Read: cp_adhesion


-------------------------------------------
Source : www.bahai-biblio.org
-------------------------------------------

ADHESIONS EN MASSE

Extraits de lettres écrites par Shoghi Effendi ou de sa part

1. Et à présent, lorsque je regarde vers l'avenir, j'espère voir les amis, en tout temps, dans chaque pays, de chaque courant de pensée et dotés de leur propre individualité, se rallier volontairement et joyeusement à leurs centres d'activité locaux et surtout nationaux, soutenant et promouvant leurs intérêts dans une totale unanimité et une satisfaction complète, faisant preuve d'une parfaite compréhension, d'un enthousiasme sincère et d'une vigueur soutenue. C'est là, en vérité la seule joie et l'unique aspiration de ma vie, car c'est la source d'où jailliront toutes les bénédictions futures, la vaste fondation sur laquelle doit reposer, en fin de compte, la sécurité de l'édifice divin. Ne sommes-nous pas en droit d'espérer qu'à présente, enfin, l'aube d'un jour plus lumineux est en train de poindre sur notre cause bien aimée ?
(Lettre du 24 Septembre 1924, adressée par Shoghi Effendi aux bah'is d'Amérique et publiée dans Baha'i Administration ; Selected Messages 1922-1932, Wilmette, Baha'i Publishing Trust, 1974, p. 67)

2. Le travail accompli par votre petite famille pour propager la foi et insuffler son esprit divin parmi les personnes que vous rencontrez constitue un fait que ne saurait nier aucune personne familière à votre mode de vie...
Vous constaterez, en temps voulu, combien seront abondants les fruits de votre dévouement. Pour connaître les progrès accomplis par la cause, il ne suffit pas de dénombrer les âmes qui l'ont embrassée. Les résultats les plus importants de vos activité sont l'esprit qui est diffusé dans la vie de la communauté et la mesure dans laquelle les enseignements que nous proclamons deviennent partie intégrante de la conscience et de la croyance de ceux qui les entendent. En effet, c'est seulement lorsque cet esprit aura entièrement imprégné le monde que ses habitants commenceront à adhérer en grand nombre à la foi. Au début du printemps, seules germeront quelques graines exceptionnellement favorisées, mais lorsque la saison aura atteint sa plénitude et que l'atmosphère sera imprégnée de la vraie chaleur printanière, alors des multitudes de fleurs commenceront à apparaître et tout le flanc d'une colline fleurira soudainement. Nous sommes encore au stade où seules des âmes isolées sont éveillées, mais bientôt la saison battra son plein et nous verrons des populations entières et des nations adhérer à la vie spirituelle inspirée par Baha'u'llah.
(Lettre du 18 février 1932, adressée à un croyant de la part de Shoghi Effendi.)

3. ... il est convaincu qu'avec l'aide de Dieu, vous réussirez. il soutiendra certainement vos efforts et vous assistera dans l'accomplissement de la tâche qui vous attend. Toutefois, Dieu, nous viendra en aide si nous apportons notre contribution et si nous consentons des sacrifices dans la voie des progrès de sa foi. Nous devons ressentir la responsabilité qui pèse sur nos épaules, nous devons nous lever et l'assumer et, ensuite, attendre que pleuve sur nous la grâce divine.
(Lettre du 20 Décembre 1932, adressée à une assemblée spirituelle nationale de la part de Shoghi Effendi.)


4. Faut'il que l'humanité, déjà si tourmentée, soit affligée de tribulations plus sévères encore, avant que leur influence purificatrice puisse la préparer à entrer dans le royaume céleste qui doit s'établir sur la terre ? Faut'il que l'instauration d'une ère aussi unique, aussi vaste, aussi lumineuse de l'histoire humaine soit précédée d'une catastrophe telle, dans les affaires humaines, qu'elle rappelle, et même surpasse, l'effroyable effondrement de la civilisation romaine aux premiers siècles de l'ère chrétienne ? Faut'il qu'une série de convulsions profondes agite et secoue la race humaine avant que Baha'u'llah puisse trôner dans le coeur et la conscience des masses, avant que son ascendance indiscutable soit reconnue universellement, et que soit élevé et établi le noble édifice de son ordre mondial ?
(Lettre de Shoghi Effendi datée du 11 mars 1936, publiée dans L'Ordre mondial de Baha'u'llah : Lettres sélectionnées, Maison d'Editions Baha'ies, Bruxelles, 1993, p. 195 - 196.)

5. L'action inspirée par la confiance dans le triomphe ultime de la foi est, en vérité, essentielle à la concrétisation progressive et complète de vos espoirs concernant l'extension et la consolidation du mouvement dans votre pays. Puisse le Tout-Puissant inspirer à chacun d'entre vous le zèle, la détermination, et la foi nécessaires à l'exécution de sa volonté et à la proclamation de son message à ceux qui vivent dans votre pays et au-delà de ses frontières !
(Lettre du 11 mai 1934 adressée à un croyant de la part de Shoghi Effendi.)

6. Des annales de son histoire tumultueuse - dont chaque page dépeint une nouvelle crise, décrit une nouvelle calamité, fait le récit d'une vile trahison, est entachée du compte-rendu d'indicibles atrocités - émerge, claire et incontestable, la suprême vérité selon laquelle à chaque nouvelle vague d'hostilité à l'égard de la foi, qu'elle soit interne ou externe, correspond la libération providentielle d'une égale mesure d'effusion de grâce, qui soutient ses défenseurs, qui confond ses adversaires, et qui apporte une nouvel élan à sa progression; tandis que cet élan provoque à son tour, par ses manifestations, une nouvelle vague d'hostilité dans des milieux qui, jusque-là, ignoraient encore le défi de ses implications- ce surcroît d'hostilité étant accompagné d'une révélation encore plus impressionnante du pouvoir divin et d'une effusion plus abondante de grâce céleste qui, en permettant aux défenseurs de cette foi de remporter des victoires encore plus éclatantes, généreront des problèmes d'une portée encore plus vitale et susciteront des inimitiés plus terribles encore à l'encontre d'une cause qui, en fin de compte, ne peut résoudre ces problèmes et briser la résistance de ces ennemis que par un déploiement encore plus glorieux de son propre pouvoir.
La marche irrésistible de la foi de Baha'u'llah, vue sous cet éclairage, et propulsée par les influences stimulantes engendrées à la fois par sa force latente et par l'imprudence de ses ennemis, se transforme en une série de pulsations rythmiques, précipitées d'une part par les attaques féroces de ses adversaires et, de l'autre part, par les vibrations du pouvoir divin qui l'accélèrent, lui donnant un rythme toujours plus rapide, le long de ce parcours prédestiné, tracé pour elle par la main du Tout-Puissant.
(Post-scriptum de la main de Shoghi Effendi à une lettre du 12 août 1941, écrite de sa part. Dans Messages to America : Selected Letters and Cablegrams addressed to the Baha'is of North America, 1932-1946, Wilmette, Baha'i Publishing Committee, 1947 P. 51.)

7. Si les amis attendaient toujours d'être pleinement qualifiés pour accomplir une tâche spécifique, le travail de la cause resteraient presque au point mort ! Or, l'acte même qui consiste à tenter de servir, aussi indignes que nous puissions nous croire, attire les bénédictions divines et nous permet d'être mieux adaptés à notre tâche.
(Lettre du 4 mai 1942, écrite à un croyant de la part de Shoghi Effendi.)

8. L'on ne saurait trop souligner l'importance de l'unité entre les amis, car c'est seulement en manifestant la grandeur de leur amour et de leur patience les uns envers les autres qu'ils peuvent espérer attirer dans leurs rangs un grand nombre de personnes.
(Lettre du 2 août 1942, écrite à un croyant de la part de Shoghi Effendi.)

9. Il aspire à constater un degré plus élevé d'amour et d'unité parmi les amis, car c'est en cela que réside l'esprit qui doit animer leur vie communautaire. Tant que le monde ne verra pas en nous un insigne exemple, il n'embrassera pas la cause en masse, car il a besoin de voir les enseignements reflétés dans notre manière d'agir.
(Lettre du 13 mars 1944, adressée de part de Shoghi Effendi à une école d'hiver baha'ie.)

10. Tant que le public ne verra pas en la communauté baha'ie un véritable modèle en action, modèle supérieur à ce qu'il a déjà, il ne répondra pas en grand nombre à la foi.
(Lettre du 13 mars 1944, adressée à un croyant de la part de Shoghi Effendi.)

11. Chers monsieur et madame ... , vous possédez le don d'allumer dans les coeurs l'amour de Dieu. C'est à cet amour salutaire, chaleureux, incitant à la spiritualité, qu'aspire le monde aujourd'hui. Les baha'is ne réussiront jamais à attirer à la foi un grand nombre de personnes tant que celles-ci ne verront pas, dans leur vie individuelle et communautaire, des actes et une atmosphère qui témoignent de l'amour de Dieu.
(Lettre du 17 Février 1945, adressée à un croyant de la part de Shoghi Effendi.)

