Read: 1992 - Ridvan 149


-------------------------------------------
Source : www.bahai-biblio.org
-------------------------------------------
Traduction de courtoisie

MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE
Centre mondial bahá'í, Haïfa, Israël
Ridván 149 / 1992.


Aux bahá'ís du monde

Amis chèrement aimés,

En cette saison de Ridván, avec ses splendeurs inhérentes et son déclenchement de jours inhabituels et mémorables, nos cœurs palpitent d'émerveillement et nous nous agenouillons en hommage au Roi de Gloire dont la grâce nous a permis d'arriver à cette conjoncture propice dans l'histoire de Sa Cause.

Du sommet triomphal du Plan de Six ans maintenant achevé, nous voici au seuil de l'Année Sainte, maintenant commencée, emplis d'effroi à la seule idée des significations uniques associées à la commémoration de cette occasion sanctifiée il y a cent ans lorsque Bahá'u'lláh, le Promis de tous les âges, prit Son envol de cette vie terrestre. Le Soleil de Vérité ne se couchait toutefois, que pour briller à tout jamais du " Royaume de gloire impérissable " afin de répandre désormais la lumière de sa puissance régénératrice sur le monde entier. Il avait quitté ce monde, Lui l'Auteur d'une Révélation d'une " grandeur inconcevable ", par laquelle " toutes les Dispensations du passé ont atteint l'apogée, le point final de leur consommation " ; le Générateur d'un nouveau Cycle Universel " qui doit s'étendre sur une période d'au moins cinq cent mille ans " ; le Fondateur d'un Ordre Mondial, un " Ordre...dont les yeux des mortels n'avaient jamais vu l'équivalent ". De plus, Il était le Point de l'Aube du Jour de Dieu, le " Jour où les faveurs les plus excellentes de Dieu ont été déversées sur les hommes ". Telles sont les réalités superlatives sur lesquelles nos contemplations se concentrent au cours de cet anniversaire particulier, qui arrive en ce moment crucial des affaires de l'humanité.

Nous sommes si imbus des souvenances sacrées qu'évoque cette Année Sainte, que nous ne pouvons que vous inviter tous à faire une pause pour entrer en cette période de réflexion, ce temps de reconsécration, cette étape de préparation pour les tâches qui restent encore à accomplir, les hauteurs encore à atteindre, les splendeurs encore à dévoiler. Car, si nous regardons en arrière les cent années d'une histoire sans égale de progrès constant, nous regardons également avec anticipation les nombreux siècles de déploiement de l'accomplissement du but divin - accomplissement, qui comme l'expérience l'a montré, est peu à peu réalisé par les progrès systématiques des Plans et les poussées et les bonds étonnants des époques.

En effet, le portail immédiat de cette Année Sainte propice est la perspective de nouveaux horizons ouverts par le triomphe du Plan de Six ans, qui ont coïncidé avec la phase initiale de la quatrième époque de l'Age de Formation de notre Foi. Dans l'ensemble, ce n'est pas tant un triomphe d'accomplissements numériques, bien que, en beaucoup d'endroits et à des moments particuliers, l'éventail de l'expansion ait été extraordinaire. C'est un triomphe qui s'est manifesté par une nouvelle variété de victoires, de nouveaux commencements, de fraîches initiatives et de mûrs développements des institutions, comme pour marquer du sceau du succès les sept objectifs majeurs du Plan. Aussi impossible soit-il d'énumérer en ces quelques pages les résultats du Plan, les aspects principaux des développements de cette période remarquable de dynamisme méritent toutefois d'être soulignés. La communauté bahá'íe a nettement changé au cours des six dernières années. Les indices majeurs sont sans nul doute partout discernables aux amis et peuvent ainsi être résumés :

