Read: 1991 - Ridvan 148


-------------------------------------------
Source : www.bahai-biblio.org
-------------------------------------------
Traduction de courtoisie

MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE
Centre mondial bahá'í, Haïfa, Israël
Ridván 148 / 1991.


Aux bahá'ís du monde,

Amis chèrement aimés,

Aucune voix terrestre ne peut exprimer la gratitude que nous ressentons pour l'extraordinaire grâce divine octroyée par la Beauté Bénie à Sa communauté mondiale ainsi qu'au Centre mondial de Sa Foi au cours de l'année qui vient juste de se terminer. Nous inclinons nos têtes avec humilité devant les preuves frappantes de Sa grâce fortifiante et Son plus irrésistible pouvoir.

Le danger accablant, résultat de l'agitation au Moyen-Orient, qui a enveloppé la Terre Sainte au cours de la dernière partie de l'année s'est éloigné sans arrêter ou même sérieusement gêner le fonctionnement de l'administration bahá'íe. La situation a été un rappel poignant du contraste entre l'aspect non-ostentatoire du Système de Bahá'u'lláh d'une part, évoluant progressivement et possédant une distinction de nature unificatrice, et d'autre part, le caractère bouillonnant de l'Age de Transition, " dont les tribulations ", déclare Shoghi Effendi, " sont les précurseurs de cette Ere de félicité divine qui doit incarner le but ultime de Dieu pour tous les hommes ". C'était un autre des signes solennels proclamant simultanément les agonies d'une civilisation se désintégrant et les douleurs d'enfantement de cet Ordre Mondial -- cet Arc de salut humain -- qui doit nécessairement s'élever sur ses ruines

Les forces qui ont uni les réactions afin de trouver un remède de la part de tant de nations lors de la crise soudaine dans cette région, ont démontré, au-delà de toute incertitude, la nécessité du principe de sécurité collective prescrite par Bahá'u'lláh il y a plus d'un siècle comme un moyen de résoudre les conflits. Alors que Sa vision d'une organisation mondiale permettant l'application complète de ce principe est loin d'avoir été adoptée par les gouvernants de l'humanité, un grand pas en direction de l'attitude énoncée pour les nations par le Seigneur de l'Age a été ainsi franchi. Eclairants sont les mots de Bahá'u'lláh annonçant les réorientations des nations : " Soyez unis, ô concours des souverains de la terre, car de la sorte la tempête de la discorde s'apaisera parmi vous et vos peuples trouveront le repos. Si l'un de vous prenait les armes contre un autre, levez-vous tous contre lui, car ce ne sera là que justice manifeste. "

En effet, quelles que soient les directions vers lesquelles nous posons notre regard, le pouvoir de la Révélation de Bahá'u'lláh est visiblement à l'œuvre dans le monde. Dans l'appel pour un nouvel ordre mondial, publié tel un refrain des déclarations des dirigeants politiques et des grands penseurs, alors qu'eux-mêmes étaient incapables d'en définir le vrai sens, il est possible de distinguer le lent réveil de l'humanité au principal but de Sa Révélation. Qu'un tel appel soit venu avec insistance depuis la tête de cette république, destinée, selon les mots d' 'Abdu'l-Bahá, à être " la première nation à établir la fondation d'un accord international " et à " mener toutes les nations spirituellement ", est une indication de l'efficacité et l'accélération de deux processus simultanés, l'un fonctionnant à l'extérieur et l'autre à l'intérieur de la Cause, ce que Shoghi Effendi nous dit sont destinés à culminer " vers une seule et même glorieuse apogée ".