12. Par-dessus tout, le message salvateur de Baha'u'llah doit - au cours des premières années du deuxième siècle baha'i au moyen d'un ordre administratif qui fonctionne déjà correctement et dont les ramifications ont été étendues jusqu'aux quatre coins de l'hémisphère occidental - être porté, de manière vivante et systématique, à l'attention des multitudes noyées dans leurs peines et leurs misères et leur confusion. Une affirmation plus vigoureuse du défi des vérités de la foi ; une présentation plus convaincante de ses principes distinctifs ; un exposé plus exhaustif de la nature des buts et des réalisations de son système administratif naissant - en tant que noyau et modèle de son ordre futur - qui englobe la planète tout entière ; une association plus directe et plus étroite avec les principaux acteurs de la pensée publique, dont les activités et les buts sont proches des enseignements de Baha'u'llah, afin de démontrer l'universalité, la globalité, la générosité et le pouvoir dynamisant de son message divin ; un examen plus minutieux des voies et moyens par lesquels ses droits peuvent être revendiqués, ses diffamateurs et ses détracteurs réduits au silence, et ses institutions sauvegardées ; un effort plus résolu pour exploiter, aussi pleinement que possible, les talents et les compétences du commun des croyants dans le but de réaliser ses objectifs- telles sont les tâches suprêmes qui, au cours de ces années de transition et de bouleversement, se détachent et lancent un défi à tous les croyants américains. Les facilités fournies par la presse et par la radio doivent être utilisées à un degré sans précédent dans l'histoire baha'ie des Etats Unis. Les ressources combinées de la communauté baha'ie américaine, très enviée et exemplaire, doivent être mises au service de la promotion efficace de ces buts méritoires.
Des bénédictions, inespérées par leur portée et leur abondance, sont appelées à être accordées à ceux qui, en ces jours sombres mais féconds, se lèveront pour poursuivre ces nobles buts et pour hâter, par leurs actes, l'heure à laquelle pourra être inaugurée une phrase encore plus importante dans l'évolution d'un plan divin et planétaire.
(Post-scriptum de la main de Shoghi Effendi en annexe à une lettre du 29 mars 1945, adressée à une assemblée spirituelle nationale de la part de Shoghi Effendi.)

13. Il y a deux choses qui contribuent beaucoup à attirer plus rapidement à la foi un plus grand nombre de personnes : c'est, d'une part, la maturité des baha'is au sein de leurs communautés, communautés fonctionnant conformément aux lois baha'ies et dans le véritable esprit d'unité, et d'autre part, la désintégration de la société et les souffrances qui l'accompagneront. Lorsque les modèles anciens seront considérés comme désespérément inefficaces, l'humanité s'éveillera de son matérialisme et de sa léthargie spirituelle et embrassera la foi.
(Lettre du 3 Juillet 1948, adressée à un croyant de la part de Shoghi Effendi.)

14. Il n'y a rien, dans le passage tire de la tablette du Maître, à la page 681 du volume III de ses tablettes, qui puisse nous inciter à croire que, dès la fin de la construction du temple, le monde embrassera massivement la cause. Il le fera; ce temps viendra; nous espérons que ce sera bientôt, mais nous ne pouvons en fixer la date. Et une telle déclaration ne justifie certainement pas que les amis s'endorment sur leurs lauriers ! Bien au contraire, ils doivent préparer le terrain à l'accueil d'un grand nombre de nouveaux croyants, et cela tout particulièrement en leurs rangs. Qu'ils s'attachent davantage à améliorer leurs relations au sein de la communauté à devenir plus unis, plus instruits sur le plan spirituel, plus aptes à accomplir leurs tâches administratives, en préparation à l'enseignement et à l'accueil d'un plus grand nombre de nouveaux croyants.
(Lettre du 25 mars 1949, adressée à un croyant de la part de Shoghi Effendi.)

15. Sans un véritable esprit d'amour envers un Baha'u'llah, sa foi et ses institutions, ainsi que des baha'is les uns envers les autres, la cause ne pourra jamais vraiment attirer à elle un grand nombre de personnes. Ce ne sont pas des sermons et des règles que le monde attend, mais de l'amour et des actes.
(Lettre du 25 octobre 1949, adressée à un croyant de la part de Shogi Effendi.)

16. Bien que d'immenses progrès aient été accomplis aux Etats Unis au cours du dernier quart de siècle, il estime que les croyants doivent devenir toujours plus conscients du fait que c'est seulement dans la mesure où ils reflètent dans leurs vies les principes exaltés de la foi, qu'ils peuvent attirer les multitudes à la cause de Dieu.
(Lettre du 15 septembre 1951, adressée à une école Baha'ie de la part de Shoghi Effendi.)

17. Les communautés d'Amérique Latine sont encore au seuil de leur vie internationale baha'ie; il croit fermement qu'elles évolueront rapidement pour atteindre ce stade. Comparé au temps que les communautés nord-américaine, britannique et française ont mis à se développer et à s'étendre, leur croissance semble rapide comme l'éclair. A mesure que la foi se propage de par le monde, son rythme d'accélération s'accroît également, et la création de nouveaux centres en Afrique a, par un mystérieux cheminement, des répercussions spirituelles qui contribuent à la formation de nouveaux centres partout dans le monde.
(Lettre du 30 juin 1952, adressée à une assemblée spirituelle nationale de la part de Shoghi Effendi.)

18. Un tel flot continu de confirmations est absolument vital et revêt un caractère d'extrême urgence, car seul l'influx vivifiant de sang nouveau destiné à ranimer la communauté mondiale baha'ie peut sauvegarder les succès remportés, au prix de si grands sacrifices, en temps, en efforts et en ressources matérielles, dans les territoires vierges par les vaillants chevaliers de Baha'u'llah, dont le privilège est de constituer le fer de lance des bataillons d'assaut qui, sur divers fronts, dans des circonstances souvent contraires et extrêmement difficiles, rivalisent pour la conquête spirituelle des îles et des territoires qui ne sont pas encore rendus à la surface du globe.
De plus, ce flot annoncera et hâtera l'avènement du jour qui, selon la prophétie d'Abdu'l-Baha, verra l'entrée par groupes dans le monde baha'i des peuples de diverses races et nations - un jour qui, considéré dans sa perspective propre, sera le prélude à cette heure tant attendue où une conversion sur une grande échelle de la part de ces mêmes races et nations résultant directement d'une série d'événements importants et peut-être même de nature catastrophique, mais impossible à discerner encore, même faiblement, révolutionnera subitement le destin de la foi, ébranlera l'équilibre du monde et multipliera par mille le nombre de ses adeptes ainsi que la force matérielle et l'autorité spirituelle de la foi de Baha'u'llah.
(Lettre du 25 juin 1953, écrite par Shoghi Effendi et publiée dans Citadel of Faith : Messages to América 1947-1957, Wilmette, Baha'i Publishing Trust, 1980, P. 117.)

19. Aujourd'hui, c'est le reflux, cependant les baha'is savent qu'après les souffrances de l'humanité, la marée remontera avec des puissantes vagues de foi et de dévotion. Alors les gens adhéreront par groupes à la cause de Dieu, et la situation changera de tout au tout. Les baha'is perçoivent déjà cette nouvelle situation qui se substituera à l'ancienne, de même que, du sommet d'une montagne, l'on voit les premières lueurs de l'aube avant que d'autres s'en aperçoivent; et c'est à cela que doivent oeuvrer les baha'is.
(Lettre du 5 octobre 1953, adressée à un croyant de la part de Shoghi Effendi.)

20. Lorsque le véritable esprit de l'enseignement, qui exige de se dévouer totalement, de se consacrer à cette noble mission et de vivre pleinement sa vie sera concrétisé, non seulement par les individus mais aussi par les assemblées, alors la foi se propagera à pas de géant.
Lettre du 19 mars 1954, adressée à une assemblée spirituelle locale de la part de Shoghi Effendi.)

21. La croisade dans laquelle s'est embarquée l'armée du Seigneur des Armées avec tant d'allégresse et de confiance, se trouve aujourd'hui à un tournant important de l'histoire de son prodigieux déroulement. Trois années de magnifiques prouesses, accomplies pour propager la lumière d'une foi immortelle et infiniment précieuse et pour renforcer la structure de son ordre administratif, sont désormais derrière elle. Un esprit d'abnégation et de sacrifice personnel, si rare que seul l'esprit des "façonneurs de l'aube" d'un autre âge l'ont surpassé, à constamment animé ses participants, à titre individuel ou collectif, dans chaque région, dans chaque classe, de chaque sexe et de tout âge. Un trésor, d'une portée immense a été dépensé volontairement et avec amour, afin de garantir qu'elle se poursuive de manière systématique et efficace. Déjà quelques âmes héroïques ont soit bu la coupe du martyre, soit sacrifié leur vie, soit été soumises à diverses épreuves alors qu'elles combattaient pour la cause. Ses répercussions se sont propagées si loin qu'elles ont alarmé un élément non négligeable parmi les adversaires traditionnels et redoutables de ses défenseurs courageux et dévoués.
En vérité, à mesure qu'elle se développait, elle a suscité l'apparition de nouveaux adversaires visant à faire obstacle à sa marche en avant et à faire échouer ses desseins. Des signes prémonitoires peuvent déjà être discernés dans des régions lointaines, annonçant l'approche du jour où le monde adhérera massivement à ses principes, accomplissant ainsi les prédictions formulées il y a bien longtemps par le commandant suprême de ses forces.
(Lettre datée d'avril 1956, adressée par Shoghi Effendi à toutes les assemblées spirituelles nationales.)

