bu mon vin scellé des mains de la générosité ! Sache que le terme "infaillibilité" a de nombreuses significations et divers degrés. Dans un sens, il s'applique à celui que Dieu a préservé de l'erreur. De même, il s'applique à chaque âme que Dieu a préservée du péché, de la transgression, de la rébellion, de l'impiété, de l'incrédulité et des choses semblables.
Cependant, la très grande infaillibilité se limite à celui dont le rang est incommensurablement exalté au-delà des ordonnances et des interdits, et qui est sanctifié des erreurs et des omissions.
En vérité, il est une lumière qui n'est pas suivie par l'obscurité, une vérité qui n'est pas gagnée par l'erreur.
Décréterait-il que l'eau est du vin, que le ciel est la terre ou que la lumière est le feu, il dirait la vérité et nul doute n'existerait à ce sujet; et personne n'a le droit de mettre en cause son autorité ni de demander pourquoi et dans quel but. Quiconque élève des objections sera compté parmi les rebelles dans le livre de Dieu, le Seigneur des mondes.
Il ne Lui est pas demandé compte de ce qu'Il fait alors qu'il leur est demandé compte de ce qu'ils font. Il est venu des cieux invisibles, portant la bannière "Il fait tout ce qu'il veut", escorté par les armées du pouvoir et de l'autorité, alors qu'il est du devoir de chacun, excepté lui, d'observer strictement toutes les lois et toutes les ordonnances qui leur sont imposées; et quiconque en dévierait, ne fût-ce que de l'épaisseur d'un cheveu, verrait son travail réduit à néant.
Considère et rappelle-toi l'époque où Muhammad est apparu. Il dit, et sa parole est vérité: Le pèlerinage à la Maison est un service que l'on doit à Dieu. Et il en est de même pour la prière quotidienne, le jeûne, et les lois qui resplendirent à l'horizon du livre de Dieu, le Seigneur du monde et le véritable Educateur des peuples et des familles de la terre.
Il incombe à chacun de lui obéir en tout ce que Dieu a ordonné; et quiconque le renie n'a pas cru en Dieu, en ses versets, en ses messagers et en ses livres.
S'il venait à déclarer que le bien est le mal ou que le reniement est la croyance, il dirait la vérité comme Dieu le lui a ordonné. C'est un rang où les péchés et les transgressions n'existent pas ni ne sont mentionnés.
Considère le verset sacré, divinement révélé, où le pèlerinage à la Maison est enjoint à chacun. Il revient à ceux qui sont investis de l'autorité après lui d'observer tout ce qui leur a été prescrit dans le Livre. Le droit de s'écarter des lois et des décrets de Dieu n'est donné à personne. Quiconque s'en écarte est compté parmi les transgresseurs dans le livre de Dieu, le Seigneur du trône puissant.
O toi qui as fixé ton regard sur l'Aurore de la cause de Dieu ! Sache avec certitude que la volonté de Dieu n'est pas limitée par les normes des peuples, et que Dieu ne foule pas leurs chemins.
Il incombe plutôt à chacun de se tenir avec fermeté sur le droit sentier de Dieu. S'Il affirmait que la droite est la gauche ou que le Sud est le Nord, Il dirait la vérité, et il n'y a aucun doute à ce sujet. En vérité, Il doit être loué dans ses actes et obéi dans ses ordres. Il n'a aucun associé dans son jugement ni aucune aide dans sa souveraineté. Il fait tout ce qu'Il veut et ordonne tout ce qui Lui plaît.
Sache en outre que tous hormis Lui ont été créés par la puissance d'un mot émanant de sa présence, alors que d'eux-mêmes ils n'ont ni mouvement ni repos, si ce n'est sur son ordre et avec sa permission.
O toi qui t'élèves dans l'atmosphère d'amour et de fraternité et qui as fixé ton regard sur la lumière de la face de ton Seigneur, le Roi de la création ! Remercie Dieu, car Il a élucidé pour toi ce qui était caché et enchâssé dans sa connaissance, afin que chacun puisse se rendre compte que, dans son royaume d'infaillibilité suprême, Il n'a pris pour Lui-même ni partenaire ni conseiller.
Il est en vérité l'Aurore des préceptes et des commandements divins et la Source de la connaissance et de la sagesse, alors que tous en dehors de Lui ne sont que ses sujets soumis à son autorité, et Lui est le Souverain suprême, l'Ordonnateur, l'Omniscient, le Bien-Informé.
Quant à toi, chaque fois que tu es enchanté par les souffles vivifiants des versets révélés et que tu es transporté par les eaux pures et régénératrices offertes par la main de la grâce de ton Seigneur, le Souverain suprême du jour de la résurrection, élève la voix et dis:
O mon Dieu ! ô mon Dieu ! Je te remercie de m'avoir dirigé vers toi, de m'avoir guidé vers ton horizon, de m'avoir clairement montré ton chemin, de m'avoir révélé ton témoignage et de m'avoir permis de tourner mon visage vers toi, alors que la plupart des docteurs et des théologiens parmi tes serviteurs, ainsi que ceux qui les suivent, se sont détournés de toi, sans la moindre preuve ni le moindre signe venant de toi.
Béni sois-tu, ô Dieu des noms, et gloire à toi, ô Créateur des cieux car, par le pouvoir de ton nom, Celui qui subsiste par Lui-même, tu m'as donné à boire ton vin scellé, tu m'as conduit vers toi et tu m'as permis de reconnaître l'aurore de ta parole, la manifestation de tes signes, la source de tes lois et de tes commandements, de ta sagesse et de tes dons.
Béni est le pays ennobli par tes pas, où le trône de ta souveraineté est établi, où le parfum de ton vêtement se répand.
Par ta gloire et ta majesté, par ta puissance et ton pouvoir, je ne désire la vue que pour contempler ta beauté, et l'ouïe que pour écouter ton appel et tes versets.
O mon Dieu ! ô mon Dieu ! Ne prive pas les yeux de ce pour quoi tu les as créés ni n'empêche les visages de se tourner vers ton horizon, ou de rendre hommage aux portes de ta majesté, ou d'apparaître devant ton trône, ou de s'incliner devant les splendeurs de l'Astre du jour de ta bonté.
Je suis celui, ô Seigneur, dont le coeur et l'âme, dont les membres, dont les voix intérieure et extérieure témoignent de ton unité et de ton unicité, et attestent que tu es Dieu et qu'il n'y a pas d'autre Dieu que toi.
C'est toi qui as appelé l'humanité à l'existence pour te connaître et servir ta cause, afin que son rang puisse être élevé sur ta terre et que les âmes puissent être exaltées en vertu de ce que tu as révélé dans tes Ecritures, tes Livres et tes Tablettes. Et cependant, tu t'étais à peine manifesté et avais à peine révélé tes signes qu'ils se détournèrent de toi, te répudièrent et rejetèrent ce que tu dévoilais à leurs yeux par la puissance de ton pouvoir et de ta force.
Ils se levèrent pour te nuire, pour éteindre ta lumière et étouffer la flamme qui brûle dans ton buisson ardent.
Leur injustice devint si sévère qu'ils conspirèrent pour répandre ton sang et violer ton honneur. Et il en fit de même, lui que tu avais nourri des mains de ta tendre bonté, protégé de la vilenie des rebelles parmi tes créatures et des impies parmi tes serviteurs, et à qui tu avais confié la mission d'écrire tes versets sacrés devant ton trône.
Hélas ! hélas ! pour les choses qu'il perpétra en tes jours, à un point tel qu'il viola ton alliance et ton testament, rejeta tes Ecritures saintes, se rebella et commit ce qui fit se lamenter les hôtes de ton royaume.
Alors, dès qu'il vit ses espoirs se briser et perçut l'odeur de l'échec total, il éleva la voix et proclama ce qui désorienta tes élus qui sont près de toi et les habitants du pavillon de gloire.
Tu me vois, ô Seigneur, me tordre d'angoisse dans la poussière, comme un poisson. Délivre-moi, aie pitié de moi, ô toi dont tous les hommes implorent le secours, ô toi qui détiens les rênes du pouvoir sur tous les hommes et sur toutes les femmes.
Chaque fois que je pense à mes graves péchés et à mes sévères offenses, le désespoir m'assaille de toutes parts, et chaque fois que je m'arrête pour méditer sur l'océan de ta bonté, le ciel de ta grâce et l'astre du jour de ta tendre compassion, je respire le parfum de l'espoir diffusé de droite et de gauche, du Nord et du Sud, comme si chaque créature me communiquait la joyeuse nouvelle que les nuages des cieux de ta miséricorde vont déverser leur pluie sur moi.
Par ta puissance, ô toi qui es le Soutien des sincères et le Désir de ceux qui sont gratifiés de ta proximité ! Tes faveurs et tes bénédictions multiples, les révélations de ta grâce et de ta tendre bonté m'ont réellement enhardi.
De quelle autre manière un pur néant pourrait-il magnifier le nom de celui qui, d'un seul mot, a donné vie à la création, et comment une créature éphémère pourrait-elle chanter les louanges de celui qui a démontré qu'aucune description ne peut jamais exprimer ce qu'Il est, ni aucun mot de louange magnifier sa gloire ?
Il fut, de toute éternité, incommensurablement exalté au-dessus de la compréhension de ses créatures et sanctifié au-delà des conceptions de ses serviteurs.
O Seigneur ! Tu vois cet être inanimé devant ta face; par ta générosité et ta grâce bienfaisante, ne souffre pas qu'il soit privé du calice de la vie immortelle. Et tu vois cet être affligé debout devant ton trône; ne l'écarte pas de l'océan de ta guérison.
Je te supplie de me permettre, à chaque instant et en toutes circonstances, de me souvenir de toi, de magnifier ton nom et de servir ta cause, bien que je sois tout à fait conscient que tout ce qui provient d'un serviteur ne peut transcender les limites de son âme, ni convenir à ta suzeraineté, ni être digne de la cour de ta gloire et de ta majesté.
Ta puissance me l'atteste ! Si ce n'était pour célébrer ta louange, ma bouche ne me serait d'aucune utilité, et si ce n'était pour les besoins de ton service, ma vie ne me servirait à rien. Si ce n'était pour le plaisir de contempler les splendeurs de ton royaume de gloire, pourquoi chérirais-je la vue ? Et si ce n'était pour le plaisir de prêter l'oreille à ta voix la plus douce, quelle serait l'utilité de l'ouïe ?
Hélas ! hélas ! Je ne sais pas, ô mon Dieu, mon Soutien, Désir de mon coeur, si tu as prévu pour moi ce qui consolera mes yeux, ravira ma poitrine et mon coeur, ou si ton irrévocable décret m'interdira de me présenter devant ton trône, ô Roi de l'éternité et Seigneur souverain de toutes les nations.
Je jure par ta gloire et par ta majesté, par ton autorité et ton pouvoir, que les affres de mon éloignement de toi m'a détruit.
Qu'est-il advenu de la lumière de ta proximité, ô Désir de chaque coeur doué de compréhension ? L'agonie torturante de ma séparation d'avec toi m'a consumé. Où est la lumière éclatante de ta réunion, ô Bien-Aimé de ceux qui te sont complètement dévoués ?
Tu vois, ô mon Dieu, ce qui m'est advenu dans ton sentier aux mains de ceux qui ont nié ta vérité, violé ton alliance, ergoté sur tes signes, rejeté les grâces que tu leur accordais, refusé de croire aux versets que tu leur envoyais et rejeté le témoignage que tu leur apportais.
O Seigneur ! La langue de ma langue, le coeur de mon coeur, l'esprit de mon esprit, mon corps et mon âme témoignent de ton unité et de ton unicité, de ton pouvoir et de ton omnipotence, de ta grandeur et de ta souveraineté, et ils attestent de ta gloire, de ta sublimité et de ton autorité.
J'affirme que tu es Dieu et qu'il n'y a pas d'autre Dieu que toi. Tu fus, de toute éternité, un trésor caché à la vue et à l'esprit des hommes et tu continueras à le rester à jamais.
Les pouvoirs de la terre ne pourront jamais te contrecarrer, ni la puissance des nations t'alarmer. Tu es celui qui a ouvert la porte de la connaissance devant tes serviteurs afin qu'ils puissent reconnaître celui qui est l'astre du jour de ta révélation, l'aurore de tes signes, le firmament de ta manifestation et le soleil de ta divine beauté.
Dans tes Livres saints, dans tes Ecrits et tes Manuscrits, tu as promis aux peuples du monde d'apparaître toi-même et d'écarter de ton visage les voiles de la gloire, comme tu l'annonças dans tes paroles à ton ami par lequel l'astre du jour de la révélation étincela au-dessus de l'horizon de Hijáz, et par qui la lumière naissante de la vérité divine rayonna parmi tous les hommes, proclamant: Le jour où les hommes seront debout devant le Seigneur des mondes.
Et, avant Muhammad, tu fis part de cette bonne nouvelle à celui qui conversait avec toi , et tu lui dis: Fais sortir ton peuple des ténèbres vers la lumière et rappelle-lui les jours de Dieu.
En outre, tu proclamas cette vérité à l'Esprit , à tes prophètes et à tes messagers d'un passé éloigné ou plus récent.
Si tout ce que tu as envoyé pour glorifier ce plus Grand Souvenir, cette Grande Nouvelle, devait jaillir de la source de ta très auguste Plume, les habitants des cités de la connaissance et de la compréhension seraient abasourdis, à l'exception de ceux que tu délivrerais par la puissance de ton pouvoir et que tu protégerais en témoignage de ta faveur bienfaisante et de ta grâce.
J'atteste que tu as en vérité rempli ton engagement et rendu manifeste celui dont la venue était annoncée par tes prophètes, par tes élus et par ceux qui te servent. Il est venu du ciel de gloire et de puissance, brandissant les bannières de tes signes et les étendards de tes témoignages.
Par la puissance de ton pouvoir et de ta force invincibles, il se leva devant tous les hommes et appela toute l'humanité vers le sommet de gloire transcendante et vers l'horizon le plus haut, de telle sorte que ni l'oppression des ecclésiastiques ni les assauts des dirigeants ne purent le décourager.
Il se leva avec une résolution inflexible et, se déliant la langue, il proclama d'une voix vibrante: Celui qui est le Très-Bienfaisant est venu, chevauchant les nuages. Avancez, ô peuples de la terre, avec un visage illuminé et un coeur radieux !
Grande, en vérité, est la béatitude de celui qui atteint à ta présence, boit le vin de la réunion versé de la main de ta munificence, respire le doux parfum de tes signes, délie sa langue pour célébrer ta louange, s'élève haut dans tes cieux, est transporté par la douceur de ta voix, est admis dans le paradis le plus exalté et atteint au rang de la révélation et de la vision devant le trône de ta majesté.
Je te prie, par la très Grande Infaillibilité que tu as choisie pour être la source de ta révélation, par ton Verbe le plus sublime par la puissance duquel tu as appelé à l'existence la création et révélé ta cause, et par ce nom qui a fait gémir tous les autres noms et trembler les membres des sages, je te supplie de me rendre détaché de tout sauf de toi, afin que je ne puisse me mouvoir que conformément au seul bon plaisir de ta volonté, parler uniquement pour exécuter ton dessein, et n'entendre que les mots te louant et te glorifiant.
Je magnifie ton nom, ô mon Dieu, et je te rends grâce, ô mon Désir, car tu m'as permis de percevoir clairement ton droit chemin, tu as dévoilé à mes yeux ta Grande Nouvelle et tu m'as aidé à tourner mon visage vers l'Aurore de ta révélation et la Source de ta cause, alors que tes serviteurs et ton peuple se détournaient de toi.
Je te conjure, ô Seigneur du royaume d'éternité, par la voix stridente de la Plume de gloire, par le feu ardent qui appelle à haute voix de l'arbre verdoyant, par l'arche que tu as spécialement choisie pour le peuple de Bahá, de permettre que je reste inébranlable dans mon amour pour toi, que je me réjouisse de tout ce que tu as prescrit pour moi dans ton Livre et que je reste ferme dans ton service et dans celui de tes aimés.
Par ta grâce, aide alors tes serviteurs, ô mon Dieu, à faire ce qui servira à exalter ta cause et ce qui leur permettra d'observer tout ce que tu as révélé dans ton Livre.
En vérité, tu es le Seigneur de force, tu as le pouvoir d'ordonner tout ce que tu veux et tu tiens entre tes mains les rênes de toutes les créatures. Il n'y a pas d'autre Dieu que toi, le Tout-Puissant, l'Omniscient, le Très-Sage.
O Jalíl ! Nous avons dévoilé à tes yeux la mer et ses vagues, le soleil et ses rayons, le firmament et ses étoiles, les coquillages et leurs perles. Rends grâce à Dieu d'une si grande bonté, d'une si gracieuse faveur qui s'est répandue sur le monde entier.
O toi qui as tourné ton visage vers les splendeurs de ma face ! De vagues chimères ont enveloppé les habitants de la terre et les ont empêchés de se tourner vers l'horizon de la certitude, vers son éclat, vers ses manifestations et ses lumières. De vaines imaginations les ont retenus loin de lui, Celui qui subsiste par Lui-même.
Ils parlent comme poussés par leurs propres caprices et ne comprennent pas. Parmi eux se trouvent ceux qui ont dit: Les versets ont-ils été envoyés ? Dis: Oui, par celui qui est le Seigneur des cieux ! L'heure est-elle venue ? Oui, mais de plus, elle est passée, par celui qui est le Révélateur de signes évidents ! En vérité, l'Inévitable est arrivé et Lui, le Véritable, est apparu avec des preuves et des témoignages.
La plaine est découverte, et l'humanité est profondément choquée et effrayée. Il y eut un déchaînement de séismes, et les tribus se sont lamentées par crainte de Dieu, le Seigneur de force, l'Irrésistible.
Dis: La sonnerie de trompette étourdissante a sonné avec fracas et le Jour est à Dieu, l'Unique, l'Absolu. Et ils disent: La catastrophe est-elle arrivée ? Dis: Oui, par le Seigneur des seigneurs ! La résurrection est-elle venue ? Bien plus encore; Celui qui subsiste par Lui-même est apparu avec le royaume de ses signes.
Vois-tu des hommes terrassés ? Oui, par mon Seigneur, le Plus-Haut, le Très-Glorieux ! Les souches d'arbres ont-elles été déracinées ? Oui, et plus encore; les montagnes ont été réduites en poussière, par Lui, le Seigneur des symboles !
Ils disent: Où est le paradis et où est l'enfer ? Dis: Le premier est la réunion avec moi; le second est ton propre ego, ô toi qui associes un partenaire à Dieu et qui doutes.
Ils disent: Nous ne voyons pas la balance. Dis: Assurément, par mon Seigneur, le Dieu de miséricorde ! Personne ne peut la voir sauf ceux doués d'intuition.
Ils disent: Les étoiles sont-elles tombées ? Dis: Oui, lorsque lui, qui est Celui qui subsiste par Lui-même, vivait dans le pays du Mystère.
Prenez garde, vous qui êtes doués de discernement ! Tous les signes apparurent quand Nous fîmes sortir la Main du pouvoir du sein de la majesté et de la puissance. En vérité, le Crieur a lancé son appel lorsque le temps promis est venu, et ceux qui ont reconnu les splendeurs du Sinaï se sont évanouis dans le désert de l'hésitation devant la terrifiante majesté de ton Seigneur, le Seigneur de la création.
La trompette demande: Le clairon a-t-il été sonné ? Dis: Oui, par le Roi de la révélation, lorsqu'il monta sur le trône de son Nom, le Très-Miséricordieux.
L'obscurité a été chassée par la lumière naissante de la miséricorde de ton Seigneur, la Source de toute lumière. La brise du Très-Miséricordieux a soufflé et les âmes ont été ranimées dans le tombeau de leur corps. Ainsi le décret a-t-il été accompli par Dieu, le Puissant, le Bienfaisant.
Ceux qui rejettent la vérité ont dit: Quand le ciel s'est-il ouvert ? Dis: Quand vous gisiez dans les tombes de l'oisiveté et de l'erreur.
Parmi les impies, il y a celui qui se frotte les yeux et qui regarde à droite et à gauche. Dis: Aveugle que tu es. Tu n'as aucun refuge vers lequel fuir.
Et parmi eux se trouve celui qui dit: Les hommes ont-ils été rassemblés ? Dis: Oui, par mon Seigneur ! Pendant que tu étais couché dans le berceau des vaines chimères.
Et parmi eux il y a celui qui dit: Le Livre a-t-il été envoyé par le pouvoir de la vraie foi ? Dis: La vraie foi elle-même est frappée de stupeur. Prenez garde, ô vous, hommes au coeur doué de compréhension !
Et parmi eux se trouve celui qui dit: Ai-je été, aveugle que je suis, rassemblé avec les autres ? Dis: Oui, par celui qui chevauche les nuages ! Le paradis est orné de roses mystiques et l'enfer est destiné à brûler du feu des impies.
Dis: La lumière a surgi à l'horizon de la révélation, et la terre entière a été illuminée par la venue de celui qui est le Seigneur du jour de l'alliance ! Les incrédules ont péri, alors que celui qui s'est tourné, guidé par la lumière de l'assurance, vers la Source de la certitude a prospéré.
Béni es-tu, toi qui as fixé ton regard sur moi pour cette Tablette qui t'as été adressée - une Tablette qui fait s'élever l'âme des hommes. Fixe-la dans ta mémoire et récite-la. Par ma vie ! C'est une porte vers la miséricorde de ton Seigneur. Heureux celui qui la récite matin et soir.
En vérité, nous t'avons entendu louer cette cause qui écrasa la montagne de la connaissance et qui fit courir les pieds des hommes. Que ma gloire soit sur toi et sur quiconque s'est tourné vers le Tout-Puissant, le Très-Bienfaisant.
La Tablette est terminée, mais le thème n'est pas épuisé. Sois patient, car ton Seigneur est patient.
Ce sont des versets que nous avons envoyés précédemment, et nous te les avons adressés afin que tu puisses être informé de ce que leur langue mensongère a dit lorsque Dieu vint à eux avec puissance et souveraineté.
Les fondements des vaines chimères ont tremblé, et le ciel des imaginations futiles s'est déchiré, et pourtant les gens doutent et contestent encore Dieu. Ils ont nié le témoignage de Dieu et sa preuve, après qu'Il soit venu des cieux du pouvoir accompagné du royaume de ses signes.
Ils ont rejeté ce qui avait été prescrit, et perpétré ce qui leur avait été interdit dans le Livre. Ils ont abandonné leur Dieu et se sont accrochés à leurs désirs. Ils se sont vraiment égarés et sont dans l'erreur.
Ils lisent les versets et les nient. Ils voient les vrais signes et s'en détournent. Ils sont vraiment perdus dans un doute étrange.
Nous avons conseillé à nos aimés de craindre Dieu, une crainte qui est la source de toutes les bonnes actions et de toutes les vertus. C'est elle qui dirige les armées de la justice dans la cité de Bahá.
Heureux l'homme qui a pénétré sous l'ombre de son étendard lumineux et qui s'y est fermement accroché. En vérité, il est un des compagnons de l'arche pourpre qui a été mentionnée dans le Qayyúm-i-Asmá.
Dis: O peuple de Dieu ! Ornez vos temples de la parure de la loyauté et de la piété. Aidez alors votre Seigneur par les armées que constituent les bonnes actions et un caractère louable.
Nous vous avons interdit la dissension et le conflit dans nos Livres, nos Ecrits, nos Manuscrits et nos Tablettes, et Nous n'avons voulu par là rien d'autre que votre élévation et votre progrès. De cela témoignent les cieux et leurs étoiles, le soleil et son rayonnement, les arbres et leurs feuilles, les mers et leurs vagues, la terre et ses trésors.
Nous prions Dieu d'assister ses aimés et de les aider en ce qui leur convient en ce rang béni, puissant et merveilleux. Nous l'implorons en outre, par sa grâce, de permettre à ceux qui Nous entourent d'observer ce que Notre Plume de gloire leur a enjoint de faire.
O Jalíl ! Que ma gloire et ma tendre providence soient sur toi. En vérité, Nous avons enjoint aux hommes de faire ce qui est convenable et séant et, cependant, ils ont commis des choses telles qu'elles ont fait se lamenter mon coeur et ma Plume. Prête l'oreille à ce qui est envoyé des cieux de ma volonté et du royaume de mon bon plaisir.
Je ne pleure pas sur ma captivité ni sur les choses qui me sont arrivées aux mains de mes ennemis. Non, ma tristesse est due à ceux qui affirment être apparentés à moi et cependant commettent ce qui fait s'élever la voix de mes lamentations et couler mes larmes.
Nous les avons continuellement exhortés dans diverses tablettes et nous avons supplié Dieu de les aider par sa grâce, de les rendre capables de s'approcher de Lui et de les confirmer dans ce qui apporterait la paix aux coeurs et la tranquillité aux âmes et empêcherait leurs mains d'accomplir tout ce qui sied mal à ses jours.
Dis: O mes aimés dans mes territoires ! Prêtez l'oreille aux conseils de celui qui vous admoneste pour l'amour de Dieu. Il vous a en vérité créé, Il a révélé devant vos yeux ce qui vous élève et favorise vos intérêts. Il vous a fait connaître son droit chemin et vous a fait part de sa grande nouvelle.
O Jalíl ! Encourage les hommes à craindre Dieu. Par Dieu ! Cette crainte est le principal chef de l'armée de ton Seigneur. Ses troupes sont faites de bonnes actions et d'un caractère louable. C'est grâce à elles que les cités des coeurs des hommes ont été ouvertes à travers les âges et les siècles, et que les étendards de l'ascendant et du triomphe ont été hissés au-dessus de tous les autres étendards.
Nous te parlerons maintenant de la loyauté et du rang qu'elle occupe aux yeux de Dieu, ton Seigneur, le Seigneur du trône puissant. Un jour, Nous Nous rendîmes sur notre île verdoyante. A Notre arrivée, Nous contemplâmes ses rivières ruisselantes, ses arbres luxuriants et la lumière du soleil qui y jouait.
Tournant le visage à droite, Nous vîmes ce que la plume ne peut décrire; de même qu'elle ne peut dépeindre ce que l'oeil du Seigneur de l'humanité vit en ce lieu très sanctifié, très sublime, béni et très exalté. Nous tournant alors vers la gauche, Nous contemplâmes une des beautés du paradis suprême, debout sur un pilier de lumière, clamant: O habitants de la terre et du ciel ! Regardez ma beauté, mon rayonnement, ma révélation et ma splendeur. Par Dieu, le Véritable ! Je suis la Loyauté, sa révélation et sa beauté.
Je récompenserai quiconque me sera fidèle, reconnaîtra mon rang et ma position et s'accrochera à mon vêtement. Je suis le plus grand ornement du peuple de Bahá et l'habit de gloire pour tous ceux qui sont dans le royaume de la création.
Je suis l'instrument suprême de la prospérité du monde et l'horizon de la certitude pour tous les êtres. Ainsi t'avons-Nous envoyé ce qui rapprochera les hommes du Seigneur de la création.
La Plume du Très-Haut abandonne maintenant la langue de l'éloquence pour la langue de la lumière afin que toi, ô Jalíl, tu puisses apprécier la tendre miséricorde de ton Seigneur, l'Incomparable, et que tu puisses être de ceux qui sont réellement reconnaissants.
O toi qui as fixé ton regard sur l'horizon tout glorieux ! L'appel est lancé, mais les oreilles qui écoutent sont rares, voire inexistantes.
Cet Opprimé se trouve dans la gueule du serpent et cependant il n'hésite pas à parler des aimés de Dieu. Nos souffrances à cette époque furent si cruelles qu'elles firent pleurer et se lamenter le concours céleste.
Ni les adversités du monde ni le mal infligé par ses nations ne purent empêcher celui qui est le Roi de l'éternité de lancer son appel ni ne purent contrecarrer son dessein.
Lorsque ceux qui s'étaient cachés pendant des années derrière les voiles virent que l'horizon de la cause resplendissait et que la parole de Dieu se répandait, ils se précipitèrent et provoquèrent avec leurs épées malveillantes des blessures telles qu'aucune plume ne peut les dépeindre ni aucune langue les décrire.
Ceux qui jugent avec équité témoignent que, dès les premiers jours de la cause, cet Opprimé s'est dressé, dévoilé et resplendissant, à la face des rois et des roturiers, à la face des dirigeants et des théologiens, et qu'il a appelé tous les hommes d'une voix vibrante vers le droit chemin. Il n'a eu aucune aide si ce n'est sa plume, aucun soutien si ce n'est lui-même.
Ceux qui ignorent ou négligent le dessein qui anime la cause de Dieu se sont rebellés contre Lui. De tels hommes sont les prophètes de l'enfer dont Dieu a parlé dans ses Livres et ses Tablettes et contre l'influence, la clameur, la déception desquels il a mis en garde son peuple.
Heureux ceux qui, en présence du souvenir du Seigneur de l'éternité, considèrent les peuples du monde comme pur néant, comme une chose oubliée, et s'accrochent au bras ferme de Dieu, de telle sorte que ni les doutes, ni les insinuations, ni les épées, ni le canon ne puissent les retenir ou les priver de sa présence.
Bénis sont ceux qui sont fermes; bénis sont ceux qui restent inébranlables dans sa foi.
En réponse à ta demande, la Plume de gloire a, par sa grâce, décrit la position et le rang de la très Grande Infaillibilité. Le but est que tous sachent avec certitude que le Sceau des prophètes - puisse l'âme de tout autre que lui être donnée en offrande pour son amour - reste sans pareil, pair, ou associé dans son propre rang.
Les saints personnages - puissent les bénédictions de Dieu reposer sur eux - furent créés par la puissance de sa parole; ils furent après lui les plus érudits et les plus remarquables des hommes, et ils demeurent au rang le plus élevé de la servitude.
Il est clairement établi et évident pour toi que l'essence divine est exaltée au-dessus de toute comparaison et ressemblance, et que sa réalité la plus profonde est sanctifiée de tout pair ou associé. C'est là le rang de la vraie unité et de la véritable unicité. Les disciples de la dispensation précédente ne purent en aucune manière acquérir de ce rang une compréhension adéquate.
Le Premier Point - puisse la vie de tout autre que lui être offerte pour l'amour de lui - dit: Si le Sceau des prophètes n'avait pas prononcé le mot "succession", un tel rang n'aurait pas été créé.
Les peuples de jadis attribuaient des associés à Dieu tout en professant leur foi en son unité; et, bien qu'ils fussent les plus ignorants des hommes, ils se considéraient comme les plus accomplis. Mais, comme un signe du châtiment divin pour ces insouciants, leurs croyances et leurs visées erronées, en ce jour du Jugement, sont apparues clairement à tout homme doué de discernement et de compréhension.
Implore Dieu, le Véritable, afin qu'Il puisse protéger, par sa grâce, les disciples de cette révélation des vaines chimères et des imaginations corrompues, semblables à celles qui appartiennent à la foi antérieure, et qu'Il ne les prive pas des splendeurs éclatantes de l'étoile du jour de la vraie unité.
O Jalíl ! Celui que le monde a opprimé proclame maintenant: La lumière de la justice est affaiblie et le soleil de l'équité est voilé à la vue. Le voleur occupe le siège du protecteur et du gardien, et la place du fidèle est saisie par le traître.
Il y a un an, un oppresseur régnait sur cette ville et causait à chaque instant de nouveaux malheurs. Par la justice du Seigneur ! Il fut l'artisan de ce qui sème la terreur dans le coeur des hommes.
Mais pour la Plume de gloire, la tyrannie du monde n'a jamais été et ne sera jamais un obstacle.
Dans l'abondance de Notre grâce et de Notre tendre bonté, Nous avons révélé spécialement pour les dirigeants et les ministres du monde ce qui conduit à la sécurité et à la protection, à la tranquillité et à la paix; ainsi peut-être les enfants des hommes pourront-ils être protégés des démons de l'oppression. En vérité, Il est le Protecteur, le Secours, Celui qui donne la victoire.
Il incombe aux hommes de la Maison de justice de Dieu de fixer leur regard jour et nuit sur ce qui a rayonné de la Plume de gloire afin d'instruire les peuples, de développer les nations, de protéger l'homme et de sauvegarder son honneur.
La première Ishráq: Lorsque l'Astre du jour de la sagesse se leva au-dessus de l'horizon de la sainte dispensation de Dieu, il lança cette parole de gloire: Ceux qui possèdent la richesse et sont investis de l'autorité et du pouvoir doivent faire preuve du plus profond respect envers la religion.
En vérité, la religion est une lumière éclatante et une forteresse imprenable qui assure la protection et le bien-être des peuples du monde, car la crainte de Dieu pousse l'homme à s'en tenir fermement à ce qui est bien et à fuir tout mal.
La lampe de la religion devrait-elle être obscurcie que le chaos et la confusion en résulteraient et que les lumières de l'équité et de la justice, de la tranquillité et de la paix cesseraient de briller. Chaque homme de vraie compréhension en témoignera.
La deuxième Ishráq: Nous avons enjoint à l'humanité tout entière d'établir la moindre paix - le plus sûr de tous les moyens de protection pour l'humanité. Les souverains du monde devraient, d'un commun accord, y adhérer fermement, car elle est l'instrument suprême qui peut assurer la sécurité et le bien-être de tous les peuples et de toutes les nations.
Ils sont, en vérité, les manifestations du pouvoir de Dieu et les sources de son autorité. Nous implorons le Tout-Puissant de les aider, par sa grâce, à réaliser tout ce qui conduit au bien-être de leurs sujets. Une explication complète à ce sujet a déjà été produite par la Plume de gloire; heureux ceux qui s'y conforment.
La troisième Ishráq: Il incombe à chacun d'observer les saints commandements de Dieu puisqu'ils sont source de vie pour le monde.
Le firmament de la sagesse divine est éclairé par les deux luminaires que sont la consultation et la compassion, et le dais de l'ordre mondial est dressé sur les deux piliers que sont la récompense et la punition.
La quatrième Ishráq: Dans cette révélation, les armées capables de la rendre victorieuse sont les armées des actes louables et d'un caractère droit. Le chef et le commandant de ces armées a toujours été la crainte de Dieu, une crainte qui englobe toutes choses et règne sur toutes choses.
La cinquième Ishráq: Les gouvernements devraient parfaitement s'informer des conditions de ceux qu'ils gouvernent et leur attribuer des situations en fonction de leurs mérites et de leur valeur. Il est enjoint à chaque dirigeant et à chaque souverain de considérer cela avec le plus grand soin afin que le traître ne puisse usurper le rang du fidèle et que le spoliateur ne puisse diriger à la place du loyal.
Parmi les fonctionnaires qui ont autrefois dirigé cette très grande prison, certains étaient, Dieu soit loué, parés de l'ornement de la justice; mais pour les autres, nous nous en remettons à Dieu.
Nous implorons le seul vrai Dieu de les guider tous afin que, par bonheur, ils ne soient pas privés du fruit de la foi et de la loyauté, ni écartés de la lumière de l'équité et de la justice.
La sixième Ishráq est l'union et l'harmonie entre les enfants des hommes. Depuis le début des temps, la lumière de l'unité a répandu son rayonnement divin sur le monde, et le meilleur moyen de promouvoir cette unité est, pour les peuples du monde, de comprendre leurs écrits et leurs discours mutuels.
Dans de précédentes épîtres, Nous avons enjoint aux administrateurs de la Maison de justice soit de choisir une langue parmi celles qui existent déjà, soit d'en adopter une nouvelle et, de la même façon, de sélectionner une écriture commune, qui seraient toutes deux enseignées dans toutes les écoles du monde. Ainsi la terre sera considérée comme un seul pays et une seule patrie.
Le fruit le plus glorieux de l'arbre de la connaissance est cette parole exaltée: D'un seul arbre vous êtes tous les fruits, et d'une seule branche les feuilles.
Que l'homme ne se fasse pas gloire d'aimer son pays, mais qu'il se glorifie plutôt d'aimer ses semblables.
A ce sujet, Nous avons révélé précédemment ce qui constitue la voie de la reconstruction du monde et de l'unité des nations. Bénis sont ceux qui y parviennent. Bénis sont ceux qui agissent en conséquence.
La septième Ishráq: La Plume de gloire fait des recommandations à chacun concernant l'instruction et l'éducation des enfants. Considérez ce que la volonté de Dieu a révélé à notre arrivée dans la ville prison et a inscrit dans le très saint Livre.
Il a été ordonné à chaque père d'enseigner à son fils et à sa fille l'art de la lecture et de l'écriture, et tout ce qui se trouve dans la sainte Tablette. Quant à celui qui néglige ce qui lui a été ordonné, les mandataires peuvent alors exiger de lui, s'il est riche, ce qui est nécessaire pour l'instruction des enfants et, s'il ne l'est pas, le cas incombe à la Maison de justice. Nous en avons fait, en vérité, un abri pour les pauvres et les nécessiteux.
Celui qui élève son fils ou le fils d'un autre, c'est comme s'il avait élevé mon propre fils; sur lui reposent ma gloire, ma tendre bonté, ma miséricorde qui ont enveloppé le monde.
La huitième Ishráq: Ce passage, écrit maintenant par la Plume de gloire, est considéré comme faisant partie du très saint Livre: Les hommes de la Maison de justice de Dieu ont été chargés des affaires des peuples. Ils sont, en vérité, les mandataires de Dieu parmi ses serviteurs et les sources de l'autorité dans ses pays.
O peuple de Dieu ! Ce qui éduque le monde, c'est la justice, car elle est soutenue par deux piliers, la récompense et la punition. Ces deux piliers sont les sources de vie pour le monde.
Puisque chaque jour un problème nouveau apparaît et qu'il existe pour chaque problème une solution convenable, de telles affaires devraient être soumises à la Maison de justice afin que ses membres agissent selon les besoins et les nécessités du moment.
Ceux qui, par amour pour Dieu, se lèvent pour servir sa cause sont les bénéficiaires de l'inspiration divine venant du royaume invisible.
Il incombe à tous de leur obéir. Toutes les affaires d'Etat devraient être référées à la Maison de justice, mais les actes du culte doivent être observés selon ce que Dieu a révélé dans son Livre.
O peuple de Bahá ! Vous êtes les aurores de l'amour de Dieu et les aubes de sa tendre bonté.
Ne souillez pas vos langues en maudissant ou en injuriant une âme, quelle qu'elle soit, et préservez vos yeux de ce qui n'est pas convenable.
Présentez ce que vous possédez. Si cela est accueilli favorablement, votre but est atteint; sinon, protester serait vain. Laissez cette âme à elle-même et tournez-vous vers le Seigneur, le Protecteur, Celui qui subsiste par Lui-même.
Ne soyez pas cause de chagrin et encore moins de discorde et de conflit. Nous caressons l'espoir que vous obteniez la vraie éducation à l'ombre de l'arbre de sa tendre miséricorde et que vous agissiez conformément à ce que Dieu désire. Vous êtes tous les feuilles d'un seul arbre et les gouttes d'un seul océan.
La neuvième Ishráq: Le but de la religion, ainsi qu'il a été révélé des cieux de la sainte volonté de Dieu, est d'établir l'unité et la concorde parmi les peuples du monde; n'en faites pas la cause de dissensions et de luttes. La religion de Dieu et sa loi divine sont les instruments les plus puissants et le plus sûr des moyens pour que la lumière de l'unité se lève parmi les hommes.
Le progrès du monde, le développement des nations, la tranquillité des peuples et la paix de tous ceux qui vivent sur la terre constituent quelques-uns des principes et des ordonnances de Dieu.
La religion octroie à l'homme le plus précieux des présents, elle lui offre la coupe de la prospérité, elle lui accorde la vie éternelle et dispense des avantages impérissables à l'humanité.
Il appartient aux chefs et aux dirigeants du monde, et en particulier aux mandataires de la Maison de justice de Dieu, de tenter de tout leur pouvoir de sauvegarder son rang, de promouvoir ses intérêts et d'exalter sa position aux yeux du monde.
De même, il leur incombe de s'enquérir des conditions de vie de leurs sujets et de s'informer sur les affaires et les activités menées par les diverses communautés sous leur autorité.
Nous appelons les manifestations du pouvoir de Dieu - les souverains et les dirigeants sur terre - à mettre tout en oeuvre et à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour parvenir, s'il se peut, à bannir la discorde de ce monde et à l'illuminer de la lumière de l'harmonie.
Il incombe à chacun d'adhérer fermement à ce qui a coulé de Notre Plume très exaltée et de l'observer. Dieu, le Véritable, m'est témoin, et chaque atome de l'existence est là pour attester que Nous avons clairement établi les moyens propres à favoriser l'élévation, le progrès, l'éducation, la protection et la régénération des peuples de la terre, et que ces moyens sont révélés par la Plume de gloire dans les saints Livres et les saintes Tablettes.
Nous prions Dieu d'aider miséricordieusement ses serviteurs. Ce que cet Opprimé attend de tous, c'est la justice et l'équité.
Que personne ne se contente d'écouter; il appartient plutôt à chacun de méditer sur ce que cet Opprimé a révélé.
Je jure, par l'Astre du jour de la parole qui luit au-dessus de l'horizon du royaume du Très-Miséricordieux, y aurait-il eu quelqu'interprète ou orateur discernable, que nous ne nous serions pas fait l'objet de la censure, de la moquerie et de la calomnie des hommes.
A notre arrivée en Iráq, nous trouvâmes la cause de Dieu plongée dans une profonde torpeur et la brise de la révélation divine, silencieuse. La plupart des croyants étaient affaiblis et découragés, voire complètement perdus et morts.
Alors, il y eut une deuxième sonnerie de trompette, après quoi la Langue de grandeur prononça ces paroles bénies: Nous avons fait résonner la trompette pour la seconde fois. Ainsi, le monde entier fut ranimé par les souffles vivifiants de la révélation et de l'inspiration divines.
De derrière les voiles, certaines âmes sont maintenant apparues et se proposent d'infliger des souffrances à cet Opprimé. Elles ont entravé et renié les effusions de cette bonté sans prix.
O vous qui jugez avec équité ! Si cette cause doit être reniée, quelle autre cause en ce monde peut alors être défendue ou jugée susceptible d'être acceptée ?
Ceux qui se sont détournés de la cause de Dieu cherchent avec diligence à rassembler les Ecritures saintes de cette révélation; et ils ont déjà réussi, par des gestes d'amitié, à obtenir de leurs possesseurs certains de ces Ecrits. En outre, lorsqu'ils rencontrent les disciples de n'importe quelle autre religion, ils s'en prétendent croyants.
Dis: Mourez en votre colère ! En vérité, il est apparu avec une si grande autorité qu'aucun homme doté de vue, d'ouïe, d'intuition, de justice ou d'équité ne pourra jamais le renier. De cela témoigne en cette heure éclatante la Plume de celui qui est l'Ancien des jours.
O Jalíl ! Que ma gloire soit sur toi. Nous exhortons les aimés de Dieu à accomplir de bonnes actions pour que, par bonheur, ils puissent être aidés et qu'ils puissent saisir ce qui a été envoyé des cieux de sa révélation.
Les avantages découlant de cette parole divine reviendront à ceux qui observent ses préceptes. Nous prions Dieu de les rendre capables de faire ce qui est, pour Lui, agréable et acceptable, de permettre qu'ils puissent agir équitablement et faire preuve de justice dans cette cause irrésistible, de leur faire connaître ses saintes Ecritures et de diriger leurs pas vers son droit chemin.
Notre Héraut exalté - puisse la vie de tout autre que lui être offerte par amour pour lui - a révélé certaines lois. Cependant, dans le royaume de sa révélation, ces lois furent soumises à Notre consentement et, par conséquent, cet Opprimé a mis certaines d'entre elles en vigueur en les incorporant dans le Kitáb-i-Adqas, en différentes paroles. Nous en avons laissé d'autres à l'écart. Il tient l'autorité dans sa main. Il fait ce qu'Il veut et ordonne ce qui Lui plaît. Il est le Tout-Puissant, le Très-Loué.
Il y a aussi des ordonnances récemment révélées. Bénis ceux qui y accèdent. Bénis ceux qui observent ses préceptes.
Le peuple de Dieu devrait faire l'impossible pour que, par bonheur, le feu de la haine et de la malveillance qui couve dans le coeur des tribus et des peuples puisse être étouffé par les eaux vivifiantes de la parole et les exhortations de celui qui est le Désir du monde, et pour que les arbres de l'existence humaine puissent s'orner de fruits merveilleux et excellents. Il est, en vérité, Celui qui conseille, le Compatissant, le Bienfaisant.
Que l'éclat de sa gloire, resplendissant au-dessus de l'horizon de bonté, repose sur vous, ô peuple de Bahá, sur tous ceux qui restent fermes et inébranlables et sur ceux qui sont solidement enracinés dans la foi et qui sont doués de vraie compréhension.
En ce qui concerne ta question sur l'intérêt et le bénéfice tirés de l'or et de l'argent: il y a quelques années, le passage suivant fut révélé des cieux du Très-Miséricordieux en l'honneur de celui qui porte le nom de Dieu, le nommé Zaynu'l-Muqarrabín - que la gloire du Très-Glorieux soit sur lui.
Il a dit - que sa parole soit exaltée -: Beaucoup de gens en ont besoin. Car s'il n'y avait aucune perspective de s'assurer un intérêt, les affaires des hommes s'écrouleraient ou se démantèleraient.
On peut difficilement trouver une personne qui ferait preuve d'une telle considération vis-à-vis de son semblable, de son compatriote ou de son propre frère et montrerait une telle sollicitude qu'elle serait prête à lui avancer de l'argent gratuitement. Dès lors, comme une faveur accordée aux hommes, Nous avons prescrit que l'intérêt que rapporte l'argent devait être traité comme toute autre transaction commerciale habituelle parmi les hommes.
Voici: maintenant que ce commandement réaliste est descendu des cieux de la volonté de Dieu, il est légal et convenable de prélever un intérêt sur l'argent, afin que les peuples du monde puissent, dans un esprit d'amitié et de fraternité, avec joie et bonheur, s'engager avec dévouement à magnifier le nom de celui qui est le Bien-Aimé de toute l'humanité.
En vérité, Il ordonne selon son propre choix. Il a maintenant décrété légal le fait de prélever un intérêt sur l'argent, tout comme Il avait décrété cela illégal dans le passé. Il tient dans ses mains le royaume de l'autorité. Il agit et ordonne. Il est en vérité l'Ordonnateur, l'Omniscient.
Remercie ton Seigneur, ô Zaynu'l-Muqarrabín, pour cette bonté manifeste. De nombreux ecclésiastiques en Perse ont, pour de multiples raisons et par des moyens innombrables, vécu de gains illicites en pratiquant l'usure. Ils ont conçu des moyens pour donner à l'aspect extérieur de cette activité un semblant de légalité. Ils se jouent des lois et des ordonnances de Dieu, mais ils ne le comprennent pas.
Cependant, c'est une activité qui devrait être pratiquée avec modération et honnêteté. Notre Plume de gloire a, en gage de sa sagesse et pour la facilité des peuples, renoncé à fixer sa limite.
Nous exhortons néanmoins les aimés de Dieu à être justes et honnêtes et à ne faire que ce qui pourrait inciter les amis de Dieu à faire preuve de tendre miséricorde et de compassion les uns vis-à-vis des autres. Il est en vérité le Conseiller, le Compatissant, le Très-Bienfaisant.
Dieu fasse que tous les hommes puissent être gracieusement aidés à respecter ce que la Langue du seul vrai Dieu a prononcé. Et s'ils mettent en pratique ce que Nous avons énoncé, Dieu - que sa gloire soit exaltée - doublera assurément leur part à travers le firmament de sa bonté. En vérité Il est le Généreux, le Clément, le Compatissant. Louange à Dieu, le Suprême, le Plus-Grand.
Quoi qu'il en soit, la conduite de ces affaires a été confiée aux hommes de la Maison de justice pour qu'ils puissent les mettre en vigueur, conformément aux nécessités de l'époque et aux exigences de la sagesse.
Une fois encore, Nous exhortons tous les croyants à observer la justice et l'honnêteté, et à faire preuve d'amour et de contentement. Ils sont en fait le peuple de Bahá, les compagnons de l'arche pourpre. Sur eux soit la paix de Dieu, le Seigneur de tous les noms, le Créateur des cieux.