Au sein de la Cause, les signes des accomplissements irrésistibles du Plan de Six Ans, bien que nécessairement pas comme prévus au commencement, sont abondants. Des exemples frappants sont la preuve évidente du réveil des changements phénoménaux qui se sont déroulés en Union Soviétique et dans ses anciens états satellites. Tout juste un an après le rétablissement de l'Assemblée Spirituelle Locale de Moscou, une Assemblée Spirituelle Nationale pour l'Union Soviétique va être formée. De la même façon, un peu plus d'un an après les changements politiques révolutionnaires en Roumanie, le gouvernement a reconnu la communauté bahá'íe en tant qu'association religieuse ayant le droit de répandre les enseignements de Bahá'u'lláh ; là, également, une Assemblée Spirituelle Nationale doit être formée au cours de ce Ridván. Un développement rapide de la Foi en Tchécoslovaquie a imposé la décision, prise il y a seulement quelques semaines, d'établir également une Assemblée Spirituelle Nationale dans ce pays. En même temps, dans la région des Caraïbes, l'Assemblée Spirituelle Nationale des îles Sous-le-Vent Occidentales sera formée à la suite de la division du groupe des îles Sous-le-Vent en deux unités régionales administratives. Avec ses quatre formations des plus réjouissantes, le nombre des Assemblées Spirituelles Nationales s'élève à 155.

Nous sommes heureux d'annoncer que les trois Mains de la Cause de Dieu vont représenter la Maison Universelle de Justice au cours de ces événements historiques : Amatu'l-Bahá Rúhíyyih Khánum en Roumanie, M. 'Alí Akbar Furútan en Union Soviétique et Dr 'Alí-Muhammad Varqá en Tchécoslovaquie. Le Conseiller Ruth Pringle sera le représentant aux îles Sous-le-Vent Occidentales.

Une autre illustration de l'autorité grandissante de la Cause de Bahá'u'lláh dans l'esprit du public émerge d'Allemagne où la Cour constitutionnelle fédérale, l'autorité judiciaire suprême de ce pays, a rendu une décision d'une importance capitale pour la reconnaissance de la Foi. Une suite de tribunaux avait refusé d'enregistrer les statuts d'une Assemblée Spirituelle Locale au motif que l'autorité de l'Assemblée Spirituelle Nationale, accordée par ce document était une violation au principe légal qui exige l'autonomie de toute association légalement incorporée. Les problèmes que cela implique sont très complexes et ne peuvent être ici élaborés. Nous nous contenterons de dire que la Cour constitutionnelle fédérale a confirmé l'appel de l'Assemblée Spirituelle Locale dans une décision longue et minutieusement fondée dans laquelle, en plus d'autres choses, est affirmé le droit de la communauté bahá'íe de posséder un pouvoir légal ayant exactement la même forme qu'il en est ordonné dans les Ecrits de la Foi bahá'íe. Cette décision déclare que sa nature en tant que religion reconnue, a indiscutablement été confirmée par son caractère inhérent, connu du public, et par le témoignage d'érudits en religion comparée. Ce verdict a été tellement significatif selon la cour elle-même, qu'elle a pris la rare décision de publier une déclaration à la presse expliquant son jugement. Cet acte significatif aura des implications pour la communauté bahá'íe au-delà des frontières d'une Allemagne unifiée.

Un autre exemple de l'appréciation grandissante du public pour les visions pénétrantes de la Cause implique la République d'Afrique du Sud, où l'Assemblée Spirituelle Nationale, prenant l'avantage des initiatives du gouvernement pour la résolution du problème de l'apartheid vieux d'une décennie, a décidé de soumettre son point de vue pour la rédaction d'une nouvelle constitution du pays. Le Président de la Commission légale sud-africaine, juge agissant au nom du gouvernement, qui a reçu la proposition de l'Assemblée Spirituelle Nationale d'une délégation qu'elle avait nommée, a commenté en disant que les bahá'ís étaient le seul groupe dont les idées, jusque-là, avaient fourni une fondation spirituelle et morale pour une constitution.