22. Les progrès continus réalisés ces dernières années par les communautés baha'ies de Suisse et d'Italie, qui oeuvrent conjointement avec une fidélité et un dévouement exemplaires, à la propagation de la foi de Baha'u'llah, m'ont beaucoup encouragé et m'ont réjoui le coeur; elles ont, sans nul doute, accru l'admiration de leurs communautés soeurs par la manière dont elles s'acquittent de leurs tâches ardues et sacrées...
Toutefois, les progrès accomplis dans le domaine si important de l'enseignement ont été moins substantiels, et de loin inférieure fut l'accélération du processus vital des conversions individuelles pour lequel tout le mécanisme de l'ordre administratif a été originellement et si laborieusement édifié.
(Post-scriptum de la main de Shoghi Effendi à une lettre du 12 août 1957, adressée de sa part à une assemblée spirituelle nationale.)



Extraits de lettres écrites par la Maison Universelle de Justice ou de sa part

23. Lorsque les masses seront éveillées et qu'elles adhéreront à la foi de Dieu, un nouveau processus se mettra en marche et une nouvelle civilisation commencera à se développer. Considérez l'apparition du christianisme et de l'islam. Ces masses représentent le commun des mortels, ancré dans les traditions qui lui sont propres, mais réceptif à la nouvelle parole de Dieu par laquelle, lorsqu'il y fait écho, il sera progressivement influencé au point de transformer les êtres qui le rencontrent.

... Dans les pays où l'enseignement des masses a réussi, les baha'is ont consacré autant de temps et d'efforts dans les zones rurales que précédemment dans les villes et les bourgs. Les résultats obtenus montrent comme il est imprudent de se concentrer exclusivement sur une seule et même couche de la population. C'est pourquoi chacune des assemblées spirituelles nationales devrait équilibrer ses ressources et harmoniser ses efforts de manières telle que la foi de Dieu soit enseignée non seulement à ceux qui sont directement accessibles, mais aussi à toutes les couches de la société, si éloignées soient elles... .

Lorsqu'ils enseignent aux multitudes, les amis devraient veiller à ne pas mettre l'accent sur les aspects charitables et humanitaires de la foi, en tant que moyen de gagner des adeptes. L'expérience a montré que, lorsque l'on offre des installations telles qu'écoles, dispensaires, hôpitaux ou même des vêtements et de la nourriture aux personnes auxquelles est dispensé l'enseignement, de nombreuses complications surgissent. La principale motivation doit toujours être la réponse des hommes au message de Dieu et la reconnaissance de son messager...

Le développement et la consolidation sont des processus jumeaux qui doivent oeuvrer conjointement. Les amis ne doivent pas suspendre le développement au nom de la consolidation. Le fait d'approfondir les connaissances des nouveaux croyants engendre une profonde stimulation qui aboutit à accroître le développement. L'accueil de nouveaux croyants, d'autre part, crée un esprit nouveau au sein de la communauté et apporte un surcroît de ressources humaines potentielles qui renforcera le travail de consolidation.
(Lettre du 13 juillet 1964, adressée par la Maison Universelle de Justice à toutes les assemblées spirituelles nationales : voir Wellspring of Guidance : Messages 1963-1968,Wilmette, Baha'i Publishing Trust, 1976 p. 31-33.)


24. Le deuxième défi auquel nous sommes confrontés est d'intensifier l'enseignement à un niveau jamais atteint jusqu'ici, afin de réaliser cet "accroissement considérable" prévu par le Plan. Une participation universelle et un action constante nous permettront d'atteindre ce but. Chaque croyant a un rôle à jouer, et il est capable de le faire, car chaque âme en rencontre d'autres et, selon la promesse de Baha'u'llah, A quiconque se lève pour aider notre cause, Dieu accordera la victoire... La confusion qui règne dans le monde ne régresse pas, au contraire, elle s'accroît de jour en jour, et les hommes et les femmes perdent foi dans les remèdes humains. Ils commencent enfin à réaliser qu'il n'y a point de refuge, si ce n'est en Dieu. C'est le moment où jamais; le monde est désireux de recevoir le divin remède et en de nombreux endroits, il l'attend même impatiemment.
(Extrait du message de Ridvan 1965, adressé par la Maison Universelle de Justice aux Baha'is du monde.)


25. Ce fut grâce aux magnifiques victoires obtenues par les conversions sur une grande échelle, que la foi de Baha'u'llah est entrée dans une nouvelle phase de son développement et son établissement à travers le monde. Il est donc impératif que le processus d'enseignement des masses soit non seulement maintenu, mais accéléré. La structure du comité d'enseignement que peut adopter chaque assemblée spirituelle nationale pour garantir les meilleurs résultats dans le développement des activités d'enseignement est une question laissée entièrement à leur discrétion, mais elles doivent disposer d'une structure d'enseignement efficace, afin que les tâches soient exécutées avec promptitude et en conformité avec les principes administratifs de notre foi. Parmi les croyants natifs de chaque pays, l'on doit choisir des enseignants itinérants compétents et élaborer des projets d'enseignement...
Tandis que progressent ces activités vitales d'enseignement, chaque assemblée spirituelle nationale doit toujours garder à l'esprit que le développement et la consolidation sont des processus inséparables devant oeuvrer conjointement... S'assurer que la vie spirituelle du croyant est continuellement enrichie, que les communautés locales deviennent toujours plus conscientes de leurs devoirs collectifs, et que les institutions d'une administration en évolution fonctionnent efficacement, sont à cet effet des objectifs aussi importants que le fait d'aborder de nouveaux domaines et d'amener les foules à l'ombre de la cause.
(Lettre du 2 février 1966, adressée par la Maison Universelle de Justice à toutes les assemblées spirituelles nationales engagées dans des activités d'enseignement intensif.)


26. Le but suprême du travail d'enseignement, à l'heure actuelle, est de transmettre le message de Baha'u'llah à chaque couche de la société, à chaque milieu et à chaque secteur d'activité. Une réaction chaleureuse aux enseignements Baha'is sera constatée bien souvent dans les milieux les plus inattendus, aussi chaque réaction de ce genre devrait être rapidement mise à profit, car le succès remporté dans une région très réceptive entraîne une réaction dans celles qui, au premier abord, n'ont manifesté aucun intérêt.

La même présentation des enseignements ne captivera pas tout le monde; le mode d'expression et l'approche doivent être modifiés en fonction de l'attitude et des intérêts de l'interlocuteur. Une approche destinée à attirer tout le monde aura souvent pour résultat d'intéresser la couche intermédiaire, sans toucher les deux extrêmes. Aucun effort ne doit être épargné afin de garantir que la parole salvatrice de Dieu atteigne tout à la fois le riche et le pauvre, le savant et l'illettré, le vieux et le jeune, le dévot et l'athée, l'habitant des collines et des îles lointaines, celui des cités grouillantes, l'homme d'affaires des banlieues, le travailleur des taudis, l'homme des tribus nomades, l'agriculteur, l'étudiant universitaire; tous doivent être intentionnellement incorporés dans les plans de la communauté baha'ie.

Bien que les plans doivent être soigneusement élaborés et tous les moyens utiles adoptés afin de promouvoir ces activités, vos assemblées ne doivent jamais permettre à de tels plans d'éclipser l'éclatant vérité exposée dans les citations suivantes : c'est la pureté du coeur, le détachement, la droiture, le dévouement et l'amour de l'enseignant qui attirent les confirmations divines et qui le rendent capable, si ignorant soit-il du savoir de ce monde, de gagner à la cause de Dieu les coeurs de ses semblables.
(lettre du 31 Octobre 1967, adressée par la Maison Universelle de Justice à toutes les assemblées spirituelles nationales; voir Wellspring of Guidance, p. 124-125.)


27. Nous savons par Shoghi Effendi que deux grands processus sont en cours dans le monde : le grand Plan de Dieu, tumultueux dans sa progression, agissant à travers l'ensemble de l'humanité, arrachant les barrières qui font obstacle à l'unité mondiale et forgeant le genre humain en un corps unifié, dans le feu de la souffrance et de l'expérience et de l'expérience vécue. A l'heure voulue par Dieu, ce processus conduira à la moindre paix, à l'unification politique du monde. A ce moment-là, l'humanité pourra être comparée à un corps unifié mais sans vie. Le second processus, la tâche consistant à insuffler la vie à ce corps unifié - à créer l'unité et la spiritualité véritables, culminant dans la plus Grande Paix - incombe aux baha'is qui, munis d'instructions détaillées et de la direction divine qui leur est accordée en permanence, oeuvrent consciemment à édifier la structure du royaume de Dieu sur la terre, auquel ils convient leurs semblables, leur conférant ainsi la vie éternelle.
L'élaboration du grand Plan de Dieu se poursuit mystérieusement par des voies fixées par Lui seul, mais le plan mineur qu'Il nous a chargé d'accomplir, notre contribution à son grand dessein pour le salut de l'humanité, est clairement tracé. C'est à ce but que nous devons consacrer toute notre énergie, car il n'y a personne d'autre pour le faire.
(Lettre du 8 Décembre 1967, adressée par la Maison Universelle de Justice à un croyant ; voir Wellspring of Guidance, p. 133-134)


28. Partout où il existe une communauté baha'ie, grande ou petite, celle-ci doit se distinguer par son sens permanent de l'intégrité et de la foi, par ses normes élevées en matière de droiture, par sa libération totale de toute forme de préjugé, par l'esprit d'amour qui règne entre ses membres et par le tissu très serré de sa vie sociale. Le contraste frappant entre les normes de cette communauté et de celles de la société contemporaine suscitera inévitablement l'intérêt des êtres les plus éclairés et, à mesure que les ténèbres du monde se feront plus denses, la lumière de la vie baha'ie brillera toujours davantage jusqu'à ce que finalement son éclat attire les multitudes désabusées, les invitant à pénétrer dans le havre de l'alliance de Baha'u'llah, qui seul peut leur rapporter la paix, la justice et une vie ordonnée.
(Message d'Août 1968, adressé par la Maison Universelle de Justice à la Conférence de Palerme ; voir Messages from the Universal House of Justice, 1968-1973, Willmette, Baha'i Publishing Trust, 1976, p. 12).