Un : la Foi de Bahá'u'lláh est représentée dans tous les pays de la terre. Le changement soudain de climat politique, sans nul doute par l'intervention du Plan Majeur de Dieu, a ouvert de vastes régions à la pénétration des enseignements divins, principalement dans l'ancienne Union Soviétique et les pays du bloc de l'Est. Les opportunités créées par ce changement ont permis l'installation de Chevaliers de Bahá'u'lláh dans les derniers territoires vierges qui restaient de la Croisade de Dix ans de Shoghi Effendi. Elles ont également provoqué le lancement, à Ridván 1990, du Plan supplémentaire de Deux ans pour ces régions. Ce Plan supplémentaire fut un succès spectaculaire, non seulement en termes d'expansion dans les nombreux pays impliqués, mais également par la diversité des couches sociales représentées par les nouveaux croyants de ces pays, par le volume et la variété de la littérature bahá'íe publiée et par le déploiement des institutions bahá'ís établies durant cette courte période. Le monde bahá'í a été fortement stimulé par ces développements, et un certain nombre de pays ont par ailleurs enregistré des succès significatifs dans le travail d'enseignement. Les chiffres déjà disponibles au Centre mondial indiquent que plus d'un million et demi d'âmes sont entrées dans la Cause au cours du Plan de Six ans. Le projet d'enseignement spécial de trois ans en Guyane a été particulièrement intéressant et il en a résulté un accroissement de la taille de la communauté bahá'íe atteignant six pour cent de la population du pays.

Deux : la proclamation de la Foi à travers le monde a atteint une étape totalement nouvelle. La campagne de proclamation lancée en 1967 sous l'inspiration de l'anniversaire du centenaire de la Proclamation de Bahá'u'lláh aux rois et aux dirigeants de l'humanité, et qui fut prise de vitesse en 1979 par la montée de persécution de la communauté bahá'íe iranienne, se trouve maintenant considérablement élargie par la distribution de " La Promesse de la Paix mondiale ". Rois, reines, présidents, premiers ministres, législateurs, juristes, académiciens, institutions et organisations diverses ont été sensibilisés au Message de Bahá'u'lláh. Les énergies créatives qui furent partout pour les communautés un exercice de diffusion de la Cause, devinrent l'une des forces dynamiques du Plan et stimulèrent, et pas de moindre manière, l'intérêt des organisations, des meneurs de pensée et des médias envers les solutions que peut offrir la Foi à un monde en étrange désarroi. Inspirées par l'impact des mesures adoptées pour la proclamation de la Foi, ainsi que par leurs efforts continus pour défendre la communauté bahá'í iranienne cruellement persécutée, les Assemblées Spirituelles Nationales et Locales ont fait preuve et continuent à le faire, d'audace et d'originalité étonnantes dans leurs rapports avec le public. Cela est évident dans leurs contacts innombrables avec les autorités de tous niveaux de gouvernement, par leur association avec un spectrum élargi d'organisations, et par leur facilité accrue dans leurs contacts avec les médias.

Trois : la dédication en décembre 1986 du Temple-mère du sous-continent indien à l'adoration du public a introduit une force nouvelle au sein des activités d'enseignement et de proclamation de la Foi. En tant qu'édifice de beauté et d'excellence rares, le " Temple du Lotus " a été largement acclamé, tout en exerçant également un attrait extraordinaire pour de très nombreux visiteurs. Sa renommée de merveille d'architecture s'est propagée rapidement tout comme son influence spirituelle. Il n'est pas exagéré de dire que parmi toutes les Maisons d'Adoration bahá'íes, ce Temple est aujourd'hui à lui seul, l'enseignant silencieux de la Foi le plus efficace, attirant chaque année davantage de visiteurs, au rythme de 20000 personnes par jour en moyenne, plus que tous les autres Temples bahá'ís réunis. Parmi les visiteurs venus de nombreux pays, se trouvent certaines des plus hautes personnalités du monde. Sujet de grand intérêt pour les médias, le Temple a fait l'objet de programmes de télévision, même en Russie et en Chine. L'influence de son succès dans ces domaines a contribué sans commune mesure à la sensibilisation générale du public à la Foi.