Quelques soient les effets individuels de ces développements ci-dessus mentionnés -- et d'autres, comme la présence d'un représentant de la Communauté internationale bahá'íe, seul orateur non-bouddhiste invité à parler au cours d'une réunion publique qui s'est tenue lors de la Conférence bouddhiste asiatique pour la Paix en Mongolie ; la mention spécifique des bahá'ís par le Pape Jean-Paul II à une réception lors de son récent voyage au Burundi ; l'inscription officielle de la Foi bahá'íe comme l'une des religions communes à Tuvalu ; l'exposition internationale pour l'éducation à la Paix organisée par l'Assemblée Spirituelle Nationale brésilienne avec la participation de 23 Ambassades et institutions éducatives -- une chose est particulièrement claire : l'impact cumulatif à travers le globe affirme l'émergence de la Foi de l'obscurité. De telles marques grandissantes de la reconnaissance du public à l'égard du vrai caractère et des riches potentialités de la communauté bahá'íe sont un signe distinctif de l'avancement de la Foi dans la quatrième époque de l'Age Formatif.

A l'étude de tels signes et présages merveilleux, nous ne pouvons résister à l'envie d'exprimer tout notre amour et notre appréciation profonde aux Conseillers continentaux, et à leurs Corps auxiliaires, qui stimulent et soutiennent les efforts, rendant possible les accomplissements de tels développements prodigieux comme précédemment cités et, plus particulièrement, dont les services impulsent la lancée dynamique du travail de l'enseignement, fondamental à tout succès de la communauté. Nous sommes heureux et encouragés au-delà de toute mesure par les débuts pleins de vigueur des Corps des Conseillers exprimés dès leur entrée dans leur nouveau mandat de services indispensables et grandement appréciés à l'égard du monde bahá'í. Les initiatives neuves auxquelles, avec l'encouragement de tout cœur et le soutien fantastique du Centre International d'Enseignement ils tendent désormais leur énergie, est de bon augure pour l'accomplissement gratifiant du Plan de Six Ans. Que leurs efforts soient grandement soutenus par l'augmentation, le jour de l'Alliance cette année, par un nombre de membres du Corps auxiliaire s'élevant à 846 -- 90 de plus que ce qui existe pour l'instant. La communauté mondiale va certainement bien accueillir la force que cette action va procurer à l'étendue et à la qualité des devoirs spirituels donnés aux membres des Corps auxiliaires et leurs assistants, dont le fonctionnement à la base est une garantie de l'expansion continue et de la consolidation de notre glorieuse Foi.

Le progrès somptueux du Plan de Six Ans illumine nos esprits et exalte nos espoirs. Toutes les années sauf une de ce Plan sont passées et une avance puissante vers l'accomplissement de ses sept objectifs majeurs s'est faite. Notre communauté a énormément changé par rapport à ce qu'elle était au début du Plan en 1986. Elle s'est beaucoup étendue et développée. Elle est plus diverse, plus dynamique, plus remarquable et plus particulière. Alors que nous entrons dans l'année clôturant le Plan de Six Ans, un horizon de perspectives palpitantes s'étend devant nous tous :

La préparation de la traduction annotée en anglais tant attendue du Kitáb-i-Aqdas, le Livre des Lois, le Très Saint Livre, le Livre Mère de la Révélation de Bahá'u'lláh, sera terminée -- un accomplissement monumental qui à lui seul, annoncera une nouvelle étape de l'évolution du monde bahá'í et ainsi, couronnera les accomplissements du Plan de Six Ans.

Les ouvrages de terre sur les terrasses inférieures du Tombeau du Báb et les travaux de creusement pour le Centre d'Etude des Textes et l'Annexe du bâtiment des Archives Internationales vont commencer, débutant une nouvelle phase sur la Sainte Montagne de Dieu de ces entreprises puissantes et dont la signification ne peut être mesurée.

La fin du Plan va marquer le début de l'Année Sainte, 1992-1993, une pause délibérée d'une année afin de permettre à Ses croyants de témoigner leur respect d'une façon digne au Centenaire de l'Ascension de Bahá'u'lláh et pour l'inauguration de Son Alliance qui unifie le monde. Comme il a été déjà annoncé, des célébrations importantes sont prévues afin de refléter le caractère distinctif et la vibrante importance pour monde de ces deux occasions.