29. Nous prenons note de ce que les nouvelles méthodes d'enseignement que vous avez développées, en atteignant les masses, ont considérablement influencé l'accomplissement de vos buts, et nous pressons les baha'is américains, tous sans exception, les nouveaux adeptes comme les croyants de longue date, de se lever, de placer leur confiance en Baha'u'llah et, armés de cette force suprême, de s'efforcer sans relâche 'atteindre les âmes en attente, tout en consolidant les succès remportés de haute lutte. Les méthodes nouvelles entraînent inévitablement à leur suite des critiques et des défis, aussi efficaces qu'elles puissent s'avérer être en fin de compte. L'affluence de tant de nouveaux adeptes est, en elle-même, un appel aux croyants aguerris pour qu'ils rejoignent les rangs de ceux qui servent dans ce domaine et qu'ils apportent, de tout leur coeur, leur savoir et leur expérience. Loins de se tenir à l'écart, les croyants américains sont invités, à présent plus que jamais, à saisir cette précieuse occasion qui leur est offerte, à se consulter dans la prière et à élargir le champ de leurs activités.
Les efforts visant à toucher les minorités devraient être intensifiés et étendus de manière, à inclure tous les groupes minoritaires tels que les indiens, les groupes hispanophones, les japonais et les chinois. En fait, toutes les couches de la société américaine doivent - et peuvent - être atteintes par le Message salvateur, si les croyants veulent bien se lever et marcher avec l'esprit qui est en train de conquérir les citadelles de Etats du Sud. Un tel programme, couplé comme il se doit avec une consolidation constante, peut effectivement être exécuté grâce à la participation universelle de tous les amoureux de Baha'u'llah.
(Message du 14 Février 1972, adressé par la Maison Universelle de Justice à l'Assemblée Spirituelle Nationale des baha'is des Etats-Unis, et publié dans Messages from the Universal House of Justice, 1968-1973, p. 85-86).


30. L'objectif vital du Plan de cinq ans est le renforcement et le développement des assemblées spirituelles locales. L'accomplissement de ce seul but contribuera à enrichir grandement la qualité de la vie baha'ie, à accroître la capacité de la foi à faire face aux adhésions par groupes qui ont déjà lieu actuellement et, par dessus tout, à démontrer la solidarité et la spécificité toujours plus grandes de la communauté baha'ie, attirant ainsi à la foi un nombre sans cesse croissant d'âmes réfléchies et offrant un refuge aux millions d'êtres désorientés et infortunés de l'ordre présent, spirituellement en faillite et moribond.
(Extrait du message de Naw-Ruz 1974, adressé par la Maison Universelle de Justice aux baha'is du monde.)


31. L'enseignement de la foi englobe de nombreuses et diverses activités, chacune d'elles est essentielle au succès et chacune d'elles renforce les autres...
C'est pourquoi le but de toutes les institutions et de tous les enseignants baha'is est d'aller continuellement de l'avant vers de nouvelles régions et de nouvelles couches de la société, et cela avec une telle conscience que, lorsque l'étincelle de la foi embrasera le coeur de ceux qui les écoutent, l'enseignement de ces nouveaux croyants se poursuive jusqu'à ce qu'ils puissent, et même après, assumer leurs responsabilités en tant que baha'is et participer à la fois à l'enseignement et aux travaux administratifs de la foi.
Il y a à présent de nombreuses régions du monde dans lesquelles des milliers de personnes ont accepté la foi si rapidement que les communautés baha'ies existantes n'ont pas été en mesure de consolider adéquatement ce développement. Dans ces régions, les personnes doivent être soutenues dans leurs efforts progressifs d'approfondissement de leur connaissance de la foi, et cela selon des plans très précis, afin que leurs communautés puissent, dès que possible, contribuer à renforcer grandement les travaux de la foi et commencer à manifester le modèle de vie baha'ie.
(Lettre du 25 mai 1975, adressée par la Maison Universelle de Justice à toutes les assemblées spirituelles nationales.)


32. Dans de nombreux pays, toutefois, on constate une grande réceptivité aux enseignements de la foi. Le défi, pour les baha'is, consiste à répondre à la quête de ces milliers d'âmes aussi rapidement que possible, en leur apportant la nourriture spirituelle qu'elles sollicitent, à les enrôler sous la bannière de Baha'u'llah, à les éduquer dans le modèle de vie qu'il a révélé, et à les guider dans l'élection des assemblées spirituelles locales qui, lorsqu'elles commenceront à fonctionner avec vigueur, uniront les amis au sein de communautés baha'ies fermement consolidées et qui deviendront des phares de la direction divine et des havres de paix pour l'humanité... .

Partout à travers le monde, le Plan de sept ans doit voir la réalisation des objectifs suivants :...

Le travail d'enseignement - qu'il soit organisé par des institutions de la foi ou qu'il soit le fruit d'initiatives individuelles - doit être activement poursuivi, afin d'accueillir un nombre toujours plus élevé de croyants, et d'amener ainsi de plus en plus de pays au stade des adhésions par groupes et, finalement, à celui des conversions en masse.

Ce travail d'enseignement doit comporter une consolidation à la fois rapide, complète et soutenue afin que toutes les victoire acquises soient sauvegardées, que le nombre des assemblées spirituelles locales s'accroisse et que les fondations de la cause soient renforcées.
(Message Naw-Ruz 1979 adressé par la Maison Universelle de Justice aux baha'is du monde.)


33. La foi de Dieu ne progresse pas à un rythme uniforme. Parfois, elle est comme la mer avançant à marée montante. Rencontrant un banc de sable, l'eau semble être retenue, mais, à la faveur d'une nouvelle vague, elle s'élance, inondant tout au-delà de l'obstacle qui l'avait arrêtée pour un temps. Si les amis persistent dans leurs efforts, l'effet cumulé d'années de travail se manifestera soudainement.
(Lettre du 27 Juillet 1980, adressée par la Maison Universelle de Justice à une assemblée spirituelle nationale.)


34. Le problème ... se pose le plus souvent dans des pays tels que ceux de l'Afrique, où se produisent les adhésion par groupes. Dans ces régions, il est relativement facile d'amener à la foi des groupes importants de nouveaux croyants, et c'est une expérience si passionnante que les enseignants en visite ont souvent tendance à faire ce choix plutôt que de participer au travail de consolidation... Cependant, il convient de souligner que, surtout s'ils sont chargés du travail de propagation de la foi, ils doivent garder à l'esprit le fait que la consolidation est un élément essentiel et inséparable de l'enseignement, et s'ils se rendent dans une région lointaine et accueillent de nouveaux croyants auxquels personne ne pourra rendre visite dans un proche avenir, ils pourraient bien rendre ainsi que mauvais service à ces personnes et à la foi elle-même. Le fait d'apporter aux gens ce glorieux message et, ensuite, de les laisser à leur sort, provoque déceptions et désillusions; ensuite, lorsqu'il devient possible de dispenser dans cette région une enseignement correctement préparé, les enseignants pourraient trouver ces personnes rebelles au message. L'enseignant qui fut le premier à négliger la consolidation, au lieu de semer et de cultiver les graines de la foi a, en quelque sorte, "immunisé" ces personnes contre le message divin et rendu encore plus ardu l'enseignement ultérieur.
(Lettre du 16 avril 1981, adressée de la part de la Maison Universelle de Justice à tous les comités continentaux de pionniers.)


35. La consolidation est une partie du travail d'enseignement aussi vitale que le développement. C'est cet aspect de l'enseignement qui aide les croyants à approfondir leur connaissance et leur compréhension des enseignements et qui attise la flamme de leur dévotion à l'égard de Baha'u'llah et de sa cause; ainsi, et de leur propre volonté, ils continueront le processus de leur développement spirituel, favoriseront les activités d'enseignement et renforceront le fonctionnement de leurs institutions administratives. Une consolidation adéquate est essentielle à la préservation de la santé spirituelle de la communauté, à la protection de ses intérêts, au maintien de sa bonne renommée et, finalement, à la poursuite du travail d'expansion lui-même.
(Lettre du 17 avril 1981, adressée de la part de la Maison Universelle de Justice à toutes les assemblées spirituelles nationales.)


36. Qui peut douter que nous entrons à présent dans une période d'évolution inimaginable et sans précédent dans la marche en avant du développement de la foi ?... . Nous savons que les victoires actuelles susciteront une opposition active, à laquelle la communauté mondiale baha'ie doit être préparée. Nous savons quels sont à présent les besoins principaux de la cause : un fort accroissement du nombre de ses adeptes et de ses ressources financières; un meilleur affermissement de sa vie communautaire et de l'autorité de ses institutions; un renforcement visible des caractéristiques d'unité dans l'amour, de la stabilité de la vie familiale, d'abandon des préjugés et rectitude du comportement - caractéristiques par lesquelles les baha'is doivent se distinguer des multitudes égarées et spirituellement en perdition qui les entourent. Assurément le temps n'est plus très éloignée où nous devrons, partout dans le monde, faire face à cette adhésion par groupes prédite par le Maître en prélude aux conversions en masse.
(Message du 27 décembre 1985, adressé par la Maison Universelle de Justice à la Conférence des Corps continentaux de conseillers.)