;===================================================
Chapitre: LAWH-I-HIKMAT (Tablette de la Sagesse)

Voici une épître que le Très-Miséricordieux a envoyée du royaume de la parole. C'est véritablement un souffle de vie pour ceux qui vivent dans le royaume de la création. Que le Seigneur de tous les mondes soit glorifié !
Dans cette épître, il est fait mention de celui qui magnifie le nom de Dieu, son Seigneur, et qui reçut le nom de Nabíl dans une importante tablette.
O Muhammad ! Ecoute la voix qui procède du royaume de gloire, qui appelle de l'Arbre céleste qui s'est élevé sur cette terre de Za'farán : En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que moi, l'Omniscient, le Sage.
Sois pour les arbres du royaume de l'existence semblable aux brises du Très-Miséricordieux, et favorise leur croissance par la puissance du nom de ton Seigneur, le Juste, le Bien-Informé.
Nous désirons t'apprendre ce qui servira de rappel pour les peuples afin qu'ils s'écartent des choses qui ont cours parmi eux et qu'ils tournent leur visage vers Dieu, le Seigneur des sincères.
Nous exhortons l'humanité en ces jours où la face de la justice est souillée de poussière, où les flammes de l'incroyance s'élèvent et l'habit de la sagesse se déchire, où la tranquillité et la loyauté régressent, et les peines et les épreuves s'alourdissent, où les alliances et les liens sont rompus, où personne ne sait comment discerner la lumière de l'obscurité ou distinguer la bonne voie de l'erreur.
O peuples du monde ! Renoncez au mal, accrochez-vous à ce qui est bien. Efforcez-vous d'être des exemples éclatants pour l'humanité entière et de vrais témoins des vertus de Dieu parmi les hommes.
Celui qui s'est levé pour servir ma cause devrait rendre ma sagesse manifeste et s'appliquer de toutes ses forces à bannir l'ignorance de la terre.
Soyez unis en consultation, soyez un en pensée.
Que chaque matin soit meilleur que la veille et chaque lendemain plus riche que le jour précédent.
Le mérite de l'homme repose sur le service et la vertu, et non sur le déploiement des biens et des richesses.
Prenez soin de purifier vos paroles des chimères et des désirs terrestres et de laver vos actes de la ruse et de la suspicion. Ne gaspillez pas la richesse de votre précieuse vie à poursuivre un attachement mauvais et corrompu, et que vos efforts ne soient pas consacrés à promouvoir votre intérêt personnel.
Soyez généreux en vos jours d'abondance et patients à l'heure des privations. L'adversité est suivie de la réussite et les réjouissances succèdent au malheur.
Gardez-vous de l'oisiveté et de la paresse, et accrochez-vous à ce qui profite à l'humanité, que vous soyez jeunes ou vieux, nobles ou humbles.
Prenez garde de semer l'ivraie de la discorde parmi les hommes ou de planter les épines du doute dans les coeurs purs et radieux.
O vous, aimés de Dieu ! Ne commettez pas ce qui souille le cours limpide de l'amour ou détruit le doux parfum de l'amitié. Par la justice du Seigneur ! Vous avez été créés pour montrer de l'amour les uns envers les autres et non de la perversité ou de la rancoeur.
Soyez fiers, non de votre amour pour vous-mêmes, mais de votre amour pour vos semblables. Ne vous glorifiez pas de votre amour pour votre patrie, mais bien de votre amour pour l'humanité entière.
Que vos yeux soient chastes, votre main honnête, votre langue sincère et votre coeur éclairé.
Ne ravalez pas le rang des érudits en Bahá et ne dépréciez pas celui de ces dirigeants qui rendent la justice parmi vous.
Placez votre confiance dans l'armée de la justice, portez l'armure de la sagesse, que votre parure soit le pardon, la pitié et ce qui réjouit le coeur des favorisés de Dieu.
Par ma vie ! Tes récriminations m'ont plongé dans la tristesse. Ne regarde pas les enfants du monde et tous leurs actes, mais fixe les yeux sur Dieu et sur son autorité qui jamais ne cessera. En vérité, Il rappelle à ta mémoire ce qui est source de bonheur pour toute l'humanité.
Bois au calice de la parole l'eau vivifiante de la joie sereine qui coule de la Source de la révélation divine - lui qui a fait mention de toi dans cette puissante forteresse.
Efforce-toi, autant qu'il est en ton pouvoir, d'établir la parole de vérité avec éloquence et sagesse et de rayer le mensonge de la surface de la terre. C'est ainsi que, de cet horizon lumineux, te guide l'Aurore de la connaissance divine.
O toi qui parles en mon nom ! Considère les gens et ce qu'ils ont perpétré durant mes jours. Nous révélâmes à l'un des dirigeants qui tient en son pouvoir tous les habitants de la terre et lui demandâmes de nous mettre face à face avec les savants de cet âge afin de lui exposer le témoignage de Dieu, ses preuves, sa gloire et sa majesté, et nous n'avions d'autre intention en cela que faire le plus grand bien.
Il commit cependant ce qui provoqua les lamentations des habitants des cités de justice et d'équité. Un jugement fut donc rendu entre lui et moi. En vérité, ton Seigneur est l'Ordonnateur, le Bien-Informé.
Dans des circonstances telles que tu les vois, comment l'Oiseau céleste peut-il s'élever dans le ciel des mystères divins alors que les pierres des vaines chimères et de l'amère animosité ont criblé ses ailes et qu'il est enfermé dans une prison construite en pierres inébranlables ? Par la droiture de Dieu ! Les hommes ont commis une terrible injustice.
En ce qui concerne tes affirmations au sujet de l'origine de la création, c'est un domaine où les conceptions varient en raison des divergences existant dans les pensées et dans les opinions des hommes.
Affirmerais-tu qu'elle a toujours existé et qu'elle continuera d'exister, ce serait vrai; ou soutiendrais-tu la même idée que l'on trouve dans les Ecritures saintes, il n'y aurait aucun doute à ce sujet, car cela a été révélé par Dieu, le Seigneur des mondes. En fait, Il était un trésor caché. C'est un rang que l'on ne peut jamais décrire ni même évoquer.
Quant au rang: "Je voulais réellement me faire connaître", Dieu était, et sa création a toujours existé sous son aile protectrice depuis le commencement qui n'a pas de commencement, si ce n'est qu'elle fut précédée d'un Principe qui ne peut être considéré comme premier et qui provient d'une Cause impénétrable, même aux hommes de savoir.
Ce qui a existé avait déjà existé auparavant, mais pas sous la forme que tu vois aujourd'hui. Le monde de l'existence fut appelé à la vie par la chaleur engendrée par l'interaction entre la force active et ce qui est son récepteur. Ces deux choses sont les mêmes et sont pourtant différentes. Ainsi t'informe la Grande Nouvelle à propos de cette glorieuse structure.
Ce qui communique l'influence génératrice et ce qui reçoit son impact sont en fait créés par le Verbe irrésistible de Dieu qui est la cause de la création tout entière, alors que toutes choses en dehors de son Verbe n'en sont que les créatures et les effets. En vérité, ton Seigneur est le Commentateur, le Très-Sage.
Sache en outre que le Verbe de Dieu - exaltée soit sa gloire - est plus élevé et de loin supérieur à ce que les sens peuvent percevoir, car Il est sanctifié de toute propriété ou substance. Il transcende les limitations des éléments connus et est placé bien au-dessus de toutes les substances essentielles et reconnues.
Il devint manifeste sans aucune syllabe ni son, et n'est rien d'autre que le Commandement de Dieu qui anime toutes choses créées.
Il n'a jamais été refusé au monde de l'existence. C'est la Grâce toute pénétrante de Dieu, dont toute grâce émane. C'est une Entité bien au-dessus de tout ce qui a été et sera.
Nous hésitons à en dire plus sur ce sujet, car les incroyants ont tendu l'oreille vers Nous afin d'entendre ce qui pourrait leur permettre de critiquer Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même.
Et puisqu'ils sont incapables d'atteindre aux mystères de la connaissance et de la sagesse à partir de ce qui a été dévoilé par la Source de divine splendeur, ils s'élèvent en protestation et se mettent à pousser des cris.
Mais il est vrai de dire qu'ils s'opposent à ce qu'ils conçoivent, et non à ce que l'Interprète a exposé, ou aux vérités dévoilées par le seul vrai Dieu, Celui qui connaît les choses invisibles.
Leurs objections, toutes sans exception, se retournent contre eux, et je jure sur ta vie qu'ils sont dépourvus de compréhension.
Chaque chose doit nécessairement avoir une origine et chaque construction un constructeur. En vérité, le Verbe de Dieu est la cause qui a précédé le monde contingent - monde orné des splendeurs de l'Ancien des jours, mais qui est cependant continuellement renouvelé et régénéré. Incommensurablement exalté est le Dieu de sagesse qui a édifié cette structure sublime.
Regarde le monde et médite un moment sur lui. Il ouvre devant tes yeux le livre qui lui est propre et révèle ce que la Plume de ton Seigneur, le Façonneur, le Bien-Informé, y a inscrit. Il t'informera de ce qui se trouve en lui et à sa surface, et il te fournira des explications si claires qu'elles te rendront indépendant de tout interprète éloquent.
Dis: La nature dans son essence est l'incarnation de mon Nom, le Façonneur, le Créateur. Ses manifestations sont diversifiées pour différentes raisons et, dans cette diversité, les hommes éclairés peuvent voir des signes.
La nature est la volonté de Dieu, elle est son expression dans et à travers le monde contingent. C'est une loi de la Providence promulguée par l'Ordonnateur, le Très-Sage.
Quiconque affirmerait que c'est la volonté de Dieu manifestée dans le monde de l'existence, que personne ne douterait de cette affirmation.
Elle est dotée d'une puissance dont les érudits ne parviennent pas à saisir la réalité. En fait, un homme d'intuition ne peut rien y percevoir d'autre que la splendeur éclatante de Notre Nom, le Créateur.
Dis: Voici une existence qui ne connaît pas la décadence, et la nature elle-même est frappée de stupéfaction devant ses révélations, ses preuves irrésistibles et sa gloire resplendissante qui ont enveloppé l'univers.
Il serait mal venu que tu tournes ton regard vers des temps passés ou plus récents. Fais mention de ce jour et magnifie ce qui y est apparu. Cela sera en vérité suffisant pour toute l'humanité.
En fait, les exposés et les discours tentant d'expliquer de telles choses glacent les esprits. Il t'appartient de parler d'une façon telle que tu enflammeras le coeur des vrais croyants et que tu ennobliras leur corps.
Celui qui croit aujourd'hui en la renaissance de l'homme et qui est pleinement conscient que Dieu, le Suprême, exerce une ascendance suprême et une autorité absolue sur cette nouvelle création, un tel homme est, en vérité, compté parmi ceux qui sont dotés d'intuition dans cette très grande révélation. Chaque croyant éclairé en témoigne.
Marche au-dessus du monde de l'existence par la puissance du plus Grand Nom, afin de devenir conscient des mystères immémoriaux et de prendre connaissance de ce dont personne n'est informé. En vérité ton Seigneur est le Secours, l'Omniscient, le Bien-Informé.
Sois comme une artère palpitante qui bat dans le corps de la création tout entière, pour qu'à travers la chaleur dégagée par ce mouvement apparaisse ce qui ranimera le coeur de ceux qui hésitent.
A l'époque où Nous étions caché derrière des voiles innombrables de lumière, tu conversas avec Nous et tu pus voir les lumières du firmament de Notre sagesse et les flots de l'océan de Notre parole.
En vérité, ton Seigneur est le Loyal, le Fidèle. Grande est la bénédiction de celui qui est parvenu aux effusions prodigues de cet océan pendant les jours de son Seigneur, le Très-Bon, le Très-Sage.
Pendant notre séjour en Iráq, lorsque Nous étions à la maison du dénommé Majíd, Nous t'avons clairement expliqué les mystères de la création, son origine, son apogée et sa cause. Cependant, depuis Notre départ Nous Nous sommes limité à cette affirmation: En vérité, il n'y a nul autre Dieu que moi, le Très-Miséricordieux, le Bon.
Enseigne la cause de Dieu avec des mots qui enflammeront les buissons et feront s'en élever l'appel: En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que moi, le Tout-Puissant, l'Inconditionné.
Dis: La parole humaine est une essence qui aspire à exercer son influence et doit être modérée. Quant à son influence, elle est conditionnée par le raffinement qui, à son tour, dépend du détachement et de la pureté du coeur. Quant à sa modération, elle doit être combinée avec le tact et la sagesse comme il a été prescrit dans les Ecritures et les tablettes saintes.
Médite sur ce qui a coulé du ciel de la volonté de ton Seigneur, celui qui est la Source de toute grâce, afin de saisir le sens voulu enfoui dans les profondeurs sacrées des Ecrits saints.
Ceux qui ont rejeté Dieu et qui s'attachent à la nature telle qu'elle est intrinsèquement sont en vérité dénués de savoir et de sagesse. Ils font réellement partie de ceux qui se sont égarés. Ils n'ont pas réussi à atteindre le sommet élevé et ont manqué le but ultime; dès lors, leurs yeux furent clos et leurs pensées divergèrent, alors que les dirigeants parmi eux crurent en Dieu et en son invincible souveraineté. Ton Seigneur, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même, en témoigne.
Dès que les yeux des peuples de l'Orient furent attirés par les arts et les merveilles de l'Occident, ils errèrent à l'aventure dans le désert des causes matérielles, oublieux de celui qui est la Cause des causes et leur Soutien, alors que ces hommes, qui furent des sources et des puits de sagesse, ne nièrent jamais l'impulsion génératrice de ces causes, pas plus que le Créateur et l'Origine de tout cela. Ton Seigneur sait et, par contre, la plupart des gens ne savent pas.
Maintenant, par amour pour Dieu, le Seigneur des noms, Nous Nous sommes assigné la tâche de mentionner dans cette Tablette certains récits des sages afin que les yeux des gens s'ouvrent et qu'ils soient entièrement assurés qu'Il est en vérité le Façonneur, l'Omnipotent, le Créateur, l'Initiateur, l'Omniscient, le Très-Sage.
Bien que l'on reconnaisse aux savants contemporains une grande connaissance en philosophie, dans les arts et les métiers, cependant, en considérant cela d'un oeil critique, on comprendra rapidement que la plus grande part de ces connaissances a été acquise auprès des sages d'antan, car ce sont eux qui ont jeté les bases de la philosophie, développé sa structure et étayé ses piliers. C'est ce que t'apprend ton Seigneur, l'Ancien des jours.
Jadis, les sages puisaient leurs connaissances chez les prophètes, car ces derniers étaient les interprètes de la philosophie divine et les révélateurs des mystères célestes. Des hommes se désaltéraient aux eaux cristallines et vivifiantes de leurs paroles, alors que d'autres se satisfaisaient de la lie.
Chacun reçoit sa part selon ses mérites. Il est l'Equitable, le Sage.
Empédocle, qui s'est distingué comme philosophe, était un contemporain de David, alors que Pythagore vivait au temps de Salomon, fils de David, et acquit la sagesse grâce aux trésors légués par les prophètes. C'est lui qui affirma avoir entendu le murmure des cieux et être parvenu au rang des anges. En vérité, ton Seigneur expliquera clairement toutes choses si cela Lui plaît. En vérité, Il est le Sage, Celui qui pénètre toutes choses.
L'essence et les fondements de la philosophie sont venus des prophètes. La différence d'opinion qui existe entre les hommes quant à son sens profond et à ses mystères provient de leurs divergences de vue et d'esprit.
Nous te rapportons volontiers ce qui suit: Un jour, un des prophètes communiquait à son peuple ce que le Seigneur omnipotent lui avait inspiré - En vérité, ton Seigneur est l'Inspirateur, le Miséricordieux, le Suprême. Lorsque la fontaine de la sagesse et de l'éloquence jaillit de la source de sa parole et que le vin de la connaissance divine grisa ceux qui avaient cherché son seuil, il s'exclama: Voilà ! Tous sont remplis de l'Esprit.
Il y avait parmi eux un homme qui s'attacha à cette déclaration et, animé de ses propres chimères, conçut l'idée selon laquelle l'esprit pénètre ou entre littéralement dans le corps et, exposant longuement ce concept, il avança des preuves le soutenant, et des groupes de gens suivirent ses traces.
Faire mention de leur nom ici ou te donner un rapport détaillé mènerait à la prolixité et nous écarterait du thème principal. En vérité, ton Seigneur est le Très-Sage, l'Omniscient.
Il y avait aussi celui qui partagea le vin choisi dont la cire fut ôtée avec la clef de la Langue de celui qui est le Révélateur des versets de ton Seigneur, le Clément, le Très-Généreux.
En vérité, les philosophes n'ont pas renié l'Ancien des jours. La plupart d'entre eux s'éteignirent en regrettant de n'avoir pu pénétrer son mystère, ainsi que certains d'entre eux l'ont même déclaré. En vérité, ton Seigneur est le Conseiller, le Bien-Informé.
Regarde Hippocrate, le médecin. Il fut l'un des éminents philosophes qui crurent en Dieu et qui reconnurent sa souveraineté.
Après lui vint Socrate qui était vraiment sage, talentueux et vertueux. Il pratiqua l'autodérision, réprima ses appétits pour les désirs égoïstes et se détourna des plaisirs matériels. Il se retira dans les montagnes où il vécut dans une grotte. Il dissuada les hommes d'adorer des idoles et leur enseigna la voie de Dieu, le Seigneur de miséricorde, jusqu'à ce que les ignorants se dressassent contre lui. Ils l'arrêtèrent et le mirent à mort en prison. Ainsi te l'apprend cette Plume véloce.
Quelle vision pénétrante de la philosophie eut cet homme éminent ! C'est le plus distingué de tous les philosophes et il fut fort instruit en sagesse. Nous affirmons qu'il est un des héros dans ce domaine et en est un champion exceptionnel.
Il eut une profonde connaissance des sciences répandues parmi les hommes, mais aussi de celles cachées à leur esprit. Lorsque le très grand Océan répandit ses eaux miroitantes et vivifiantes, il me semble qu'il en but une gorgée.
C'est lui qui perçut dans l'essence des choses une unicité, une modération et une clairvoyance présentant la plus grande ressemblance avec l'esprit humain, et il découvrit que cette essence était distincte de la substance des choses dans leur forme affinée. Il tint un discours particulier sur ce thème important. Si tu interrogeais les sages de cette génération sur ce discours, tu verrais leur incapacité à le comprendre. En vérité ton Seigneur dit la vérité, mais la plupart des gens ne le comprennent pas.
Après Socrate vint le divin Platon qui fut un de ses élèves et lui succéda à la chaire de philosophie. Il affirma sa croyance en Dieu et en ses signes qui pénètrent tout ce qui a été et tout ce qui sera. Ensuite vint Aristote, le savant bien connu. C'est lui qui découvrit le pouvoir de la matière gazeuse.
Ces hommes, qui se détachent comme guides des autres hommes et sont remarquables parmi eux, ont tous affirmé croire en l'Etre immortel qui tient dans ses mains les rênes de toutes les sciences.
Je te parlerai aussi de l'invocation lancée par Balínús qui connaissait bien les théories avancées par le père de la philosophie au sujet des mystères de la création telles qu'il les a développées dans ses tablettes de chrysolithe, afin que chacun soit totalement convaincu des choses que Nous avons élucidées pour toi dans cette Tablette manifeste, qui, si elle est pressée entre les mains de l'équité et de la connaissance, produira l'esprit de vie capable de ranimer toutes les choses créées.
Grande est la bénédiction de celui qui nage dans cet océan et célèbre la louange de son Seigneur, le Miséricordieux, le Bien-Aimé. En fait, les versets de ton Seigneur diffusent les brises de la révélation divine de façon telle que nul ne peut contester sa véracité, excepté ceux qui sont privés de l'ouïe, de la vue, de la compréhension et de toute faculté humaine. En vérité, ton Seigneur témoigne de cela, mais les gens ne le comprennent pas.
Cet homme disait: Je suis Balínús, le sage, le faiseur de prodiges, le producteur de talismans. Il surpassa tous les autres dans les domaines des arts et des sciences et s'éleva vers les plus hauts sommets de l'humilité et de la supplique.
Ecoute ce qu'il a dit, en implorant celui qui possède tout, le Suprême: Je me tiens en présence de mon Seigneur, exaltant ses dons et ses bontés et le glorifiant par ce dont Il glorifie son Etre propre, afin que je devienne une source de bénédictions et de conseils pour les hommes qui reconnaissent mes paroles.
Et ensuite, il ajoute: O Seigneur ! Tu es Dieu et il n'y a pas d'autre Dieu que toi. Tu es le Créateur et il n'y a pas d'autre Créateur que toi. Aide-moi par ta grâce et fortifie-moi. Mon coeur est pris d'angoisse, mes membres tremblent, j'ai perdu la raison, et l'esprit m'a fait défaut. Accorde-moi la force et permets à ma langue de parler avec sagesse. Et plus loin encore: Tu es en vérité Celui qui sait, le Sage, le Puissant, le Compatissant.
Cet homme de sagesse devint informé des mystères de la création et perçut les subtilités enfouies dans les écrits hermétiques.
Nous ne souhaitons pas en dire davantage, mais Nous dirons ce que l'Esprit a fait pénétrer en Notre coeur. En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, Celui qui sait, le Puissant, le Secours dans le péril, le Très-Excellent, le Loué. Par ma vie ! En ce jour, l'Arbre céleste ne veut proclamer au monde que cette affirmation: En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que moi, l'Incomparable, le Bien-Informé.
Si ce n'était pour l'amour que je te porte, je n'aurais pas prononcé un seul mot de ce qui a été mentionné. Apprécie la valeur de ce rang, préserve-le comme tu le ferais de ton oeil et sois parmi ceux qui sont vraiment reconnaissants.
Tu sais très bien que nous n'avons pas pris connaissance des livres que les hommes possèdent et que nous n'avons pas reçu l'éducation ayant cours parmi eux et pourtant, chaque fois que nous désirons citer les paroles de l'érudit et du sage , tout ce qui est apparu dans le monde et qui a été révélé dans les Ecritures et les livres saints apparaît bientôt en face de ton Seigneur sous forme d'une tablette. Alors nous consignons par écrit ce que notre oeil perçoit. En vérité sa connaissance embrasse la terre et les cieux.
Ceci est une Tablette dans laquelle la Plume de l'Invisible a inscrit la connaissance de tout ce qui a été et de tout ce qui sera - une connaissance que nul autre que ma langue merveilleuse ne peut interpréter. En effet, mon coeur, tel qu'il est en son essence, a été débarrassé par Dieu des concepts de l'érudit et il est sanctifié des paroles du sage. En vérité, il n'est le reflet que des révélations de Dieu. La langue de grandeur en témoigne dans son Livre explicite.
Dis: O peuples de la terre ! Prenez garde qu'aucune référence à la sagesse ne vous prive de sa Source ni ne vous éloigne de son Aurore. Fixez votre coeur sur votre Seigneur, l'Educateur, le Très-Sage.
Pour chaque pays, Nous avons prévu un destin, pour chaque occasion une part déterminée, pour chaque déclaration un temps opportun et pour chaque situation une remarque appropriée.
Considérez la Grèce. Nous en fîmes le siège de la sagesse pendant une longue période. Cependant, lorsque l'heure fut venue, son trône fut renversé, sa langue cessa de parler, sa lumière s'affaiblit et son étendard fut baissé. Ainsi, Nous accordons et Nous retirons. En vérité ton Seigneur est celui qui donne et qui retire, le Fort, le Puissant.
Dans chaque pays Nous avons installé un luminaire de la connaissance, et lorsque le moment déterminé arrive, il brille, resplendissant au-dessus de son horizon, ainsi qu'il fut décrété par Dieu, l'Omniscient, le Très-Sage.
Si telle était Notre volonté, Nous pourrions parfaitement t'expliquer tout ce qui existe dans chaque contrée ou tout ce qui s'y est passé. De fait, la connaissance de ton Seigneur embrasse les cieux et la terre.
Sache d'ailleurs que les peuples d'autrefois ont produit des choses que les savants d'aujourd'hui n'ont pu produire.
Nous te rappelons Martos qui fut un des savants d'autrefois. Il inventa un appareil qui transmettait le son à une distance de soixante miles. D'autres que lui ont aussi découvert des choses que personne en cet âge-ci n'a pu voir.
En vérité, ton Seigneur révèle à chaque époque ce qui Lui plaît en signe de sagesse de sa part. Il est en vérité l'Ordonnateur suprême, le Très-Sage.
Un vrai philosophe ne renierait jamais Dieu ou ses preuves, il reconnaîtrait plutôt sa gloire et sa puissante majesté qui dominent toutes les choses créées. En vérité, Nous aimons ces savants qui ont amené à la lumière ces choses qui font progresser les meilleurs intérêts de l'humanité, et Nous les avons aidés par la puissance de Notre commandement, car Nous sommes bien à même de réaliser Notre dessein.
Prenez garde, ô mes aimés, de ne point dédaigner les mérites de mes serviteurs savants que Dieu a choisis dans sa grâce pour être les interprètes, parmi la race humaine, de son nom, "le Façonneur". Efforcez-vous de développer des métiers et des entreprises dont chacun, jeune ou vieux, puisse tirer profit.
Nous sommes libéré de ces ignorants qui imaginent vainement que la sagesse est de donner libre cours à leurs propres chimères et de répudier Dieu, le Seigneur de tous les hommes, même si Nous entendons certains de ces insouciants avancer de telles affirmations aujourd'hui.
Dis: Le début de la sagesse et son origine sont de reconnaître tout ce que Dieu a clairement exposé, car c'est la force de ces paroles qui a permis d'établir fermement les bases de l'art de gouverner qui est un bouclier pour la préservation du corps de l'humanité.
Réfléchissez un instant afin de comprendre ce que ma Plume très exaltée a proclamé dans cette Tablette merveilleuse.
Dis: Chaque thème de discussion que vous soulevez se rapportant aux affaires de l'Etat tombe sous l'ombre d'une des paroles envoyées du ciel de sa parole glorieuse et exaltée. Nous t'avons donc rapporté ce qui vivifiera ton coeur, soulagera tes yeux et te permettra de te lever pour promouvoir sa cause parmi tous les peuples.
O mon Nabíl ! Ne te laisse affliger par rien, réjouis-toi plutôt d'un bonheur extrême, car j'ai mentionné ton nom, j'ai tourné mon coeur et mon visage vers toi, et j'ai conversé avec toi dans cet exposé irréfutable et important.
Médite en ton coeur sur les tribulations que j'ai subies, l'emprisonnement et la captivité que j'ai endurés, les souffrances qui m'ont assailli et les accusations que les gens ont portées contre moi. Vois, ils sont vraiment entourés d'un triste voile.
Lorsque le discours atteignit ce stade, l'aurore des mystères divins apparut et la lumière de la parole s'éteignit. Puisse sa gloire reposer sur les sages, comme l'a ordonné celui qui est le Tout-Puissant, le Très-Loué.
Dis: Que ton nom soit magnifié, ô Seigneur mon Dieu ! Je te supplie, par ton nom par lequel la splendeur de la lumière de la sagesse apparut resplendissante lorsque les cieux de la divine parole furent mis en mouvement parmi les hommes, de m'assister par la grâce de tes confirmations célestes et de me permettre d'exalter ton nom parmi tes serviteurs.
O Seigneur ! J'ai tourné mon visage vers toi, détaché de tous sauf de toi, m'agrippant à l'ourlet de la robe de tes multiples bénédictions. Délie ma langue afin qu'elle proclame ce qui captivera la raison des hommes et réjouira leur âme et leur esprit. Affermis-moi alors dans ta cause, afin que je ne puisse être freiné par l'ascendant exercé par les oppresseurs parmi tes créatures, ni retenu par les attaques des incroyants parmi ceux qui vivent en ton royaume.
Rends-moi semblable à une lampe, brillant à travers tes territoires, afin que ceux dont le coeur rayonne de la lumière de ta connaissance et se languit du désir ardent de ton amour puissent être guidés par son éclat.
En vérité, tu as le pouvoir de faire tout ce que tu veux, et tu tiens entre tes mains le royaume de la création. Il n'y a pas d'autre Dieu que toi, le Très-Puissant, le Très-Sage.

;===================================================
Chapitre: ASL-I-KULLU'L-KHAYR (Paroles de sagesse)

Au nom de Dieu, le Suprême, le Très-Haut. La source de tout bien est la confiance en Dieu, la soumission à ses ordres, et la satisfaction de sa sainte volonté et de son bon plaisir.
L'essence de la sagesse est la crainte de Dieu, la terreur inspirée par son châtiment et sa punition, et l'appréhension de sa justice et de son décret.
L'essence de la religion est de témoigner de ce que le Seigneur a révélé et de suivre ce qu'Il a ordonné dans son Livre puissant.
La source de toute gloire est d'accepter tout ce que le Seigneur a accordé et de se satisfaire de ce que Dieu a ordonné.
L'essence de l'amour est pour l'homme de tourner son coeur vers l'Aimé, de se séparer de tout autre sauf de Lui, et de ne désirer rien d'autre que ce qui est le désir de son Seigneur.
Le vrai souvenir est de mentionner le Seigneur, le Très-Loué, et d'oublier tout autre que Lui.
La vraie confiance est pour le serviteur de continuer à exercer sa profession et de suivre sa vocation dans ce monde, de s'accrocher fermement au Seigneur, de ne rechercher que sa grâce, car c'est en ses mains que se trouve la destinée de tous ses serviteurs.
L'essence du détachement est pour l'homme de tourner son visage vers le parvis du Seigneur, d'entrer en sa présence, de contempler sa face et de se présenter en témoin devant Lui.
L'essence de la compréhension est d'attester de sa pauvreté et de se soumettre à la volonté du Seigneur, le Souverain, le Miséricordieux, le Tout-Puissant.
La source du courage et de la puissance est la promotion de la parole de Dieu et la fermeté dans son amour.
L'essence de la charité pour le serviteur est de relater les bienfaits de son Seigneur, et de Lui rendre grâce en tout temps et en toutes circonstances.
L'essence de la foi est la rareté des mots et l'abondance des actes; celui dont les mots dépassent les actes, qu'il sache en vérité que sa mort est préférable à sa vie.
L'essence de la vraie sécurité est d'observer le silence, de considérer la fin des choses et de renoncer au monde.
Le commencement de la magnanimité est pour un homme de consacrer ses richesses à lui-même, à sa famille et aux pauvres parmi ses frères dans sa foi.
L'essence de la richesse est l'amour pour moi; quiconque m'aime possède tout, tandis que celui qui ne m'aime pas fait, en vérité, partie des pauvres et des nécessiteux. C'est ce que le Doigt de gloire et de splendeur a révélé.
La source de tout mal est pour l'homme de se détourner de son Seigneur et de fixer son coeur sur des choses impies.
Le feu le plus dévastateur est de mettre en doute les signes de Dieu, de contester sans raison ce qu'Il a révélé, de le renier et de se tenir orgueilleusement devant Lui.
La source de tout savoir est la connaissance de Dieu - que sa gloire soit exaltée - et ceci ne peut être réalisé que par la connaissance de sa divine manifestation.
L'essence de l'abaissement est de quitter l'ombre protectrice du Miséricordieux pour chercher refuge auprès du Malin.
La source de l'erreur consiste à renier le seul vrai Dieu, à mettre sa confiance en tout autre que Lui et à fuir son décret.
La vraie perte est pour celui dont les jours se sont passés dans l'ignorance complète de lui-même.
L'essence de tout ce que Nous avons révélé pour toi est la justice, elle consiste pour l'homme à se libérer des vaines chimères et des imitations, à considérer sous l'angle de l'unicité son oeuvre glorieuse et à examiner toutes choses d'un oeil attentif.
C'est ainsi que Nous t'avons instruit, que Nous t'avons révélé des paroles de sagesse afin que tu puisses être reconnaissant envers le Seigneur, ton Dieu, et l'en glorifier parmi tous les peuples.

;===================================================
Chapitre: LAWH-I-MAQSUD (Tablette de Maqsúd)