Quatre : le fait que la Foi continue à émerger de l'obscurité se manifeste de manières distinctes. Dans les cercles d'intellectuels, dans des travaux de références et dans les médias, la Foi est de plus en plus mentionnée en tant que religion mondiale " principale " ou " majeure ". La couverture par les médias des activités de la Foi s'est accrue de façon volumineuse grâce aux efforts intensifiés des amis dans les activités de proclamation, mais plus important est le fait que les médias témoignent d'un intérêt indépendant pour la communauté bahá'íe et établissent des contacts avec elle dans différentes parties du monde. L'exposition de couches influentes du public aux idées bahá'íes dans des domaines tels que la paix, l'environnement, le statut de la femme, l'éducation et l'alphabétisation, a provoqué une réaction qui en appelle de plus en plus aux bahá'ís à participer avec les autres à une variété de projets en association avec des gouvernements ou des organisations non-gouvernementales.

De plus, une telle exposition est en train de créer dans l'esprit du public la prise de conscience que la Foi a des réponses aux problèmes actuels et donc une attente à ce que la communauté bahá'íe prenne une part plus active dans les affaires publiques. Le succès notable des activités du Bureau de l'environnement de la Communauté internationale bahá'íe, établi au cours du Plan, illustre amplement la nature de ces développements. Par ailleurs, les relations officielles que la Communauté internationale bahá'íe a établies avec le réseau Conservation et Religion du Fonds mondial pour la nature et avec la Conférence mondiale de la religion et de la paix, s'ajoutant aux nombreux liens de ce genre établis par les Assemblées Spirituelles Nationales et Locales dans leurs juridictions respectives, reflètent une tendance vers l'émergence de la Foi, en tant qu'entité avec laquelle il va falloir compter. Dans l'ensemble, le dynamisme de la campagne de proclamation ramifiée a produit un écho pour la Foi auprès du public, et on peut dire qu'elle est connue des institutions publiques les plus significatives et des personnages les plus éminents sur terre.

Cinq : les projets de développement économique et social se sont beaucoup multipliés et ont largement contribué à l'honneur de la communauté par les exemples de pouvoir d'initiative de groupe et d'action volontaire consultative qui ont été mis en place dans de nombreux endroits. Les activités à cet égard ont inclus plus de mille projets dans les domaines de l'éducation, de l'agriculture, la santé, l'alphabétisation, l'environnement et l'amélioration du statut de la femme. Dans un certain nombre de cas, les projets ont bénéficié de la collaboration ou de l'aide des gouvernements et des organisations internationales non-gouvernementales, comme, par exemple les projets pour l'amélioration du statut de la femme entrepris par cinq Assemblées Spirituelles Nationales avec l'aide financière du Fonds des Nations-Unies pour le développement de la femme (UNIFEM), et les projets dans d'autres domaines qui reçoivent l'aide des gouvernements canadien, indien, allemand et norvégien. Certains projets se sont distingués par leurs succès, au point d'être reconnus publiquement par des citations ou des récompenses de gouvernements et d'agences internationales non-gouvernementales.

Six : les activités des jeunes ont pris un caractère particulier façonné par l'idée d'une année de service pour les jeunes. La participation des jeunes au Plan de Six ans en tant que pionniers à court terme, enseignants itinérants et créateurs de projets, a eu un effet profond sur le travail d'enseignement en général et sur le soutien des efforts de développement social et économique tentés par un nombre grandissant de communautés nationales et locales. Une grande part des nombreuses victoires dans les anciens pays communistes leur revient. Leur travail au sein des projets de développement économique et social a attiré dans certains cas, l'attention des gouvernements et des organisations de développement. La création du Conseil européen des jeunes bahá'ís a galvanisé les activités des jeunes, ce qui a puissamment renforcé la poussée d'enseignement sur ce continent au cours des dernières années du Plan. Un trait significatif des activités des jeunes a été leur participation, en tant que volontaires à court terme de tous les coins de la planète, au travail du Centre mondial où leurs services ont été d'une valeur inestimable.