37. La Maison de Justice a pris connaissance avec beaucoup d'intérêt des circonstances qui ont suscité le nouvel élan motivant vos activités d'enseignement, elle a été heureuse d'apprendre que les croyants de ... participent davantage au travail d'enseignement. Cette tendance devrait par tous les moyens être encouragée par votre assemblée, celle-ci devrait faire tout ce qui est en son pouvoir pour garantir que le nombre croissant de croyants autochtones bénéficie d'un approfondissement dans les vérités de la foi et qu'ils soient encouragés à enseigner non seulement à l'aide des moyens qui se sont récemment offerts à eux, mais aussi par des approches diverses réalisables dans certaines régions du pays et parmi les différentes couches ... . de la société. Tandis qu'ils tirent le meilleur parti d'une méthode praticable dans une région particulière, les amis devraient se montrer ouverts à d'autres méthodes et ne pas s'en tenir aveuglément à faire partout la même chose. Si vous comprenez les avantages d'une telle souplesse, votre communauté grandira et s'affermira certainement.
(Lettre du 13 novembre 1986, adressé de la part de la Maison Universelle de Justice à une assemblée spirituelle nationale.)


38. Les conditions sont réunies pour un développement universel, rapide et de grande envergure de la cause de Dieu... D'une importance vitale, le travail d'enseignement, doit être poursuivi avec imagination, persistance, et dans un esprit de sacrifice, assurant ainsi l'adhésion d'un nombre toujours accru de nouveaux adeptes qui apporteront l'énergie, les ressources et la force spirituelle permettant à la cause bien-aimée de jouer dignement son rôle dans la rédemption de l'humanité.
(Message de Ridvan 1987, adressé par la Maison Universelle de Justice aux baha'is du monde.)


39. La foi progresse, non pas à un rythme uniforme, mais par vagues puissantes, précipitées par l'alternance de crises et de victoires. Dans un passage rédigé le 18 Juillet 1953, durant les tout premiers mois de la Croisade de dix ans, Shoghi Effendi, se référant au besoin vital d'assurer, à travers le travail d'enseignement, un flot continu de nouvelles recrues pour l'armée du Seigneur des armées, qui progresse lentement mais sûrement, déclarait que ce flot annoncera et hâtera l'avènement du jour qui, selon la prophétie d'Abdu'l-Baha, verra l'entrée par groupes dans le monde baha'i des peuples de diverses races et nations. Le monde baha'i a déjà vue ce jour en Afrique, dans le Pacifique, en Asie et en Amérique latine, et ce processus d'adhésions par groupes doit, dans le plan actuel, être intensifié et répandu dans d'autres pays car, comme le Gardien l'a déclaré dans la même lettre, il (ce jour) sera le prélude à cette heure tant attendue où une conversion sur une grande échelle de la part de ces mêmes races et nations, résultant directement d'une série d'événements importants et peut-être même de nature catastrophique, mais impossible à discerner encore même faiblement, révolutionnera subitement le destin de la foi, ébranlera l'équilibre du monde et multipliera par mille le nombre de ses adeptes, ainsi que la force matérielle et l'autorité spirituelle de la foi de Baha'u'llah. C'est le jour auquel nous devons nous préparer maintenant; c'est l'heure que nous sommes chargés de hâter.
(Lettre du 31 août 1987, adressée par la Maison Universelle de Justice aux baha'is du monde;)


40. Une faible clarté se diffuse maintenant à l'horizon du sombre tableau qui a obscurci la majeure partie de ce siècle. Celle-ci peut être discernée dans les tendances nouvelles qui animent les processus sociaux à l'oeuvre dans le monde, dans les preuves d'une marche accélérée vers la paix. Dans la foi de Dieu, elle se manifeste dans la force grandissante de l'ordre de Baha'u'llah, car sa bannière se hisse à des hauteurs plus majestueuses. C'est une force qui attire. Les médias accordent une attention grandissante à la communauté mondiale baha'ie; des auteurs attestent son existence dans un nombre croissant d'articles, de livres et de travaux de référence, et l'un d'eux, parmi les plus dignes d'estime, a récemment cité la foi comme la religion la plus largement diffusée après le christianisme. On note d'une façon de plus en plus apparente des signes d'intérêt toujours plus nombreux envers cette communauté, remarquables tant de la part de gouvernements que d'autorités civiles, de personnalités éminentes et d'organismes humanitaires.

Non seulement les lois et les principes de la communauté, son organisation et sa manière de vivre font l'objet d'études, mais on recherche également ses conseils et son aide active pour remédier aux problèmes sociaux et pour prendre en charge des activités humanitaires.
Une conséquence saisissante de ces développements favorables et conjoints est l'émergence d'un nouveau paradigme d'occasions propices devant conduire à une nouvelle croissance et à la consolidation de notre communauté mondiale. A tous les niveaux de la société, de nouvelles perspectives pour l'enseignement de la cause ont été déployées. Celles-ci sont confirmées par les premiers résultats découlant de nouvelles initiatives d'enseignement suscitées dans un certain nombre d'endroits, alors que de plus en plus de communautés nationales sont témoins du commencement de ce processus d'adhésions par groupes promis par le Maître bien-aimé et dont Shoghi Effendi a dit qu'il conduirait à la conversion en masse. Les possibilités immédiates qui résultent de cette situation providentielle ne peuvent que nous conduire à penser que cette expansion de la communauté du plus Grand Nom, dans une mesure jamais vécue par le passé, est en fait à la portée de la main.
L'étincelle qui déclencha cet intérêt grandissant pour la cause de Baha'u'llah fut la force d'âme héroïque et la patience des amis bien-aimés en Iran, qui conduisirent la communauté mondiale baha'ie à mener avec constance et de manière soigneusement orchestrée, un programme d'informations faisant appel à la conscience du monde. Cette vaste entreprise, impliquant la communauté tout entière agissant d'une manière unifiée par le moyen de son ordre administratif, fut accompagnée, dans d'autres sphères, par d'autres activités tout aussi vigoureuses et visibles qui ont été décrites en détail dans un autre document. En plus de cela, nous nous sentons tenus de mentionner qu'un résultat nouveau et important de ces efforts considérables est l'émergence d'une nouvelle étape dans les affaires extérieures de la cause; nouvelle étape caractérisée par une maturité remarquable des assemblées spirituelles nationales dans leurs relations en plein développement avec les organisations gouvernementales et non-gouvernementales, ainsi qu'avec le public en général... .
Mais le but suprême de toute activité baha'ie est l'enseignement. Tout ce qui a été fait ou sera fait tourne autour de cette activité centrale, la pierre angulaire principale de la fondation elle-même, dont dépendent tous les progrès de la cause. Le présent défi requiert d'enseigner sur une échelle et à un degré tel de qualité, de variété et d'intensité, qu'ils surpassent tous les efforts actuels. Voici le moment où nous devons agir de crainte d'en perdre l'occasion au milieu des brusques variations d'un monde frénétique. Il ne faut cependant pas s'imaginer que l'occasion favorable est le motif essentiel qui suscite ce sentiment d'urgence. Il existe une raison supérieure : le sort pitoyable de la plupart des hommes, plongés dans la souffrance et la détresse, affamés de justice, mais privés du discernement qui leur permettrait de voir Dieu de leur propres yeux ou d'entendre sa mélodie de leurs propres oreilles. Ils doivent être nourris. La capacité d'entrevoir le futur doit être restaurée là où l'espoir est perdu, la confiance doit être construite là où sévissent le doute et la confusion. Dans ce domaine comme dans d'autres, La Promesse de la paix mondiale est destinée à ouvrir la voie. Sa présentation aux dirigeants des gouvernements nationaux a été virtuellement achevée, son contenu doit être maintenant transmis, par tous les moyens possibles, en tous lieux, aux personnes appartenant à toutes les couches de la société. Ceci est aujourd'hui une partie nécessaire du travail d'enseignement, qui doit être poursuivie avec une vigueur soutenue.
L'enseignement est la nourriture de l'esprit; il apporte la vie aux âmes endormies et érige de nouveaux cieux et une nouvelle terre; il élève la bannière d'un monde unifié; il assure la victoire de l'alliance et apporte à ceux qui lui consacrent leur vie le bonheur suprême d'atteindre le bon plaisir de leur Seigneur.

Chaque croyant- homme, femme, adolescent et enfant - est appelé à entreprendre des actions de ce genre; c'est bien de l'initiative, de la volonté résolue de chacun d'enseigner et de servir, que dépend le succès de la communauté tout entière. Profondément enraciné dans la puissante alliance de Baha'u'llah, soutenu par la prière quotidienne et la lecture des saintes paroles, renforcé par une application constante à obtenir une compréhension plus profonde des enseignements divins, éclairé par un effort constant pour établir le rapport entre les enseignements et les problème du monde contemporain, nourri par l'observance des lois et des principes de son merveilleux ordre mondial, chaque individu peut atteindre à un niveau de succès plus grand dans l'enseignement. En somme, le triomphe ultime de la cause est assuré par une chose et une chose seulement ainsi que l'a souligné de manière si poignante Shoghi Effendi, c'est a dire la mesure dans laquelle notre vie intérieure et notre caractère personnel reflètent dans leurs nombreux aspects la splendeur de ces principes éternels proclamés par Baha'u'llah.
(Message de Ridvan 1988, adressé par la Maison Universelle de Justice aux Baha'is du monde.)