Il est Dieu - exalté soit-Il - le Seigneur de majesté et de pouvoir. Seule une louange qui va bien au-delà de toute évocation ou de toute description convient à l'Adoré, le Possesseur de toutes choses visibles et invisibles, celui qui a permis au Premier Point de révéler d'innombrables livres et épîtres et qui, par la puissance de sa parole sublime, a appelé à l'existence la création tout entière, que ce soient les générations passées ou plus récentes.
Il a en outre, à chaque époque et à chaque cycle, conformément à sa sagesse transcendante, envoyé un messager divin pour ranimer, par les eaux vivifiantes de sa parole, les âmes découragées et abattues; un messager qui est en fait le commentateur, le véritable interprète, dans la mesure où l'homme est incapable de comprendre ce qui a surgi de la Plume de gloire et qui est rapporté dans ses livres célestes.
Les hommes, de tout temps et en toutes circonstances, ont toujours eu besoin de quelqu'un pour les exhorter, les guider, les instruire et les former. C'est pourquoi Il a envoyé ses messagers, ses prophètes et ses élus afin qu'ils les informent du dessein divin sous-tendant la révélation contenue dans les livres et l'envoi de messagers, et pour que chacun puisse prendre conscience du legs de Dieu, qui est latent dans la réalité de chaque âme.
L'homme est le talisman suprême. Un manque d'éducation adéquate l'a cependant privé de ce qu'il possède par nature.
D'un mot sorti de la bouche de Dieu, il fut appelé à l'existence; d'un mot de plus, il fut amené à reconnaître la Source de son éducation; d'un autre mot encore, son rang et sa destinée ont été assurés.
Le Grand Etre dit: Considérez l'homme comme une mine riche en pierres précieuses d'une valeur inestimable. L'éducation peut à elle seule l'amener à lui faire livrer ses trésors et permettre à l'humanité d'en profiter.
Quiconque méditerait sur ce qu'ont révélé les Ecritures envoyées du ciel de la volonté sacrée de Dieu reconnaîtrait facilement qu'elles ont pour but de considérer tous les hommes comme une seule âme, pour que le sceau gravé des mots "Le royaume sera à Dieu" soit imprimé sur chaque coeur et que la lumière de la bonté, de la grâce et de la miséricorde divines enveloppe l'humanité entière.
Le seul vrai Dieu - exaltée soit sa gloire - n'a rien désiré pour Lui-même. L'allégeance des hommes ne Lui est d'aucun profit, et leur perversité ne Lui fait aucun tort.
L'Oiseau du royaume de la parole lance continuellement cet appel: Toutes choses, je les ai voulues pour toi, et toi aussi, par amour pour toi.
Si les savants et les sages de cette époque avaient permis aux hommes de respirer le doux parfum de l'amitié et de l'amour, chaque coeur compréhensif percevrait la signification de la vraie liberté et découvrirait le secret d'une paix continue et d'un calme absolu. Si la terre avait atteint ce niveau et était illuminée de sa lumière, on pourrait vraiment dire d'elle: Tu n'y verras ni ondulation ni dépression.
Que la louange et la paix soient sur lui dont la venue a fait rayonner le visage de Bathá et dont le vêtement a répandu la fragrance de ses douces saveurs sur l'humanité tout entière - lui qui est venu pour protéger les hommes de ce qui leur nuirait dans le monde d'ici-bas. Exalté, immensément exalté est son rang au-delà de la glorification de tous les êtres et sanctifié de la louange de la création tout entière.
Par sa venue, le tabernacle de la stabilité et de l'ordre fut dressé à travers le monde et l'étendard de la connaissance fut hissé parmi les nations.
Que les bénédictions reposent sur sa famille et sur ses compagnons, grâce à qui l'étendard de l'unité et de l'unicité de Dieu fut brandi et les bannières du triomphe céleste furent déployées. Grâce à eux, la religion de Dieu fut fermement établie parmi ses créatures et son nom fut magnifié parmi ses serviteurs.
Je le conjure - qu'Il soit exalté - de préserver sa foi de la méchanceté de ses ennemis qui arrachèrent les voiles, les écartèrent et finalement renversèrent la bannière de l'islám parmi tous les peuples.
Ta lettre dont on pouvait respirer le doux parfum de la réunion fut reçue. Loué soit Dieu, car la brise du rapprochement et de la communion a soufflé après le ferme décret de la séparation, et les eaux de la joie et du bonheur ont rafraîchi les coeurs.
Nous rendons grâce à Dieu en toutes circonstances et nous nourrissons l'espoir qu'Il puisse - exaltée soit sa gloire - par sa gracieuse providence, guider tous ceux qui vivent sur la terre vers ce qui Lui est acceptable et agréable.
Vois les désordres dont la terre a été affligée durant de nombreuses années et l'inquiétude qui s'est emparée de ses peuples. Elle a été soit ravagée par la guerre, soit éprouvée par des calamités soudaines et imprévisibles.
Bien que le monde soit envahi par la misère et la détresse, personne n'a pris le temps de réfléchir à ce qui pourrait en être la cause ou la source. Chaque fois que le véritable conseiller prononçait un mot de remontrance, ils l'accusaient tous d'être un instigateur du mal et rejetaient sa revendication. Combien étonnante, combien confondante est cette attitude !
Il n'est pas deux hommes qui puissent se dire extérieurement et intérieurement unis. Les preuves de la discorde et de la malveillance apparaissent de tous côtés alors que nous étions tous faits pour l'harmonie et l'union.
Le Grand Etre dit: O bien-aimés ! Le tabernacle de l'unité est dressé; ne vous considérez pas comme des étrangers. Vous êtes les fruits d'un seul arbre, les feuilles d'une seule branche.
Nous caressons l'espoir que la lumière de la justice descende sur le monde et le purifie de la tyrannie. Si les dirigeants et les rois de la terre, les symboles du pouvoir de Dieu - exaltée soit sa gloire - se lèvent et décident de se consacrer à tout ce qui favorisera les plus grands intérêts de l'humanité tout entière, le règne de la justice sera assurément établi parmi les enfants des hommes et l'éclat de sa lumière inondera la terre entière.
Le Grand Etre dit: L'édifice de la stabilité et de l'ordre mondial repose et continuera de reposer sur les piliers jumeaux que sont la récompense et la punition.
Et, par ailleurs, il a prononcé les paroles suivantes, dans la langue de l'éloquence : La justice a une force puissante sous son ordre. Ce n'est rien d'autre que la récompense et la punition des actes des hommes. Grâce au pouvoir de cette force, le tabernacle de l'ordre est établi à travers le monde, contraignant les méchants à refréner leur nature par crainte d'être punis.
Dans un autre passage, il a écrit: Prenez garde, ô rassemblement des dirigeants du monde ! Il n'est aucune force sur terre pour égaler dans son pouvoir conquérant la force de la justice et de la sagesse.
En vérité, j'affirme qu'il n'existe pas et qu'il n'a jamais existé d'armée plus puissante que celle de la justice et de la sagesse.
Béni soit le roi qui avance avec l'étendard de la sagesse déroulé devant lui et les bataillons de la justice regroupés derrière lui. Il est en vérité la parure qui orne le front de la paix et le visage de la sécurité.
Il est certain que si le soleil de la justice, obscurci par les nuages de la tyrannie, devait rayonner sur les hommes, la face de la terre en serait complètement transformée.
Le Grand Etre, désireux de révéler les conditions nécessaires à la paix et à la tranquillité du monde ainsi qu'au progrès de ses peuples, a écrit: Le temps doit venir où la nécessité impérieuse d'une vaste assemblée qui embrasse tous les hommes sera universellement reconnue. Les rois et les dirigeants de la terre devront impérativement y assister et, en prenant part à ses délibérations, ils devront considérer les voies et les moyens de poser les fondements de la grande paix du monde parmi les hommes.
Une telle paix nécessitera de la part des grandes puissances la résolution de se réconcilier complètement, au nom de la tranquillité des peuples de la terre.
Et si un roi prend les armes contre un autre, tous conjointement devraient se lever et l'en empêcher. Si cela se faisait, les nations du monde n'auraient plus besoin d'autres armements que ceux qui sont nécessaires pour préserver la sécurité de leurs royaumes et maintenir l'ordre intérieur sur leurs territoires. Ceci assurera la paix et la quiétude de tout peuple, gouvernement et nation.
Nous caressons l'espoir que les rois et les dirigeants de la terre, miroirs du gracieux et tout-puissant nom de Dieu, parviennent à ce rang et protègent l'humanité des assauts de la tyrannie.
De même il dit: Parmi les choses qui mènent à l'unité et à la concorde et qui feront que la terre entière sera considérée comme un seul pays, il y a la réduction des diverses langues à une seule et, de la même façon, la limitation des alphabets utilisés dans le monde à un seul.
Il incombe à toutes les nations de nommer des hommes doués de compréhension et d'érudition pour convoquer une assemblée et, par une consultation commune, de choisir une langue parmi les diverses langues existantes ou d'en créer une nouvelle qui serait enseignée aux enfants dans toutes les écoles du monde.
Le jour approche où tous les peuples du monde auront adopté une seule langue universelle et un seul alphabet commun. Lorsque cela sera réalisé, quelle que soit la ville où un homme se rendra, ce sera comme s'il pénétrait dans sa propre demeure. Ces choses sont obligatoires et absolument essentielles.
Il incombe à chaque homme d'intuition et de compréhension de s'efforcer de traduire en réalité et en actes ce qui a été écrit.
En ces jours, le tabernacle de la justice est tombé dans les serres de la tyrannie et de l'oppression. Implorez le seul vrai Dieu - exaltée soit sa gloire - de ne pas priver l'humanité de l'océan de la vraie compréhension, car si les hommes y prêtaient seulement attention, ils pourraient rapidement se rendre compte que tout ce qui a coulé de la Plume de gloire et qui est consigné par elle est semblable au soleil pour le monde entier et que là se trouvent le bien-être, la sécurité et le véritable intérêt de tous les hommes; sinon, la terre sera tourmentée chaque jour d'une nouvelle calamité et des troubles sans précédents éclateront.
Dieu veuille que les peuples du monde soient aidés par sa grâce à préserver la lumière de ses conseils, empreints d'amour, sous le globe de la sagesse. Nous caressons l'espoir que chacun soit revêtu de la robe de la vraie sagesse, fondement du gouvernement du monde.
Le Grand Etre dit: Le ciel de l'art de gouverner s'est éclairé et a rayonné de l'éclat de ces mots sacrés apparus à l'aurore de la volonté de Dieu: Il appartient à chaque dirigeant de peser chaque jour sa propre personne sur la balance de l'équité et de la justice, de rendre ensuite la justice parmi les hommes et de leur conseiller de faire ce qui dirigera leurs pas dans le chemin de la sagesse et de la compréhension. Ceci est la pierre angulaire de l'art de gouverner et son essence même.
Chaque homme éclairé et rempli de sagesse percevra dans ces paroles ce qui favorisera des objectifs tels que le bien-être, la sécurité et la protection de l'humanité, le salut des vies humaines.
Les hommes perspicaces devraient-ils boire tout leur soûl de l'océan des sens profonds qui gisent enchâssés dans ces paroles et s'en pénétrer, qu'ils témoigneraient du caractère sublime et parfait qu'elles possèdent. Cet humble personne énoncerait-elle ce qu'elle perçoit, que tous attesteraient de la sagesse accomplie de Dieu.
Les secrets de l'art de gouverner et de ce dont les hommes ont besoin sont enfouis dans ces paroles.
Cet humble serviteur prie instamment le seul vrai Dieu - exaltée soit sa gloire - d'éclairer de la splendeur de la lumière de sagesse les yeux des gens dans le monde afin qu'ils reconnaissent tous ce qui est indispensable en cette époque.
Est en fait un homme celui qui, aujourd'hui, se consacre au service de la race humaine tout entière. Le Grand Etre dit: Béni et heureux l'homme qui se lève pour promouvoir les meilleurs intérêts des peuples et des familles de la terre.
Dans un autre passage, il a proclamé: Il n'appartient pas à celui qui aime sa patrie de s'enorgueillir, mais plutôt à celui qui aime le monde entier. La terre n'est qu'un seul pays et tous les hommes en sont les citoyens.
Des exhortations à l'union et à l'harmonie semblables à celles que la Plume du Très-Haut a consignées dans les livres des prophètes font référence à des affaires spécifiques; il ne s'agit pas d'une union qui mènerait à la désunion ni d'une concorde qui créerait la discorde. C'est le stade où tout est mesuré, où chaque âme de mérite recevra son dû.
Heureux ceux qui apprécient la signification et saisissent l'intention de ces paroles, et malheur aux insouciants. De cela témoignent amplement, dans leur essence même, tous les signes de la nature.
Chaque homme judicieux et sage connaît bien ce que Nous avons mentionné, contrairement à ceux qui se sont écartés de la source vivifiante de l'impartialité et qui errent éperdument dans le désert de l'ignorance et du fanatisme aveugle.
Le Grand Etre dit: O vous, enfants des hommes ! Le dessein fondamental qui anime la foi de Dieu et sa religion est de sauvegarder les intérêts et de promouvoir l'unité de la race humaine, de stimuler l'esprit d'amour et de fraternité parmi les hommes. N'acceptez pas qu'il devienne une source de dissension et de discorde, de haine et d'inimitié. Voilà le droit chemin, la base fixe et inamovible.
Les changements et les fortunes du monde ne pourront jamais altérer la résistance de ce qui est bâti sur cette fondation, pas plus que le passage de siècles innombrables ne pourra en miner la structure.
Notre espoir est que les chefs religieux du monde et ses dirigeants se lèveront conjointement pour réformer cette époque et restaurer son destin. Après avoir médité sur les besoins du moment, qu'ils se consultent et, après avoir consciencieusement et longuement délibéré, qu'ils administrent à un monde malade et gravement affligé le remède qu'il requiert.
Le Grand Etre dit: Le ciel de la sagesse divine est illuminé par deux luminaires qui sont la consultation et la compassion. Consultez-vous en toutes matières, car la consultation est comme un phare qui montre le chemin et qui dispense la compréhension.
Au début de chaque effort, il importe de veiller à ce que sera son but. De tous les arts et de toutes les sciences, faites étudier aux enfants ceux et celles qui résulteront en avantages pour l'homme, assureront son progrès et élèveront son rang.
Ainsi les odeurs fétides du désordre seront dispersées et ainsi, grâce aux efforts importants des dirigeants de la nation, tous vivront bercés, en sécurité et en paix.
Le Grand Etre dit: Les savants de cette époque doivent inciter les gens à acquérir ces branches de la connaissance qui sont utiles et dont ils peuvent, ainsi que la plupart des hommes, tirer bénéfice. Les recherches académiques qui commencent et finissent seulement par des mots n'ont jamais eu de valeur et ne vaudront jamais rien.
La plupart des docteurs érudits de Perse consacrent leur vie entière à l'étude d'une philosophie qui ne produit finalement rien que des mots.
Il incombe à ceux qui détiennent l'autorité d'être modérés en toutes choses. Tout ce qui dépasse les limites de la modération cessera d'exercer une influence bénéfique.
Considérez par exemple des choses telles que la liberté, la civilisation et leurs équivalents. Quelle que soit l'attention favorable que leur portent des hommes doués de compréhension, portées à l'excès elles auront une influence pernicieuse sur les hommes.
Si ce point devait être développé, une explication élaborée serait nécessaire qui, c'est à craindre, pourrait s'avérer fastidieuse.
L'espoir ardent de cet homme humble est que Dieu - exaltée soit sa gloire - puisse accorder à tous les hommes ce qui est moralement droit. Car celui qui est doté de cette qualité possède toutes choses.
Le Grand Etre dit: La langue de sagesse proclame: Celui qui ne me possède pas est privé de toutes choses. Détournez-vous de tout ce qui est sur terre et ne cherchez rien d'autre que moi. Je suis le soleil de la sagesse et l'océan de la connaissance.
Je réconforte les affaiblis et je ressuscite les morts. Je suis le phare qui éclaire la voie. Je suis le faucon royal sur le bras du Tout-Puissant. Je déplie les ailes tombantes de chaque oiseau blessé et le remets en vol.
Et de même, il dit: Le ciel de la vraie compréhension resplendit de l'éclat de deux luminaires: la tolérance et la droiture.
O mon ami ! De vastes océans gisent enfouis dans ce bref discours. Bénis ceux qui en apprécient la valeur, s'en désaltèrent et en saisissent la signification, et malheur à l'insouciant.
Cette humble personne conjure les peuples du monde d'observer l'équité pour que leur tendre, délicate et précieuse oreille, qui fut créée pour écouter les paroles de sagesse, soit libérée des obstacles et de ces allusions, chimères et vaines imaginations qui ne peuvent ni rassasier, ni apaiser la faim, et qu'ainsi le véritable conseiller soit dans sa grâce porté à développer ce qui est source de bénédiction pour l'humanité et de plus grand bien pour toutes les nations.
A l'heure actuelle, la lumière de la réconciliation est très faible dans la plupart des pays et son éclat est terni, alors que le feu du conflit et du désordre a été allumé et brûle avec violence. Deux grandes puissances, qui se considèrent comme les fondateurs et les maîtres de la civilisation et les auteurs des constitutions, se sont élevées contre les disciples de la foi associés à celui qui conversa avec Dieu.
Soyez avertis, ô hommes de compréhension. Il est indigne du rang de l'homme d'exercer la tyrannie; il lui appartient plutôt d'observer l'équité et de se vêtir de l'habit de justice en toutes circonstances.
Suppliez le seul vrai Dieu de laver et de purifier, par le pouvoir de la main de la tendre bonté et de l'éducation spirituelle, certaines âmes des souillures des passions mauvaises et des désirs corrompus, afin qu'elles s'élèvent et délient leur langue pour l'amour de Dieu et que, par bonheur, les injustices manifestes soient effacées et que la splendeur de la lumière de la justice répande ses rayons sur le monde entier.
Les gens sont ignorants, ils ont besoin de ceux qui leur exposeront la vérité.
Le Grand Etre dit: L'homme de grande érudition et le sage doté d'une sagesse pénétrante sont les deux yeux du corps de l'humanité. Si Dieu le veut, la terre ne sera jamais privée de ces deux plus grands dons.
Ce qui a été énoncé et ce qui sera révélé dans l'avenir ne sont qu'un signe du désir ardent de ce serviteur de se consacrer au service de toutes les familles de la terre.
O mon ami ! En toutes circonstances, il faut utiliser tous les moyens qui favoriseront la sécurité et la tranquillité parmi les peuples du monde. Le Grand Etre dit: En ce jour glorieux, tout ce qui vous lavera de la corruption et vous mènera à la paix et à la quiétude est en fait le droit chemin.
Si Dieu le veut, les grands efforts fournis par les dirigeants, les sages et les savants parmi les hommes peuvent les amener à savoir où se trouvent leurs plus grands intérêts. Pendant combien de temps l'humanité persistera-t-elle dans son obstination ?
Pendant combien de temps l'injustice se perpétuera-t-elle ? Pendant combien de temps encore la confusion et le chaos régneront-ils parmi les hommes ? Pendant combien de temps encore la discorde agitera-t-elle la face de la société ?
Cet humble serviteur est rempli d'étonnement, car bien que tous les hommes aient reçu la capacité de voir et d'entendre, nous les voyons pourtant dépourvus du privilège d'utiliser ces facultés.
Ce serviteur s'est senti poussé à rédiger ces lignes en vertu du tendre amour qu'il te porte. Les vents du désespoir, hélas, soufflent de tous côtés, et les différends qui divisent et affligent la race humaine s'aggravent de jour en jour.
Les signes des bouleversements et du chaos imminents peuvent à présent être discernés, d'autant que l'ordre qui règne actuellement s'avère lamentablement défectueux.
Je supplie Dieu - exaltée soit sa gloire - de réveiller par sa grâce les peuples du monde, de veiller à ce que le but de leur conduite leur soit profitable et de les aider à accomplir ce qui convient à leur rang.
Si l'homme appréciait l'élévation de son rang et la sublimité de sa destinée, il ferait preuve de bon caractère, d'actes purs et de conduite bienséante et louable.
Si les savants et les sages de bonne volonté conseillaient les peuples, la terre entière serait considérée comme un seul pays. En vérité, ceci est la vérité indubitable.
Ce serviteur appelle chaque âme diligente et entreprenante à se lever et à faire l'impossible pour rétablir la situation dans toutes les régions et ranimer les morts par les eaux vivifiantes de la sagesse et de la parole, en vertu de l'amour qu'il porte à Dieu, l'Unique, l'Incomparable, le Tout-Puissant, le Bienfaisant.
Aucun homme de sagesse ne peut faire preuve de sa connaissance si ce n'est par des mots. Ceci montre l'importance du verbe, comme cela est affirmé dans les Ecritures, qu'elles soient anciennes ou plus récentes. Car c'est par son pouvoir et son esprit animateur que les peuples du monde ont atteint un rang si élevé.
En outre, les paroles et les mots devraient être à la fois émouvants et pénétrants. Aucun mot cependant ne sera imprégné de ces deux qualités s'il n'est prononcé entièrement par amour pour Dieu et en tenant compte des exigences du moment et des gens.
Le Grand Etre dit: La parole humaine est une essence qui aspire à exercer son influence et qui requiert la modération. Son influence dépend de sa subtilité, qui à son tour dépend d'un coeur pur et détaché. Quant à sa modération, elle doit se combiner au tact et à la sagesse ainsi que cela a été prescrit dans les tablettes et les Ecritures saintes.
Chaque mot est doté d'un esprit et, par conséquent, l'orateur ou le conférencier doit prononcer ses paroles avec prudence, en temps et lieu opportuns, car l'impression laissée par chaque mot est clairement évidente et perceptible.
Le Grand Etre dit: Un mot peut être pareil au feu, un autre à la lumière, et l'influence que tous deux exercent dans le monde est manifeste. Par conséquent, un sage averti devrait d'abord utiliser des mots doux comme le lait afin qu'ils puissent nourrir et élever les enfants des hommes et les faire parvenir au but ultime de l'existence humaine, à savoir au stade de la compréhension et de la noblesse réelles.
De même il dit: Un mot est semblable au printemps qui rend verdoyantes et florissantes les jeunes pousses des rosiers de la connaissance, alors qu'un autre est comme un poison mortel.
Il appartient à l'homme sage et prudent de parler avec une indulgence et une tolérance extrêmes afin que la douceur de ses paroles puisse inciter chacun à atteindre ce qui convient au rang de l'homme.
O mon ami ! Le Verbe de Dieu est le roi des verbes et son influence persuasive est incalculable. Il a toujours dominé et continuera de dominer le royaume de l'existence.
Le Grand Etre dit: Le Verbe est la clef suprême pour le monde entier car, par sa puissance, les portes des coeurs des hommes, qui sont en réalité les portes du ciel, sont ouvertes.
A peine un rayon de sa splendeur éclatante est-il tombé sur le miroir de l'amour, que la parole sacrée "Je suis le Bien-Aimé" s'y réfléchit.
C'est un océan de richesses inépuisable, englobant toutes choses. Tout ce qui peut être perçu n'en est qu'une émanation.
Elevé, incommensurablement élevé est ce rang suprême à l'ombre duquel se déplace l'essence de la sublimité et de la splendeur, entourée de louanges et d'adoration.
Il me semble que la fièvre de la négligence et de la folie a hélas gravement altéré la faculté de perception des hommes, car on les trouve tout à fait inconscients et privés de la douceur de sa parole.
Combien il est regrettable que l'homme se prive des fruits de l'arbre de la sagesse alors que les jours et les heures s'écoulent rapidement.
Plaise à Dieu que la main du pouvoir divin protège l'humanité entière et guide ses pas vers l'horizon de la vraie compréhension. En vérité, notre Seigneur de miséricorde est le Secours, Celui qui sait, le Sage.
J'aimerais ajouter que ta seconde lettre envoyée de Jérusalem a bien été reçue et que ce que tu y as écrit et exposé a été lu attentivement en sa présence. Il m'invita à écrire ce qui suit:
O Maqsúd ! Nous avons entendu ta voix et perçu tes plaintes et tes lamentations dans ton attente et ton impatience. Loué soit Dieu ! Les douces senteurs de l'amour pouvaient être inhalées de chacun de ces mots. Plaise à Dieu que cette bénédiction dure à jamais. Le Serviteur toujours présent récita les versets que tu as composés. Ton nom est souvent mentionné en la présence de cet Opprimé et les regards de notre tendre bonté et de notre tendre compassion sont dirigés vers toi.
Grand est le rang de l'homme. Grands doivent aussi être ses efforts pour la réhabilitation du monde et le bien-être des nations. J'implore le seul vrai Dieu de te rendre ferme, par sa miséricorde, dans ce qui sied au rang de l'homme.