Sept : les progrès de consolidation du système administratif bahá'í sont évidents à travers les améliorations sensibles du développement interne et des efforts de collaboration de ses deux branches. Les chères et intrépides Mains de la Cause de Dieu, fidèles à l'allégeance qu'elles portent à leur Gardien bien-aimé, persévèrent dans leurs services uniques, étonnant la communauté par leur pouvoir de ressort. La croissance en confiance et en force des Corps des Conseillers et de leurs auxiliaires, soutenus par un Centre International d'Enseignement renforcé et vigoureux, a assuré aux Assemblées Spirituelles, qu'ils ont la charge de stimuler et de conseiller, un appui indispensable au bien-être du système tout entier ; cela, tandis que l'étendue du champ des activités des Assemblées Nationales et Locales, elles-mêmes chargées de guider les destinées de leurs communautés, a élargi de manière significative la base de ce système. Parallèlement, le travail de ces institutions a facilité et stimulé l'évolution de l'Ordre Administratif. Plus même : elles ont témoigné d'une énergie créative qui est de bon augure pour leur maturation continue.

Huit : les grands projets de construction sur la Montagne de Dieu, anticipés par Bahá'u'lláh dans la Tablette du Carmel, inauguré par 'Abdu'1-Bahá avec la construction du Tombeau du Báb et continués dans les plans de Shoghi Effendi, sont entrés dans une nouvelle phase. Les travaux ont débuté en mai 1990, pour renforcer et prolonger la terrasse principale du Mausolée du Báb, première étape vers la réalisation du projet d'architecture visant à accomplir la vision d' 'Abdu'l-Bahá des Terrasses qui s'étendront du pied de la montagne à sa crête. Dès septembre de l'année suivante, le sol a été creusé pour la construction du Centre de l'étude des textes et pour l'extension du bâtiment des Archives internationales, ce qui sera suivi par la construction d'autres édifices sur l'Arc, c'est à dire : les bâtiments du Centre International d'Enseignement et, en temps voulu, la Bibliothèque internationale bahá'íe.

Tous ces développements ont mis en évidence que le potentiel accumulé pour un progrès continu de la communauté bahá'íe est incalculable. La situation changeante tant à l'intérieur qu'entre les nations et les nombreux problèmes qui affligent la société, amplifient ce potentiel. L'impression que produit un tel changement est celle de. L'avènement proche de la Moindre Paix. Mais il y a eu une recrudescence simultanée de forces de contrebalance. Avec la toute nouvelle vague de liberté politique résultant de l'effondrement des bastions du communisme, est arrivée une explosion du nationalisme. La poussée concomitante du racisme dans bien des régions est devenue un sujet de sérieuse préoccupation mondiale. A cela se mêle une résurgence du fondamentalisme religieux qui empoisonne les sources de tolérance. Le terrorisme sévit partout. Une incertitude générale sur la condition de l'économie indique un profond désordre dans la gestion des affaires matérielles de la planète, condition qui ne peut qu'exacerber le sentiment de frustration et de futilité qui affecte le domaine politique. L'aggravation de la situation de l'environnement et de la santé d'énormes populations est cause d'alarme. Et pourtant, un élément de ce changement sont les avances étonnantes des technologies de la communication rendant possible la transmission rapide d'informations et d'idées d'un bout à l'autre du monde. C'est contre de tels processus simultanés de montée et de chute, d'intégration et de désintégration, d'ordre et de chaos, avec leurs réactions continues et réciproques entre elles, les unes sur les autres, qu'une myriade de nouvelles opportunités pour l'étape suivante dans le déploiement du Plan Divin du Maître bien-aimé se présentent.

L'influence bourgeonnante de la Révélation de Bahá'u'lláh a, semble-t-il, avec l'imminence, de l'Année Sainte, assumé le caractère d'une bourrasque de vent soufflant sur les structures archaïques d'un vieil ordre, abattant de puissants piliers et dégageant le terrain pour de nouveaux concepts d'organisation sociale. L'appel à l'unité, à un nouvel ordre mondial, se fait entendre de nombreuses directions. Le changement dans la société mondiale est caractérisé par une vitesse phénoménale. Un trait de ce changement est l'aspect soudain, ou précipité, qui semble être la conséquence d'une certaine force effrénée mystérieuse. Les aspects positifs de ce changement révèlent une ouverture inaccoutumée vers des conceptions globales, un mouvement vers une collaboration internationale et régionale, une inclination de partis opposés à opter pour des solutions pacifiques, une recherche des valeurs spirituelles. Même la communauté du Plus Grand Nom fait aussi l'expérience des effets rigoureux de ce vent stimulant qui rafraîchit en nous tous les modes de pensées, renouvelant, clarifiant et amplifiant nos perspectives quant au but de l'Ordre de Bahá'u'lláh à la suite des souffrances et de la tourmente de l'humanité.