41. Nous avons pris note de vos préoccupations concernant la consolidation et l'"enseignement de masse". La notion d'enseignement de masse est plus facile à concevoir s'il est placé dans le contexte de l'"enseignement aux masses", qui implique de toucher toutes les couches sociales sur chaque continent et chaque île de la planète. Dans les pays en voie de développement, c'est habituellement parmi les classe les moins instruites que de larges fractions de la population sont devenues baha'ies. Plus récemment, en particulier sur le continent asiatique, nous avons pu constater que les jeunes des lycées et collèges ont été attirés à la foi en grand nombre. Ceci signifie cependant pas qu'il y ait un système d'enseignement particulier qui devrait être suivi par tous les croyants. Des cultures et des profils différents requièrent des méthodes d'approche différentes. Tout en profitant au maximum d'une méthode praticable dans une région déterminée, les amis devraient être ouverts à d'autres méthodes et ne pas insister aveuglément pour faire la même chose partout. Si les avantages d'une telle souplesse sont bien compris, la communauté de ... . . croîtra assurément en nombre et en force.
(Lettre du 11 août 1988 adressée à un croyant de la part de la Maison Universelle de Justice.)


42. Ce qui est nécessaire, c'est un sens de l'urgence en matière d'enseignement, ce qui signifie allumer l'étincelle de la foi et du dévouement dans le coeur des gens et l'attiser de telle sorte que ceux qui acceptent la foi deviennent ses fermes et ardents défenseurs. Inévitablement, certains parmi ceux qui sont attirés par le message et qui déclarent l'accepter s'écarteront ultérieurement de la cause - ceci est dans la nature de la réaction humaine à tous les enseignements - mais les baha'is devraient s'efforcer d'enseigner non seulement aussi intensément que possible, mais également aussi bien que possible.
(Lettre du 1er Novembre 1988, adressée à une assemblée spirituelle nationale de la part de la Maison Universelle de Justice.)


43. Le contre international d'enseignement en a conclu que les institutions baha'ies de... . paraissaient avoir trop misé sur de grands projets onéreux , impliquant la réussite de vastes campagnes de relations publiques et de proclamation. Certes, il s'agit là d'activités très utiles, mais il faut savoir que l'on ne peut s'attendre à ce qu'elles entraînent des déclarations en grand nombre. La clef de la conversion des gens à la foi, c'est l'action du baha'i qui individuellement transmet à des chercheurs l'étincelle de la foi, en répondant à leurs questions et en approfondissant leur compréhension des enseignements.
(Lettre du 9 février 1989, adressée à une assemblé spirituelle nationale de la part de la Maison Universelle de Justice.)


44. Le courant spirituel qui a exercé des influences si exaltantes à la Convention internationale baha'ie lors du dernier Ridvan s'est répandu dans la communauté mondiale tout entière, amenant ses membres, tant en Orient qu'en Occident, à accomplir dans le domaine de l'enseignement des prouesses et des réalisations comme jamais auparavant nous n'en avons connu en une seule année. Le grand nombre d'adhésions, à lui seul, confirme ce fait, car il a été rapporté que presque un demi million de nouveaux croyants ont été enregistrés. Les noms de ces régions très éloignées les unes des autres telles que l'Inde et le Liberia, la Bolivie et le Bangladesh, Taiwan et le Pérou, les Philippines et Haïti sont mis en évidence lorsque nous contemplons les preuves de l'adhésion par groupes qui s'accumulent depuis l'appel lancé, il y a un an, dans notre message. Ces démonstrations sont d'heureux présages de la plus grande accélération encore à venir et dans laquelle toutes les communautés nationales, quel que soit l'état actuel de leur effort d'enseignement, seront finalement impliquées.
Toutes ces conditions doivent être réunies - et le seront certainement - grâce au service auquel chaque membre consciencieux de la communauté de Baha se consacrera à nouveau, et particulièrement par son engagement personnel dans le travail d'enseignement. Ce travail est si fondamentalement important pour assurer le succès de toutes les entreprises baha'ies et pour favoriser le processus de l'adhésion par groupes que nous sommes amenés à mettre l'accent sur cette question. Il ne suffit pas de proclamer le message baha'i, si essentiel soit-il. Il ne suffit pas d'accroître le nombre des croyants déclarés, si vital que cela soit. Il faut transformer les âmes, ainsi les communautés seront consolidées et de nouveaux modes de vie seront réalisés. La transformation est le but essentiel de la cause de Baha'u'llah, mais elle réside dans la volonté et l'effort investis par chacun pour la mener à bien en étant fidèle à l'alliance. Pour progresser dans cette transformation, accomplissement de notre vie, il est nécessaire de connaître la volonté et le dessein de Dieu en lisant et en étudiant régulièrement la Sainte Parole.
Amis bien aimés : Les forces vives engendrées par les réalisations de l'année écoulée se reflètent non seulement dans les occasions d'une expansion significative de la cause, mais également dans la vaste étendue des défis - importants, insistants et variés - qui se sont alliés de telle manière qu'ils exigent plus de nos ressources spirituelles et matérielles qu'ils ne le firent jamais auparavant. Nous devons être préparés à les relever. A mi-chemin de ce Plan de six ans, nous avons atteint un moment historique, porteur d'espoirs et de possibilités - un moment où les tendances importantes dans le monde s'alignent plus étroitement sur les principes et les objectifs de la cause de Dieu. Il est, dès lors, terriblement urgent que notre communauté aille de l'avant pour accomplir sa mission universelle.
Notre première réponse doit être d'enseigner - de nous enseigner par nous-mêmes et d'enseigner les autres - à tous les échelons de la société, par tous les moyens possibles, et sans aucun délai.
(Message de Ridvan 1989, adressé par la Maison Universelle de Justice aux baha'is du monde.)


45. Durant les deux dernières années, près d'un million d'âmes sont entrées dans la cause. L'augmentation des adhésions par groupes, en différents endroits, contribue à cette croissance, rappelant la vision de Shoghi Effendi qui façonne notre perception des possibilités grandioses du futur dans le domaine de l'enseignement. N'affirma-t-il pas que le processus de l'entrée par groupes dans le monde baha'i des peuples de diverses races et nations... . sera le prélude à cette heure tant attendue où une conversion sur une grande échelle de la part de ces mêmes races et nations, résultant directement d'une série d'événements importants et peut-être même de nature catastrophique, mais impossible à discerner encore, même faiblement, révolutionnera subitement le destin de la foi, ébranlera l'équilibre du monde, et multipliera par mille le nombre de ses adeptes, ainsi que la force matérielle et l'autorité spirituelle de la foi de Baha'u'llah. Tout nous porte à croire que les adhésions sur une grande échelle se multiplieront, impliquant village après village, ville après ville, s'étendant d'un pays à un autre.