Sois guidé par la sagesse en toutes circonstances, puisque les personnes qui abritent de mauvaises intentions ont été et sont encore régulièrement impliquées dans des machinations.
Par Dieu ! Ils ont porté de telles accusations contre cet être incommensurablement exalté, qui ne cherche qu'à répandre un esprit d'amour et de fraternité parmi les hommes, à ranimer le monde et à ennoblir sa vie, que la langue et la plume éprouvent de la honte à les rapporter.
Nous nous sommes souvenu de toi et t'avons mentionné en ce moment. Nous l'implorons - exaltée soit sa gloire - de te protéger par les mains de la puissance et du pouvoir et de te permettre de reconnaître ce qui servira tes meilleurs intérêts en ce monde et dans l'autre. Il est le Seigneur de l'humanité, le Possesseur du trône céleste et du monde d'en bas. Il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, l'Omnipotent, le Puissant.
Que Dieu accorde à cet Opprimé d'observer la fidélité. Il ne t'a pas oublié et ne t'oubliera jamais.
Tu as parlé de ton intention de rester à Damas jusqu'au printemps, puis de te rendre à Mossoul si tu en trouves les moyens. Cet humble serviteur implore Dieu - exaltée soit sa gloire - de te fournir les moyens nécessaires et de t'aider. Il est le Puissant.
Bien que tous les habitants de cette région aient été traités avec une extrême gentillesse, il n'y a cependant aucun signe de solidarité discernable parmi eux. Tu devrais faire preuve de beaucoup de tact et de sagesse, car ils recherchent constamment matière à critiquer et à renier la cause. Puisse le seul vrai Dieu leur accorder l'équité.
Quant à tes propres affaires, si tu te contentais de tout ce qui peut advenir, cela serait louable.
Il est tout à fait recommandable d'avoir une profession, car s'il est occupé par un travail, l'homme est moins enclin à s'appesantir sur les aspects déplaisants de la vie.
Si Dieu le veut, tu connaîtras la joie et le rayonnement, le bonheur et l'exultation dans toute ville ou dans tout pays où tu pourrais séjourner.
Cet humble serviteur n'oubliera jamais cet ami bon et remarquable. Il se souvient de toi et continuera de se souvenir de toi.
Le décret se trouve auprès de Dieu, le Seigneur de tous les mondes. Je serais trop heureux d'espérer qu'Il t'accorde sa divine assistance et t'apporte la confirmation de ce qui Lui plaît et Lui est agréable.
Chaque mot de ta poésie est en fait comme un miroir où se reflètent les preuves de la dévotion et de l'amour que tu portes à Dieu et à ses élus.
Heureux sois-tu, toi qui as bu le nectar de la parole et qui as goûté au doux flot de la rivière de la vraie connaissance. Bienheureux soit celui qui s'est désaltéré et est parvenu à Lui, et malheur aux insouciants.
La lecture de ton poème a fait grande impression, car il suggérait à la fois la lumière de la réunion et le feu de la séparation.
Loin de nous de désespérer à quelque moment que ce soit des incalculables faveurs de Dieu car, si tel était son désir, Il pourrait transformer un simple atome en soleil et une seule goutte d'eau en océan. Il ouvre des milliers de portes alors que l'homme est incapable d'en imaginer ne serait-ce qu'une seule.
Si insouciant est ce serviteur qu'avec de semblables paroles il cherche à revendiquer le pouvoir suprême de Dieu - exaltée soit sa gloire. Je demande pardon à Dieu, le Très-Grand, pour ces assertions, et j'affirme que ce serviteur reconnaît en tout temps ses graves offenses et ses délits.
Il implore la rémission de ses péchés de l'océan du pardon de son Seigneur, le Suprême, et supplie que lui soit accordé ce qui le rendra entièrement dévoué à Dieu et lui permettra de le louer, de se tourner vers Lui et de placer toute sa confiance en Lui. En vérité Il est le Puissant, le Miséricordieux. Louange à Dieu, le Tout-Puissant, l'Omniscient.
Cette humble personne a lu les descriptions du dialogue que tu as eu avec le voyageur et que tu as rapportées dans ta lettre à mon seigneur - puisse ma vie être offerte pour lui. Les explications avancées font sortir les hommes du sommeil de l'insouciance.
De fait, les actes de l'homme engendrent une profusion de pouvoirs sataniques. Toutefois, si les hommes restaient fidèles et respectaient les enseignements divins, toute trace de mal serait bannie de la surface de la terre.
Cependant, les différences largement répandues qui existent au sein de l'humanité et la prédominance de la sédition, de la discorde, du conflit et d'autres choses semblables sont les premiers facteurs responsables de l'émergence de l'esprit satanique. Et pourtant l'Esprit saint a toujours proscrit pareils agissements. Un monde où l'on ne voit que luttes, querelles et corruption est voué à devenir le siège du trône de Satan, sa métropole même.
Grand est le nombre des aimés et des élus de Dieu qui se sont lamentés et ont pleuré jour et nuit afin que, par bonheur, une brise douce et parfumée se lève de la cour de son bon plaisir et dissipe en un instant les odeurs délétères et nauséabondes du monde. Cependant, ce but ultime ne put être atteint et les hommes en furent privés à cause de leurs méfaits, qui amenèrent sur eux le châtiment de Dieu, en vertu des principes fondamentaux de sa règle divine. Notre devoir en de telles circonstances est de rester patients jusqu'à ce qu'ils soient soulagés par Dieu, le Miséricordieux, le Bienfaisant.
Magnifié soit ton nom, ô Seigneur de tous les êtres et Désir de toutes choses créées ! Je te supplie, par le Verbe qui a fait s'exclamer le buisson ardent et s'écrier le rocher, par lequel les favorisés se sont hâtés d'atteindre à la cour de ta présence et les coeurs purs à l'aube de la lumière de ta face, je te supplie par les soupirs de tes adorateurs sincères qui sont séparés de tes élus, et par les lamentations de ceux qui se languissent d'apercevoir ta face devant la splendeur naissante de la lumière de ta révélation, je te supplie de permettre à tes serviteurs de reconnaître ce que tu as ordonné pour eux par ta bonté et par ta grâce.
Prescris alors pour eux de ta Plume de gloire ce qui dirigera leurs pas vers l'océan de ta générosité et les mènera aux eaux vivifiantes de ta céleste réunion.
O Seigneur ! Ne considère pas les choses qu'ils ont faites, mais considère plutôt la sublimité de ta bonté céleste qui a précédé toutes choses créées, visibles et invisibles.
O Seigneur ! Illumine leur coeur de la lumière éclatante de ta connaissance et ouvre leurs yeux aux splendeurs rayonnantes de l'astre du jour de tes faveurs.
Je te conjure, ô Seigneur des noms et Créateur des cieux, par le sang versé sur ton chemin et par les têtes portées sur des lances au nom de ton amour, par les âmes qui se sont consumées dans leur séparation d'avec tes aimés, par les coeurs brisés pour l'exaltation de ton Verbe, je te conjure de veiller à ce que les habitants de ton royaume puissent s'unir dans leur allégeance à ton Verbe incomparable afin qu'ils puissent tous reconnaître ton unité et ton unicité. Il n'y a pas d'autre Dieu que toi, l'Omnipotent, le Suprême, Celui qui sait, le Sage.
Je serais trop heureux d'espérer que Celui qui suffit à tout, l'Inaccessible, écoute les sollicitations de cet humble serviteur, revête les gens sur terre de l'habit des bonnes actions et les purifie des mauvaises inclinations. Il est le Puissant, le Fort, le Très-Sage, Celui qui perçoit tout. Il entend et voit; Il est Celui qui voit tout et entend tout.

;===================================================
Chapitre: SURIY-I-VAFA (Tablette à Vafá)

Il est l'Omniscient. Vafá ! Remercie ton Seigneur de t'avoir aidé à embrasser sa cause, de t'avoir permis de reconnaître la manifestation de sa propre personne et de t'avoir élevé pour le magnifier, Lui qui est le très grand Souvenir dans cette glorieuse nouvelle.
Béni sois-tu ô Vafá, car tu as été fidèle à l'alliance de Dieu et à son testament à une époque où tous les hommes les ont violés et ont renié celui en qui ils avaient cru, et cela bien qu'il fût apparu investi de tous les témoignages et se fût levé à l'horizon de la révélation vêtu d'une souveraineté incontestable.
Il t'appartient cependant de faire tout ton possible pour parvenir à l'essence même de la fidélité. Cela implique que tu sois convaincu en ton coeur et que tu témoignes par ta bouche de ce dont Dieu a témoigné pour Lui-même, en proclamant: En vérité, je suis Celui qui subsiste par Lui-même dans le royaume de gloire.
Quiconque est habilité en ces jours à affirmer solennellement cette vérité a accédé au bien suprême, et l'Esprit céleste descendra sur lui jour et nuit, l'aidera par sa grâce à glorifier le nom de son Seigneur, lui déliera la langue pour qu'il soutienne de ses paroles la cause de son Seigneur, le Miséricordieux, le Compatissant.
Et nul ne peut y parvenir si ce n'est celui qui a purifié son coeur de tout ce qui est créé entre le ciel et la terre et qui s'est complètement détaché de tout sauf de Dieu, le Seigneur souverain, le Tout-Puissant, le Miséricordieux.
Lève-toi pour servir la cause et dis: Je le jure par la justice de Dieu ! En vérité, voici le Premier Point revêtu de sa nouvelle parure et manifesté en son nom glorieux. A présent, il contemple tout de cet horizon. Il est en fait élevé au-dessus de toutes choses.
Parmi le concours céleste, il est connu comme la très Grande Nouvelle, dans les royaumes de l'éternité comme l'Ancienne Beauté et, devant le trône, il est connu sous ce nom qui a fait se dérober les pas de ceux qui sont dotés de compréhension.
Dis: Je le jure par Dieu ! En cette révélation, tous les habitants du ciel et de la terre avaient déjà reçu le témoignage suprême de Dieu, avant même qu'un seul verset ne soit envoyé du royaume de sainteté et de sublimité;
en outre, Nous avons révélé l'équivalent de tout ce qui fut envoyé dans la dispensation du Bayán.
Craignez Dieu et ne permettez pas que vos actes demeurent vains, ne soyez pas de ceux qui ont sombré dans l'insouciance. Ouvrez les yeux afin d'apercevoir l'Ancienne Beauté émanant de ce rang lumineux et rayonnant.
Dis: Dieu est mon témoin ! Le Promis lui-même est descendu des cieux, assis sur le nuage pourpre, l'armée de la révélation à sa droite, les anges de l'inspiration à sa gauche, et le décret s'est réalisé, sur l'ordre de Dieu, l'Omnipotent, le Tout-Puissant.
Sur quoi les pas de tous se sont fourvoyés sauf les pas de ceux que Dieu a protégés dans sa tendre miséricorde et qu'Il a repris parmi ceux qui l'ont reconnu en son Etre propre et qui se sont détachés de tout ce qui appartient au monde.
Ecoute les paroles de ton Seigneur et purifie ton coeur de toute illusion pour que la lumière resplendissante du souvenir de ton Seigneur puisse y rayonner et qu'il parvienne à la certitude.
Sache en outre que ta lettre est arrivée en notre présence et que nous avons pris connaissance de son contenu. Nous avons pris note des questions que tu as posées et nous y répondrons volontiers.
Il appartient à chacun en ce jour de demander à Dieu ce qu'il désire, et ton Seigneur accédera à sa demande au moyen de versets merveilleux et incontestables.
Tu as posé des questions concernant le retour. Sache que la fin est semblable au commencement. Considère la fin de la même manière que tu considères le commencement et sois parmi ceux qui le perçoivent réellement. Ou plutôt, considère le commencement comme la fin elle-même et réciproquement, afin d'acquérir une perception claire.
Sache, en outre, que toute chose créée naît et repart sans cesse, sur l'ordre de ton Seigneur, le Dieu de pouvoir et de puissance.
Quant au retour, ainsi que Dieu l'a exposé dans ses tablettes sacrées et exaltées dans lesquelles Il a fait connaître ce thème à ses serviteurs, on entend par là le retour de toutes choses créées le jour de la résurrection, et cela représente en fait l'essence du retour tel que tu l'as constaté pendant les jours mêmes de Dieu, et tu es de ceux qui attestent cette vérité.
En vérité, Dieu est tout à fait capable de faire apparaître tous les noms en un seul, et toutes les âmes en une seule. Il est assurément puissant et fort.
Et ce retour a lieu sur son ordre et sous la forme qu'Il veut. Il est en fait celui qui façonne et ordonne toutes choses.
D'ailleurs, tu ne devrais percevoir l'accomplissement du retour et de la résurrection que dans la parole de ton Seigneur, le Tout-Puissant, l'Omniscient. Par exemple, s'Il prenait une poignée de terre et déclarait qu'elle est celui que vous avez suivi dans le passé, cela serait indubitablement vrai et juste, autant que l'est sa personne réelle, et nul n'a le droit de mettre en doute son autorité. Il fait ce qu'Il veut et ordonne ce qui Lui plaît.
En outre, à ce niveau, prends garde de tourner ton regard vers les limites et les allusions, mais plutôt vers le moyen par lequel la révélation elle-même a été accomplie, et sois parmi ceux qui sont doués de discernement.
Ainsi t'avons-nous exposé ces choses, dans un langage clair et explicite, afin que tu comprennes ce que tu demandais à ton ancien Seigneur.
Considère le jour de la résurrection. Si Dieu désignait la plus humble des créatures parmi les croyants pour être le premier à croire au Bayán, tu ne devrais pas en douter et tu devrais être de ceux qui croient vraiment.
A ce rang, ne considère pas les limites humaines ni les noms, mais plutôt ce qui justifie le rang du premier à croire, c'est-à-dire la foi en Dieu, la reconnaissance de son Etre et la certitude de l'accomplissement de son commandement irrésistible et irrévocable.
Considère la révélation du Point du Bayán - exaltée soit sa gloire. Il déclara que le premier à croire en Lui était Muhammad, le messager de Dieu. Est-il convenable qu'un homme se querelle avec lui, affirmant que cet homme vient de Perse, alors que l'autre vient d'Arabie, ou que l'un s'appelait Husayn, alors que l'autre portait le nom de Muhammad ? Non, je le jure sur l'Etre sacré de Dieu, le Suprême, le Très-Grand.
Aucun homme intelligent et perspicace ne ferait assurément attention aux limitations et aux noms, mais bien à ce dont Muhammad était investi, qui n'est rien d'autre que la cause de Dieu. Un tel homme perspicace considérerait de même Husayn et le rang qu'il occupait dans la cause de Dieu, l'Omnipotent, le Suprême, Celui qui sait, le Sage.
Et puisque le premier à croire en Dieu dans la dispensation du Bayán était investi de la même autorité que Muhammad, le Messager de Dieu, alors le Báb déclara qu'il était ce dernier, à savoir son retour et sa résurrection.
Ce rang est sanctifié au-delà de toute limitation ou de tout nom, et l'on ne peut rien y voir si ce n'est Dieu, l'Unique, l'Incomparable, l'Omniscient.
Sache en outre que s'Il devait déclarer au jour de la révélation qu'une des feuilles est la manifestation de tous ses titres excellents, personne n'aurait le droit de demander pourquoi et dans quel but; et si quelqu'un le faisait, il serait considéré comme un incroyant et serait compté parmi ceux qui ont rejeté sa vérité.
Prends garde, prends garde de te conduire comme le peuple du Bayán. Car, en réalité, ils se sont gravement trompés, ils ont induit les gens en erreur, ils ont ignoré l'alliance de Dieu et son testament et Lui ont adjoint des partenaires à Lui, l'Unique, l'Incomparable, l'Omniscient.
En vérité, ils n'ont pas réussi à reconnaître le Point du Bayán car, s'ils l'avaient fait, ils n'auraient pas rejeté sa manifestation révélée en cet être lumineux et resplendissant.
Et puisqu'ils fixaient leurs regards sur des noms, leurs yeux se brouillèrent lorsqu'il remplaça son nom "le Suprême" par "le Très-Glorieux".
Ils n'ont pas réussi à le reconnaître en ces jours et sont du nombre de ceux qui périssent. Effectivement, s'ils l'avaient reconnu au travers de son être même ou en vertu de ce qu'il a révélé, ils ne l'auraient pas répudié lorsqu'il apparut sous ce nom glorieux et incomparable, que Dieu a désigné comme l'Epée de sa révélation entre le ciel et la terre, et par lequel la vérité est séparée de l'erreur dès à présent et jusqu'au jour où l'humanité se tiendra devant le Seigneur des mondes.
Sache de plus qu'au jour de sa manifestation, toutes choses créées, hormis Dieu, seront appelées et placées à égalité, sans tenir compte de leur rang supérieur ou inférieur.
Aucun homme ne peut discerner le jour du retour tant que la révélation divine ne s'est pas accomplie. Il est, en vérité, celui qui ordonne tout ce qu'Il veut.
Lorsque la parole de Dieu est révélée à toutes choses créées, celui qui alors y prête l'oreille et qui tient compte de son appel est en fait du nombre des âmes les plus distinguées, même s'il est porteur de cendres. Et celui qui s'en détourne est tenu pour le plus modeste de ses serviteurs, même s'il était souverain parmi les hommes et s'il possédait tous les livres qui existent au ciel et sur la terre.
Il t'appartient de regarder avec une perspicacité divine les choses que Nous t'avons révélées et envoyées, et non les gens et ce qui a cours parmi eux.
Ils sont semblables aujourd'hui à l'aveugle qui, se tournant vers la lumière, demande: Où est le soleil ? Brille-t-il ? Il renierait et mettrait en cause la vérité et ne serait pas de ceux qui perçoivent. Jamais il ne sera capable de distinguer le soleil ni de comprendre ce qui s'est interposé entre lui et ce dernier. Il objecterait intérieurement, protesterait et serait parmi les rebelles.
Telle est la situation de ces gens. Laisse-les à eux-mêmes en disant: Ayez ce que vous désirez et nous, ce que nous désirons. Le sort des impies est en réalité pitoyable.
Sache aussi que la Manifestation précédente affirmait que le retour et l'élévation des âmes auraient lieu le jour de la résurrection, alors qu'en vérité il existe un retour et une résurrection pour chaque chose créée. Nous ne désirons cependant rien mentionner d'autre qui ne figure déjà dans le Bayán, de peur que les malveillants ne soulèvent un grand tollé.
O, puisse ce qui s'interpose entre les enfants des hommes et leur Créateur se dissiper ! pour qu'il leur soit permis de contempler la souveraineté et l'autorité invincibles de Dieu, de boire à la source de sa rivière céleste, d'être arrosés par les effusions de l'océan de la vraie compréhension et d'être lavés des profanations de l'impie et du suspicieux.
En ce qui concerne ta question relative aux mondes de Dieu, sois assuré que les mondes de Dieu sont innombrables et infinis. Nul ne peut les compter ni les embrasser si ce n'est Dieu, l'Omniscient, le Très-Sage.
Considère ton état lorsque tu dors. En vérité, je dis que ce phénomène est le plus mystérieux des signes de Dieu parmi les hommes, si seulement ils l'appréhendaient dans leur coeur. Vois comme ce que tu as vu en rêve se réalise complètement après un laps de temps considérable.
Si le monde dans lequel tu t'es trouvé dans ton rêve était identique au monde dans lequel tu vis, il aurait fallu que l'événement se déroulant dans ce rêve eût lieu nécessairement dans ce monde au même moment. S'il en était ainsi, tu en aurais été toi-même le témoin. Mais cela n'étant pas le cas, il s'ensuit nécessairement que le monde dans lequel tu vis est différent et distinct de celui que tu as connu dans ton rêve. Ce dernier n'a ni commencement ni fin.
Ce serait vrai si tu soutenais que ce même monde est, comme décrété par le Dieu très glorieux et tout-puissant, à l'intérieur de ton être intime, enfoui en toi. Il serait également vrai d'affirmer que ton esprit, ayant dépassé les limites du sommeil et s'étant libéré de toute attache terrestre, a pu, par l'action de Dieu, traverser un royaume qui gît caché dans la réalité la plus profonde de ce monde.
En vérité, je dis que la création de Dieu embrasse des mondes autres que celui-ci et des créatures autres que celles-ci. Dans chacun de ces mondes, Il a ordonné des choses que personne ne peut sonder si ce n'est Lui, le Scrutateur de tout, le Très-Sage.
Médite sur ce que Nous t'avons révélé afin de pouvoir découvrir le dessein de Dieu, ton Seigneur et le Seigneur de tous les mondes. Les mystères de la sagesse divine ont été précieusement enfouis dans ces paroles.
Nous n'avons pas voulu Nous étendre sur ce thème en raison de la tristesse qui s'est emparée de Nous, à cause des actes de ceux qui ont été créés par nos paroles, si vous étiez de ceux qui veulent écouter Notre voix.
Où est celui qui peut m'aider et me protéger des glaives de ces âmes infidèles ? Où est l'homme éclairé qui découvrira les paroles de Dieu de ses propres yeux et se débarrassera des opinions et des idées reçues des peuples de la terre ?
O serviteur ! Avertis les serviteurs de Dieu de ne pas rejeter ce qu'ils ne comprennent pas. Dis: Implorez Dieu d'ouvrir à votre coeur le portail de la vraie compréhension afin que vous puissiez être informés de ce dont personne n'est informé. Il est en vérité le Donateur, le Clément, le Compatissant.
Tu m'as également questionné sur les ordonnances de Dieu. Sois assuré que tout ce qui a été prescrit dans le Livre est réellement la vérité, cela ne fait aucun doute, et il incombe à chacun d'observer ce qui a été envoyé par celui qui est le Révélateur, l'Omniscient.
Si un homme s'en détournait sciemment, Dieu l'écarterait véritablement et Nous également, car ses ordonnances constituent les fruits de l'Arbre divin, et seuls l'insouciant et le rebelle en dévieront.
Quant au Paradis: C'est une réalité et il n'y a aucun doute à ce sujet; à présent, dans ce monde, il se réalise en m'aimant et en accomplissant mon bon plaisir. Quiconque y parvient, Dieu l'aidera en ce bas monde, et après sa mort Il lui permettra d'accéder au paradis, lequel est aussi vaste que la terre et les cieux. Là, les servantes de gloire et de sainteté s'occuperont de lui jour et nuit alors que l'astre du jour de la beauté immortelle de son Seigneur répandra en tout temps ses rayons sur lui et brillera d'un tel éclat que nul ne pourra supporter de le contempler. Telle est la dispensation de la Providence, et cependant les gens ont la vue obscurcie par un voile lamentable.
De même, crains le feu de l'enfer et sois de ceux qui croient vraiment. Pour chaque acte accompli, il y aura une récompense évaluée par Dieu; les ordonnances et les interdits dictés par le Tout-Puissant en témoignent amplement. Car il est certain que si les actes n'étaient pas récompensés et ne portaient pas de fruits, alors la cause de Dieu - qu'Il soit exalté - s'avérerait futile. Il est incommensurablement élevé au-dessus de tels blasphèmes !
Cependant, pour ceux qui sont libérés de toute attache, en vérité, un acte est, en soi, sa propre récompense. Si Nous voulions Nous étendre sur ce sujet, il Nous faudrait écrire de nombreuses tablettes.
Je jure par la justice du seul vrai Dieu ! La Plume est incapable de se mouvoir à cause de ce qu'il est advenu à son Seigneur, et elle se consume de chagrin, et j'en pleure aussi tout comme pleurent les yeux de celui qui est l'Essence de grandeur, assis sur le trône de son glorieux nom, derrière le tabernacle des noms.
Purifie ton coeur afin que Nous puissions en faire jaillir les sources de la sagesse et de la parole en te permettant ainsi d'élever la voix parmi les hommes.
Délie ta langue et proclame la vérité pour soutenir le Souvenir de ton Seigneur miséricordieux. N'aie peur de personne, place toute ta confiance en Dieu, le Tout-Puissant, l'Omniscient.
Dis: O peuple, accomplissez tout ce que vous comprenez du Bayán persan, et tout ce que vous ne comprenez pas, demandez à ce Souvenir infaillible de vous exposer clairement quelle était l'intention de Dieu dans son Livre, car il sait en vérité ce qui est enchâssé dans le Bayán par la volonté de celui qui est l'Omnipotent, le Puissant.
Tu t'es informé au sujet de l'avertissement que Nous avons lancé aux hommes lors de Notre départ d'Iráq à savoir que, lorsque le Soleil disparaîtra de leur vue, les oiseaux de nuit se mettront en mouvement et les étendards de Sámírí se déploieront haut dans le ciel. Je le jure par Dieu ! Ces oiseaux se sont agités en ces jours et Sámírí a fait entendre sa clameur.
Heureux celui qui sait discerner et se trouve parmi les hommes dotés de compréhension.
Nous les avons également mis en garde contre l'apparition du veau. Dieu m'est témoin ! Tous nos avertissements se sont réalisés comme Nous l'avions prévu, car ils provenaient des doigts de la gloire et de la puissance.
Implore Dieu de te protéger de la malice de ces hommes et de te purifier des insinuations du rebelle. Raffermis tes reins pour promouvoir la cause de Dieu et ne prête pas attention aux paroles prononcées par le peuple du Bayán, car ils sont réellement incapables de comprendre et ils n'ont pas pu saisir l'essence de la cause telle qu'elle a été révélée dans cette auguste, cette très grande nouvelle.
C'est ainsi que Nous t'avons inspiré et que Nous avons insufflé en ton coeur ce qui te rendra indépendant des allusions de l'humanité.
Que la gloire de Dieu soit sur toi et sur ceux qui tendent l'oreille aux paroles que tu prononces pour l'amour de Dieu, ton Seigneur, et qui demeurent fidèles à sa cause. Toutes louanges soient à Dieu, le Seigneur des mondes.