La situation dans le monde, tout en nous présentant un défi intense d'une urgence extrême, rappelle à l'esprit la vision globale encourageante de Shoghi Effendi de l'avenir de l'Ordre Administratif durant le deuxième siècle de l'ère bahá'íe, à mi-chemin duquel nous approchons rapidement. En 1946, I1 écrivait : " Le deuxième siècle est destiné à révéler un déploiement fabuleux et une consolidation notable des forces œuvrant vers le développement mondial de cet Ordre, ainsi que les premiers signes de cet Ordre Mondial, dont le système administratif actuel est à la fois le précurseur, le noyau et le modèle - un Ordre qui, tout en se cristallisant lentement et en irradiant son influence bénigne sur la planète tout entière, proclamera à la fois l'âge de raison de toute la race humaine, ainsi que la maturité de la Foi elle-même, le progéniteur de cet Ordre ".

L'attention portée aux célébrations spéciales de l'Année Sainte va certainement nous équiper pour entreprendre les tâches urgentes de la prochaine étape dans l'évolution du Plan Divin. Cette période commémorative procure une digne démarcation entre les gloires et les triomphes des cent dernières années et les splendides récompenses qu'il reste à recueillir. Pour commencer, nous accueillons, le cœur plein de joie et de gratitude, l'expansion et la consolidation continues de l'Ordre Administratif qui va s'accroître avec la formation à Ridván de douze Assemblées Spirituelles Nationales et Régionales. Comme il est frappant que ce nombre d'Assemblées soit le même que le nombre total d'Assemblées Spirituelles Nationales qui existaient lors du lancement de la Croisade de Dix ans en 1953 ! C'est une preuve gratifiante de la rapidité de l'expansion de l'Ordre Administratif en moins de quarante ans. Avec ces nouvelles Assemblées, et en tenant compte de l'absorption de Sikkim par l'Inde et l'interruption du fonctionnement de l'administration bahá'íe au Libéria en raison de la situation perturbée, le nombre d'Assemblées Spirituelles Nationales qui participeront à la septième Convention internationale bahá'íe à Ridván prochain, atteindra 165.

Nous sommes heureux d'annoncer que les Mains de la Cause de Dieu suivantes se rendront en représentants, à six des Conventions fondatrices. Amatu'l-Bahá Rúhíyyih Khánum se rendra aux Conventions de la Bulgarie et de la Pologne ; M. 'Alí Akhbar Furútan se rendra à celles des Etats baltes et de la Hongrie ; et Dr 'Alí-Muhammad Varqá se rendra à celles du Groenland et de l'Ukraine, Biélorussie et Moldavie. Aux autres Conventions, nos représentants seront des Conseillers : M. George Allen, la République du Congo ; Dr Farzam Arbab, l'Asie Centrale ; M. Rolf von Czékus, l'Angola ; Mme Parvin Djoneidi, le Niger ; M. Hartmut Grossmann, l'Albanie ; et M. Mas'úd Khamsí, l'Azerbaïdjan.

D'ici seulement quelques semaines, dans l'enceinte sacrée du Mausolée de Bahá'u'lláh, un rassemblement au caractère solennel aura lieu pour marquer le centième anniversaire de l'Ascension du Désir des Nations. Le rouleau du Parchemin d'Honneur, des Chevaliers de Bahá'u'lláh aura été, le matin précédent, le 28 mai, déposé comme indiqué par notre bien-aimé Gardien, à la porte d'entrée du Sanctuaire intérieur du Très Saint Tombeau, pour y rester un symbole de la victoire historique qui fut la récompense de la détermination inébranlable des amoureux de la Beauté Bénie qui, en réponse à l'appel de la prodigieuse Croisade de Dix ans, ont planté la bannière de Sa Foi dans des territoires vierges à travers le monde.