Il ne nous appartient pas, cependant, d'attendre passivement l'accomplissement final de la vision de Shoghi Effendi. Bien que nous soyons peu nombreux, nous devons progresser vers la victoire tenant en nos mains les plans élaborés, plaçant toute notre confiance dans la divine providence et considérant comme un privilège divin les défis auxquels nous sommes confrontés.
Un accroissement de nos réflexions et de nos actions dans certains aspects de notre travail augmenterait nos possibilités d'atteindre nos engagements susnommés. Puisque le changement, un changement toujours plus rapide, est une caractéristique constante de la vie à notre époque, et puisque notre croissance, notre envergure et nos relations externes exigent beaucoup de nous, notre communauté doit être prête à s'adapter. Dans un sens cela signifie que la communauté doit devenir plus apte à lancer des actions d'une grande diversité, sans pour autant perdre de vue les objectifs premiers de l'enseignement que sont l'expansion et la consolidation. Nous avons besoin d'une unité dans la diversité des actions entreprises, une condition qui permettra à différentes personnes de se concentrer sur des activités variées, augmentant l'effet salutaire de l'ensemble sur la croissance et le développement de la foi, parce qu'une seule personne ne peut tout faire et que tous ne peuvent faire la même chose. Cette compréhension est importante pour que la communauté atteigne la maturité qu'elle est tenue d'atteindre pour répondre aux nombreuses exigences auxquelles elle doit faire face.
L'ordre apporté par Baha'u'llah est destiné à guider les progrès de la société et à résoudre les problèmes auxquels elle est confrontée. Nous sommes encore trop peu nombreux pour démontrer adéquatement les potentialités inhérentes au système administratif que nous bâtissons, et son efficacité ne sera pas pleinement appréciée sans une importante augmentation de nos effectifs. Or, la situation mondiale actuelle nécessite de plus en plus une telle démonstration. Il est bien évident que même ceux qui critiquent les défauts du vieil ordre et qui sont même prêts à le détruire, manquent eux-mêmes d'une alternative viable pour le remplacer. Puisque l'ordre administratif est destiné à être le modèle de la société du futur, la vision d'un tel modèle sera un signe d'espoir pour ceux qui désespèrent. Jusqu'à présent, par le grand nombre de groupes ethniques représentés dans la foi, nous sommes parvenus à une merveilleuse diversité et tout devrait être mis en oeuvre pour renforcer encore cette diversité en recrutant plus de membres des groupes déjà représentés et en attirant des gens venant de groupes non encore touchés. Cependant, il nous faut bâtir une autre sorte de diversité, sans laquelle la cause ne pourra répondre adéquatement aux défis qui s'imposent à elle. Les adhésions, indépendamment de la diversité ethnique, doivent à présent inclure un nombre croissant de personnes capables, y compris des personnes accomplies et éminentes dans les différents secteurs des activités humaines. Gagner l'adhésion d'un nombre significatif de ces personnes est un aspect indispensable de l'enseignement aux masses, un aspect qui ne saurait être négligé plus longtemps et qui doit être consciemment et délibérément incorporé dans notre travail d'enseignement, afin d'en élargir la base et d'accélérer le processus des adhésions par groupes. La nécessité d'agir dans ce domaine est si importante et le moment si opportun que nous nous sentons poussés à faire appel aux Conseillers continentaux et aux assemblées spirituelles nationales pour qu'ils y consacrent toute leur attention pendant leurs consultations et dans leurs plans.
Les affaires de l'humanité sont arrivées à un point tel que, de plus en plus, on fera appel à notre communauté afin qu'elle aide, par ses conseils ou par des mesures pratiques, à résoudre des problèmes sociaux sévères. C'est un service que nous serons très heureux d'offrir, mais cela implique que nos assemblées spirituelles locales et nationales adhèrent plus scrupuleusement aux principes de la foi. Puisque l'attention du public se concentre de plus en plus sur la cause de Dieu, il devient impératif pour les institutions baha'ies d'améliorer leur efficacité par une plus étroite identification aux vérités fondamentales de la foi, par une plus stricte conformité à l'esprit et à la forme de l'administration baha'ie, tout en s'appuyant davantage sur les effets bénéfiques d'une consultation appropriée, afin que les communautés qu'elles guident reflètent une modèle de vie qui offrira l'espoir aux membres désabusés de la société.
Qu'il y ait des signes qui tendent à prouver que la moindre paix peut ne pas être loin; que les institutions nationales et locales de l'ordre administratif croissent régulièrement en expérience et en influence; que les plans pour la construction des bâtiments administratif restant à bâtir sur l'Arc sont très avancés - que ces conditions permettent de mieux discerner le synchronisme dynamique envisagé par Shoghi Effendi, un observateur honnête ne pourra le nier.
En tant que communauté nettement à l'avant garde des forces constructives à l'oeuvre sur la planète, qui a accès à une connaissance éprouvée, consacrons nous donc aux affaires de notre Père. De ses glorieuses retraites célestes. Il libérera de généreuses effusions de sa grâce sur nos humbles efforts, nous surprenant par les victoires incalculables de son pouvoir conquérant. C'est pour les bénédictions incessantes d'un tel Père que nous continuerons, de la part de chacun d'entre vous, à prier au seuil sacré.
(Message de Ridvan 1990, adressée par la Maison Universelle de Justice aux baha'is du monde.)


46. Par-dessus tout, il est essentiel que les amis soient convaincus qu'une nouvelle réceptivité est en train de naître dans le coeur des Européens, et que les graines qu'ils sèment à présent germeront. Ils doivent savoir que le temps vient où le nombre de leurs compatriotes qui acceptent la foi augmentera soudainement; ils doivent être prêts à accueillir ces nouveaux croyants, et impatients de le faire.
(Lettre du 12 septembre 1991, adressée à une assemblée spirituelle nationale de la part de la Maison Universelle de Justice.)


47. Tous ces développements ont rendu évident le fait que le potentiel accumulé pour les progrès futurs de la communauté baha'ie est incalculable. La situation changeante tant à l'intérieur des nations qu'entre elles et les nombreux problèmes qui affligent la société amplifient ce potentiel. L'impression produite par un tel changement est celle de l'avènement proche de la moindre paix. Mais il y a eu une recrudescence simultanée de forces compensatrices. La toute nouvelle vague de liberté politique, résultant de l'effondrement des bastions du communisme, a entraîné une explosion du nationalisme. La poussée concomitante du racisme dans bien des régions est devenue une sérieuse préoccupation mondiale. A cela se mêle une résurgence du fondamentalisme religieux qui empoisonne les sources de tolérance. Le terrorisme sévit partout. Une incertitude générale sur la situation économique indique un profond désordre dans la gestion des affaires matérielles de la planète, situation qui ne peut qu'exacerber le sentiment de frustration et d'impuissance qui affecte le monde politique. La détérioration de l'état de l'environnement et de la santé d'immenses populations est cause d'alarme. Et pourtant, un élément de ce changement est le progrès étonnant des technologies de la communication rendant possible la transmission rapide d'informations et d'idées d'un bout du monde à l'autre. C'est contre de tels processus simultanés d'ascension et de chute, d'intégration et de désintégration, d'ordre et de chaos, avec leurs réactions continues et réciproques, qu'une myriade de nouvelles occasions favorables pour l'étape suivante dans le déploiement du Plan divin du Maître bien-aimée se présentent.
L'influence croissante de la révélation de Baha'u'llah semble, avec l'imminence de l'Année sainte, avoir pris le caractère d'une bourrasque de vent soufflant sur les structures archaïques du vieil ordre, abattant de puissants piliers et dégageant le terrain pour de nouveaux concepts d'organisation sociale. L'appel à l'unité, à un nouvel ordre mondial, se fait entendre de toutes parts. Le changement dans la société mondiale est caractérisé par une vitesse phénoménale. Une particularité de ce changement est son aspect soudain, et précipité, qui semble être la conséquence d'une certaine force mystérieuse et effrénée. Les aspects positifs de ce changement révèlent une ouverture inhabituelle vers des concepts globaux, une mouvement vers une collaboration internationale et régionale, une inclination de partis opposés à opter pour des solutions pacifiques, une recherche des valeurs spirituelles. Même la communauté du plus Grand Nom fait aussi l'expérience des effets rigoureux de ce vent stimulant qui rafraîchit nos modes de pensées, renouvelant, clarifiant et amplifiant nos perspectives quant au but de l'ordre de Baha'u'llah qui veille au chevet d'une humanité souffrante et tourmentée.
La situation du monde, tout en nous présentant un défi intense d'une extrême urgence, rappelle à l'esprit la vision globale encourageante de Shogi Effendi pour l'avenir de l'ordre administratif durant le deuxième siècle de l'ère baha'ie, dont nous aurons bientôt parcouru la première moitié. En 1946, il écrivait : Le deuxième siècle est destiné à être le témoin d'un déploiement fabuleux et d'une consolidation remarquable des forces oeuvrant vers le développement mondial de cet ordre, ainsi que les premiers signes d'effervescence de cet ordre mondial, dont le système administratif actuel est à la fois le précurseur, le noyau et le modèle - un ordre qui, tout en se cristallisant et en irradiant son influence favorable sur la planète tout entière, proclamera à la fois l'âge adulte de toute l'espèce humaine ainsi que la maturité de la foi elle-même, la conceptrice de cet ordre.
(Message de Ridvan 1992, adressé par la Maison Universelle de Justice aux baha'is du monde.)


48. L'année du centenaire fut également une période au cours de laquelle la situation du monde dans son ensemble devint de plus en plus confuse et paradoxale : il y eût des signes simultanés d'ordre et de chaos, d'espérance et de frustration. Au milieu des méandres de l'état actuel des affaires mondiales - mais avec de tels sentiments d'émerveillement et de joie, de courage et de foi insufflés en nos coeurs par l'Année sainte - nous nous sommes, en ce Ridvan, en cette cent cinquantième année de notre foi, embarqués dans un Plan de trois ans. Sa brièveté est imposée par ces temps changeant si rapidement. Or l'objectif primordial du Plan est indispensable au futur de la cause et de l'humanité. C'est l'étape suivante dans le déploiement de la charte divine de l'enseignement, écrite par la plume du Centre de l'alliance. Le Plan donnera la mesure de notre détermination à répondre aux considérables occasions qui se présentent en cette période critique de l'évolution sociale de la planète. A travers la poursuite résolue de ses objectifs définis et la réalisation complète de ses buts, ainsi qu'il convient aux conditions prévalant dans chaque communauté nationale, le chemin s'éclaircira pour une projection plus adaptée du rôle de la foi face aux défis inévitables auxquels toute l'humanité est confrontée en cette fin de vingtième siècle fugace et lourde de fatalité.
Une expansion d'une grande envergure de la communauté baha'ie doit être accomplie, bien au delà de tous les résultats du passé. La diffusion du message à l'ensemble de l'humanité, dans les villages, les villes et les métropoles doit être rapidement étendue. C'est là une nécessité cruciale, faute de quoi les institutions si laborieusement érigées de l'ordre administratif n'arriveront pas à se développer et à démontrer leur capacité inhérente à pourvoir aux besoins criants de l'humanité en son heure de désespoir grandissant. A cet égard, il faut comprendre à fond et mettre en relief la réciprocité de l'enseignement et de l'administration, car l'un renforce l'autre. Les problèmes de société qui affectent notre communauté et ceux qui apparaissent naturellement au sein de la communauté et ceux qui apparaissent naturellement au sein de la communauté elle-même - qu'ils soient d'ordre social, spirituel, économique ou administratif - seront résolus lorsque nous serons plus nombreux, que nos ressources se multiplieront, et lorsque à tous les niveaux de la communauté, les amis développeront la capacité, la volonté, le courage et la détermination d'obéir aux lois d'appliquer les principes et de gérer les affaires de la foi en accord avec les préceptes divins.
Le nouveau Plan gravite autour d'un triple thème : accroître la vitalité de la foi de chaque croyant, développer considérablement les ressources humaines de la cause, et stimuler le fonctionnement adéquat des institutions baha'ies locales et nationales. Ceci pour faire converger les conditions de succès alors que se poursuivent les multiples buts du Plan en cette époque de turbulences...
La formation des amis et les efforts qu'ils déploient, par une étude individuelle sérieuse - pour acquérir la connaissance de la foi, pour en appliquer les principes et en administrer les affaires - sont indispensables au développement des ressources humaines nécessaires aux progrès de la cause. Mais la connaissance seule ne suffit pas ; il est essentiel que la formation soit faite de manière à inspirer l'amour et le dévouement, à susciter la fermeté envers l'alliance, à presser chaque croyant de participer activement au travail de la cause et de prendre de sages initiatives pour la promotion de ses intérêts.