;===================================================
Chapitre: LAWH-I-SIYYID-I-MIHDIY-I-DAHAJI (Tablette à Siyyid Mihdíy-i-Dahají)

Il est le Très-Saint, le Très-Grand, le Suprême, le Très-Haut. O mon Nom ! Rends grâce à Dieu d'avoir daigné te choisir pour être comme une ondée de bonté pour ce que Nous avons semé dans le sol pur et sacré, et de t'avoir permis d'être comme un printemps de tendre miséricorde pour les arbres sublimes et merveilleux que Nous avons plantés.
Cette faveur est en réalité si grande que, de toutes les choses créées dans le monde de l'existence, nulle ne peut espérer rivaliser avec elle.
Nous t'avons en outre donné à boire, au calice des dons célestes de ton Seigneur miséricordieux, le vin choisi de la parole qui n'est rien d'autre que cette Langue de sainteté - une Langue qui, dès qu'elle fut déliée, fit s'animer la création tout entière, se mettre en mouvement tous les êtres et fit ruisseler les mélodies du Rossignol. Voici la fontaine d'eau vivifiante pour tous ceux qui vivent dans le royaume de l'existence.
De cette Branche qui se meut au-dessus de la Tablette de ton Seigneur, le Puissant, l'Inconditionné, Nous avons maintes fois répandu sur toi les douces saveurs du Très-Miséricordieux.
Par la justice du seul vrai Dieu ! Si toutes les créatures visibles et invisibles devaient se diriger vers Lui, tu les verrais prendre leur envol vers le but suprême, l'endroit d'où l'Arbre sacré s'exclama: En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que moi, le Tout-Puissant, le Bienfaisant.
Grande est ta bénédiction, car tu as voyagé à travers les terres de Dieu, tu as été l'incarnation de la joie et de la certitude pour le peuple de Bahá qui a renoncé à tout sauf à Lui et qui a tourné son coeur vers cette cour qui rayonne sur tous les royaumes, et tu as versé sur eux les eaux vives de cet océan dont tu as été toi-même arrosé - un océan qui a enveloppé toutes les créatures.
Tu as en réalité compris ce que signifiait assister Dieu, et tu t'es levé pour l'accomplir par le pouvoir de la sagesse et de la parole.
Dis: M'assister, c'est enseigner ma cause. Voilà un thème qui se retrouve dans toutes les tablettes. Voilà le commandement immuable de Dieu, éternel dans le passé, éternel dans le futur.
Comprenez bien ceci, ô vous, hommes éclairés. Ceux qui ont outrepassé les limites de la sagesse ne peuvent comprendre ce que signifie assister Dieu, tel qu'il a été énoncé dans le Livre.
Dis: Craignez Dieu et ne semez pas les graines de la discorde parmi les hommes. Observez ce qui a été ordonné pour vous par votre Seigneur, le Tout-Puissant, l'Omniscient.
Il connaît la réalité de la victoire et vous l'a enseignée avec des mots que les chimères de ceux qui s'égarent dans le désert du doute ne pourront jamais corrompre.
O mon Nom ! Permets à toutes les créatures de boire une fois encore à ce calice qui a fait se lever les mers. Attise alors dans les coeurs le feu ardent que cet Arbre pourpre a allumé, afin qu'ils se lèvent pour louer et magnifier son nom parmi les fidèles de toutes les croyances.
De nombreuses lettres venant de toi ont été présentées devant Notre trône. Nous les avons lues attentivement, en signe de grâce de Notre part et, pour chaque nom que tu y mentionnais, Nous avons révélé ce qui émeut l'esprit des hommes et fera s'élever les âmes.
Nous t'avons permis à plusieurs reprises d'écouter le roucoulement des oiseaux du ciel et de prêter l'oreille aux rossignols répandant leurs mélodies sur les branches. La Plume de Dieu s'est alors mise en mouvement dans ton souvenir afin que tu puisses admonester les hommes par le pouvoir de cette parole qui est divinement destinée à être la révélatrice des signes de sa gloire.
Béni soit le lieu d'où s'élève l'hymne à sa louange, et bénie soit l'oreille qui écoute ce qui a été envoyé du firmament de la tendre bonté de ton Seigneur, le Très-Miséricordieux.
Exhorte les serviteurs de Dieu à faire ce à quoi Nous t'avons exhorté afin qu'ils s'abstiennent de tout ce qui leur est interdit dans le Livre Mère.
Ceux qui commettent des actes qui peuvent entraîner le désordre parmi les hommes sont en vérité loin d'aider Dieu et sa cause, et sont comptés parmi les promoteurs de la discorde dans la Tablette que Dieu a désignée pour être l'aurore de toutes les tablettes.
Dis: Si cela était Notre plaisir, Nous rendrions la cause victorieuse par le pouvoir d'un simple mot émanant de Notre présence. Il est en vérité l'Omnipotent, le Contraignant.
Si telle était l'intention de Dieu, le lion de la force indomptable sortirait des forêts de la puissance céleste avec un rugissement semblable au grondement du tonnerre résonnant dans les montagnes.
Cependant, comme Notre tendre providence surpasse toutes choses, Nous avons ordonné que la victoire complète se réalise grâce au discours et à la parole afin que nos serviteurs partout sur la terre puissent ainsi devenir les réceptacles du bien divin. Ceci n'est qu'un signe de la bonté de Dieu qui leur est accordée. Ton Seigneur est en vérité Celui qui suffit à tout, le Suprême.
Dis: Craignez Dieu et ne commettez pas d'actes qui feraient se lamenter mes aimés sur la terre. C'est ce que vous ordonne cette Plume qui a fait se mouvoir la Plume de gloire dans le champ de la sagesse et de la vraie compréhension.
Remets mes salutations à ceux dont le visage reflète l'éclat de Bahá, puis parle-leur de cette parole qui réjouit les yeux du juste. La gloire de Dieu repose sur toi et sur ceux qui ont saisi fermement la corde de Dieu, le Révélateur des versets...
Défends aux habitants de ces régions les actes de provocation, les luttes, les dissensions ou tout ce qui entraînerait des troubles. Ce qui est louable en ces jours, c'est de promouvoir la cause.
Par exemple, si ceux qui poursuivent certains buts se consacraient à l'enseignement de la cause, tous les habitants de ces régions seraient depuis longtemps revêtus du manteau de la foi.
Quiconque percevrait la douceur du passage suivant, tiré de la Tablette révélée en l'honneur de Nabíl de Qá'in , comprendrait facilement la signification du terme "assistance":
la parole humaine est une essence qui aspire à exercer son influence et qui a besoin d'être modérée. Pour ce qui est de son influence, elle dépend du raffinement qui, à son tour, dépend des coeurs détachés et purs. Quant à sa modération, elle doit s'allier au tact et à la sagesse ainsi que cela est prescrit dans les saintes Ecritures et les tablettes sacrées.
O mon Nom ! La parole doit nécessairement posséder un pouvoir pénétrant. Car, dépourvue de cette qualité, elle ne réussirait pas à exercer son influence. Et cette influence pénétrante dépend de la pureté de l'esprit et de la netteté du coeur. De même, elle a besoin de modération, sans quoi l'auditeur ne pourrait la supporter et s'y opposerait dès les premiers mots.
Et le discours sera modéré si l'on y mêle les signes de la sagesse divine consignés dans les tablettes et les livres sacrés. Ainsi, lorsque l'essence même de la parole d'une personne remplira ces deux conditions, elle s'avérera très efficace et constituera le principal facteur de transformation de l'âme des hommes.
Voilà le rang de la victoire suprême et de l'autorité céleste. Quiconque y parvient est investi du pouvoir d'enseigner la cause de Dieu et de régner sur le coeur et l'esprit des hommes.
O mon Nom ! L'étoile du jour de la parole, qui rayonne avec éclat de la source de la révélation divine, a tant illuminé les rouleaux et les tablettes que le royaume de la parole et l'empire suprême de la compréhension vibrent de joie et d'extase et brillent de la splendeur de sa lumière, et pourtant la plupart des hommes ne le comprennent pas.
Si le thème de l'aide et de l'assistance a souvent coulé et coulera encore de la Plume de la Providence, c'est pour déconseiller aux amis de Dieu de s'engager dans des activités qui pourraient entraîner conflit et désordre.
Il incombe à tous de chercher avec soin les moyens d'aider la cause de Dieu de façon compatible avec ce que Nous avons exposé. Ceci n'est qu'un signe de sa grâce accordée spécialement à ses aimés afin que chacun d'eux parvienne au rang qui se caractérise par ces mots: Quiconque vivifie une âme a en vérité vivifié l'humanité entière.
L'influence temporelle a été et restera à l'ombre de ce rang. Son heure est préordonnée dans le livre de Dieu. Il en est parfaitement instruit et cela se manifestera par la puissance de son pouvoir. Il est en vérité le Puissant, Celui qui soumet tout, l'Omnipotent, l'Omniscient, le Très-Sage.
Les âmes sanctifiées devraient réfléchir et méditer en leur coeur au sujet des méthodes d'enseignement. Elles devraient mémoriser des phrases et des passages, illustrant diverses situations, tirés de textes issus des Ecritures merveilleuses et célestes, pour pouvoir ainsi réciter dans leurs discours des versets divins chaque fois que l'occasion le requiert, car ces versets sacrés sont l'élixir le plus efficace, le talisman le plus grand et le plus puissant. Leur influence est telle que l'auditeur n'aura aucune raison d'hésiter. Je le jure par ma vie !
Cette révélation est empreinte d'un tel pouvoir qu'elle agira comme un aimant sur les nations et les tribus de la terre. Si quelqu'un prenait le temps de s'arrêter pour méditer consciencieusement, il reconnaîtrait qu'il n'est point d'endroit où s'enfuir, et qu'il ne peut y en avoir.
Le Kitáb-i-Aqdas a été révélé de façon telle qu'il attire et embrasse toutes les dispensations divinement désignées. Bénis ceux qui le lisent attentivement. Bénis ceux qui le comprennent. Bénis soient ceux qui le méditent. Bénis soient ceux qui réfléchissent à sa signification.
Son champ est si vaste qu'il a enveloppé tous les hommes avant même qu'ils ne le reconnaissent. Bientôt son pouvoir souverain, son influence pénétrante et la grandeur de sa puissance se manifesteront sur la terre. En vérité, ton Dieu est l'Omniscient, le Bien-Informé.
O mon Nom ! Tends l'oreille à ma voix provenant de la direction de mon trône. Il désire mentionner ton nom en tout temps, car tu as démontré ta fidélité à louer ses vertus parmi les hommes. En vérité, ton Seigneur aime la fidélité telle qu'on la trouve dans le royaume de la création, et Il l'a placée au-dessus de la plupart des qualités louables. En vérité, Il est puissant et fort.
De plus, sache que Nous avons entendu ta louange exprimée lors de ta communion avec Dieu, ton Seigneur, le Suprême, le Miséricordieux. Grande en vérité est la bénédiction qui t'attend, car tu as réduit tes propres affaires en faveur de cette cause inviolable, puissante et rayonnante.
Nous implorons Dieu de faire de ton appel un aimant qui attirera les incarnations des noms dans le monde de l'existence afin que tous les êtres, spontanément, s'empressent de suivre cet appel. Il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, le Suprême, le Prééminent, Celui qui est béni à jamais, le Sublime, le Très-Auguste, le Très-Glorieux, le Bienfaisant, le Bien-Informé, l'Omniscient.

;===================================================
Chapitre: LAWH-I-BURHAN (Tablette de la preuve)