Par la suite, en novembre, au deuxième Congrès mondial bahá'í, les hôtes de Bahá se réuniront à New York par milliers pour montrer par un geste hautement symbolique au nom de leurs frères du monde entier, leur respect pour l'Alliance que, Bahá'u'lláh a léguée, et pour évoquer la mémoire de Celui qui en fut nommé le Centre et qui exalta cette métropole en la revêtant de la désignation de " Cité de l'Alliance ". Ils y démontreront également le pouvoir d'unité que l'Alliance se doit d'assurer à tous les peuples du monde. Ce sera un moment d'une importance capitale pour la communauté bahá'íe sous le regard du reste du monde.

Ces deux événements internationaux sont les pivots des rassemblements de même but auxquels les amis de tous les coins du monde participeront. Le caractère spirituel et la manière digne de leur participation attireront sans nul doute des confirmations d'en-haut et influenceront profondément les forces constructives en travail d'un bout à l'autre de la terre.

Une autre source de bénédictions vers laquelle nous avons depuis longtemps dirigé nos espoirs deviendra également manifeste. Bahá'u'lláh a écrit : " Alors que Nous étions en prison, Nous avons révélé un Livre que Nous avons appelé 'Le Livre le Plus Saint'. Nous avons alors promulgué des lois et nous les avons revêtues des commandements de Notre Seigneur, qui exerce une autorité sur tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. " Ainsi, c'est en toute connaissance de sa signification capable d'ébranler le monde que nous vous informons de la publication prochaine au cours de cette année, de la traduction annotée en anglais du Kitáb-i-Aqdas, la Charte de la future civilisation mondiale que Bahá'u'lláh a révélée dans la Maison d' 'Údí Khammár à 'Akká, il y a près de 120 années.

Et maintenant, parmi les attentes impatientes occasionnées par les deux événements commémoratifs majeurs et par la publication imminente du Livre Mère de la Révélation bahá'íe, la Loi du Huqúqu'lláh entre en vigueur en tant que pratique constante des membres de la communauté mondiale tout entière. Puissent les bontés divines promises associées à la mise en pratique de cette loi sainte combler les bien-aimés du Seigneur dans tous les pays.

Une année lourde d'événements d'un sens si sacré ne peut qu'avoir des conséquences d'une puissance inimaginable. Le résultat immédiat est, cependant, impossible à prédire, il est également vain de spéculer à ce sujet. Dirigeons plutôt nos pensées vers la signification de ces occasions solennelles que cette année particulière est consacrée à commémorer. La raison d'être de l'Année Sainte n'est pas seulement accomplie par des commémorations publiques, aussi appropriées soient-elles. La raison essentielle de cette année est l'occasion qu'elle offre de réflexion intime à chaque bahá'í. En effet, voici le moment particulier d'un rendez-vous de l'âme avec la Source de sa lumière et de sa direction, le moment de se tourner vers Bahá'u'lláh, de chercher à acquérir une appréciation plus profonde de Son dessein, et de Lui renouveler allégeance. C'est une période de retraite au plus profond de l'être en soi, au lieu d'habitation de l'Esprit de Bahá, cet intérieur auquel Il nous appelle lorsqu'Il dit : " Tourne ton regard vers toi, tu me trouveras présent en toi, fort, puissant et immuable. " C'est le moment de renouveler l'engagement envers l'Alliance, de se dédier une nouvelle fois au devoir, de revitaliser l'énergie dans l'enseignement, " l'acte méritoire entre tous. "