L'une : le rassemblement des représentants du monde bahá'í, avec les Chevaliers de Bahá'u'lláh, à Bahjí dans l'enceinte du Manoir, d'où l'Esprit libéré de Bahá'u'lláh s'est rendu vers le trône de Sa souveraineté céleste, et aux alentours du Tombeau Très Saint, où le Parchemin d'Honneur des Chevaliers de Bahá'u'lláh sera déposé comme un geste témoignant de la réponse de Ses amants à Son appel pour propager Ses enseignements sur toute la terre. Là, à Bahjí, ce rassemblement débutera par un acte solennel d'adoration dont les lectures sacrées vont bientôt être partagées avec les communautés bahá'íes partout dans le monde pour être utilisées lors de leur propre commémoration, afin d'unifier l'expérience dévotionnelle du monde bahá'í dans son ensemble au cours de cette célébration de la centième année.

L'autre : le Congrès mondial qui doit se dérouler du 23 au 26 novembre 1992 dans la ville de New York où le Maître bien-aimé, nommé le Centre de l'Alliance de Bahá'u'lláh, révéla les implications de Sa station et qu'Il désigna comme la Ville de l'Alliance. A travers le monde, les communautés bahá'íes organiseront des événements supplémentaires appropriés afin de magnifier le but du Congrès, qui est de célébrer le centenaire de l'inauguration de l'Alliance de Bahá'u'lláh et pour proclamer ses buts et son pouvoir unifiant. Un corollaire à ces activités sera la large distribution d'un article de présentation sur Bahá'u'lláh préparée à notre demande par le Bureau d'Information Publique, qui servira tant comme une source d'étude et d'inspiration pour les bahá'ís eux-mêmes que comme une publication informative à être présentée au public. D'une façon ou d'une autre, la communauté au Plus Grand Nom s'efforcera de proclamer le Nom de Bahá'u'lláh à travers le globe, afin de le rendre éminemment connu dans la conscience des peuples partout dans le monde.

Une telle confluence exceptionnelle d'accomplissements imminents -- la publication du Kitáb-i-Aqdas, les progrès de la construction des projets sur le Mont Carmel, l'achèvement du Plan de Six Ans, le commencement de l'Année Sainte -- anime les attentes du monde bahá'í, marque l'étape vers de plus puissants efforts que ceux déjà tentés, et nous dirige tous vers l'ouverture d'une nouvelle phase de l'histoire. Il semble convenir dès lors que la loi sacrée qui permet à chacun d'exprimer son sens personnel de sa dévotion à Dieu dans un profond acte conscient privé, qui encourage la bonté commune, qui relie directement le croyant individuel à l'Institution Centrale de la Foi, et qui, au-delà de toute autre chose, assure à celui qui est obéissant et sincère, la grâce ineffable et les bénédictions abondantes de la Providence, devrait, en cette période favorable, être embrassée par tous ceux qui professent leur croyance à l'égard de la Suprême Manifestation de Dieu. C'est avec humilité devant notre Seigneur souverain, que nous annonçons maintenant qu'à partir de Ridván 1992, début de l'Année Sainte, la Loi du Huqúqu'lláh, le Droit de Dieu, deviendra universellement applicable. Tous sont amicalement appelés à 1'observer.

Nos très chers frères et sœurs : soyez les témoins de la façon dont le Bien-Aimé a répondu à nos supplications. Voyez comment Il a enrichi nos vies de nouveaux frères et sœurs et de nouvelles institutions dans des terres jusque-là closes à Sa Parole bienfaitrice. Considérez avec quelle puissance Ses prescriptions divines sont affirmées comme des règles pour le comportement des nations, petites ou grandes. De telles abondantes bénédictions vous ont sûrement revêtu d'un invincible courage et d'une confiance pour faire face à un futur, certes plein de défis, mais brillant. Vous êtes en effet embarqués dans une année favorable, lancés vers le triomphe ultime du Plan de Six Ans.

Puissiez-vous continuer, par la pureté d'intention de vos actes dans Son service, à être bénis par le trésor inépuisable de Son amour et de sa tendre attention.


LA MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE


Holy-Writings.com v2.7 (213613) © 2005 - 2015 Emanuel V. Towfigh & Peter Hoerster | Imprint | Change Interface Language: DE EN