Il est le Tout-Puissant, l'Omniscient, le Très-Sage. Les vents de la haine ont entouré l'Arche de Bathá en raison de ce que les mains des oppresseurs ont forgé.
O Báqir ! Tu as prononcé une sentence contre ceux pour qui les livres du monde ont pleuré et en faveur desquels les Ecritures de toutes les religions ont témoigné. Toi qui t'es égaré, tu es en réalité entouré d'un voile épais.
Par Dieu Lui-même ! Tu as prononcé un jugement contre ceux par qui l'horizon de la foi a été illuminé. En portent témoignage ceux qui sont les aurores de la révélation et les manifestations de la cause de ton Seigneur, le Très-Miséricordieux, ceux qui ont sacrifié leur vie et tout ce qu'ils possédaient sur son droit chemin.
Partout la foi de Dieu a pleuré à cause de ta tyrannie, et pourtant tu te divertis et tu es de ceux qui se réjouissent. Mon coeur n'éprouve aucune haine envers toi ni envers quiconque. Tout homme de savoir vous voit, toi et tes semblables, sombrant dans une évidente folie.
Si tu réalisais ce que tu as fait, tu te jetterais au feu, ou tu abandonnerais ton foyer et t'enfuirais dans les montagnes, ou tu gémirais jusqu'à ce que tu sois revenu à la place que celui qui est le Seigneur de force et de puissance t'avait destinée.
O toi qui n'es rien ! Déchire les voiles des vaines chimères et des futiles imaginations afin de pouvoir contempler le soleil de la connaissance brillant au-dessus de cet horizon resplendissant.
Tu as mis en pièces un vestige du Prophète lui-même et tu as imaginé que tu avais aidé la foi de Dieu. Ainsi t'a suggéré ton âme, tu es vraiment parmi les insouciants. Ton acte a fait se consumer les coeurs du concours céleste et de ceux qui tournent autour de la cause de Dieu, le Seigneur des mondes. Par ta cruauté, l'âme de la Chaste s'est évanouie, et les habitants du paradis pleurèrent de chagrin en ce lieu béni.
Juge équitablement, je t'en conjure par Dieu. Quelle preuve les docteurs juifs ont-ils avancée pour condamner celui qui était l'Esprit de Dieu lorsqu'il vint à eux avec véracité ?
Quelle eût pu être la preuve produite par les pharisiens et les prêtres idolâtres pour justifier leur reniement de Muhammad, l'Apôtre de Dieu, lorsqu'il vint à eux avec un livre qui distinguait le vrai du faux avec une justice qui changea en lumière l'obscurité de la terre et enchanta le coeur de ceux qui l'ont connu ? En réalité tu as produit en ce jour les mêmes preuves que celles qui étaient avancées par les théologiens insensés de cette époque.
Celui qui est le roi du royaume de grâce en témoigne dans cette grande prison. Tu as de fait marché fidèlement sur leurs traces ou, plutôt, tu as surpassé leur cruauté et tu as jugé que tu aidais la foi et que tu défendais la loi de Dieu, l'Omniscient, le Très-Sage.
Par celui qui est la Vérité ! Ton injustice a fait gémir Gabriel, a tiré des larmes de la loi de Dieu par laquelle les brises de la justice ont soufflé sur tous ceux qui sont sur la terre et dans les cieux.
Te figurais-tu naïvement que le jugement que tu as prononcé eût pu te profiter ? Non, par celui qui est le Roi de tous les noms ! De ta perte témoigne celui qui a la connaissance de toutes choses, comme cela est mentionné dans la Tablette préservée. Lorsque tu consignas ton jugement, tu fus accusé par ta propre plume. La Plume de Dieu, le Très-Haut, de son rang inaccessible, en témoigne.
O toi qui t'es égaré ! Tu ne m'as jamais vu, tu ne t'es jamais associé à moi et tu n'as jamais été mon compagnon pendant le moindre instant. Comment se fait-il alors que tu aies ordonné aux hommes de me maudire ? As-tu suivi en cela les incitations de tes propres désirs ou bien as-tu obéi à ton Seigneur ? Produis un signe, si tu es de ceux qui disent la vérité. Nous attestons que tu as tourné le dos à la loi de Dieu et que tu t'es laissé saisir par la voix de tes passions. Rien en vérité n'échappe à sa connaissance; Il est en vérité l'Incomparable, le Bien-Informé.
O insouciant ! Prête l'oreille à ce que le Miséricordieux a révélé dans le Qur'án: Ne dites pas à tous ceux qui vous saluent "Tu n'es pas un croyant". Ainsi a-t-Il décrété dans quelles mains se trouvent les royaumes de la révélation et de la création, si tu es de ceux qui écoutent.
Tu as rejeté le commandement de Dieu et tu t'es attaché à suivre les suggestions de ton propre désir. Alors, malheur à toi, ô insouciant qui doute ! Si tu me renies, par quelle preuve pourras-tu soutenir la vérité de ce que tu possèdes effectivement ? Produis-la donc, ô toi qui as associé des partenaires à Dieu et qui t'es détourné de sa souveraineté qui embrasse les mondes !
O insensé ! Sache qu'il est réellement instruit celui qui a reconnu ma révélation et s'est désaltéré à l'océan de ma connaissance, qui a pris son essor dans l'atmosphère de mon amour, a rejeté tout autre que moi et s'est saisi fermement de ce qui est descendu du royaume de ma parole merveilleuse. Il est, en vérité, semblable à un oeil pour l'humanité et semblable à l'esprit de vie pour le corps de toute la création. Glorifié soit le Très-Miséricordieux qui l'a éclairé et l'a fait se lever et servir sa grande et puissante cause.
En vérité, un tel homme est béni par le concours céleste et par ceux qui résident dans le tabernacle de grandeur, et qui ont bu à longs traits mon vin scellé, en mon nom, le Tout-Puissant, l'Omnipotent.
O Báqir ! Si tu es de ceux qui occupent un rang aussi sublime, produis alors un signe venant de Dieu, le Créateur des cieux. Et si tu venais à reconnaître ton impuissance, bride tes passions et retourne à ton Seigneur, peut-être te pardonnera-t-Il tes péchés qui ont fait se dessécher les feuilles de l'Arbre divin, se lamenter le Rocher et pleurer les yeux des hommes de compréhension.
A cause de toi le voile de la Divinité a été mis en pièces, l'Arche s'est effondrée, la Chamelle a eu les jarrets coupés, et l'Esprit a pleuré dans sa sublime retraite.
Contestes-tu celui qui est venu à toi avec les témoignages de Dieu et ses signes - que tu possèdes aussi et que possèdent tous ceux qui vivent sur terre ? Ouvre les yeux afin que tu puisses voir cet Opprimé briller au-dessus de l'horizon de la volonté de Dieu, le Souverain, le Vrai, le Resplendissant. Ouvre ensuite l'oreille de ton coeur pour que tu puisses entendre le discours de l'Arbre divin qui a été suscité par Dieu, le Tout-Puissant, le Bienfaisant.
Cet Arbre, en vérité, malgré ce qui lui est advenu en raison de ta cruauté et des transgressions commises par ceux qui sont semblables à toi, appelle et rassemble tous les hommes vers le Sadratu'l-Muntahá et l'horizon suprême.
Bénie est l'âme qui a contemplé le signe très puissant et l'oreille qui a entendu sa voix la plus douce, et malheur à quiconque s'est détourné et a agi avec méchanceté.
O toi qui t'es détourné de Dieu ! Si tu regardais l'Arbre divin avec l'oeil de la justice, tu découvrirais les marques de ton glaive sur ses branches, sur ses rameaux et sur ses feuilles, alors que Dieu te créa pour le reconnaître et le servir.
Réfléchis afin que, par bonheur, tu puisses reconnaître ton injustice et être compté parmi ceux qui se sont repentis. Penses-tu que nous craignons ta cruauté ? Sache et sois convaincu que, dès le premier jour où la voix de la Plume très sublime s'est élevée entre le ciel et la terre, nous avons offert nos âmes, nos corps, nos fils et nos possessions sur le chemin de Dieu, le Suprême, le Grand, et nous nous en glorifions parmi toutes les choses créées et le concours céleste. De cela témoigne tout ce qui nous est advenu sur ce droit chemin.
Par Dieu ! Nos coeurs ont été consumés, nos corps crucifiés, notre sang répandu, alors que nos yeux restaient fixés sur l'horizon de la tendre bonté de leur Seigneur, le Témoin, Celui qui voit tout. Plus leurs malheurs étaient grands, plus l'amour du peuple de Bahá croissait.
Ce que le Très-Miséricordieux a envoyé dans le Qur'án est un témoignage de leur sincérité. Il dit: Désirez donc la mort si vous êtes sincères. Qui faut-il préférer ? Celui qui s'est protégé derrière des rideaux ou celui qui s'est offert sur le chemin de Dieu ? Juge équitablement, et ne sois pas de ceux qui s'égarent dans le désert du mensonge.
Ils ont été à ce point transportés par les eaux vivifiantes de l'amour du Très-Miséricordieux que ni les bras du monde ni les épées des nations ne les ont empêchés de tourner leur visage vers l'océan de bonté de leur Seigneur, le Donateur, le Généreux.
Par Dieu ! Les ennuis n'ont pas réussi à me décourager et le désaveu des prêtres n'a pu m'affaiblir. J'ai parlé et je m'adresse encore à la face des hommes: La porte de la grâce a été déverrouillée et celui qui est l'aurore de la justice est venu avec des signes évidents et des témoignages clairs de la part de Dieu, le Seigneur de force et de puissance !
Présente-toi devant moi pour que tu puisses entendre les mystères qu'a entendus le fils d'Imrán sur le Sinaï de la sagesse. Ainsi te commande, de sa très grande prison, celui qui est l'aurore de la révélation de ton Seigneur, le Dieu de miséricorde.
Le fait de diriger t'a-t-il rendu orgueilleux ? Lis attentivement ce que Dieu a révélé au souverain gouvernant, le sultán de Turquie, qui m'a incarcéré dans cette citadelle fortifiée; ainsi pourrais-tu être informé de la condition de cet Opprimé, telle qu'elle fut ordonnée par Dieu, l'Unique, le Seul, le Bien-Informé.
Es-tu heureux d'avoir pour disciples des gens abjects et misérables ? Ils te soutiennent, comme un autre peuple le fit avant eux, ceux qui suivirent Anne et qui, sans preuve claire ni témoignage, prononcèrent un jugement contre l'Esprit.
Lis attentivement le Kitáb-i-Iqán et ce que le Très-Miséricordieux a envoyé au roi de Paris et à ses semblables et tu pourras prendre conscience des choses qui se sont produites dans le passé, et tu pourras être persuadé que nous n'avons pas cherché à répandre le désordre dans le pays après qu'il eût été bien organisé.
C'est uniquement par amour pour Dieu que nous exhortons ses serviteurs. Que celui qui le désire se tourne vers Lui et que celui qui le désire s'en détourne. Notre Seigneur, le Miséricordieux, est en vérité Celui qui suffit à tout, le Très-Loué.
O assemblée de théologiens ! Voici le jour où rien parmi toutes choses, ni aucun nom parmi tous les noms, ne peut vous être d'aucun profit, si ce n'est ce nom dont Dieu a voulu qu'il manifestât sa cause et la source de ses titres les plus excellents pour tous ceux qui résident dans le royaume de la création.
Béni est cet homme qui a reconnu le doux parfum du Très-Miséricordieux et qui a été compté parmi ceux qui sont dotés de constance.
Vos sciences ne vous sont d'aucun profit en ce jour, ni vos arts, ni vos trésors ni votre gloire. Rejetez-les tous derrière vous et tournez votre visage vers la parole la plus sublime par laquelle les Ecritures, les livres et cette Tablette lumineuse ont été clairement exposés.
Rejetez, ô assemblée de théologiens, ces choses que vous avez composées avec les plumes de vos vaines chimères et de vos futiles imaginations. Par Dieu ! Le soleil de la connaissance a brillé à l'horizon de la certitude.
O Báqir ! Lis et rappelle-toi ce qu'a dit autrefois un croyant de la même souche que toi: Tuerez-vous un homme parce qu'il dit que mon Seigneur est Dieu, alors qu'il est déjà venu à vous avec des signes de votre Seigneur ? S'il ment, son mensonge pèsera sur lui, mais s'il est un homme de vérité, une partie de ses menaces tombera sur vous. En vérité, Dieu ne guide pas celui qui est un transgresseur, un menteur.
O toi qui t'es égaré ! Si tu as un doute quelconque concernant notre conduite, sache que nous attestons ce que Dieu Lui-même a attesté dès la création des cieux et de la terre: il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, le Tout-Puissant, le Très-Bienfaisant.
Nous attestons qu'Il est Un dans son essence, Un dans ses attributs. Il n'a pas d'égal dans l'univers entier ni de partenaire dans toute la création. Il a envoyé ses messagers et ses livres afin qu'ils annoncent le droit chemin à ses créatures.
Le Sháh a-t-il été informé, et a-t-il choisi de fermer les yeux sur tes actes ? Ou a-t-il eu peur en entendant le hurlement d'une meute de loups qui ont tourné le dos au chemin de Dieu et ont suivi ta voie sans aucune preuve ni aucun livre évidents ?
Nous avons entendu dire que les provinces de Perse ont été revêtues de la parure de la justice. Cependant, lorsque nous les observons de plus près, nous découvrons qu'elles étaient les aubes de la tyrannie et les aurores de l'injustice. Nous voyons la justice dans les griffes de la tyrannie. Nous implorons Dieu de la libérer par le pouvoir de sa puissance et de sa souveraineté. En vérité, il surpasse en éclat tout ce qui est dans les cieux et sur la terre.
Il n'a été donné à personne le droit de protester contre quelqu'un d'autre à propos de ce qu'il est advenu de la cause de Dieu. Il appartient à quiconque a tourné son visage vers l'horizon le plus sublime de s'accrocher obstinément à la corde de la patience et de mettre sa confiance en Dieu, le Secours dans le péril, l'Illimité.
O vous, aimés de Dieu ! Désaltérez-vous à la source de la sagesse, promenez-vous dans le jardin de la sagesse, élevez-vous dans le firmament de la sagesse, et exprimez-vous avec sagesse et éloquence. C'est ce que vous ordonne votre Seigneur, le Tout-Puissant, l'Omniscient.
O Báqir ! Ne te repose pas sur ta gloire ni sur ton pouvoir. Tu es comme le dernier rayon de soleil sur le sommet de la montagne. Bientôt il disparaîtra, ainsi que l'a ordonné Dieu, le Possesseur de toutes choses, le Très-Haut.
Ta gloire et la gloire de ceux qui te ressemblent vous ont été retirées, et ceci, en vérité, a été ordonné par celui qui est accompagné de la Tablette Mère.
Où peut-on trouver celui qui a lutté contre Dieu, et où est allé celui qui a contredit ses signes et s'est détourné de sa souveraineté ? Où sont ceux qui ont tué ses élus et répandu le sang de ses saints ? Réfléchis, afin que, peut-être, tu puisses percevoir l'haleine de tes actes, ô sceptique irresponsable !
A cause de vous, l'Apôtre se lamenta, la Chaste fondit en larmes, les terres furent dévastées, et l'obscurité tomba sur toutes les régions. O assemblée de théologiens ! A cause de vous les hommes furent avilis, la bannière de l'islám fut baissée et son trône puissant fut renversé. Chaque fois qu'un homme éclairé a cherché à s'accrocher à ce qui aurait exalté l'islám, vous avez élevé une clameur, et de cette façon il a été empêché d'atteindre son but, pendant que le pays restait déchu dans une ruine évidente.
Considère le Sultán de Turquie ! Il ne voulait pas la guerre, mais des gens comme vous la désiraient. Lorsque ses feux furent allumés et que ses flammes s'élevèrent haut dans le ciel, le gouvernement et le peuple en furent affaiblis. Tout homme équitable et doué de perception peut en témoigner. Ses calamités devinrent si grandes que la fumée entoura le Pays du Mystère et ses environs, et ce qui avait été révélé dans la Tablette du Sultán fut rendu manifeste. Ainsi en a-t-il été décrété dans le Livre, sur l'ordre de Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même.
O ma Plume suprême ! Cesse de mentionner le Loup et rappelle à la mémoire le Serpent Femelle dont la cruauté fit gémir toutes choses créées et trembler les membres des saints. Ainsi te l'ordonne le Seigneur de tous les noms, dans ce rang glorieux.
La Chaste a fondu en larmes à cause de ton iniquité et pourtant tu t'imagines être de la famille de l'Apôtre de Dieu ! Voilà où ton âme t'a entraîné, ô toi qui t'es détaché de Dieu, le Seigneur de tout ce qui a été et de tout ce qui sera.
Juge équitablement, ô Serpent Femelle ! Pour quel crime as-tu mordu les enfants de l'Apôtre de Dieu et as-tu pillé leurs possessions ? As-tu renié celui qui te créa par son commandement sois, et cela fut ? Tu as agi envers les enfants de l'Apôtre de Dieu comme jamais Ad n'avait agi envers Húd, ni Thamúd envers Sálih, ni les juifs envers l'Esprit de Dieu , le Seigneur de toute existence.
Contredirais-tu les signes de ton Seigneur qui, dès qu'ils furent envoyés du firmament de sa cause, firent s'incliner tous les livres du monde devant eux ?
Médite sur ceci afin de prendre conscience de ton acte, ô paria insouciant ! Bientôt les souffles du châtiment te saisiront, comme ils en ont saisi d'autres avant toi.
Attends, ô toi qui as associé des partenaires à Dieu, le Seigneur du visible et de l'invisible. Voici le jour que Dieu a annoncé par la langue de son Apôtre. Réfléchis, afin de pouvoir appréhender ce que le Très-Miséricordieux a fait descendre dans le Qur'án et dans cette Tablette gravée.
Voici le jour où celui qui est l'aurore de la révélation est venu avec des signes évidents que personne ne peut compter. Voici le jour où tout homme doué de perception a découvert le doux parfum de la brise du Très-Miséricordieux dans le monde de la création, et où chaque homme perspicace s'est hâté vers les eaux vives de la miséricorde de son Seigneur, le Roi des rois.
O insouciant ! L'histoire du sacrifice a été répétée et celui qui devait être immolé a dirigé ses pas vers le lieu du sacrifice, et il n'est pas revenu, à cause de l'oeuvre de tes mains.
O haineux pervers ! Imaginais-tu que le martyre pouvait abaisser cette cause ? Non, par celui dont Dieu a fait le dépositaire de sa révélation, si tu es de ceux qui comprennent.
Malheur à toi, ô toi qui as associé des partenaires à Dieu et malheur à ceux qui t'ont choisi comme chef, sans un témoignage clair ou un livre évident.
Combien nombreux sont les oppresseurs qui, avant toi, se sont levés pour éteindre la lumière de Dieu, et les impies qui ont assassiné et pillé jusqu'à ce que le coeur et l'âme de l'homme gémissent de leur cruauté ! Le soleil de la justice a été obscurci, puisque l'incarnation de la tyrannie a été installée sur le trône de la haine, et pourtant les gens ne comprennent pas.
Les enfants de l'Apôtre ont été massacrés et leurs possessions pillées. Dis: D'après toi, étaient-ce leurs possessions ou eux-mêmes qui reniaient Dieu ? Juge avec équité, ô ignorant qui a été séparé de Dieu comme par un voile.
Tu t'es attaché à la tyrannie et tu as rejeté la justice; sur ce, toutes choses créées se sont lamentées, et pourtant tu es encore parmi les égarés. Tu as mis à mort les aînés et dépouillé les jeunes. Penses-tu que tu consommeras ce que ton iniquité a amassé ? Non, par moi-même ! Ainsi t'informe celui qui est instruit de tout.
Par Dieu ! Les choses que tu possèdes ne te seront d'aucun profit, ni ce que tu as accumulé par ta cruauté. Ton Seigneur, l'Omniscient, en atteste. Tu t'es levé pour éteindre la lumière de cette cause; bientôt ton propre feu sera étouffé, sur son ordre.
Il est, en vérité, le Seigneur de force et de puissance. Les changements, les hasards du monde et les pouvoirs des nations ne peuvent le frustrer. Il fait ce qui Lui plaît, et ordonne ce qu'Il veut par le pouvoir de sa souveraineté.
Considère la Chamelle. Bien qu'elle ne soit qu'une bête, le Très-Clément l'a cependant élevée à un rang si haut que les langues de la terre l'ont mentionnée et ont célébré sa louange. Il surpasse, en vérité, tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, le Tout-Puissant, le Grand.
Ainsi avons-Nous paré le firmament de Notre Tablette des soleils de nos paroles. Béni l'homme qui y a atteint et qui a été illuminé de leur lumière, et malheur à ceux qui s'en sont détournés, l'ont renié, et se sont égarés loin de Lui. Loué soit Dieu, le Seigneur des mondes !

;===================================================
Chapitre: KITAB-I-AHD (Livre de l'alliance)

Bien qu'il n'existe aucune des vanités du monde dans le royaume de gloire, Nous avons cependant légué à nos héritiers, parmi les trésors de la confiance et de la résignation, un héritage parfait et inestimable. Nous n'avons pas transmis de trésors terrestres ni ajouté les soins qu'ils entraînent.
Par Dieu ! Dans les trésors terrestres, la peur se cache et le danger se dissimule. Considérez et rappelez-vous ce que le Très-Miséricordieux a révélé dans le Qur'án: Malheur au calomniateur acerbe qui a amassé une fortune et l'a comptée et recomptée.
Fugaces sont les richesses du monde; tout ce qui périt et change n'est pas et n'a jamais été digne d'attention, si ce n'est dans une mesure reconnue.
Le dessein de cet Opprimé en supportant les malheurs et les tribulations, en révélant les versets sacrés et en fournissant des preuves, n'a été que d'éteindre la flamme de la haine et de l'inimitié afin que l'horizon du coeur des hommes soit illuminé par la lumière de la concorde et atteigne une paix et une quiétude réelles.
Du point d'aurore de la Tablette divine, le soleil de cette parole luit, resplendissant, et il appartient à chacun d'y fixer son regard: Nous vous exhortons, ô peuples du monde, à observer ce qui élèvera votre rang. Accrochez-vous solidement à la crainte de Dieu et adhérez fermement à ce qui est bien.
En vérité je le dis, la langue est faite pour mentionner ce qui est bien, ne la salissez pas de paroles inconvenantes. Dieu a pardonné ce qui est passé. Désormais, chacun devrait exprimer ce qui est bien et convenable, et devrait se garder des calomnies, des insultes et de tout ce qui provoque la tristesse chez l'homme.
Sublime est le rang de l'homme ! Il y a peu, cette parole exaltée a ruisselé du trésor de notre Plume de gloire: Grand et béni est ce jour - jour où tout ce qui est latent chez l'homme a été et sera rendu manifeste.
Sublime est le rang de l'homme s'il s'accroche solidement à l'honnêteté et à la vérité et s'il reste ferme et stable dans la cause.
Aux yeux du Très-Miséricordieux, un homme vrai est semblable au firmament; le soleil et la lune sont sa vue et son ouïe, et les étoiles, son caractère brillant et resplendissant. Son rang est le plus élevé et son influence éduque le monde de l'existence.
Chaque âme réceptive qui a en ce jour inhalé le doux parfum de son vêtement et a, avec un coeur pur, tourné son visage vers l'horizon très glorieux est comptée parmi le peuple de Bahá dans le Livre pourpre. Saisissez en mon nom le calice de ma tendre bonté, puis désaltérez-vous dans mon glorieux et merveilleux souvenir.
O vous qui vivez sur terre ! La religion de Dieu fut conçue pour l'amour et l'unité; n'en faites pas une raison d'inimitié et de dissensions.
Aux yeux des hommes perspicaces et des témoins de la vision très sublime, tout ce qui représente un moyen efficace pour sauvegarder et promouvoir le bonheur et le bien-être des enfants des hommes a déjà été révélé par la Plume de gloire.
Mais les insensés sur la terre, nourris de passions et de désirs néfastes, ne se sont pas souciés de la sagesse accomplie de celui qui est en vérité le Très-Sage, alors que leurs paroles et leurs actes sont mus par de vaines chimères et de futiles imaginations.
O vous les aimés et les mandataires de Dieu ! Les rois sont les manifestations du pouvoir et les sources de la puissance et de la richesse de Dieu. Priez à leur intention. Il les a investis de l'autorité sur la terre et s'est réservé comme son domaine propre le coeur des hommes.
Le conflit et la lutte sont catégoriquement interdits dans ce Livre. Ceci est un décret de Dieu dans cette très grande révélation. Elle est divinement préservée de l'annulation et investie par Lui de la splendeur de sa confirmation. Il est, en vérité, l'Omniscient, le Très-Sage.
Il incombe à chacun d'aider ces aurores de l'autorité et ces sources de commandement qui sont parées de l'ornement de la justice et de l'équité.
Bénis sont les dirigeants et les érudits parmi le peuple de Bahá. Ils sont mes administrateurs parmi mes serviteurs et les manifestations de mon commandement parmi mon peuple. Sur eux reposent ma gloire, mes bénédictions et ma grâce qui ont pénétré le monde de l'existence. A ce propos, les paroles révélées dans le Kitáb-i-Aqdas sont telles que, de l'horizon de leurs mots, la lumière de la grâce divine rayonne, lumineuse et resplendissante.
O vous mes branches ! Une force puissante, un pouvoir consommé gît caché dans le monde de l'existence. Fixez votre regard sur lui et sur son influence unificatrice, et non sur les différences qui en ressortent.
La volonté du Testateur divin est la suivante: Il incombe aux Aghsán, aux Afnán et à ma parenté de tourner, tous sans exception, leur visage vers la plus Grande Branche.
Considérez ce que Nous avons révélé dans Notre Livre le plus sacré: Quand l'océan de ma présence aura reflué et que le livre de ma révélation sera achevé, tournez vos visages vers celui qui est le dessein de Dieu, celui qui est la Branche issue de cette Antique Racine. L'objet de ce verset sacré n'est autre que la plus Grande Branche (Abdu'l-Bahá). Nous vous avons ainsi miséricordieusement révélé notre puissante volonté, et je suis, en vérité, le Clément, l'Omnipotent.
En vérité, Dieu a voulu que le rang de la très grande Branche (Muhammad-Alí) soit en-dessous de celui de la plus Grande Branche (Abdu'l-Bahá). Il est, en vérité, l'Ordonnateur, le Très-Sage. Et Nous avons choisi "la très grande" après "la plus Grande", ainsi qu'il a été ordonné par celui qui est l'Omniscient, le Bien-Informé.
Il est enjoint à chacun de faire preuve d'amour envers les Aghsán, mais Dieu ne leur a octroyé aucun droit sur la propriété des autres.
O vous mes Aghsán, mes Afnán et ma parenté ! Nous vous exhortons à craindre Dieu, à accomplir des actes louables et à faire ce qui est digne et convenable et ce qui contribue à élever votre rang.
En vérité, je le dis, la crainte de Dieu est le plus grand chef des commandeurs qui puisse rendre la cause de Dieu victorieuse, et les armées qui conviennent le mieux à ce chef ont toujours été et demeurent un caractère droit et des actes purs et bons.
Dis: O serviteurs ! Ne laissez pas les voies de la justice être cause de confusion, ni l'instrument de l'union être une occasion de discorde. Nous serions trop heureux d'espérer que le peuple de Bahá soit guidé par les paroles bénies:
Dis: Toutes choses sont de Dieu. Cette parole exaltée est comme l'eau capable d'éteindre le feu de la haine et de l'inimitié qui couve dans le coeur et la poitrine des hommes. Par cette simple parole, les peuples et les tribus en lutte parviendront à la lumière de la vraie unité. En vérité, Il dit la vérité et montre la voie. Il est le Tout-Puissant, le Suprême, le Miséricordieux.
Il incombe à chacun de faire preuve de courtoisie et de marquer de la considération envers les Aghsán, afin que la cause de Dieu en soit glorifiée et sa parole exaltée. Cette injonction a été à maintes reprises mentionnée et consignée dans le texte sacré. Heureux celui à qui il est donné d'accomplir ce que l'Ordonnateur, l'Ancien des jours a prescrit pour lui. Vous êtes également tenus de respecter les membres de la sainte Maison, les Afnán et la parenté.
De plus, Nous vous exhortons à servir toutes les nations et à vous efforcer d'améliorer le monde.
Ce qui mène à la régénération du monde et au salut des peuples et des tribus de la terre a été envoyé du ciel de la parole de celui qui est le Désir du monde. Prêtez une oreille attentive aux conseils donnés par la Plume de gloire. Ceci vaut mieux pour vous que tout ce qui est sur terre. De cela témoigne mon Livre glorieux et merveilleux.

;===================================================
Chapitre: LAWH-I-ARD-I-BA (Tablette du pays de Bá)

Louange à Lui qui a honoré la terre de Bá par la présence de celui autour de qui tous les noms gravitent. Tous les atomes de la terre ont annoncé à toutes choses créées que, de derrière la porte de la ville prison est apparu l'orbe de la beauté de la puissante, de la plus Grande Branche de Dieu - son mystère antique et immuable -, qu'au-dessus de son horizon il a brillé, alors qu'il cheminait vers un autre pays.
L'affliction, ainsi, a enveloppé cette ville prison tandis qu'une autre terre se réjouissait. Exalté, incommensurablement exalté est notre Seigneur, le Façonneur des cieux et le Créateur de toutes choses, Lui dont la souveraineté a fait s'ouvrir les portes de la prison, amenant ainsi à la réalité ce qui fut jadis promis dans les tablettes. Il a, en vérité, le pouvoir sur tout ce qu'Il veut, et son emprise domine la création tout entière. Il est le Tout-Puissant, l'Omniscient, le Très-Sage.
Béni, doublement béni est le sol que ses pas ont foulé, l'oeil que la beauté de son visage a réjoui, l'oreille qui a eu l'honneur d'entendre son appel, le coeur qui a goûté à la douceur de son amour, la poitrine qui s'est dilatée à son souvenir, la plume qui a célébré sa louange, le parchemin qui a porté le témoignage de ses écrits.
Nous implorons Dieu - qu'Il soit béni et exalté - qu'il nous fasse l'honneur d'une rencontre prochaine. Il est en vérité Celui qui entend tout, le Tout-Puissant, Celui qui est prêt à répondre.

;===================================================
Chapitre: EXT 1. "Dieu atteste qu'il n'y a pas d'autre Dieu que Lui..."

Dieu atteste qu'il n'y a pas d'autre Dieu que Lui et que celui qui est venu du firmament de la révélation divine est le secret caché, le mystère impénétrable, dont la venue fut annoncée dans le livre de Dieu et proclamée par ses prophètes et par ses messagers. Par lui, les mystères furent éclaircis, les voiles déchirés, et les preuves et les signes furent découverts.
Voilà maintenant qu'il a été rendu manifeste. Il met en lumière tout ce qu'il désire, et foule les hauts lieux de la terre, investi d'une majesté et d'un pouvoir transcendants.
Béni le fort qui brisera les dieux des vaines chimères par la puissance du nom de son Seigneur, Lui qui gouverne tous les hommes.
O mon Afnán ! Nous aimerions mentionner ton nom en signe de miséricorde de Notre part, afin que les douces saveurs de Notre souvenir t'attirent dans Notre royaume et t'entraînent près du tabernacle de Notre majesté, dressé par le pouvoir de ce Nom - Nom qui fit trembler toutes les fondations.
Dis: O peuples de la terre ! Par la justice de Dieu ! Tout ce qui vous fut promis dans les livres de votre Seigneur, le Souverain du jour du retour, est apparu et est rendu manifeste.
Prenez garde que les changements et les hasards du monde ne vous retiennent loin de celui qui est la Vérité souveraine. Bientôt tout ce qui est visible périra, et seul restera ce qui a été révélé par Dieu, le Seigneur des seigneurs.
Dis: Voici le jour des actes méritoires, puissiez-vous le savoir. Voici le jour de la glorification de Dieu et de l'exposé de sa parole, puissiez-vous le percevoir. Abandonnez les choses qui ont cours parmi les hommes et accrochez-vous à ce que Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même, vous a ordonné.
Le jour où tous les trésors de la terre ne vous seront plus d'aucun profit approche à grands pas. De cela témoigne le Seigneur des noms, celui qui proclame: En vérité, il n'est d'autre Dieu que Lui, la Vérité souveraine, Celui qui connaît les choses invisibles.
Heureux es-tu, ô mon Afnán, car tu as eu l'honneur de recevoir mes versets sacrés, tu as respiré les douces effluves de ma révélation et répondu à mon appel, à une époque où mes serviteurs et mes créatures me reniaient, tournant le dos au Livre Mère et s'attachant aux ordres des représentants des vaines chimères et des imaginations futiles. Ainsi a parlé la Langue de grandeur dans le royaume de la parole sur l'ordre de Dieu, le Seigneur de la création.
Persévère consciencieusement dans le service de la cause et, par le pouvoir du nom de ton Seigneur, le Possesseur de toutes choses visibles et invisibles, préserve le rang qui t'a été conféré.
Je le jure par la justice de Dieu ! Si quelqu'un venait à apprendre ce qui est voilé aux yeux des hommes, il deviendrait à ce point ravi qu'il s'envolerait vers Dieu, le Seigneur de tout ce qui a été et de tout ce qui sera.
Puisse sa gloire reposer sur toi et sur ceux qui se sont approchés de Lui et qui ont saisi le sens de ce que la Plume élevée de Dieu, le Tout-Puissant, le Très-Aimant, a rapporté dans cette Tablette.

;===================================================
Chapitre: EXT 2. "Toute gloire à toi, ô mon Dieu, car tu as orné le monde..."

Toute gloire à toi, ô mon Dieu, car tu as orné le monde de l'éclat de l'aurore qui suivit la nuit où naquit celui qui annonça la manifestation de ta souveraineté transcendante, l'aube de ton essence divine et la révélation de ta suzeraineté suprême.
Je te supplie, ô Créateur des cieux et Façonneur des noms, d'aider par ta grâce ceux qui se sont abrités à l'ombre de ton abondante miséricorde et qui ont élevé leur voix parmi les peuples du monde pour glorifier ton nom.
O mon Dieu ! Tu vois le seigneur de toute l'humanité enfermé dans sa très grande prison, appelant ton nom à haute voix, contemplant ta face, proclamant ce qui a enchanté les habitants de tes royaumes de la révélation et de la création.
O mon Dieu ! Je me vois prisonnier aux mains de tes serviteurs, et pourtant sur mon visage resplendit la lumière de ta souveraineté et les révélations de ton invincible pouvoir, permettant à tous d'obtenir la certitude que tu es Dieu, et qu'il n'est pas d'autre Dieu que toi.
Le pouvoir des puissants ne peut te résister ni l'influence des dirigeants te dominer. Tu fais tout ce que tu veux en vertu de ta souveraineté qui englobe toutes choses créées, et tu ordonnes ce qui te plaît par le pouvoir de ton autorité qui domine la création tout entière.
Je t'implore, par la gloire de ta manifestation et par le pouvoir de ta puissance, de ta souveraineté et de ton élévation, de rendre victorieux ceux qui se sont levés pour te servir, qui ont aidé ta cause et se sont tenus humblement devant la splendeur de la lumière de ta face.
O mon Dieu, rends-les alors triomphants face à tes ennemis et inébranlables dans ton service, pour qu'à travers eux les preuves de ton ascendance soient établies dans tes royaumes et que les signes de ton indomptable pouvoir soient révélés dans tes territoires. En vérité, par ta puissance tu fais ce que tu veux; il n'y a pas d'autre Dieu que toi, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même.
Cette glorieuse Tablette a été révélée le jour anniversaire de la naissance (du Báb) afin que tu la récites dans un esprit d'humilité et de supplication, et que tu rendes grâce à ton Seigneur, l'Omniscient, le Bien-Informé. Efforce-toi de tout ton coeur de servir Dieu pour que de toi émane ce qui immortalisera ta mémoire dans son ciel glorieux et exalté.
Dis: Glorifié sois-tu, ô mon Dieu ! Je t'implore, par le Point d'aurore de tes signes et par le Révélateur de tes marques évidentes, de veiller à ce que je puisse en toutes circonstances m'accrocher à la corde de ta bienveillante providence et saisir fermement le pan de ta générosité.
Compte-moi alors parmi ceux que les changements et les hasards du monde n'ont pas réussi à décourager de te servir et de t'obéir, ceux que les assauts des peuples n'ont pu empêcher de magnifier ton nom et de célébrer ta louange.
Aide-moi par ta grâce, ô mon Seigneur, à faire tout ce que tu aimes et tout ce que tu désires. Puis permets-moi de réaliser ce qui exaltera ton nom et attisera le feu de ton amour. Tu es, en vérité, l'Indulgent, le Bienfaisant.

;===================================================
Chapitre: EXT 3. "O Husayn ! Dieu veuille que tu sois toujours brillant..."

O Husayn ! Dieu veuille que tu sois toujours brillant et resplendissant, rayonnant de la lumière du soleil de vérité et que tu puisses délier ta langue en magnifiant le nom de Dieu, ce qui est le plus louable de tous les actes.
Considère la multitude d'âmes qui paraissaient intensément impatientes et assoiffées, et qui, pourtant, lorsque l'Océan des eaux vivifiantes jaillit dans le monde de l'existence, en sont restées privées tout comme elles ne purent abandonner les vaines chimères et prendre conscience de la venue de celui qui est l'Objet de tout savoir. Cet échec est la conséquence des actes que leurs mains ont jadis perpétrés.
Remercie le Bien-Aimé du monde de t'avoir aidé par sa grâce à atteindre la confirmation dans cette cause glorieuse. Implore-le en outre de permettre à ses aimés d'y être fidèles, car les écrits incendiaires des fauteurs de troubles se répandent et la clameur des prophètes de malheur s'élève.
Heureux ceux qui ont tout rejeté sauf Dieu et se sont accrochés fermement à ce que le Seigneur de force et de pouvoir leur a ordonné. Que sa gloire soit sur toi et sur ceux qui ont été capables de reconnaître et d'embrasser sa puissante cause.

;===================================================
Chapitre: EXT 4. "Voici une Tablette que le Seigneur de tous les êtres a envoyée..."

Voici une Tablette que le Seigneur de tous les êtres a envoyée de son rang glorieux en l'honneur de celui qui a cru en Dieu, le Tout-Puissant, le Très-Aimant.
Heureux le voyageur qui a reconnu le Désiré, le chercheur qui a entendu l'appel de celui qui est le Dessein de toute l'humanité, et l'érudit qui a cru en Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même.
O combien nombreux furent les savants qui se sont détournés du chemin de Dieu, et innombrables les hommes dépourvus de science qui ont saisi la vérité et se sont hâtés vers Lui en disant: Loué sois-tu, ô Seigneur de toutes choses, visibles et invisibles.
Par la justice de Dieu ! L'horizon du monde resplendit de la lumière du très grand Luminaire, et pourtant la plupart des hommes ne la perçoivent pas.
En vérité, celui qui est la Vérité souveraine se déplace à la vue de tous les hommes. De cela témoigne celui qui proclame au centre même du monde: En vérité, il n'est pas d'autre Dieu que moi, qui ai pouvoir absolu sur toutes choses, qu'elles soient du passé ou de l'avenir.
Grande est la bénédiction du croyant qui s'est dirigé vers Lui et qui a pu entrer en sa présence, et malheur à tout incroyant qui s'est détourné de Dieu et a suivi l'égaré et le paria.

;===================================================
Chapitre: EXT 5. "O ami ! Dans le Bayán, Nous avons enjoint à chacun..."

O ami ! Dans le Bayán, Nous avons enjoint à chacun dans cette très grande révélation de voir de ses propres yeux et d'entendre de ses propres oreilles. Cependant, lorsque l'horizon du monde fut éclairé de la lumière resplendissante de cette révélation, beaucoup de gens oublièrent ce commandement divin, perdirent de vue cette exhortation céleste et s'immergèrent dans les vaines chimères que leur esprit avait imaginées.
En fait, la face du Soleil de justice et d'équité est cachée derrière les nuages des imaginations creuses que les insensés ont conçues. Il ne faut dès lors pas s'étonner que ce soient les mouvements des oiseaux de nuit qui attirent l'attention.
Par la puissance du nom du Bien-Aimé, invite les âmes réceptives à la sainte cour de Dieu afin que, par bonheur, elles ne restent pas privées de la fontaine céleste des eaux vives. Il est, en vérité, le Miséricordieux, le Clément.
Le regard de la tendre bonté de Dieu - qu'Il soit exalté et glorifié - s'est à jamais dirigé vers ses amis bien-aimés; en vérité, Il est celui qui sait et qui se souvient.

;===================================================
Chapitre: EXT 6. "O Javád ! La grandeur de ce jour est telle que l'heure..."