Avant toutes choses, pour vous aider dans vos réflexions et vos actions, vous saurez sans doute faire appel à l'étude et à l'inspiration de Paroles telles que celles-ci : " Je suis le Soleil de la Sagesse et l'Océan de la Connaissance. Je réjouis les faibles et ranime les morts. Je suis la Lumière de direction qui éclaire le chemin. " " Par Ma Vie ! Ce n'est pas par ma propre volonté que Je me suis révélé, mais Dieu, par son propre choix, m'a manifesté. " " Je suis venu enveloppé des nuées de la gloire, et Dieu m'a investi d'une invincible souveraineté. " " Celui qui ne M'a pas, est dépouillé de toutes choses. Détournez-vous de tout ce qui est sur la terre et ne cherchez autre que Moi. " " Aime-moi pour que je puisse t'aimer. Si tu ne m'aimes pas, mon amour, par aucun moyen, ne pourra t'atteindre. Sache-le, ô serviteur. " " Celui qui est la Beauté ancienne s'est laissé charger de chaînes pour que l'humanité soit libérée de son esclavage, et il a accepté d'être emprisonné dans cette puissante forteresse pour que le monde entier parvienne à la vraie liberté. Il a bu jusqu'à la lie le calice de l'infortune afin que tous les peuples de la terre puissent atteindre à la joie éternelle et qu'ils soient remplis d'allégresse. "

Quelle que soit la direction que nous font prendre nos réflexions personnelles ou notre réponse au devoir, il y a une chose dont nous devons être sûrs : que le Nom de Celui qui est la Source de Vie du Monde devienne connu à travers la terre parmi les grands comme parmi les petits. Etant donné que cela fait un siècle entier que la Beauté Bénie s'en est allée, et vu le poids écrasant des maux qui accablent les peuples du monde, et ce vrai cri d'angoisse que poussent de plus en plus fort les cœurs de ceux qui aspirent à l'espoir d'être soulagés, nous, Ses serviteurs déclarés, ne pouvons ni fléchir ni faillir à ce devoir primordial et urgent. Car Lui, Bahá'u'lláh, est la Manifestation Suprême, l'Unificateur et le Rédempteur de toute l'humanité, la Source de Justice, 1'immortel Bien-aimé ; car, selon sa propre proclamation infaillible, " Celui qui est l'Inconditionné est venu, sur les nuées de lumière, afin qu'Il puisse animer toutes choses créées par les brises de Son Nom, le Très Miséricordieux, et unir le monde et rassembler tous les hommes autour de cette Table qui a été envoyée du ciel. " Portons Son Nom avec dignité à ceux qui doivent L'entendre, offrons Le comme un trésor à ceux qui doivent Le recevoir, évoquons-Le avec amour à ceux qui doivent L'épouser.

Comme cela serait digne de louanges si, imprégnés du désir de faire partout un blason de Son Nom, et pour démontrer notre amour particulier pour la Beauté d'Abhá, chacun de nous pouvait se lancer dans une campagne d'enseignement personnelle telle, que la force et les résultats collectifs qui en découleraient à travers le monde, mèneraient à une conclusion retentissante les expressions sacrées de cette Année Sainte et prépareraient la scène pour le lancement du prochain Plan de Trois ans à Ridván 1993 !

Enfin, il convient tout à fait en cette heure de rappeler l'expression de Bahá'u'lláh, dans Son Livre le Plus Saint, de Sa volonté pour nous quant à la nature de nos réactions lors de Son trépas : " Ne soyez pas désespérés, ô peuples du monde ", dit-Il " quand se couchera l'étoile du matin de Ma beauté et que le ciel de Mon tabernacle se dérobera à vos yeux. Levez-vous pour faire avancer Ma cause et pour exalter Ma parole parmi les hommes. Nous sommes en tous temps avec vous et Nous vous fortifierons par le pouvoir de la vérité. Nous sommes en vérité le Tout-Puissant. Quiconque M'a reconnu se lèvera et Me servira avec une telle résolution que les forces de la terre et du ciel seront incapables de faire échouer son dessein ".

Très chers amis, nous n'oublierons pas de supplier au Seuil Sacré pour que, de Sa retraite de splendeur immortelle, la Beauté Bénie puisse remplir les âmes de chacun et de tous du souffle revivifiant de Sa puissance céleste.


LA MAISON UNIVERSELLE DE JUSTICE


Holy-Writings.com v2.7 (213613) © 2005 - 2015 Emanuel V. Towfigh & Peter Hoerster | Imprint | Change Interface Language: DE EN