Des efforts particuliers pour attirer à la foi les gens capables feront aussi beaucoup pour contribuer aux ressources humaines si nécessaires en ce moment. De plus, ces efforts stimuleront et consolideront la capacité des assemblées spirituelles à s'acquitter de leurs lourdes responsabilités.
Le fonctionnement adéquat de ces institutions dépend largement des efforts de leurs membres pour se familiariser avec leurs tâches et pour adhérer scrupuleusement aux principes de la foi, dans leur comportement personnel et dans la manière dont ils assument leurs responsabilités officielles. D'une importance toute aussi pertinente est leur détermination à éliminer toute trace de désunion et de tendances sectaires entre eux, à développer leur faculté de gagner l'affection et le soutien des amis dont ils ont la charge et à impliquer le plus grand nombre possible de personnes dans les activités de la cause. En visant constamment à améliorer leur efficacité, les communautés qu'ils guident refléteront un mode de vie qui fera honneur à la foi et qui, par une heureuse conséquence, ravivera l'espérance parmi les membres toujours plus désillusionnés de l'humanité.
(Message de Ridvan 1993, adressée par la Maison Universelle de Justice aux baha'is du monde.)


49. Il est normal que vous soyez préoccupés par les méthodes d'enseignement qui font pression sur les personnes afin qu'elles déclarent leur foi en Baha'u'llah, ou qui enregistrent en tant que croyants des gens manifestement sans réelle connaissance de la foi ou de son message...
L'enseignement de la foi a toujours fait appel à la sagesse, au dévouement, à l'enthousiasme, à la pureté d'intention et à un discours éloquent. Comme les autres êtres humains, les baha'is ont tendance à se laisser aller aux extrêmes, et trop peu nombreux sont ceux qui apportent un juste équilibre à leur manière d'agir. Ceci est particulièrement vrai dans l'enseignement de la foi. A l'un des extrêmes, il y a ceux qui sont tellement embrasés par leur amour pour la foi et tellement conscients que les peuples ont un besoin désespéré de son message salvateur, qu'ils outrepassent les limites de la sagesse et de la discrétion pour s'égarer dans le domaine du prosélytisme. A l'autre extrême, il y a ceux qui sont si prudents dans leur manière d'aborder le public et si désireux de ne jamais susciter une réaction hostile qu'ils échouent à faire percevoir l'immense portée de la cause ou à convaincre leurs interlocuteurs; car, si le messager manque d'enthousiasme, comment peut'il le transmettre aux autres ? Le premier extrême conduit à une représentation erronée des enseignements et provoque des désillusions; le second extrême a pour résultat la stagnation de la communauté et son échec à accomplir sa mission essentielle, qui consiste à transmettre au monde ce message dispensateur de vie.
Sur ce point, comme pour tous les aspects des activité de la cause, la solution réside, dans une attitude patiente et tolérante des amis envers ceux dont les points faibles les préoccupent, et dans leurs efforts pour se rapprocher d'un équilibre approprié, par la consultation de leurs assemblées, tout en maintenant le rythme des activités et en canalisant l'enthousiasme des croyants.
Dans l'un de ses messages, publié dans l'ouvrage Wellspring of Guidance, p. 32, la Maison Universelle de Justice dispense le conseil suivant :
Ceux qui déclarent leur foi en Baha'u'llah devraient être enchantés par la beauté de ses enseignements et émus par son amour. Les nouveaux croyants n'ont pas besoin de connaître toutes les preuves, toute l'histoire, toutes les lois et tous les principes de la foi, mais lorsqu'ils se déclarent ils doivent, en plus de saisir son étincelle, s'informer quant à l'essentiel sur ses figures centrales ainsi que sur l'existence de lois qu'ils devront observer et d'une administration à laquelle ils devront obéir.

Dans le monde occidental, au cours des dernières décennies, les baha'is se sont habitués à penser que le processus par lequel une personne accepte la foi exige beaucoup de temps et qu'il est impensable qu'elle accepte consciemment Baha'u'llah quelques minutes après en avoir entendu parler. Il peut s'agir là du monde auquel ils se sont accoutumés, mais c'est loin d'être un modèle universel. Lorsque des gens acceptaient rapidement la foi, en Afrique et ailleurs dans le tiers monde, les baha'is d'Occident l'expliquaient parfois en disant que ces populations étaient moins éduquées et avaient moins d'idées sur la manière de tracer leur propre voie. Actuellement, le même processus se déroule dans les pays de l'ancien bloc de l'Est et des personnes très instruites acceptent la foi dès qu'ils en entendent parler, l'épousent avec enthousiasme et approfondissent rapidement leur compréhension de ses enseignements en lisant tous les ouvrages baha'is qu'ils peuvent se procurer. Ainsi, il est clair que la réceptivité à la vérité spirituelle est, comme l'indiquait Baha'u'llah, une question de pureté de coeur, et non d'éducation ou de manque d'éducation.
En Europe occidentale également, il y a des signes d'une plus grande réceptivité envers la foi et certaines personnes sont prêtes à se joindre à la communauté du plus Grand Nom si elles sont abordées de manière adéquate. Dans de tels cas, lorsqu'une personne entend le message de Baha'u'llah et se sent poussée à déclarer sa foi, aucun obstacle ne devrait se trouver sur son chemin. Lorsque le coeur d'une personne est touché par le pouvoir du message de Baha'u'llah et qu'elle exprime le désir d'embrasser la foi, il faut bien veiller à ce que le processus d'approfondissement suivie presque immédiatement. Approfondir la connaissance des vérités de la foi du nouveau croyant est l'élément le plus vital de l'enseignement; mais l'approfondissement ne consiste pas seulement à transmettre des connaissance - il implique également d'imprégner l'âme de la personne de l'amour de Baha'u'llah afin que sa foi puisse grandir de jour en jour et qu'elle devienne un (e) croyant (e) doué (e) de constance.
Dans la déclaration suivante, Shoghi Effendi conseille à l'enseignant baha'i d'accélérer le processus d'enseignement pour une personne qui est attirée vers la foi :

Qu'il (l'enseignement baha'i) considère le degré de réceptivité de son interlocuteur et qu'il décide par lui même de l'opportunité de la méthode d'enseignement - directe ou indirecte - par laquelle il pénétrera le chercheur de l'importance vitale du message divin et le persuadera d'unir sa destinée à celle de ceux qui l'ont déjà embrassé.
Qu'il se souvienne de l'exemple donné par 'Abdu'l-Bahá et de son avertissement constant quant à la nécessité de montrer tant de bonté au chercheur et d'incarner à tel point l'esprit des enseignements qu'il espère lui instiller, que l'interlocuteur sera spontanément poussé à s'identifier à la cause qui incarne de tels enseignements. Qu'ils s'abstienne, dès le départ, d'insister sur des lois et des observances qui pourraient imposer une contrainte trop sévère à la toute jeune foi du chercheur, qu'il efforce de le conduire patiemment, avec tact mais avec détermination, vers un pleine maturité, et qu'il l'aide à proclamer son acceptation, sans réserve, de tout ce qui a été ordonné par Baha'u'llah. Dès que ce stade aura été atteint, qu'il le présente à l'ensemble de ses coreligionnaires et qu'il cherche, par sa constante fraternité et par une participation actives aux activités locales de sa communauté, à le rendre capable d'apporter sa contribution à l'enrichissement de la vie communautaire, à la poursuite des tâches dévolues à la communauté, à la consolidation de ses intérêts et à la coordination de ses activités avec celles des communautés soeurs. Qu'il ne relâche pas ses efforts avant d'avoir instillé dans l'âme de son enfant spirituel un désir si profond qu'il soit poussé, à son tour, à se lever par lui-même et à vouer toute son énergie à revivifier d'autres âmes ainsi qu'à soutenir les lois et principes édictés par la foi qu'il vient d'adopter.
(Extrait de The Advent of Divine Justice, Wilmette, Baha'i Publishing Trust, 1990 p. 51-52.)


A la lumière de ces paroles du Gardien, nous pouvons constater qu'à la fois sagesse, encouragement, persuasion et patience sont exigés, et que ces qualités doivent être adaptées à la réaction de l'interlocuteur. Nous voyons également que le processus d'approfondissement se poursuit longtemps après l'adhésion du nouveau croyant à la communauté baha'ie.
(Lettre du 30 Juin 1993, adressée à un croyant de la part de la Maison Universelle de Justice.)

Holy-Writings.com v2.7 (213613) © 2005 - 2015 Emanuel V. Towfigh & Peter Hoerster | Imprint | Change Interface Language: DE EN