O Javád ! La grandeur de ce jour est telle que l'heure elle-même en est perturbée, et toutes les Ecritures célestes témoignent de sa majesté toute-puissante.
En ce jour, le Livre atteste solennellement sa gloire et la Balance se sent poussée à élever la voix. Voici le jour où le Sirát proclame: Je suis le droit chemin, et le mont Sinaï s'exclame: En vérité, le Seigneur de la révélation est arrivé.
Vaincus par l'ivresse de penchants corrompus, les gens sur terre se trouvent frappés de stupeur. Ils sont alors privés des signes merveilleux de Dieu, ne peuvent atteindre le but ultime et sont exclus des effusions généreuses de la grâce divine.
Il appartient au peuple de Dieu d'être patient. Ils devraient transmettre la parole de Dieu selon le degré de compréhension et les capacités de chaque auditeur, afin que, par bonheur, les enfants des hommes soient tirés de l'insouciance et tournent leur visage vers cet Horizon qui est incommensurablement élevé au-dessus de tout horizon.
O Javád ! Les multiples bontés de Dieu ont toujours été déversées sur toi et continueront de l'être. Loué soit Dieu ! Tu as été protégé de la terreur la plus grande et tu as réussi à t'approcher de la très grande Bonté à une époque où tous les hommes ne pouvaient reconnaître le Roi éternel à cause de l'écran constitué par les voiles de la gloire extérieure, à savoir les théologiens d'aujourd'hui.
Chéris autant que ta propre vie ce témoignage prononcé par la Plume toute glorieuse, et lutte de toutes tes forces pour le préserver, par la puissance du nom de celui qui est le Bien-Aimé de la création tout entière, afin que cet honneur sublime soit à l'abri des yeux et des mains des voleurs. En vérité, ton Seigneur est Celui qui explique, l'Omniscient.
Transmets les salutations de cet Opprimé à tous les amis bien-aimés de cette région et rappelle à leur esprit nos souvenirs merveilleux et exaltés, afin qu'ils abandonnent les choses qui ont cours parmi les hommes, qu'ils fixent leur coeur sur ce qui est propre à Dieu et qu'ils restent purs d'actions ou de visées inconvenantes. Que la gloire du Tout-Puissant, du Très-Sage, soit sur toi et sur ceux qui te sont alliés.

;===================================================
Chapitre: EXT 7. "Nous rappelons le nom de celui qui a été attiré par Notre appel..."

Nous rappelons le nom de celui qui a été attiré par Notre appel lorsqu'il fut lancé du sommet de la gloire transcendante et qui a tourné son visage vers Dieu, le Seigneur de la création. Il est compté parmi ceux qui ont entendu et répondu à l'appel de leur Seigneur à une époque où les peuples du monde étaient entourés de voiles palpables. Il atteste ce que Dieu a affirmé et reconnaît sa croyance en ce que la Langue de grandeur a prononcé. De ceci témoigne le Seigneur des noms dans cette Tablette merveilleuse.
O ma Plume exaltée ! Apporte-lui, sur mon ordre, les bonnes nouvelles relatives aux choses que Dieu, le Puissant, l'Omnipotent, lui a réservées. De multiples chagrins l'ont en fait assailli la plupart du temps et, en vérité, son Seigneur miséricordieux est celui qui voit et qui sait toutes choses. Réjouis-toi d'un bonheur immense, car cet Opprimé a tourné son visage vers toi, a mentionné ton nom jadis et le mentionne encore en ce moment précis.
A mes amis bien-aimés, remets mon souvenir et apporte-leur la nouvelle des gracieuses bontés de leur Seigneur, le Donateur, le Très-Généreux. De cette situation exaltée, nous envoyons nos salutations aux croyants qui ont saisi fermement le bras fiable et qui ont bu le vin choisi de la constance de la main de faveur de leur Seigneur, le Tout-Puissant, le Très-Loué.
En ce jour, l'ouïe s'exclame: Voici mon jour, jour où j'écoute la voix merveilleuse provenant de l'enceinte de la prison de mon Seigneur, le Visible, Celui qui entend.
Et la vue s'écrie: En vérité, voici mon jour, car j'aperçois l'Aube de la gloire qui brille resplendissante sur l'ordre de celui qui est l'Ordonnateur, le Tout-Puissant.
Bénie l'oreille qui a entendu l'appel "Regardez, et vous me verrez" et heureux l'oeil qui a contemplé le signe le plus merveilleux qui point à l'horizon lumineux.
Dis: O rassemblement de dirigeants, de savants et de sages ! Le jour promis est arrivé et le Seigneur des armées est apparu. Réjouissez-vous dans l'allégresse pour ce bonheur suprême. Aidez-le donc par le pouvoir de la sagesse et de la parole. Ainsi vous l'ordonne celui qui a toujours proclamé: En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que moi, l'Omniscient, le Très-Sage.
Puisse sa gloire reposer sur toi, sur ceux qui sont avec toi, ainsi que sur ceux qui te chérissent et prêtent l'oreille aux paroles que tu prononces pour glorifier cette puissante et transcendante révélation.

;===================================================
Chapitre: EXT 8. "O toi qui porte mon nom, Júd (Bonté) !..."

O toi qui porte mon nom, Júd (Bonté) ! Que ma gloire soit sur toi. Prête l'oreille à ce que tu entendis naguère lorsque le Soleil du témoignage brilla, rayonnant au-dessus de l'horizon de l'Iráq, lorsque Baghdád fut le siège du trône de ton Seigneur, le Suprême, le Tout-Puissant.
J'atteste que tu as écouté la mélodie de Dieu et sa douce voix, que tu as tendu l'oreille au roucoulement de la colombe de la révélation divine et que tu as entendu le rossignol de la fidélité lançant ses notes, de la branche de gloire: En vérité, il n'est pas d'autre Dieu que moi, l'Incomparable, le Bien-Informé.
O toi qui portes mon nom ! Les regards de la tendre bonté de Dieu ont été et sont toujours tournés vers toi. Quand tu étais en sa présence, tu as entendu la voix du seul vrai Dieu - exaltée soit sa gloire - et tu as aperçu la splendeur dévoilée de la lumière de la connaissance divine.
Médite un instant ! O combien sublime est la parole de celui qui est la Vérité souveraine et combien abjectes sont les vaines discordes des hommes ! Les amoncellements de chimères ont obstrué leurs oreilles et les ont empêchés d'entendre la voix de Dieu.
Quant aux voiles de la connaissance humaine et des fausses imaginations, ils n'ont pas permis à leurs yeux d'apercevoir la splendeur de la lumière de sa face.
Du bras de la puissance et du pouvoir, Nous avons sauvé un certain nombre d'âmes du bourbier de l'extinction imminente et Nous leur avons permis d'atteindre l'aube de la gloire.
Nous avons en outre dévoilé les mystères divins et Nous avons prédit, dans un langage très explicite, les événements futurs, afin que ni les doutes de l'impie, ni le reniement du rebelle, ni les murmures de l'insouciant n'écartent les chercheurs de vérité de la source de la lumière du seul vrai Dieu.
Cependant, certains semblent avoir souffert d'épilepsie, d'autres sont déracinés comme des souches d'arbres creuses. Ils abandonnent Dieu, le Suprême - celui dont la révélation d'un simple verset fait s'évanouir dans l'humilité et l'insignifiance toutes les Ecritures du passé et de temps plus récents -, ils donnent leur coeur à des histoires mensongères et suivent des paroles creuses.
Tu t'es sûrement désaltéré à l'océan de ma parole et tu as vu la splendeur resplendissante de l'astre de ma sagesse. Tu as également entendu les paroles des infidèles qui ne connaissent pas les principes de la foi et qui n'ont pas goûté au vin choisi descellé par le pouvoir de mon nom, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même.
Implore Dieu de rendre les croyants, dotés de vraie compréhension, miséricordieusement capables d'accomplir ce qui Lui plaît.
Comme c'est étrange, malgré cet appel retentissant, malgré l'apparition de cette très merveilleuse révélation, Nous remarquons que la plupart des hommes ont fixé leur coeur sur les vanités du monde et qu'ils sont profondément ébranlés et troublés par des doutes qui circulent et par des suggestions mauvaises.
Dis: Voici le jour de Dieu Lui-même; craignez Dieu et ne soyez pas de ceux qui l'ont renié. Rejetez derrière vous les histoires sans fondement et contemplez ma révélation au travers de mes yeux. Les Ecritures et les livres sacrés, les manuscrits et les tablettes vous y ont exhortés.
Lève-toi pour servir la cause de ton Seigneur; apporte ensuite aux hommes la bonne nouvelle de cette lumière resplendissante dont la révélation avait été annoncée par Dieu par l'entremise de ses prophètes et de ses messagers.
Exhorte aussi chacun à observer la prudence comme Il l'a ordonné et, au nom de Dieu, conseille-les par ces paroles: En ce jour de Dieu, il incombe à chacun de se consacrer à l'enseignement de la cause avec la plus grande prudence et la plus grande constance. Et s'il devait découvrir un sol pur, qu'il y sème la graine de la parole de Dieu; autrement, il serait préférable de garder le silence.
Il y a peu, cette parole très sublime fut révélée dans le Livre pourpre par la Plume toute glorieuse: Le firmament de la sagesse divine est illuminé par deux luminaires: la consultation et la compassion. Plaise à Dieu que chacun reçoive la capacité d'observer cette parole importante et bénie.
Certaines personnes semblent tout à fait dépourvues de compréhension. En s'accrochant à la corde des caprices futiles, elles se sont privées du bras fiable. Je le jure sur ma vie ! Si ces personnes réfléchissaient un instant avec équité à ce que le Très-Miséricordieux a envoyé, elles prononceraient toutes, spontanément, ces mots: Vraiment, tu es la Vérité, la Vérité manifeste.
Il t'appartient de tourner ton regard, en toutes circonstances, vers le seul vrai Dieu, et de chercher avec diligence à servir sa cause.
Rappelle-toi quand tu étais en ma compagnie dans le tabernacle de gloire, et que tu entendais de mes lèvres ce que celui qui conversa avec Dieu (Moïse) entendit sur le Sinaï de la connaissance divine.
Nous t'avons ainsi aidé gracieusement, Nous t'avons permis de reconnaître la vérité et Nous t'avons mis en garde afin que tu rendes grâce à ton Seigneur bienfaisant. Tu devrais sauvegarder ce rang sublime par la puissance de mon nom, l'Omnipotent, le Fidèle.
Remets mes salutations à mes aimés et fais-leur entendre ma douce voix. Ainsi l'ordonne celui qui autrefois te l'a ordonné; je suis en vérité l'Ordonnateur, le Bien-Informé.
Gloire à toi et à ceux qui prêtent l'oreille à tes paroles se rapportant à cette cause capitale et qui t'aiment par amour pour Dieu, le Seigneur des mondes.

;===================================================
Chapitre: EXT 9. "O Haydar ! Cet Opprimé t'a entendu élever la voix au service de la cause..."

O Haydar ! Cet Opprimé t'a entendu élever la voix au service de la cause de Dieu, et il est tout à fait conscient du sentiment de joie que ton amour pour lui a soulevé dans ton coeur et de l'angoisse qui t'étreint face à ce qui est arrivé à ses aimés.
Je le jure par le Seigneur de miséricorde ! Le monde entier est écrasé de douleur alors que les hommes, dans le doute et les dissensions, ne savent que penser.
Le peuple de Dieu, le Seigneur des noms, est si cruellement assailli par des ennemis que le paradis suprême s'est lamenté et que les habitants des cieux les plus hauts et ceux qui, jour et nuit, entourent le Trône ont gémi de douleur.
O Alí ! Les afflictions et les tourments ne peuvent freiner ton Seigneur, le Très-Miséricordieux. Il s'est en vérité levé pour faire triompher la cause de Dieu de telle manière que ni la puissance écrasante du monde ni la tyrannie des nations ne pourront jamais l'alarmer. Il clame, entre terre et ciel: Le jour promis est arrivé. Le Seigneur de la création proclame: En vérité, il n'est pas d'autre Dieu que moi, le Tout-Puissant, le Très-Bienfaisant.
O Alí ! Les hommes immatures souhaitent éteindre la lumière de Dieu de leur bouche et étouffer la flamme du buisson ardent par leurs actes. Dis: Votre attitude est vraiment pitoyable, ô vous, incarnations de l'erreur. Craignez Dieu et ne rejetez pas la grâce divine qui a répandu son éclat sur toutes les régions.
Dis: Celui qui est l'interprète du Nom caché est apparu, sachez-le donc. Celui dont la venue avait été annoncée dans les Ecritures célestes est arrivé, puissiez-vous seulement le comprendre. L'horizon du monde est illuminé par les splendeurs de cette très grande révélation. Hâtez-vous, le coeur radieux, et ne soyez pas de ceux qui restent privés de compréhension. L'heure convenue a sonné et l'humanité est terrassée. Les serviteurs honorés de Dieu en témoignent.
O Haydar Alí ! Je le jure par la justice de Dieu ! La Sonnerie retentissante est sortie de la Trompette du Bayán, comme l'a décrété le Seigneur, le Clément; et tous, dans les cieux et sur la terre, sont tombés en pâmoison à l'exception de ceux qui se sont détachés du monde, s'accrochant fermement à la corde de Dieu, le Seigneur de l'humanité.
Ceci est le jour où la terre brille de la lumière éclatante de ton Seigneur, mais les gens se sont égarés dans l'erreur et ils ont été isolés, comme par un voile.
Nous désirons régénérer le monde, et eux sont résolus à mettre un terme à notre vie. Ainsi les a incités leur coeur en ce jour - jour que la lumière radieuse de la face de son Seigneur, l'Omnipotent, le Tout-Puissant, le Libre a rendu lumineux.
Le Livre Mère a élevé sa voix, mais les hommes sont privés d'ouïe. La Tablette préservée a été révélée avec véracité, et pourtant la majorité de l'humanité ne la lit pas. Ils ont rejeté la gracieuse faveur de Dieu après qu'elle leur eût été envoyée et ils se sont détournés de Dieu, Celui qui connaît les choses invisibles. Ils s'accrochent fermement au pan de leurs vaines chimères, tournant le dos au nom caché du Tout-Puissant.
Dis: O assemblée de théologiens ! Soyez de bonne foi dans votre jugement, je vous en conjure par Dieu. Fournissez en ce cas toutes les preuves et tous les témoignages que vous possédez si vous voulez être mentionnés parmi les habitants de cette glorieuse demeure.
Tournez votre coeur vers l'Aurore de la révélation divine afin que Nous puissions dévoiler devant vos yeux l'équivalent de tous ces versets et preuves, de tous ces témoignages et toutes ces affirmations, de tous ces signes que vous et les autres tribus de la terre possédez. Craignez Dieu et ne soyez pas de ceux qui méritent amplement le châtiment de Dieu, le Seigneur de la création.
Voici le jour où l'Océan de la connaissance a élevé la voix et livré ses perles. Si seulement vous le saviez !
En vérité, sur l'ordre de Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même, le ciel du Bayán a été suscité. Je le jure par Dieu !
L'Essence de la connaissance s'exclame et dit: Voyez ! Celui qui est l'objet de toute connaissance est venu, et les livres sacrés de Dieu, le Miséricordieux, l'Aimant, ont été enluminés par sa venue. Chaque révélation de grâce, chaque preuve de dons bénéfiques émane de Lui et c'est à Lui qu'elles retournent.
Craignez Dieu, ô assemblée d'insensés, et n'infligez pas d'épreuves à ceux qui n'ont rien voulu d'autre que ce que Dieu a voulu.
En outre, si vous prêtez attention à mon appel, ne suivez pas vos désirs égoïstes. Le jour approche où tout ce qui est maintenant visible se sera évanoui, et vous pleurerez de ne pas avoir accompli votre devoir envers Dieu. De cela témoigne cette Tablette gravée.
Réjouis-toi de tout coeur que Nous Nous soyons souvenu de toi tant maintenant que dans le passé. En réalité, les douces saveurs de ce souvenir dureront et ne s'altéreront pas à travers l'éternité des noms de Dieu, le Seigneur de l'humanité.
Nous avons gracieusement accepté tes dévotions, ta louange, ton travail d'enseignement et les services que tu as rendus par amour pour cette puissante nouvelle.
Nous avons également prêté l'oreille à ce que ta langue a prononcé lors de réunions et de rassemblements. En vérité, ton Seigneur entend et observe toutes choses.
Nous t'avons revêtu de l'habit de Notre bon plaisir dans Notre royaume céleste, et, de l'Arbre divin qui s'élève en bordure de la vallée de la sécurité et de la paix, dans le lieu lumineux qui se trouve au-delà de la cité glorieuse, Nous t'avons appelé à haute voix en te disant: En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que Nous, l'Omniscient, le Très-Sage.
Nous t'avons appelé à l'existence pour Nous servir, pour glorifier Notre parole et pour proclamer Notre cause. Concentre tes énergies sur ce pour quoi tu as été créé par la volonté de l'Ordonnateur suprême, l'Ancien des jours.
En ce moment, Nous Nous rappelons de nos aimés et Nous leur apportons la bonne nouvelle de la grâce infaillible de Dieu et des choses préparées pour eux dans Notre Livre lumineux.
Vous avez supporté la censure des ennemis par amour pour Nous, et vous avez sans reculer subi sur Notre chemin les pénibles cruautés que les impies vous ont infligées. J'en témoigne en personne, et je suis celui qui sait tout.
Nombreux sont les lieux ennoblis de votre sang par amour pour Dieu. Innombrables sont les villes d'où se sont élevées la voix de vos lamentations et la complainte de votre angoisse. Nombreuses furent les prisons où vous avez été jetés par les armées de la tyrannie.
Soyez certains qu'Il vous rendra victorieux, qu'Il vous élèvera parmi les peuples du monde et qu'Il fera la preuve de la grandeur de votre rang aux yeux de toutes les nations. Certes, Il ne permettra certainement pas que la récompense de ses favoris se perde.
Prenez garde que les actes commis par les incarnations de vaines chimères ne vous affligent ou que les actions perpétrées par tous les oppresseurs rebelles ne vous blessent.
Saisissez le calice de la constance par le pouvoir de son nom, et buvez-y en vertu de la souveraineté de Dieu, le Puissant, l'Omnipotent.
Ainsi a brillé au-dessus de l'horizon de cette Tablette l'astre du jour de ma tendre compassion et de ma tendre bonté, afin que vous puissiez rendre grâce à votre Seigneur, le Tout-Puissant, le Très-Bienfaisant.
La gloire qui s'est levée, resplendissante, au ciel de ma parole repose sur toi et sur ceux qui se sont dirigés vers toi et qui ont prêté l'oreille aux paroles sorties de ta bouche concernant cette glorieuse, cette auguste révélation.

;===================================================
Chapitre: EXT 10. "Par la justice de Dieu ! Le Livre Mère est rendu manifeste..."

Par la justice de Dieu ! Le Livre Mère est rendu manifeste, appelant les hommes à Dieu, le Seigneur des mondes, alors que les mers proclament: Le très grand Océan est apparu et, de ses vagues, on peut entendre le cri retentissant: En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que moi, l'Incomparable, Celui qui sait tout.
Et les arbres, élevant la voix, s'exclament: O peuples du monde ! La voix de l'Arbre divin résonne clairement; et le cri strident de la Plume de gloire retentit: Prêtez l'oreille et ne soyez pas parmi les insouciants.
Le Soleil appelle: O assemblée de théologiens ! Le ciel des religions est partagé et la lune tiraillée, et les peuples de la terre sont rassemblés dans une nouvelle résurrection. Craignez Dieu et ne suivez pas les impulsions de vos passions, suivez plutôt celui dont ont témoigné les Ecritures de Dieu, l'Omniscient, le Très-Sage.
L'épisode du Sinaï a été reproduit dans cette révélation, et celui qui conversa sur le Mont s'écrie: En vérité, le Désiré est venu, assis sur le trône de la certitude, puissiez-vous seulement le percevoir. Il a averti tous les hommes d'observer ce qui conduit à l'élévation de la cause de Dieu et ce qui guidera l'humanité vers son droit chemin.
Grand est le nombre des opprimés ravis par l'appel de Dieu ! Nombreux aussi les puissants dressés pour commettre des actes d'agression, actes qui ont fait se lamenter les habitants du paradis le plus élevé et gémir de douleur les occupants de cette glorieuse demeure !
Innombrables encore sont les pauvres qui se sont désaltérés du vin choisi de la révélation divine, et nombreux sont les riches qui se sont détournés, qui ont répudié la vérité et clamé leur non-croyance en Dieu, le Seigneur de ce jour béni et merveilleux !
Dis: Craignez Dieu, soyez ensuite équitables dans votre façon de juger cette Grande Nouvelle devant laquelle, dès son apparition, toutes les nouvelles importantes s'inclinèrent en signe d'adoration.
Dis: O assemblée d'insensés ! Si vous le rejetez, quelle preuve pouvez-vous avancer pour justifier votre allégeance aux précédents messagers de Dieu ou revendiquer votre croyance en ce qu'Il a envoyé de son royaume puissant et exalté ?
Quel bénéfice tirez-vous de vos possessions ? Quelle protection peuvent vous assurer vos trésors ? Aucune, je le jure par l'Esprit de Dieu qui pénètre tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre.
Rejetez ce que vous avez construit avec les mains des vaines chimères et des imaginations stériles, et saisissez fermement le livre de Dieu qui a été envoyé en vertu de son autorité irrésistible et inviolable.
Ta lettre fut présentée à cet Opprimé, et c'est en ton honneur que Nous avons révélé cette Tablette qui diffuse le parfum de la gracieuse faveur de ton Seigneur, le Compatissant, le Bienfaisant.
Nous implorons Dieu de te rendre semblable à une bannière hissée dans la cité de son souvenir et d'exalter ton rang dans cette cause - une cause à l'ombre de laquelle les sincères de Dieu verront les peuples et les tribus de la terre chercher refuge. En vérité, ton Seigneur sait et informe.
Nous l'implorons en outre de te nourrir du meilleur de ce qui a été précieusement gardé dans son Livre. Il est, en vérité, celui qui entend et qui répond à l'appel.
Continue à aider sa cause par le pouvoir fortifiant des armées de la sagesse et de la parole. Ainsi en a-t-il été décrété par Dieu, le Gracieux, le Très-Loué.
Béni le croyant qui a, en ce jour, embrassé la vérité, et béni l'homme fermement résolu que les armées de la tyrannie n'ont pas réussi à intimider.
Que la gloire apparue au-dessus de l'horizon de la parole soit sur toi et sur les croyants qui ont saisi, par le pouvoir de son nom, Celui qui subsiste par Lui-même, le calice de son vin scellé et qui s'y sont désaltérés abondamment malgré ceux qui ont rejeté celui en qui ils croyaient naguère - ceux-là même qui ont contesté la vérité de cette grande nouvelle que Dieu a confirmée dans son ancien et précieux Livre.

;===================================================
Chapitre: EXT 11. "O Muhammad Husayn ! Prépare-toi à recevoir les effusions..."

O Muhammad Husayn ! Prépare-toi à recevoir les effusions de la tendre bonté de Dieu, le Seigneur des mondes. Le Très-Miséricordieux a daigné répandre sur toi les perles de la connaissance provenant de l'océan de la grâce de Dieu, le Tout-Puissant, le Suprême.
Où est l'homme éclairé qui reconnaîtra et percevra la vérité ? Où peut-on trouver l'homme attentif qui écoutera ma voix merveilleuse appelant du royaume de gloire ?
Où se trouve l'âme qui tournera son visage vers l'Arbre divin, de telle manière que ni la puissance écrasante des rois ni les actions violentes de leurs sujets ne puissent la détourner, et qui, élevant sa voix parmi la création tout entière par le pouvoir de la sagesse et de la parole, attestera ce que Dieu a affirmé: qu'il n'y a pas d'autre Dieu que Lui, le Puissant, l'Invincible, l'Omnipotent, Celui qui sait, le Sage.
O Husayn ! Ton nom a été mentionné dans la très grande prison devant cet Opprimé, et Nous t'avons révélé ce qui ne peut être comparé à aucun livre du monde. De cela témoigne le Roi d'éternité; et pourtant la majorité de l'humanité est comptée parmi les insouciants.
De l'aube du témoignage, Nous avons lancé l'appel à tous ceux qui vivent dans le royaume de la création. Parmi les hommes, il en est qui furent grisés par le parfum de la parole de leur Seigneur, de façon telle qu'ils ont abandonné tout ce qui est propre à l'homme dans leur impatience à atteindre la cour de la présence de Dieu, le Seigneur du trône puissant. Il en est aussi qui furent perplexes et hésitants.
D'autres se sont empressés, ont volé pour répondre à l'appel de leur Seigneur, l'Ancien des jours. D'autres encore se sont détournés, ont rejeté la vérité et ont fini par ne plus croire en Dieu, le Tout-Puissant, le Très-Loué. Et plus encore, d'autres l'ont jugé avec une telle cruauté que toute âme sage et éclairée en fut poussée à se lamenter.
Nous les avons gracieusement conviés à la rivière qui est en réalité la Vie, alors qu'ils décidaient, avec une injustice manifeste, de répandre mon sang. Ainsi s'est levée l'Etoile du jour de la sagesse au-dessus de l'horizon de la parole de ton Seigneur, le Très-Miséricordieux.
Viendrais-tu à rejoindre sa lumière qu'il te faudrait magnifier la louange de ton Seigneur et dire: Je te rends grâce, ô Dieu des mondes.
Béni sois-tu et bénis soient ceux que le monde et ses vanités n'ont pas réussi à détourner de cet horizon lumineux.
Transmets nos salutations à nos aimés. Nous les exhortons à observer la sagesse, ainsi qu'il est ordonné dans notre Livre merveilleux.

;===================================================
Chapitre: EXT 12. "O ma servante et ma Feuille ! Réjouis-toi d'une grande joie..."

O ma servante et ma Feuille ! Réjouis-toi d'une grande joie, car ton appel est monté vers l'Arbre divin et il reçoit sa réponse de l'Horizon très glorieux. En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que moi, l'Opprimé, l'Exilé.
Nous Nous sommes révélé aux hommes, Nous avons dévoilé la cause, Nous avons guidé toute l'humanité vers le droit chemin de Dieu, Nous avons promulgué les lois et Nous avons prescrit à chacun ce qui lui profitera réellement à la fois en ce monde et dans l'autre; cependant, ils ont décidé de répandre Notre sang, ce qui a fait sangloter la servante des cieux, se lamenter le Sinaï et gémir de douleur l'Esprit fidèle.
En ces jours, les hommes se sont privés des effusions de la grâce divine en suivant les traces de tout ignorant qui s'est égaré. Ils ont tourné le dos à l'Océan de la connaissance divine et ont fixé leur regard sur des hommes à ce point insensés qu'ils affirment être très érudits, sans aucune preuve venant de Dieu, le Seigneur de l'humanité.
Heureux sois-tu, car tu as abandonné les vaines imaginations et tu as saisi la corde de Dieu qu'aucun homme ne peut rompre. Considère les gracieuses faveurs de Dieu - exaltée soit sa gloire.
Comme ils sont nombreux sur terre les rois et les reines qui, en dépit de leur désir ardent et de leur attente, se sont privés de celui qui est le Désir du monde, alors que toi, tu y as atteint.
S'il plaît à Dieu, tu pourras accomplir un acte dont le parfum suave durera aussi longtemps que dureront les noms de Dieu - exaltée soit sa gloire.
Par la justice de Dieu ! Le titre "O ma servante" surpasse de loin tout autre titre que l'on peut trouver dans le monde.
Bientôt les yeux des hommes seront illuminés et se réjouiront en reconnaissant ce que Notre Plume de gloire a révélé.
Bénie sois-tu et bénie la mère qui t'a élevée. Apprécie la valeur de ce rang et lève-toi pour servir sa cause de telle façon que les vaines chimères et les insinuations de ceux qui doutent ne te détournent pas de cette grande résolution.
Le soleil de la certitude brille de tout son éclat, mais les peuples du monde s'attachent à de vaines imaginations. L'océan de la connaissance divine s'est soulevé, alors que les enfants des hommes restent accrochés aux vêtements des insensés. Et, à l'exception de la grâce infaillible de Dieu - exaltée soit sa gloire -, il n'existe aucun remède capable de guérir ces maladies chroniques.
Remets mes salutations aux servantes de Dieu en cette région et donne-leur la bonne nouvelle que sa tendre miséricorde et sa grâce leur sont acquises. Elevé en réalité est le rang que Nous t'avons réservé. Il t'appartient de rendre grâce à ton Seigneur, le Bienfaisant, le Très-Généreux. Glorifié soit Dieu, le Suprême, le Grand.

;===================================================
Chapitre: EXT 13. "Autrefois, on entendit cette parole sublime..."

Autrefois, on entendit cette parole sublime prononcée par la langue de celui qui est le Possesseur de tout être et le Seigneur du trône d'en haut et d'ici-bas:
La piété et le détachement sont comme deux grandes sources de lumière dans le ciel de l'enseignement. Béni celui qui est parvenu à ce rang suprême, à cette demeure de sublimité et de sainteté transcendante.

;===================================================
Chapitre: EXT 14. "Voici une Tablette envoyée du royaume de la parole..."

Voici une Tablette envoyée du royaume de la parole, par le Clément, pour tous ceux qui vivent sur la terre. Heureux l'homme qui l'écoute et qui en tient compte, et malheur à celui qui s'en écarte et qui doute.
Voici le jour qui fut illuminé par la lumière rayonnante de la face de Dieu - le jour où la Langue de grandeur proclame: Le royaume est à Dieu, le Seigneur du jour de la résurrection.
Ton nom a été mentionné en Notre présence et Nous avons daigné révéler pour toi ce que la langue de nul homme parmi les peuples du monde ne peut raconter. Réjouis-toi d'une joie extrême puisque Nous Nous sommes souvenu de toi dans la très grande prison et que la face de l'Ancien des jours s'est tournée vers toi depuis cette demeure exaltée.
Nous avons, en vérité, révélé les signes, produit les témoignages irréfutables et Nous avons conduit tous les hommes vers le droit chemin.
Parmi les gens, il en est qui se sont détournés et qui ont désavoué la vérité, d'autres qui ont prononcé un jugement contre Nous sans aucune preuve ou évidence.
Les premiers à s'être détournés de Nous ont été les chefs spirituels de cette époque - eux qui Nous appellent jour et nuit et mentionnent Notre nom tout en se reposant sur leur trône élevé. Cependant, lorsque Nous Nous sommes révélé aux hommes, ils se sont dressés contre Nous de façon telle que même les pierres ont gémi et se sont amèrement lamentées.
Grande est ta bénédiction, puisque tu as écouté sa voix, tu as tourné ton visage vers Lui et tu as entendu l'appel de ton Seigneur lorsqu'Il est venu investi d'un pouvoir et d'une souveraineté invincibles.

;===================================================
Chapitre: EXT 15. "O ma servante, ô ma Feuille ! Rends grâce au Bien-Aimé du monde..."

O ma servante, ô ma Feuille ! Rends grâce au Bien-Aimé du monde pour avoir atteint cette grâce infinie à une époque où les hommes les plus savants et les plus remarquables du monde en étaient restés privés.
Nous t'avons désignée Feuille pour que tu puisses, semblable à une feuille, être bercée par la brise légère de la volonté de Dieu - exaltée soit sa gloire -, tout comme les feuilles des arbres s'agitent au souffle du vent. Rends grâce à ton Seigneur par la vertu de cette parole étincelante.
Si tu percevais la douceur du titre "O ma servante", tu te sentirais détachée de toute l'humanité, pieusement engagée, jour et nuit, à communier avec celui qui est le seul Désir du monde.
Nous avons parlé avec justesse, en des termes d'une incomparable beauté, de ces feuilles et de ces servantes qui ont étanché leur soif aux eaux vivifiantes de la grâce divine et qui ont gardé leur regard dirigé vers Dieu. Heureuses et bénies sont-elles en réalité.
Sous peu Dieu révélera leur rang dont aucun mot ne peut décrire l'élévation, élévation qu'aucune description ne peut dépeindre adéquatement.
Nous t'exhortons à faire ce qui servira à promouvoir les intérêts de la cause de Dieu parmi les hommes et les femmes. Il entend vraiment l'appel des amis et Il voit leurs actions. En vérité, Il est Celui qui entend et Celui qui voit. Sur toi et sur eux soit la gloire de Dieu, le Puissant, l'Omniscient, le Très-Sage.

;===================================================
Chapitre: EXT 16. "O servante de Dieu ! Ecoute la voix du Seigneur des noms..."

O servante de Dieu ! Ecoute la voix du Seigneur des noms qui, de sa prison, a dirigé son regard vers toi et a fait mention de toi. Il a apporté son aide à tout voyageur, il a répondu avec grâce à tout solliciteur et a permis à tout chercheur de vérité d'y avoir accès.
En ce jour, le droit chemin est rendu manifeste, la balance de la justice divine est établie et la lumière du soleil de sa bonté resplendit; pourtant les ténèbres oppressantes du peuple de la tyrannie se sont interposées, telles des nuages, et ont créé un déplorable obstacle entre l'Astre du jour de la grâce céleste et les habitants du monde.
Béni celui qui a déchiré les voiles qui s'étaient interposés et qui est illuminé par la lumière rayonnante de la révélation divine.
Vois comme ils étaient nombreux ceux qui se considéraient parmi les sages et les érudits, et qui pourtant, au jour de Dieu, furent privés des effusions des bontés divines.
O ma Feuille, ô ma servante ! Apprécie la valeur de cette bénédiction et de cette tendre miséricorde qui t'a enveloppée et qui a mené tes pas vers l'aurore de gloire.
Remets les salutations de cet Opprimé aux servantes qui adorent Dieu, et réjouis leur coeur en leur apportant la certitude de sa tendre providence.

;===================================================
Chapitre: EXT 17. "Fixez votre regard sur la sagesse en toutes choses..."

Fixez votre regard sur la sagesse en toutes choses, car c'est un antidote infaillible. Combien de fois n'a-t-elle pas transformé un incroyant en croyant et un ennemi en ami ? L'observer est tout à fait essentiel, car ce thème a été développé dans de nombreuses tablettes révélées de l'empyrée de la volonté de celui qui est la manifestation de la lumière de l'unité divine. Heureux ceux qui agissent en conséquence.
Concentrez sans cesse votre attention sur ce qui exaltera la parole de Dieu. Dans cette très grande révélation, des actes vertueux et un caractère louable sont considérés comme les armées de Dieu, au même titre que sa sainte et divine parole. Ces armées sont comme l'aimant naturel des coeurs des hommes et le moyen efficace pour ouvrir les portes. De toutes les armes du monde, elle est la plus acérée.
Implore Dieu d'aider gracieusement tous les hommes à observer ce que sa Plume très glorieuse a inscrit dans les livres et les tablettes sacrées.

;===================================================
Chapitre: EXT 18. "Cet Opprimé mentionne celui qui a tourné son visage..."

Cet Opprimé mentionne celui qui a tourné son visage vers l'Incomparable, l'Omniscient, celui qui atteste de son unité comme en a attesté la Plume très glorieuse quand elle s'est déplacée dans l'arène de la parole. Bénie l'âme qui a reconnu son Seigneur, et malheur à celui qui s'est lamentablement égaré et qui a douté.
L'homme est semblable à un arbre. S'il est orné de fruits, il a été et sera toujours l'objet de louanges et d'éloges. Autrement, un arbre sans fruits n'est bon qu'à mettre au feu.
Les fruits de l'arbre humain sont exquis, hautement désirés et tendrement choyés. Parmi eux se trouvent un caractère droit, des actes vertueux et une bonne parole.
Le printemps des arbres terrestres revient une fois par an, alors que celui des arbres humains arrive pendant les jours de Dieu - exaltée soit sa gloire.
Si les arbres des vies humaines s'ornaient en ce divin printemps des fruits qui viennent d'être mentionnés, l'éclat de la lumière de la justice illuminerait, sans aucun doute, tous les habitants de la terre, et chacun d'eux vivrait dans la tranquillité et le contentement à l'ombre protectrice de celui qui est la raison d'être de toute l'humanité.
L'eau pour ces arbres est l'eau vivifiante des paroles sacrées prononcées par le Bien-Aimé du monde. De tels arbres sont plantés en un instant, et l'instant suivant, leurs branches atteignent le ciel grâce aux ondées de la miséricorde divine. Un arbre desséché, par contre, n'a jamais été et ne sera jamais digne d'être mentionné.
Heureux le fidèle qui est revêtu de l'habit de l'effort soutenu et qui s'est levé pour servir cette cause. Une telle âme a en vérité atteint le but désiré et appréhendé la raison pour laquelle elle a été créée.
Mais, des myriades de fois hélas pour les entêtés qui sont comme des feuilles desséchées tombées dans la poussière ! Bientôt des rafales mortelles les emporteront vers le lieu qui leur est réservé.
Ignorants ils arrivèrent, ignorants ils perdirent leur temps, et ignorants ils se retirèrent dans leurs demeures.
Le monde proclame sans cesse ces mots: Attention ! je suis éphémère, ainsi que toutes mes apparences et mes couleurs extérieures. Prenez garde aux changements et aux hasards combinés en moi, et soyez tirés de votre torpeur. Il n'y a cependant aucun oeil pénétrant pour voir, aucune oreille attentive pour entendre.
En ce jour, l'oreille spirituelle s'exclame et dit: En réalité, tout est bien pour moi, aujourd'hui est mon jour, puisque la voix de Dieu appelle à voix haute. Et l'essence de la vision s'exclame: Je suis bénie, voici mon jour, car la Beauté antique luit, resplendissante, au-dessus de l'horizon très exalté.
Il appartient au peuple de Bahá d'invoquer et de supplier le Seigneur des noms afin que, par bonheur, les peuples du monde ne puissent être privés des effusions de grâce pendant ses jours.
Naguère, les théologiens sont restés perplexes au sujet de la question suivante, question que celui qui est la Vérité souveraine leur a entendu poser à maintes reprises pendant les premières années de sa vie: Quelle est cette parole que prononcera le Qá'im et qui mettra en fuite les chefs religieux ? Dis: Cette parole est maintenant rendue manifeste et vous vous êtes enfuis avant de l'entendre, quoique vous ne la perceviez pas encore.
Et cette parole bénie, cachée, dissimulée et précieuse est la suivante: "IL" est à présent apparu sous l'habit du "JE". Celui qui était caché aux yeux des mortels s'exclame: Voyez ! Je suis le Très-Manifeste. Voici la parole qui a fait trembler les membres des incroyants.
Que Dieu soit glorifié ! Toutes les Ecritures célestes du passé attestent la grandeur de ce jour, la grandeur de cette Manifestation, la grandeur de ses signes, la grandeur de sa parole, la grandeur de sa constance, la grandeur de son rang prééminent. Et pourtant, malgré tout cela, les gens sont restés insouciants et ils s'en sont séparés comme par un voile.
En réalité, tous les prophètes ont aspiré à ce jour. David dit: Qui m'amènera à la ville forte ? Par ville forte, on entend Akká. Ses fortifications sont très solides et cet Opprimé est retenu prisonnier entre ses murs. De même, il est révélé dans le Qur'án: Amène ton peuple de l'obscurité à la lumière et annonce-lui les jours de Dieu.
La plupart des Ecritures et des livres célestes ont fait clairement mention de la gloire dont ce jour est investi. Cependant les théologiens de l'époque ont privé les hommes de ce rang transcendant et les ont retenus loin de ce Pinacle de gloire, de ce But suprême.
Béni sois-tu, car l'obscurité des vaines imaginations n'a pu te priver de la lumière de la certitude, et les attaques des hommes n'ont pas réussi à te détourner du Seigneur de l'humanité. Apprécie la valeur de ce rang élevé et implore Dieu - exaltée soit sa gloire - de te permettre par sa grâce de le sauvegarder.
Une souveraineté impérissable a toujours été le domaine exclusif du seul vrai Dieu et de ses aimés, et elle continuera de leur appartenir à tout jamais.
Que la gloire apparue à l'horizon de l'éternité repose sur toi et sur ceux qui ont fermement saisi la corde de Dieu que nul ne peut rompre.

;===================================================
Chapitre: EXT 19. "Celui qui conduit à la vraie victoire est arrivé..."

Celui qui conduit à la vraie victoire est arrivé. Par la justice de Dieu ! Il est tout à fait capable de révolutionner le monde par le pouvoir d'un simple mot. Ayant recommandé la sagesse à tous les hommes, il a lui-même fait preuve de patience et de résignation.
Les mottes d'argile du monde se sont mises en route pour rendre visite à l'admirable, la lumineuse cité pourpre de Dieu, tandis que certains émissaires de Perse fomentent secrètement le mal, bien que, en apparence, ils prétendent être doux et soumis.
Par Dieu ! Quand cette sournoiserie qui afflige le monde sera-t-elle transformée en sincérité ? Les exhortations de Dieu, le Vrai, ont conquis le monde, mais, jusqu'à présent, leur influence n'a pas encore été dévoilée.
Les actes inconvenants des hommes les ont retenus loin de Lui. Nous implorons Dieu - qu'Il soit exalté et glorifié - de faire tomber des nuages de la grâce divine la pluie abondante de sa bonté sur tous ses serviteurs. En vérité, Il a pouvoir sur toutes choses.
O Alí Haydar ! O toi qui t'es levé pour servir ma cause et qui t'es engagé à magnifier la louange de Dieu, le Seigneur du trône puissant !
Il est tout à fait clair et évident aux symboles de la justice et aux interprètes de l'équité que cet Opprimé, fort du pouvoir transcendant du royaume, cherche à supprimer du sein des peuples et des tribus de la terre toute trace de désordre, de discorde, de dissension, de différends ou de divisions; et ce n'est pour nulle autre raison que pour cette grande, cette importante mission qu'il a été à de multiples reprises jeté en prison et que pendant bien des jours et des nuits il a été soumis aux chaînes et aux fers.
Bénis ceux qui jugent cette cause invincible, cette glorieuse nouvelle avec équité et droiture.

;===================================================
Chapitre: EXT 20. "Voici une Tablette envoyée par le Seigneur de miséricorde..."

Voici une Tablette envoyée par le Seigneur de miséricorde pour permettre aux peuples du monde de s'approcher de cet Océan qui a surgi par le pouvoir de son auguste Nom.
Parmi les hommes, il y a ceux qui se sont détournés de Lui et qui ont nié ses preuves, alors que d'autres, à la gloire de son Nom qui anime toutes choses créées, se sont désaltérés du vin de la certitude.
Ils ont beaucoup perdu, en réalité, ceux qui ont prêté l'oreille au croassement du corbeau, et qui ont refusé d'écouter le doux roucoulement de l'Oiseau du paradis chantant sur les rameaux de l'arbre d'éternité: En vérité, il n'y a pas d'autre Dieu que moi, l'Omniscient, le Très-Sage.
Voici le jour que les splendeurs de la lumière de notre face ont illuminé - jour autour duquel tous les jours et toutes les nuits gravitent en adoration. Béni est l'homme éclairé qui l'a perçu et l'assoiffé qui s'est désaltéré à cette source lumineuse.
Béni l'homme qui reconnaît la vérité, s'efforçant de tout coeur de servir la cause de son Seigneur, le Puissant.
O serviteur qui as fixé ton regard sur Notre visage ! Ecoute la voix de ton Seigneur, le Très-Glorieux, qui, de l'aurore de grandeur et de majesté, appelle à haute voix.
En vérité, son appel te rapprochera du royaume de gloire et te fera chanter sa louange de manière telle que chaque chose créée en sera extasiée et que sa gloire en sera magnifiée de façon à influencer la création tout entière. Ton Seigneur est vraiment le Protecteur, le Miséricordieux, le Bien-Informé.
Rassemble les amis de Dieu en ce pays et fais-leur connaître Notre souvenir incomparable. Nous avons révélé pour eux une Tablette d'où le parfum du Très-Miséricordieux s'est répandu sur le royaume de l'existence, afin qu'ils se réjouissent d'une joie extrême et demeurent fermes dans cette cause merveilleuse.
En prison, Nous avons révélé un Livre que Nous avons intitulé Le Livre le plus saint. Nous y avons décrété des lois et Nous l'avons orné des commandements de ton Seigneur qui a autorité sur tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre.
Dis: Saisissez-le, ô peuples, et observez ce qui y a été envoyé parmi les préceptes remarquables de votre Seigneur, le Clément, le Bienfaisant.
Ceci vous profitera en vérité dans ce monde et dans l'autre, et vous purifiera de tout ce qui ne vous convient pas. Il est, en fait, l'Ordonnateur, l'Interprète, Celui qui donne, le Généreux, le Très-Loué, le Gracieux.
Grande est ta bénédiction, car tu as été fidèle à l'alliance de Dieu et à son testament, et tu as été honoré par cette Tablette grâce à laquelle ton nom est inscrit dans Notre Tablette soigneusement conservée.
Consacre-toi au service de la cause de ton Seigneur, chéris son souvenir dans ton coeur et célèbre sa louange afin que tous les rebelles et tous les insouciants puissent être tirés de leur sommeil.
Ainsi avons-Nous daigné t'accorder un signe de faveur émanant de Notre présence; et je suis, en vérité, le Clément, le Très-Miséricordieux.

;===================================================
Chapitre: EXT 21. "Nous désirons parler de celui qui a tourné son visage vers Nous..."

Nous désirons parler de celui qui a tourné son visage vers Nous et le laisser une nouvelle fois boire à longs traits les eaux vivifiantes de Notre gracieuse providence afin qu'il puisse s'approcher de Notre horizon, être vêtu de nos attributs, s'élever dans Notre atmosphère, être confirmé dans ce qui rendra manifeste la sainteté de Notre cause parmi Notre peuple, et célébrer Notre louange d'une manière qui fera se hâter toute âme hésitante, s'envoler toute créature immobile, se consumer toute carcasse mortelle, qui fera reprendre vie à tout coeur glacé et revigorera tout esprit découragé. C'est ce qui incombe à celui qui a tourné son visage vers le Nôtre, qui a pénétré à l'ombre de Notre tendre bonté et reçu nos versets qui se sont répandus dans le monde entier.
O Alí ! Celui qui est l'Aurore de la révélation divine t'appelle par l'entremise de cette parole merveilleuse. Par la justice de Dieu ! Si tu étais là devant Notre trône et que tu écoutais la Langue de puissance et de grandeur, tu frémirais sous le charme de sa voix et tu sacrifierais ton corps, ton âme, ton être tout entier par amour pour Dieu, le Souverain, le Protecteur, l'Omniscient, le Très-Sage, à tel point qu'aucune plume ne pourrait rendre compte de ton rang et que tout orateur éloquent échouerait dans ses tentatives pour le décrire.
Médite un instant sur cette révélation et sur sa souveraineté invincible; aide-la ensuite, comme il convient à ton Seigneur, le Gracieux, le Très-Bienfaisant. Dirige les hommes vers l'Aurore de gloire.
En vérité, Il est celui qui est établi sur son trône puissant. Grâce à Lui, l'horizon de cette prison est devenu resplendissant et tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ont été illuminés par Lui.
Nous avons daigné mentionner ton nom par le passé ainsi que dans cette gracieuse Tablette afin que tu puisses une fois encore inhaler le doux parfum du Très-Miséricordieux. Ceci n'est rien d'autre qu'un signe de Notre faveur pour toi. Rends grâce à ton Seigneur, le Très-Bienfaisant, Celui qui voit tout.
Ne t'afflige pas si les hommes n'arrivent pas à saisir la vérité. Bientôt tu les verras se tourner vers Dieu, le Seigneur de l'humanité. Nous avons en réalité, par la puissance de la parole très sublime, enveloppé le monde entier, et le moment approche où Dieu aura soumis les coeurs de tous ceux qui vivent sur terre. Il est, en vérité, l'Omnipotent, le Tout-Puissant.
De ce pays, nous nous souvenons aussi de ton frère afin qu'il se réjouisse d'avoir été mentionné et qu'il soit parmi ceux qui réfléchissent.
O ami ! Le Bien-Aimé t'appelle de sa très grande prison et t'exhorte à respecter ce que Notre Plume exaltée a révélé dans Notre Livre le plus saint afin que tu puisses t'y accrocher avec une résolution et un pouvoir tels qu'ils émanent de moi; et en vérité, je suis l'Ordonnateur, le Très-Sage.
Grande est en fait votre bénédiction, car sa grâce infaillible vous a été accordée et vous avez reçu son aide pour reconnaître cette cause - une cause dont la puissance a fait se replier les cieux et tomber en poussière toute montagne élevée et majestueuse.
En outre, dans notre grâce illimitée, nous mentionnons également votre mère qui a eu le privilège de reconnaître Dieu. De ce glorieux rang, nous lui envoyons nos salutations.
Nous nous souvenons de chacun d'entre vous, hommes et femmes, et, depuis ce lieu - scène de gloire incomparable -, nous vous considérons comme une seule âme et nous vous envoyons la bonne nouvelle des bénédictions divines qui ont précédé toute chose créée et de notre souvenir qui s'étend à chacun, jeune ou vieux.
La gloire de Dieu repose sur vous, ô peuple de Bahá. Réjouissez-vous d'une joie intense par Notre souvenir, car il est en réalité en tout temps avec vous.

;===================================================
Chapitre: EXT 22. "Prête l'oreille à ce que l'Esprit t'a annoncé pendant les jours de Dieu..."

Prête l'oreille à ce que l'Esprit t'a annoncé pendant les jours de Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même, afin que son appel puisse t'attirer vers le sommet de la gloire transcendante et te rapprocher du rang où tu verras ton être tout entier s'embraser du feu de l'amour de Dieu d'une manière telle que ni l'ascendance des dirigeants ni les murmures de leurs vassaux ne pourront l'éteindre, et que tu te lèveras parmi les peuples du monde pour célébrer la louange de ton Seigneur, le Possesseur des noms. Voici ce qui te convient en ce jour.
Nous te raconterons ce qui s'est passé autrefois afin que tu puisses percevoir la douceur de cette parole et prendre conscience d'événements survenus dans le passé. En vérité, ton Seigneur est Celui qui admoneste, le Gracieux, le Bien-Aimé.
Rappelle-toi les jours où celui qui conversa avec Dieu soignait, dans le désert, les moutons de Jethro, son beau-père. Il entendit la voix du Seigneur de l'humanité sortir du buisson ardent qui s'était élevé au-dessus de la Terre sainte, s'exclamant: O Moïse ! En vérité, je suis Dieu, ton Seigneur et le Seigneur de tes ancêtres, Abraham, Isaac et Jacob. Il fut tellement transporté par la mélodie captivante de cette voix qu'il se détacha du monde et prit la route vers le pharaon et son peuple, investi du pouvoir de ton Seigneur qui exerce sa souveraineté sur tout ce qui a été et sera.
Les peuples du monde entendent maintenant ce que Moïse entendit, mais ils ne comprennent pas.
Dis: Je le jure par la justice de Dieu ! Bientôt le faste des ministres d'Etat et le pouvoir des dirigeants s'évanouiront, les palais des monarques seront déserts et les imposantes constructions des empereurs réduites en poussière, mais, ce qui durera, c'est ce que Nous avons prévu pour vous dans le royaume.
Il vous appartient, ô peuples, de consentir les plus grands efforts pour que vos noms soient mentionnés devant le trône et pour que vous puissiez produire ce qui immortalisera votre souvenir à travers l'éternité de Dieu, le Seigneur de tous les êtres.
Rappelle-moi au bon souvenir des aimés de ce pays, transmets-leur mes salutations et réjouis leur coeur par la nouvelle de ce qui a été révélé pour eux depuis ce rang glorieux.
Dis: Prenez garde que la puissance écrasante des oppresseurs ne vous effraie. Le jour approche où chaque emblème de vaine gloire aura été réduit à néant; alors vous contemplerez la souveraineté invincible de votre Seigneur régnant sur toutes choses, visibles et invisibles.
Prenez garde que les voiles ne vous privent des effusions de sa bonté en ce jour. Rejetez les choses qui vous retiennent loin de Dieu et persévérez sur ce chemin qui s'étend au loin. Nous ne désirons rien d'autre pour vous que ce qui vous sera bénéfique, comme l'indique sa Tablette préservée.
Nous pensons souvent à nos aimés; Nous les avons cependant trouvés dépourvus de ce dont ils sont dignes à la cour de la faveur de leur Seigneur, le Gracieux, le Clément, hormis ceux que Dieu désire préserver. En vérité, Il a le pouvoir de faire ce qu'Il veut. Il donne et reprend. Il est en réalité la Vérité éternelle, Celui qui connaît les choses invisibles.
O bien-aimés du Très-Miséricordieux, saisissez le calice de la vie éternelle tendu par la main des bienfaisantes faveurs de votre Seigneur, le Possesseur de la création tout entière, et puis buvez-y à longs traits.
Je le jure par Dieu, cela vous ravira tant que vous vous lèverez pour magnifier son nom et proclamer sa parole parmi les peuples de la terre et que vous conquerrez les cités des coeurs des hommes au nom de votre Seigneur, le Tout-Puissant, le Très-Loué.
Nous annonçons en outre à tous la bonne nouvelle se rapportant à ce que Nous avons révélé dans Notre Livre le plus saint - Livre à l'horizon duquel le soleil de nos commandements brille sur chaque observateur et sur chaque personne observée. Saisissez-le fermement et accomplissez ce qui y a été révélé. En réalité, ceci est meilleur pour vous que tout ce qui a été créé dans le monde, si seulement vous le saviez.
Prenez garde que les choses éphémères de la vie vous empêchent de vous tourner vers Dieu, le Vrai. Méditez en votre coeur sur le monde, ses conflits et ses changements, afin que vous puissiez discerner ses valeurs et le rang de ceux qui ont fixé leur coeur sur lui et qui se sont détournés de ce qui a été envoyé dans Notre Tablette préservée.
Ainsi avons-Nous révélé ces versets sacrés et te les avons-Nous envoyés afin que tu te lèves pour glorifier le nom de Dieu, le Secours dans le péril, Celui qui subsiste par Lui-même. Que la gloire de Dieu soit sur toi et sur ceux qui ont partagé ce vin choisi et scellé.

;===================================================
Chapitre: EXT 23. "Cet Opprimé a lu attentivement ta lettre dans la très grande prison..."

Cet Opprimé a lu attentivement ta lettre dans la très grande prison et est informé de ta recherche au sujet des commandements de Dieu concernant la résurrection et les moyens d'existence. Tu as bien fait de poser ces questions, car le bénéfice en sera acquis par toi aussi bien que par d'autres serviteurs de Dieu, de façon à la fois apparente et intime. En vérité, ton Seigneur connaît toutes choses et répond avec plaisir à l'appel.
La raison suprême pour laquelle le monde et tout ce qui s'y trouve a été créé est que l'homme connaisse Dieu.
En ce jour, quiconque est guidé par le parfum du vêtement de sa miséricorde - afin d'être admis dans la demeure antique, qui est le rang de la reconnaissance de la Source des commandements divins et l'Aurore de sa révélation - a touché à jamais au bien souverain.
Etant arrivé à ce rang élevé, une double obligation repose sur chaque âme. L'une est d'être inébranlable dans la cause avec une telle fermeté que si tous les peuples du monde devaient essayer de l'empêcher de se tourner vers la Source de la révélation, ils seraient impuissants à le faire. L'autre est d'observer les ordonnances divines qui ont coulé de la Source de sa Plume, par le ciel animée.
Car la connaissance que l'homme a de Dieu ne peut se développer de façon complète et convenable que s'il observe tout ce qu'Il a ordonné et tout ce qui est exposé dans son Livre céleste.
Il y a un an, le Livre le plus saint fut envoyé du firmament de la bonté du Seigneur des noms. Si Dieu le veut, tu pourras, par sa grâce, accomplir ce qui y a été révélé.
En ce qui concerne les moyens d'existence, tu devrais t'engager dans une activité, tout en gardant ton entière confiance en Dieu. Il fera descendre assurément sur toi, du ciel de sa faveur, ce qui t'est destiné. Il est, en vérité, le Dieu de puissance et de pouvoir.
Rends grâce à Dieu de ce que ta lettre ait atteint la présence de ce prisonnier et que, du siège de l'autorité divine, la réponse ait été révélée et qu'elle te soit envoyée. C'est là une bénédiction accordée par Dieu. Bien que cela ne soit pas évident pour l'instant, cela le deviendra bientôt.
Il t'appartient de dire: Magnifié soit ton nom, ô Seigneur mon Dieu ! Je suis celui qui a tourné son visage vers toi, qui a placé toute sa confiance en toi.
Je t'implore, par ton nom qui a fait déferler l'océan de ta parole et souffler les brises de ta connaissance, de permettre que je sois gracieusement assisté pour servir ta cause et inspiré pour célébrer ton souvenir et ta louange. Envoie alors sur moi, du ciel de ta générosité, ce qui me protégera de tous sauf de toi et me profitera dans tous tes mondes. En vérité, tu es le Puissant, l'Inaccessible, le Suprême, Celui qui sait, le Sage.

==== FIN DU TEXTE ====
Les Tablettes de Bahá'u'lláh
Préface
Alors que sa mission touchait à sa fin, et après avoir formulé dans son Kitáb-i-Aqdas les lois fondamentales de sa dispensation, Bahá'u'lláh ajouta l'énoncé de certains préceptes et de certains principes qui sont au coeur même de sa foi, la réaffirmation de vérités qu'il avait précédemment proclamées, l'élaboration et l'explication de certaines lois qu'il avait déjà formulées, la révélation d'autres prophéties et de mises en garde ainsi que l'établissement d'ordonnances complémentaires visant à parfaire les dispositions de son très saint Livre. Tous ces éléments complémentaires étaient inscrits dans d'innombrables tablettes qu'il continua de révéler jusqu'aux derniers jours de sa vie... Ces tablettes - productions considérables et définitives de sa plume infatigable - se trouvent parmi les fruits de choix que son esprit a produits et marquent l'achèvement de son ministère qui dura quarante ans. Six des tablettes mentionnées ci-dessus et incluses dans ce volume furent, sur les instructions d'Abdu'l-Bahá, traduites en anglais et publiées en par la société de publication bahá'íe de Chicago (Bahá'í Publishing Society, Chicago). Ce volume est depuis longtemps épuisé, et son contenu n'est maintenant connu de la plupart des bahá'ís que par des extraits imprimés dans des compilations ou cités dans d'autres écrits. En outre, comme la traduction de Shoghi Effendi du texte sacré coulait de plus en plus facilement de sa plume, il devint évident que les traductions antérieures pouvaient très bien être améliorées tant au niveau de la précision que du style. La Maison Universelle de Justice a dès lors commandé ce volume qu'elle décrit comme une tentative supplémentaire de rendre, dans les termes anglais adéquats, la parole incomparable de Bahá'u'lláh. Chaque fois qu'une partie du texte a déjà été traduite par le Gardien, cette traduction est utilisée.
Références au Qur'án Dans les notes de bas de pages relatives au Qur'án, les súrihs ont été numérotées d'après l'original, alors que la numérotation des versets est celle qu'utilise Rodwell dans sa traduction et qui diffère parfois de la numérotation arabe.
GUIDE DE TRANSLITERATION ET DE PRONONCIATION DES NOMS ARABES OU PERSANS
La transcription des noms arabes ou persans que nous avons employée est celle recommandée par Shoghi Effendi pour les langues utilisant l'alphabet latin, afin d'assurer l'uniformité de l'orthographe des mots. L'adaptation de cette transcription à la prononciation française demande l'établissement préalable de quelques conventions faciles mentionnées ci-dessous: . Les lettres qui se prononcent de la même manière qu'en français: b, p, t, j, h,.h, d, r, z,.z, s,.s, t,.t, f, q, k, l, m, n, v. Certaines lettres en persan, bien que produisant le même son, s'orthographient de deux manières; afin de les identifier, on souligne l'une d'elles d'un point. . Les lettres dont le son est court : a Les lettres dont le son est long : á âme í île . Les lettres ou groupes de lettres qui produisent un son différent: th s de saint ch tch de tchèque kh entre g et r roulé: ghetto dh z de zéro zh je sh che .d z de zéro gh gd de Bagdad (non translitéré) g gué u o ú ou y ya ' équivalent du h aspiré ' petit silence séparant les syllabes Nous espérons qu'en raison de cet avantage le lecteur francophone fera volontiers l'effort de s'accoutumer à l'aspect nouveau de certains termes connus généralement sous une autre orthographe, notamment: Muhammad pour Mahomet, Qur'án pour Coran, Mihdí pour Mahdi, Haïfa pour Caïffa, Akká pour Saint-Jean-d'Acre, Tihrán pour Téhéran, Shaykh pour Cheikh, etc.

Holy-Writings.com v2.7 (213613) © 2005 - 2015 Emanuel V. Towfigh & Peter Hoerster | Imprint | Change Interface Language: DE EN